Connect with us

Economy

A financial advisor has been sentenced to five years in prison for fraud of €200,000

Published

on

A financial advisor who admitted defrauding clients of more than €200,000 has been jailed for five years.

Cork District Criminal Court heard that 46-year-old Mervyn Tanner was « stealing from Peter to pay Paul » after setting up a company that essentially loaned people who would struggle to get a loan elsewhere.

One of the victims in the case inherited money after her brother’s death that she planned to use to pay off her mortgage. However, Tanner convinced her to invest her, and she lost 120 thousand euros and is still paying her mortgage.

Mr. Tanner of Battery Court, Market Square, Malo Ko Cork has pleaded guilty to a number of sample counts of fraud and document forgery. The time period refers to various dates from November 2010 to December 2015.

Det Garda James O’Reilly told Judge Sean O’Donabhine that the case involved five injured parties.

Mr. Tanner was arrested by appointment in December 2018 after a concerned employee sounded the alarm after being personally affected by the fraudulent conduct of the defendant.

good back

The woman had inherited more than €200,000 after her brother’s death in 2010. She had a mortgage with Mr. Tanner and said she wanted to pay it off. He said it was not wise to pay off the mortgage and the woman succeeded in the investment.

He told the woman that she would get a « good return » from different policies. The injured party trusted him and had no reason to question his advice.

In 2013, Mr. Tanner offered the woman a part-time job, and she began noticing that « everything wasn’t going well ».

READ  Une entreprise d'énergie éolienne offshore crée 500 emplois

The woman realized that many of Tanner’s clients were losing money. I talked to him about the money she had invested with him, and he promised to pay it back. She was charging small amounts per month and still losing more than 120 thousand euros.

In a victim impact statement, the woman said what Mr. Tanner had done was a « betrayal of her brother’s memory ».

“Mr. Tanner took advantage of me. I was an idiot. I felt ashamed and depressed. I suffer every day. She took everything from me.

Brother’s memory

« While I was in a volatile state and still grieving over my brother’s death, he (Tanner) advised me to invest the money. The accused pleaded guilty to taking 120,000 euros from my money. This amount of money would have meant a lot to our family. It would have allowed us to pay off the house and feel some financial security. »

It is also a betrayal of my brother’s memory. He wanted his money to be good for me and my children. Our lives are still affected because that money would have done so much financially for me and my family.”

Det Garda O’Reilly said Mr. Tanner provided false bank statements with some of his clients in an attempt to pretend that all was well with the company.

One of the men who invested in a scheme that Mr. Tanner advised him to join ended up losing more than €40,000 while the doctor lost more than €43,000. Another woman lost 5,000 euros.

Mr. Tanner was arrested in late December 2018. He admitted falsifying documents and said many investments had failed to generate returns.

READ  Supply chain stress threatens Christmas gifts and festive foods

The state’s attorney, Ray Boland, said the guilty plea in the case was of great help given the complications that would undoubtedly arise in a long and difficult trial.

celtic tiger

Defense attorney James O’Mahony said Mr. Tanner was a separated father of three and at one point ran a business of up to 30 employees. He struggled with the collapse of the Celtic Tiger and was working alone in Mallo after running a business in Cork City.

Garda O’Reilly agreed that Mr. Tanner had made no fortune from his wrongdoings.

Judge O’Donabhine said Mr. Tanner was in a position of confidence and « was uniquely negligent in the performance of his duty » to his clients.

He said that the case was at a higher level of dishonesty and that a number of parties were harmed without the possibility of compensation.

Bearing in mind the value of the guilty plea, he imprisoned Mr. Tanner for seven years with the last two years suspended from his sentence.

Continue Reading
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Economy

Au moins une douzaine de personnes se rassemblent devant un nouveau développement de Cork avant son lancement samedi

Published

on

Au moins une douzaine de personnes se rassemblent devant un nouveau développement de Cork avant son lancement samedi

Au moins une douzaine de personnes se sont rassemblées devant un nouveau projet immobilier à Cork plus tôt dans la journée, avant son lancement officiel demain.

Le projet Bayly, situé près de Carrigaline Road à Douglas, devrait commencer les visites à domicile samedi de 12h à 14h – avec une deuxième série de visites dimanche.

L’attente pour assister aux projections aurait commencé dès 14 heures jeudi.

Il est entendu que ceux qui font la queue à l’extérieur du projet espèrent avoir la chance de soumissionner sur l’une des 30 premières maisons lancées dans le cadre du projet de 193 logements.

La propriété sera principalement composée de maisons jumelées, la maison de ville de trois chambres à mi-terrasse la moins chère étant disponible pour les acheteurs potentiels à partir de 445 000 €.

Le domaine proposera également des options pour des maisons de ville de quatre chambres à mi-terrasse, au prix de 560 000 €.

Le projet a reçu environ 4 000 candidatures intéressantes, la plupart des logements étant éligibles aux programmes d’aide à l’achat et de première maison.

Les propriétés seront également accompagnées d’un BER A2, ce qui les rendra éligibles aux prêts hypothécaires verts.

Il s’agira du premier développement à Cork à être livré par les promoteurs basés à Dublin, Cairns Homes, les propriétés étant vendues aux acheteurs par l’intermédiaire de l’agent de location Savills.

Savills a été contacté pour commentaires à ce sujet.

Continue Reading

Economy

Un ancien employé de Lidl retire sa plainte pour préjudice corporel après avoir montré une vidéo de l’entraînement au tribunal

Published

on

Un ancien employé de Lidl retire sa plainte pour préjudice corporel après avoir montré une vidéo de l’entraînement au tribunal

Une ancienne employée de Lidl qui avait poursuivi le supermarché en justice, affirmant qu’elle s’était blessée au dos au travail, a radicalement retiré sa plainte devant la Haute Cour après la diffusion d’une vidéo d’elle faisant des exercices vigoureux dans une salle de sport.

La vidéo, prise par des enquêteurs privés pour la chaîne de grands magasins, montre cette semaine Ewa Ledzińska courant sur place, balançant un ballon, soulevant des poids, s’étirant et faisant des burpees, qui impliquent des squats et des sauts, au cours d’une séance d’entraînement d’une demi-heure.

L’avocat de Lidl, Finbarr Fox SC, mandaté par Wayne Finn du cabinet Holmes O’Malley et Sexton, a déclaré à Mme Ledzinska qu’elle était suffisamment qualifiée pour être dans l’armée et qu’il s’agissait d’une formation rigoureuse.

« Pour moi, il s’agit d’étirements et de cardio », a répondu Ledzińska.

La femme de 42 ans, qui vit à Kildare, a poursuivi son ancien employeur Lidl Irlande, affirmant qu’elle avait subi une grave blessure au dos et qu’elle souffrait de maux de dos persistants en raison de ses conditions de travail dans la succursale Lidl de Newbridge.

Elle dit que ses maux de dos ont commencé en 2021 lorsqu’elle a soulevé une boîte de 25 kg alors qu’elle se préparait pour le rayon des spéciaux. Le tribunal a appris que sa demande, qui comprenait un manque à gagner et une somme pour aides et appareils, s’élevait au total à 300 000 € de dommages et intérêts spéciaux.

Mme Ledzinska n’a plus travaillé depuis et a déclaré au juge Michael P. O’Higgins qu’elle recevait désormais une pension d’invalidité. Elle a dit qu’elle souffrait de douleurs et de « problèmes moteurs » et qu’elle restait debout deux à trois heures chaque nuit.

READ  Les États-Unis font face à une opposition face à de nouvelles restrictions sur les puces chinoises à l’approche des élections.

Le deuxième jour de l’audience, le tribunal a vu une vidéo de Mme Ledzinska, filmée pendant deux jours cette semaine, prise par des enquêteurs privés pour le compte de Lidl.

M. Fox a déclaré à Mme Ledzińska qu’elle avait dit au juge qu’elle ne pouvait faire que des exercices doux de Pilates. « Vous n’en avez pas parlé au juge. C’est très, très loin du Pilates doux », a-t-il déclaré.

Il a dit qu’elle se présentait comme une femme handicapée qui ne pouvait pas marcher pendant plus de 10 minutes, et qu’elle suivait un entraînement intense.

J’ai deux jambes, répondit Mme Ledzińska; J’ai deux bras et je ne suis pas en fauteuil roulant. « Je ressens toujours de la douleur. »

Elle a reconnu que les exercices de Pilates n’étaient pas agréables et a déclaré qu’elle avait commencé à aller au gymnase en février dernier, mais qu’elle avait fait une pause en mars parce que c’était trop douloureux pour elle avant de reprendre le travail au gymnase.

Fox a déclaré à Mme Ledzińska qu’elle affirmait qu’elle avait « trompé le ministère de la Protection sociale et qu’elle ne devrait pas toucher une pension d’invalidité plus élevée que l’homme sur la lune ». Mme Ledzińska a répondu que pour percevoir une pension d’invalidité, elle devait envoyer les résultats d’une IRM.

L’avocat lui a expliqué qu’elle avait délibérément cherché à induire le tribunal en erreur sur l’ampleur de sa blessure. Mme Ledzińska a répondu qu’elle avait deux mains et deux jambes et qu’elle souffrait toujours. Elle a dit qu’elle avait des jambes fortes mais pas le dos.

READ  Rappel étendu de viande et de poisson de Dunnes, Lidl, Centra, Marks and Spencer

A ce stade, le juge Michael P O’Higgins est intervenu et a déclaré qu’il ajournerait l’audience pour une courte période car il y avait des questions à discuter entre les parties. Il a conseillé à Mme Ledzińska d’écouter ses conseillers juridiques.

Lorsque le tribunal est revenu, l’avocat de Mme Ledzińska, Michael Byrne SC, a déclaré au juge qu’il s’agissait d’une affaire difficile et que Mme Ledzińska retirait désormais sa demande et que son dossier pouvait être rejeté. Il a également accepté de contribuer aux frais de justice de Lidl.

Mme Ledzińska n’était pas présente au tribunal pour retirer sa demande.

Continue Reading

Economy

La Cour d’appel réduit les dommages « disproportionnés » pour les dommages corporels – The Irish Times

Published

on

La Cour d’appel réduit les dommages « disproportionnés » pour les dommages corporels – The Irish Times

La Cour d’appel a réduit les dommages-intérêts accordés après avoir jugé qu’ils étaient « si disproportionnés qu’ils constituaient une erreur de droit ».

Le juge Seamus Noonan a déclaré que la décision était « d’autant plus erronée » que le juge de la Haute Cour n’avait pas pris en compte les directives relatives aux dommages corporels dans son jugement oral, une étape requise par la législation.

Le juge a ajouté qu’il était « remarquable » qu’aucune équipe juridique chargée de l’affaire n’ait fait référence aux lignes directrices lors de l’audience ni fourni « une quelconque assistance » sur la manière de gérer l’évaluation des dommages et intérêts pour les blessures du plaignant.

Les lignes directrices ont été introduites en 2019 dans le but de normaliser les indemnités pour les blessures courantes.

Le juge Noonan, soutenu par deux collègues, a jugé que le jugement de la Haute Cour de 99 162 € au titre de la pleine responsabilité devait être réduit à 59 162 €. En appliquant une réduction de 15 pour cent pour négligence contributive, le montant net accordé par la Cour d’appel s’élève à 50 287 €.

L’indemnité a été accordée à Courtney Collins pour les blessures qu’elle a subies lors d’un « horrible » accident de voiture en mars 2019, alors qu’elle avait 15 ans. Le juge Noonan a déclaré qu’elle et trois camarades d’école étaient passagers de la voiture conduite par Stefan Barem. Le juge a déclaré que la voiture roulait à « vitesse excessive » dans un virage, a perdu le contrôle, a heurté un arbre et a roulé dans un champ.

READ  Deux entreprises alimentaires ont émis des ordonnances de fermeture le mois dernier · TheJournal.ie

Le juge a déclaré que Mme Collins, dont l’adresse était Clonmore, Hackettstown, comté de Carlow, avait décrit la scène comme chaotique et « extrêmement effrayante ». Les vitres de la voiture ont été brisées et ses amis gisaient par terre après avoir été éjectés de la voiture. Quelqu’un criait de douleur.

Son affaire concernait M. Barm, Anneli Barm et Thomas Barm, décrits comme les propriétaires de la voiture.

Ils ont reconnu, sous l’égide de l’assureur AXA DAC, une responsabilité partielle sous réserve d’un aveu de négligence de la part de Mme Collins, qui ne portait pas de ceinture de sécurité. La juge de la Haute Cour, Sian Ferriter, a estimé qu’elle était responsable à 15 % de ses blessures.

Mme Collins a affirmé qu’elle souffrait toujours de douleurs au cou et au dos qui ne s’étaient pas améliorées malgré le traitement. Elle voulait élever des chiens mais s’en sentait physiquement incapable. Elle a déclaré qu’après avoir effectué des tests, les médecins ont déclaré qu’elle souffrait d’une maladie congénitale de la colonne vertébrale.

Elle a affirmé avoir subi d’autres blessures physiques et être devenue déprimée, ce qui a affecté sa motivation à fréquenter l’école ou à travailler.

Un juge de la Cour supérieure a déterminé que sa blessure prédominante était d’ordre psychologique et que son SSPT avait bouleversé presque tous les aspects de sa vie depuis plusieurs mois, même si la situation s’est améliorée.

Il lui accorde une indemnité générale de 55 000 € à ce titre et un « complément » de 40 000 € pour ses autres blessures.

READ  Un joueur du Dublin Lotto remporte le jackpot de 3,8 millions d'euros lors du tirage de samedi

Les défendeurs ont fait appel de la décision de la Cour suprême, arguant qu’elle était excessive, insuffisamment expliquée et constituait une dérogation aux lignes directrices de 2019.

Dans sa décision sur l’appel jeudi, le juge Noonan a déclaré qu’il était « quelque peu ironique » que les accusés se plaignent que le juge n’ait pas tenu compte des lignes directrices, alors qu’eux-mêmes n’y avaient fait aucune référence ni à des cas comparatifs.

Le fait que le juge de la Cour suprême ait fait référence aux concepts de « délit dominant » et de « délit croissant » suggère qu’il avait au moins une large connaissance des lignes directrices de 2019 et de la manière de les appliquer.

En évaluant la valeur des blessures psychiatriques de Mme Collins, le juge Noonan a noté que les accusés ont admis qu’elles pourraient valoir jusqu’à 35 000 €. Donc, cela devrait rester.

Il a été estimé que sa blessure à la colonne vertébrale devait être classée comme une blessure mineure au dos et donner lieu à une indemnité de 15 000 €. Il estime à 5 000 € les dommages causés à une de ses dents de devant, à 3 000 € ses acouphènes « légers », les deux petites cicatrices sur le bras à 5 000 € et le gonflement de la tête, qui s’est atténué au bout de deux semaines, à 2 000 €.

Il a déclaré que ses blessures non dominantes devraient être réduites d’un tiers pour refléter équitablement leur chevauchement temporel. Cela porte le total des dommages généraux à 55 000 €, qui viennent s’ajouter aux 4 162 € de dommages spéciaux convenus.

READ  Lotto results as Ireland gamblers miss out on massive €13m jackpot

En tenant compte de 15 pour cent de faute contributive, l’indemnité nette s’élève à 50 287 €.

Continue Reading

Trending

Copyright © 2023