Connect with us

Economy

A seismic year in Irish banking and finance

Published

on

Earthquakes are really the only way to sum up the past year in the Irish banking and financial services sector.

We went into 2021 with five major retail banks, which among themselves had a large footprint in branches across the country.

And we’re going to get out of it with two of those banks on the way out and a dozen fewer branches.

In fact, a lot has happened in 2021 in the industry, and it’s hard to know where to begin.

Let’s start from the beginning, or even earlier.

Withdrawals

It was in September of 2020 when the Irish Times suggested that Ulster Bank’s parent company, NatWest, conduct a strategic review of its operations in the Republic of Ireland which could eventually bring them to a halt.

But it took senior officers in London until February 19 to finish the review, which already confirmed that after so many years of battling for a decent return for its capital, Ulster Bank would have closed here in an « orderly and measured manner ».

Despite rumors from a long time ago, The decision, however, came as a shock The bank’s 1.1 million customers and 2,800 employees.

It also upset the financial community, the government, and the broader political class.

What, after all, would you say about the banking market in Ireland if the big, well-established lenders were willing to pick up the baton and take their capital elsewhere?

Part of the announcement included news of the signing of a Memorandum of Understanding with AIB which, if concluded, would buy the competitor €4.2 billion in commercial loans from Ulster Bank.

Those negotiations continued in full swing and by the end of June the talks were over. With AIB agreeing to buy the book for €4.1 billion and take in 280 Ulster Bank employees.

Talks between Ulster Bank and permanent TSB over the other assets have taken a little longer.

It was end of July before signing a non-binding memorandum of understanding It was envisaged that PTSB would purchase the Untracked Mortgage Book, perform the SME loan business, the Lombard Asset Finance unit and 25 sub-locations in the Ulster Bank network.

Then, earlier this month, the €7.6 billion deal became binding.

When the deal ends, maybe next year, PTSB will pay 6.4 billion euros in cash financed from internal sources And NatWest will acquire 16.7% of the new, expanded shares of TSB, reducing the state’s current 75% stake in the process.

450 employees are scheduled to be transferred to the PTSB as part of the arrangement, which is expected to be completed in late 2022 or early 2023.

But Ulster Bank wasn’t the only lender here eyeing the door.

KBC sells working loans to Bank of Ireland

KBC eyes door

KBC announcement in April That he was also looking for a way out was a much bigger surprise.

The Belgian lender did not give a clear reason at the time, but said it had just said it had opened talks with the Bank of Ireland about a possible sale of its assets and its outstanding loan obligations and that it would look elsewhere for a buyer due to its non-performance. loans.

It was another shocker, coming from a bank with a history in the Irish market going back to 1978, 1,246 employees, 12 centers and about 320,000 customers.

As with Ulster Bank, the talks did not stop, and by August KBC has announced plans to sell its €1.1 billion non-performing loan portfolio to funds managed by the private equity firm, CarVal Investors, With loans that will be managed by Pepper Finance.

READ  Supermarché pour annuler les dates mieux avant les dates sur des centaines de produits

Negotiations with the Bank of Ireland took a little longer, but in October the two parties sealed a €5 billion deal in which BoI would buy essentially all of KBC’s €8.9 billion loans and €4.4 billion ledger of deposits, sealing fate. From KBC Bank Ireland.

When the two exits are completed next year or possibly 2023, they will dramatically change the Irish banking landscape, reducing choice and competition, but also providing additional scope for AIB and the Bank of Ireland that could enable them to cut costs and become stronger lenders.

For PTSB, the departure of Ulster Bank, and the deal that must follow, is potentially transformative, transforming it into the nation’s third largest retail bank and providing the foundations for what could be a long-needed third banking powerhouse.

It’s a huge gamble even though CEO Eamonn Crowley, the board of directors and the government, which still own 75% of the bank.

If announcing the planned departure of two of the top five banks here wasn’t enough, there’s a lot going on inside the remaining banks as well.

Call the Bank of Ireland with time at 103 branches

Branches closed

While the PTSB was looking to expand its branch network through an acquisition, the Bank of Ireland came under fire from community and business groups as well as politicians when it was revealed in early March. It plans to close 103 branches in the Republic of Ireland and Northern Ireland.

The bank said that a turning point has been reached in the use of digital banking services, driven by the epidemic, and as a result the turnout in some branches has fallen below sustainable levels.

However, a deal was struck with An Post to give Bank of Ireland customers banking services at more than 900 locations across Ireland.

Along the same lines, AIB has also reduced its physical footprint, revealing plans in July to close 15 branches In urban and suburban areas are integrating their operations with others nearby.

Most of the affected branches were in Dublin and Cork and like the Bank of Ireland, AIB said it would rely more on An Post to provide some of its meter-based services in the future.

A tale of two stockbrokers

In addition to the restructuring, both banks have also been on acquisitions, looking at opportunities to expand their revenue streams away from purely interest-based income.

READ  Comment faire une bonne affaire et connaître vos droits de consommateur - The Irish Times

Thus, when the second of two attempts to sell Goodbody Stockbrokers failed to separate Chinese buyers in July of 2020, AIB swooped and began talks with its owners, Fexco and Goodbody senior management.

This culminated with Announcing a deal in March that saw the bank buy Ireland’s oldest stockbroker for €138 million, which was later completed in September.

Davy has been described as a potential buyer of Goodbody, after the failure of the second Chinese deal.

But in what may prove to be a strange turn of events, on the day AIB first signed the Goodbody deal, came an announcement that would eventually precipitate the sale of Davy himself.

Davy was put up for sale shortly after being fined by the Central Bank

On March 2, the Central Bank of Ireland fined Davey €4.1 million for a series of regulatory breaches.

The penalty was imposed because Ireland’s largest stockbroker acted for a real estate developer client in a bond transaction, without telling him that the buyer was a consortium of Davy’s employees.

The controversy quickly grew and within three days the CEOs, CEO Brian McKiernan, Vice Chairman, Kieran McLaughlin, and Head of Bonds, Barry Nagel left the organization.

The broker then lost its position as a major dealer in Irish government bonds, which led to the bond office closing and layoffs.

The scandal left Davy reeling, and although all of the consortium’s participants had left the organization at this point, many continued to own a significant portion of the company, a situation externally seen as untenable.

And so, just over a week after the central bank fine was revealed, Davey was put on the market.

There was a lot of interest, despite the obvious and stinging damage to the broker’s reputation.

But in the end, it was the Bank of Ireland who would win, Securing the Company’s Wealth Management and Capital Markets divisions for €440 million plus an additional €125 million of cash that was to be earned from the sale of two other parts of the company.

This development, authorized by competition regulators in early December, marked an unusual turn of events for Ireland’s most famous stockbroker.

The unintended consequence of selling both Davy and Goodbody was that the government was forced to soften its stance on the ban on bonuses in banks, with both companies’ current pay structures remaining in place, despite the change of ownership.

fines

Davey wasn’t the only financial services company to feel the heat of the regulators though.

The central bank imposed heavy fines on Ulster Bank and the Bank of Ireland

in March Ulster Bank has been fined a record 38 million euros For her role in the mortgage tracker controversy.

During its executive investigations, the Central Bank revealed what it described as « grave failures » by the bank in its treatment of 5940 clients over the 16 years from 2004 until last year.

The abuses included extended periods of overcharging, which resulted in the loss of 43 customer properties, including 29 family homes.

READ  Eddie Rockets' future is in jeopardy as managers announce heavy losses

The Bank of Ireland also received a big knuckles fame from the Central Bank in December, fined €24.5 million for regulatory breaches related to IT systems and related internal controls.

All major banks continued to reduce their exposure to bad loans by selling their portfolios throughout the year.

AIB also revealed a plan to sell the UK small business loan book to Alantra for €713 million.

A process was announced to start selling some of the state stake in AIB in December

Reducing the state’s share

With both AIB and Bank of Ireland starting to grab investors’ attention once again, the finance minister decided it was a good time to start selling some of the state stakes in both lenders.

The Bank of Ireland was where this process first began, with the announcement in June The government will begin selling part of its 13.9% stake in the Bank of Ireland over six months.

The sale was to take place through a pre-arranged trading plan and carried out in a « calculated and orderly » manner.

The shares were not to be sold below a certain price that the Finance Ministry had to keep under review, and the number of shares sold would depend on market conditions.

The process began shortly thereafter, at which point the state’s share had fallen to less than 8%.

The apparent success of the strategy led to a similar decision regarding state ownership of 71% in the Arab Investment Bank.

On December 21, the Minister of Finance announced A similar process was to begin with that, over the next six months.

Finance Minister Pascal Donohoe said the government’s continued pandemic support for the economy was one of the factors behind its decision.

Non-bank lenders

While conventional banks were downsized and resized, non-bank lenders continued their aggressive march into the Irish market.

Revolut has expanded its Irish user base to 1.5 million driven in part by the pandemic, and N26 has continued to add more customers here.

Dutch digital bank Bunq has bought Irish SME lender Capitalflow and appears poised to enter the fray after seeking permission to bring its services to market here.

Competition has also intensified in the mortgage market, with lenders such as Avant Money and Finance Ireland introducing new long-term fixed rate offers.

With such dramatic turmoil sweeping the industry, it is perhaps not surprising that calls, led by the Federation of Financial Services, are emerging for a government-backed review of the sector’s future.

In November, the Minister of Finance published the terms of reference for this operation, which will examine where banking and financial services are today and where they may go in the coming years.

Despite the extraordinary events of the past twelve months, he would be a brave person who would try to foresee it.

Continue Reading
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Economy

« Je me suis réveillé et j’ai réalisé qu’il manquait 5 140 € sur mon compte » – Des escrocs ont volé l’argent d’un client Revolut pendant qu’il dormait

Published

on

« Je me suis réveillé et j’ai réalisé qu’il manquait 5 140 € sur mon compte » – Des escrocs ont volé l’argent d’un client Revolut pendant qu’il dormait

La victime du crime est elle-même un expert en cybersécurité et a insisté sur le fait qu’elle ne répondait jamais aux e-mails ou SMS frauduleux.

Ces commentaires interviennent après que la publication ait fourni à la société de technologie financière à croissance rapide un autre lot de cas de clients qui avaient été en contact avec elle après un accès frauduleux à leurs comptes et le vol de leur argent.

Un expert en cybersécurité, qui déclarait ne jamais répondre aux SMS et emails frauduleux, s’est fait voler plus de 5 000 € sur son compte alors qu’il était au lit et n’utilisait pas son téléphone. Il a insisté sur le fait qu’il n’avait pas autorisé le paiement.

Revolut a refusé de rembourser son argent, mais a fait marche arrière lorsqu’il a été contacté par cette publication.

Plus tôt ce mois-ci, Indépendant irlandais Elle s’est enquise d’un certain nombre de cas avec Revolut dans lesquels ses clients ont été victimes d’activités frauduleuses ou ont vu leurs comptes fermés sans explication.

En réponse au dernier lot de cas, Revolut a déclaré qu’il les avait réexaminés et avait contacté directement les clients.

Beaucoup de ces clients se sont plaints de ne pas avoir pu obtenir ce qu’ils considéraient comme une réponse appropriée de l’application d’argent lorsqu’ils ont tenté de leur restituer l’argent après l’attaque des fraudeurs.

La Bank of Ireland réagit aux changements de compte d’épargne Revolut

Le client, qui travaille dans le domaine de la cybersécurité et affirme ne pas répondre aux e-mails ou aux appels suspects, s’est réveillé et a découvert que son téléphone était en cours de réinitialisation.

READ  Décision inattendue sur l'alcool dans certains magasins de Dublin le jour de la Saint-Patrick en raison d'une "demande de Gardai"

« Une fois que j’ai récupéré mes applications, je me suis connecté à Revolut et j’ai réalisé qu’il manquait de l’argent », a-t-il déclaré. Il se rend alors compte que 5 140 € ont été prélevés sur son compte.

Il a déclaré que les paiements étaient allés sur un compte Revolut britannique.

Il l’a signalé à Revolut, « qui n’a pas voulu se manifester et accepter qu’il y avait un problème et dire que mon application Revolut avait été piratée ».

Après que cette publication ait couvert son cas, il a récupéré son argent auprès de Revolut, mais sans aucune reconnaissance de la part de l’entreprise ni explication de ce qui s’est passé.

« Si ce n’était pas pour irlandais indépendant, « Je n’aurais pas pu récupérer mon argent et j’aurais été laissé pour compte », a déclaré l’expert en informatique.

Revolut a demandé à un client, dont le cas était également étudié par cette publication, de contacter son service des crimes financiers, et à un autre client de contacter son service des plaintes.

D’autres ont été invités à porter leur cas devant le Bureau du médiateur des services financiers et des retraites à Dublin. Ces gens ont tous dit qu’ils ne pouvaient même pas obtenir de réponses de Revolut. Indépendant irlandais Demandez des réponses en leur nom.

Lorsqu’on lui a demandé si Revolut avait tendance à ignorer les personnes lorsqu’elles étaient fraudées, la banque a déclaré qu’elle prenait la fraude et le risque à l’échelle du secteur que les clients soient contraints par des criminels organisés « incroyablement au sérieux ».

« Nous offrons une protection solide à des millions de nos clients et analysons plus d’un demi-milliard de transactions par mois », a-t-elle déclaré.

READ  Espèces ou carte ? Une société sans numéraire commence à prendre le dessus

« En 2023, nous avons pu éviter plus de 550 millions d’euros de pertes potentielles liées à la fraude pour nos clients dans le monde, malgré le fait que plus d’un million de nouveaux clients rejoignent Revolut chaque mois.

La société a déclaré qu’elle comptait désormais 2,7 millions de clients en Irlande.

Il a été demandé à Revolut si ses systèmes étaient piratés, car certains clients affirmaient que leurs comptes étaient nettoyés pendant leur sommeil.

La société a insisté pour que les clients saisissent des codes d’authentification pour vérifier les paiements.

Il a également été demandé à Revolut s’il y avait un autre problème avec ses systèmes, notamment concernant les cartes virtuelles pour les comptes clients.

« Les systèmes Revolut continuent de fonctionner sans problème, ce qui inclut les protections robustes que nous offrons à nos millions de clients », a-t-elle déclaré.

Lorsqu’on lui a demandé comment les fraudeurs accèdent aux comptes, étant donné qu’un certain nombre de clients affirment ne pas avoir interagi avec des fraudeurs, Revolut a répondu qu’il s’agissait d’une question complexe et sensible pour les criminels.

« Revolut ne divulgue pas ces détails publiquement, car les publier pourrait enseigner aux criminels comment d’autres ont été victimes d’arnaques, ce qui pourrait aggraver le problème », a-t-elle ajouté.

Il a ajouté que, comme d’autres banques, elle utilise toute une série de mesures pour protéger ses clients, mais que les fraudeurs ciblent de plus en plus directement les consommateurs.

Il a déclaré que lorsqu’il y a des cas de fraude, les banques et autres institutions financières devraient constituer la dernière ligne de défense, et non la seule.

READ  Supermarché pour annuler les dates mieux avant les dates sur des centaines de produits
Continue Reading

Economy

« Du jamais vu » – La décision de l’Abbey Theatre qualifiée d’« insulte au public »

Published

on

« Du jamais vu » – La décision de l’Abbey Theatre qualifiée d’« insulte au public »

La décision de l’Abbey Theatre de rester « dans le noir » pendant plus de neuf semaines cet été a été critiquée comme une « insulte au public et un gaspillage de l’argent public ».

Les acteurs et autres professionnels du théâtre qui ont parlé dimanche au Irish Mail ont déclaré que c’était incroyable au plus fort de la saison touristique, notant également que cela signifie que le Théâtre national n’emploiera que trois acteurs sur sa scène principale entre le 20 juillet et la fin de cette année. . .

Il s’agit d’un rapport sur la décision rendue dans monastère Il n’a pas encore été soumis au Conseil des Arts, ce qui soulève des questions sur le financement gouvernemental annuel du théâtre.

Un acteur chevronné a affirmé que l’institution qui est censée soutenir et nourrir le théâtre et les personnes qui y travaillent « fait exactement le contraire ».

Ils ont dit au ministère de la Fonction publique : « Monastère, tel ». RTÉ, a le devoir de s’adresser aux masses et également de réussir commercialement ; Ce n’est pas le cas en ce qui me concerne. Une fermeture de neuf semaines en été n’est pas rare.

L’abbaye deviendra sombre après sa pièce actuelle, The Sugar Wife.

L’acteur a cité l’exemple du Gate Theatre, qui a présenté une production de « Dancing at Lughnasa » lors de sa diffusion estivale, ce qui, selon eux, créerait des emplois et serait un succès certain.

« C’est une évidence : tous les concierges des grands hôtels de Dublin recommanderont à leurs clients d’aller le voir… L’ironie est que Lughnasa est une pièce de théâtre d’abbaye. »

« Vous voyez Paul Mescal, Saoirse Ronan et Jess Buckley se produire à Londres et à New York et remporter d’énormes succès. Pourquoi ne peuvent-ils pas être sur la scène de l’Abbey ?

READ  Eddie Rockets' future is in jeopardy as managers announce heavy losses

Plus tôt ce mois-ci, l’Abbey Theatre a annoncé une longue fermeture estivale sans précédent, affirmant que les scènes « nécessitaient des travaux critiques de mise à niveau et de maintenance en août ».

The Sugar Wife d’Elizabeth Coté, qui ouvre la semaine prochaine et se déroule jusqu’au 20 juillet, sera la dernière production avant le 21 septembre, date à laquelle Grania de Mme Gregory est prévue pour l’ouverture.

La production actuelle ne met en vedette que trois acteurs et remplace la pièce de Marina Carr, Boy, qui était initialement conçue comme une saison commémorative pour Mme Gregory, l’une des fondatrices du théâtre. Des sources affirment que la décision de ne pas monter la pièce de Carr était une décision financière, car elle compte 12 acteurs.

Le monastère n’a pas répondu aux demandes spécifiques du ministère de la Fonction publique concernant la fermeture controversée, mais a déclaré qu’il avait fixé une « période de maintenance obligatoire en août ».

Saoirse Ronan à Broadway
Saoirse Ronan à Broadway.

Un porte-parole de l’entreprise a déclaré que c’était une « norme de l’industrie » que ce travail soit effectué chaque année sur les sites.

« En raison de l’âge et de l’état du bâtiment du monastère, nous planifions cet entretien tous les six mois. Cela prend à chaque fois deux à trois semaines.

« Lorsque ces travaux préparatoires seront terminés, nous comptons programmer un certain nombre d’événements ponctuels à l’Abbey Theatre. »

Cependant, des sources ont indiqué que les théâtres et autres lieux effectuent toute leur maintenance en janvier, ce qui n’est pas l’une des périodes les plus chargées de l’année. Par ailleurs, aucun rapport sur la gestion et la culture du théâtre n’a encore été soumis au Conseil des arts ni publié.

READ  Plus de vols Aer Lingus annulés à l'aéroport de Dublin

Le théâtre reçoit chaque année environ 8 millions d’euros de financement public du Conseil des Arts.

Mais l’année dernière, un financement partiel – estimé à environ 1 million d’euros – a été retenu jusqu’à la soumission du rapport. Il semblerait que le Conseil des Arts ait déclaré au théâtre que la réception du rapport était une condition d’obtention du financement cette année. Comme pour un rapport similaire sur les problèmes de gestion chez RTÉ, il est rédigé par Crowe Consulting.

Comme ce fut également le cas pour la National Broadcasting Corporation, le Théâtre national a versé d’importantes indemnités de départ.

En 2019, les réalisateurs sortants Neil Murray et Graham McLaren ont gagné à eux deux 695 000 €.

Paul Mescal à Londres
Paul Mescal à Londres.

La fermeture signifie que les acteurs, réceptionnistes et autres travailleurs ne recevront pas leurs salaires pendant que la direction continue de payer leurs salaires. Le monastère a refusé de préciser le nombre de personnes concernées par la fermeture.

Un porte-parole de la compagnie a déclaré : « Dans l’ensemble de ses opérations, l’Abbey Theatre adapte ses besoins en personnel occasionnel en fonction des besoins, comme n’importe quel théâtre. »

En 2016, l’administration du monastère a été ébranlée par un mouvement de protestation des travailleuses du théâtre qui, sous le slogan « L’éveil des féministes », réclamaient l’égalité des sexes dans le théâtre.

À la suite de la protestation, davantage de femmes ont été nommées à des postes de direction et davantage de travail a été confié aux écrivaines. Cependant, l’Irish Arts Magazine 2023 a affirmé que le processus était allé trop loin.

READ  L'analyse indique que l'aéroport de Dublin est le deuxième aéroport le plus stressant d'Europe

Faisant référence à la saison de Gregory, qui mettait en vedette presque toutes les écrivaines féminines cette année, la revue a déclaré : « Le programme déséquilibré d’Abby soulève de sérieuses questions. » Sept pièces de six femmes écrivains… qui ne laissent aucune place aux autres voix, vivantes ou mortes. Y compris Lady Gregory elle-même. Ou des hommes. Cela aurait dû être fait depuis longtemps, diront certains. Cependant, l’idée sur laquelle repose le Théâtre National est qu’il s’agit d’un théâtre national pour tous. Les féministes en éveil ont entrepris d’atteindre l’équilibre entre les sexes au théâtre. Ce qui ressemble désormais plus à un échange de pouvoir qu’à un partage du pouvoir.

Cela survient alors qu'aucun rapport sur la gestion du monastère n'a été soumis au Conseil des Arts, soulevant des questions sur le financement gouvernemental annuel du théâtre.
Cela survient alors qu’aucun rapport sur la gestion du monastère n’a été soumis au Conseil des Arts, soulevant des questions sur le financement gouvernemental annuel du théâtre.

Une autre source a déclaré que la décision de fermer pendant l’été témoigne d’un manque de vision de la part de l’administration du monastère.

« C’est le même manque de vision qui éloigne des Saoirse Ronan ou Paul Mescal de la scène de notre théâtre national. »

« Ces deux personnes sont très intéressées à agir en Irlande, et si les circonstances sont réunies et qu’elles sont bien contactées, elles peuvent être tentées. Mais personne ne flirte.

« Il n’y a pas d’autre mise à jour du rapport Crowe pour le moment », a déclaré l’Abbey Theatre ce week-end. Le Conseil des arts a également refusé de commenter le rapport sur la gouvernance.

Continue Reading

Economy

L’Irlande, une arnaque, a été classée deuxième pays le plus cher de l’UE en termes de biens et services.

Published

on

L’Irlande, une arnaque, a été classée deuxième pays le plus cher de l’UE en termes de biens et services.

L’Irlande est toujours bien vivante – après que les chiffres officiels ont révélé que le pays est le deuxième pays le plus cher de l’UE en matière de biens et de services.

Il s’avère que les prix ici sont incroyablement supérieurs de 42 % à la moyenne de l’UE, juste derrière le Danemark, qui est le pays le plus cher. Les chiffres de l’agence statistique de l’Union européenne Eurostat montrent que les prix dans ce pays scandinave sont 43 pour cent plus élevés que la moyenne européenne.




L’enquête montre que nos coûts de logement, tels que les loyers, les taux hypothécaires, le gaz et l’électricité, sont les plus chers de l’UE, soit plus de deux fois la moyenne. Bien que l’Irlande dispose d’un énorme secteur agricole, les prix des denrées alimentaires y sont 13 pour cent plus élevés que la moyenne. Les prix de l’alcool et du tabac sont ici les plus chers de l’UE et plus du double de la moyenne du reste de l’Europe.

En savoir plus: Des milliers de personnes sont éligibles à une subvention allant jusqu’à 30 000 € pour apporter des modifications à leur logement

En savoir plus: Conor McGregor semble se présenter à son partenaire Dee Devlin sur un yacht de luxe

L’agence officielle des statistiques de l’Union européenne a déclaré que la grande variation des prix de l’alcool et du tabac était principalement due aux taxes imposées par le gouvernement. L’Irlande a non seulement le taux d’imposition le plus élevé d’Europe, mais aussi l’un des plus élevés au monde.

READ  Les acheteurs de M&S disent que la « superbe » robe qui sort des étagères est la solution idéale pour l'été

Ceux qui aiment manger au restaurant sont également victimes d’escroqueries : l’enquête montre que les prix dans les restaurants et les hôtels sont 28 pour cent plus élevés que la moyenne de l’UE.

Les ménages irlandais sont également aux prises avec la crise du coût de la vie en Irlande, payant en moyenne 18 % de plus pour l’énergie l’année dernière.

READ  How the Penneys Online Show Can 'Dismantle Its Clients'
Continue Reading

Trending

Copyright © 2023