Connect with us

Economy

An appeal has been filed with the Supreme Court against the proposed data center in Ko Meath

Published

on

A Supreme Court challenge has been filed against Board Blinala’s decision to give the go-ahead for Co Meath’s data center.

The lawsuit was filed by Mannix Coyne and his daughter Amy Coyne, who live in Bracetown, Clonee, Co Meath, near the 24.5-hectare site where permission was granted to allow EngineNode Ltd to build a data center.

In the Supreme Court today, Judge Garrett Simmons said when granting permission to lift the judicial review proceedings that the case raised important points in domestic and EU law.

The proposed center includes four two-story data storage buildings and offices as well as linked roads and a car park.

If constructed, it is claimed that the center would require 180 megawatts of electricity per year and generate an estimated 1% of Ireland’s total annual carbon dioxide emissions.

Coynes claims that the planning authority’s decision in early July to grant planning permission was flawed, invalid and should be overturned.

Represented by attorney John Kenny Bell, with instructions from attorney Gabriel Tolan, Queens claims the decision is inconsistent with planning regulations, the Planning and Development Act 2000 and the European Union Directive on Environmental Impact Assessments.

They argue that the council failed to assess, identify and describe the environmental impact that would result from carbon dioxide emissions from the proposed development.

The council did not give any consideration to the 2015 Climate Action and Low Carbon Development Act, it is alleged.

It is alleged that granting the permission would result in the production of an extremely large amount of carbon dioxide emissions, which violate Quinn’s constitutional right to life, physical integrity and a healthy environment.

READ  L'économie russe a résisté aux sanctions occidentales - mais comment ? | Actualité économique

They also claim that they would suffer a significant loss of amenities and privacy as well as serious disruption to the horse business they run from their home, Clonee, if the center and associated businesses were to be carried out.

The lawyer said that the developer had originally proposed building a power center on the site to provide some of the energy it required.

This part of the proposed development, affecting the levels of carbon dioxide the center would generate, was dropped when the planning permission application was submitted before the council.

This material change to the original proposal was not properly evaluated by the board’s attorney.

Another aspect of Coynes’ challenge, the attorney said, is that the board of directors failed to assess the impact that the proposed roads and the rotor at the site would have on its clients.

The lawyer said the decision also goes against the European Union’s habitat directive.

In judicial review proceedings against the Board of Directors, Ireland and the Attorney General are seeking orders including to overturn the Board’s decision to allow the data center to be set up.

EngineNode Ltd is a Notice of Action party.

# Open press

No news is bad news
magazine support

is yours contributions You’ll help us keep delivering the stories that matter to you

Support us now

In a second set of related actions, Coynes is also challenging the Board’s decision to allow a substation and network connection work, associated with the proposed data center, in Bracetown and Gunnock north of Clonee.

READ  Zendesk stock falls as earnings align with views amid survey Monkey acquisition interval URL space URL space

They are also seeking to overturn this decision by the Board of Directors.

After hearing memos from the attorney, Judge Simmons said he was satisfied that Coynes had been given permission, on a unilateral basis, to file both appeals.

The judge said the case raised important points in local and EU laws, aspects of which have not yet been determined by the courts.

The judge also halted the decisions, forbidding any work to be carried out on the site, until the matter then goes back to the court.

He also gave the parties permission to return to court in an effort to lift the moratorium.

The matter will return to the Supreme Court in October, when the new legal term begins.

Continue Reading
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Economy

Éteindre une seule chose dans votre voiture peut « doubler la durée de vie » de votre moteur, explique le mécanicien

Published

on

Éteindre une seule chose dans votre voiture peut « doubler la durée de vie » de votre moteur, explique le mécanicien

Un expert en conduite automobile possédant des décennies d'expérience a révélé une astuce simple qui pourrait doubler la durée de vie du moteur de votre voiture.

Avec près de 50 ans d'expérience en tant que mécanicien, Scotty Kilmer a appris une chose ou deux sur le fonctionnement des voitures et est impatient de transmettre sa sagesse. Ce technicien automobile chevronné partage un trait commun qui peut nuire aux performances d'un véhicule.

Dans une vidéo sur sa populaire chaîne YouTube, Kilmer a conseillé aux conducteurs de désactiver le démarrage/arrêt automatique de leur voiture, ce qu'utilisent de nombreuses voitures modernes.

Lire la suite : Les automobilistes irlandais paient toujours plus pour le carburant que l’été dernier, malgré quatre mois de baisse des prix

Bien que ces fonctionnalités aient gagné en popularité ces dernières années en raison de leur capacité à réduire les émissions tout en augmentant l'économie de carburant, Kilmer n'en est pas si sûr, expliquant que la technologie pourrait simplement entraîner une usure plus rapide du moteur.

Il a déclaré: « [Turning it off] C'est une chose intelligente à faire. La technologie marche/arrêt est la chose la plus stupide qui ait été introduite depuis des années. 97 % de l'usure se produit lorsque vous démarrez votre voiture, alors souhaitez-vous continuer à la démarrer et à l'éteindre ? Pas si vous voulez que votre voiture dure plus longtemps.

Heureusement, la fonction stop/start peut être facilement désactivée à l'aide d'un interrupteur à bascule que l'on trouve généralement sur le tableau de bord, souvent marqué de la lettre A entourée d'une flèche circulaire. Une petite lumière indique généralement lorsque le paramètre est désactivé.

READ  Les prix des maisons ont augmenté de près de 11 %
Cette fonctionnalité peut être facilement désactivée (Image : Getty)

Les conseils du mécanicien ont choqué les utilisateurs des réseaux sociaux, car de nombreux propriétaires de voitures ont afflué vers les commentaires pour le remercier de ses conseils.

L'un d'eux a commenté : « Je conduisais récemment une voiture de location dotée de cette fonctionnalité, et après avoir réalisé que la voiture ne s'arrêtait pas à chaque feu rouge, j'ai réalisé ce qui se passait. Je pensais que c'était… pire pour le moteur que de simplement tourner au ralenti.  »

Un autre a déclaré : « J’ai déjà testé une voiture avec cette fonction et j’ai trouvé cela ennuyeux. »

Rejoignez le service d'actualités de l'Irish Mirror sur WhatsApp. Cliquez sur ce lien Recevez les dernières nouvelles et les derniers titres directement sur votre téléphone. Nous proposons également aux membres de notre communauté des offres spéciales, des promotions et des publicités de notre part et de celles de nos partenaires. Si vous n'aimez pas notre communauté, vous pouvez la consulter à tout moment. Si vous êtes curieux, vous pouvez lire notre site internet Avis de confidentialité.

Continue Reading

Economy

Excédent budgétaire prévu de 8,6 milliards d’euros malgré une « perte de dynamique économique » – Irish Times

Published

on

Excédent budgétaire prévu de 8,6 milliards d’euros malgré une « perte de dynamique économique » – Irish Times

Le gouvernement espère réaliser un excédent budgétaire de 8,6 milliards d'euros cette année et des excédents cumulés de 38 milliards d'euros au cours des quatre prochaines années grâce à des recettes inattendues de l'impôt sur les sociétés.

Les dernières prévisions contenues dans la mise à jour du programme de stabilisation du gouvernement, soumise annuellement à la Commission européenne, s'accompagnent d'un avertissement concernant une perte de dynamique économique au cours des derniers mois, alors que l'inflation et les taux d'intérêt continuent de peser sur les dépenses de consommation et les investissements.

L'excédent budgétaire attendu de 8,6 milliards d'euros équivaut à 2,8 pour cent du revenu national et fait suite à un excédent de 8,3 milliards d'euros l'année dernière.

Le ministre des Finances, Michael McGrath, a déclaré qu'une grande partie de la générosité du budget était due aux recettes fiscales potentiellement volatiles des entreprises du secteur multinational. Il a souligné qu'en supprimant ces recettes, on enregistrerait un déficit de 2,7 milliards d'euros cette année et de 1,8 milliard d'euros l'année prochaine.

Les recettes annuelles de l’impôt sur les sociétés sont passées de 4 milliards d’euros à 24 milliards d’euros en une décennie. Cependant, McGrath a averti que l’ère de la surperformance en matière d’impôt sur les sociétés « touche désormais à sa fin ».

« On ne peut pas compter sur ces recettes : nous avons constaté un ralentissement significatif de l’impôt sur les sociétés au cours de l’année écoulée, mettant en évidence la volatilité de cette source de revenus », a-t-il déclaré.

La solide position fiscale du gouvernement, qui reflète également la croissance annuelle des recettes de l'impôt sur le revenu et de la TVA, verra 6 milliards d'euros de ressources budgétaires transférées vers un nouveau fonds de richesse et un plus petit fonds pour les infrastructures et le climat, créé pour servir de réserves tampons. Contre les contractions futures.

READ  J'ai jeté un coup d'œil à la nourriture de Noël 2023 de Marks & Spencer et la nouvelle friandise m'a laissé « sans voix »

Les nouvelles projections permettront également de nouvelles dépenses et mesures fiscales agressives dans le budget 2025, le dernier avant les élections. Cependant, le ministre McGrath et le ministre des Dépenses publiques Paschal Donohoe ont refusé de dire si le budget respecterait la règle de dépenses de 5 pour cent que le gouvernement s'est imposée, qui vise à limiter les augmentations annuelles des dépenses à un plafond de 5 pour cent.

Le gouvernement a violé cette règle dans chacun de ses deux derniers budgets. M. Donohoe a souligné que que les dépenses augmentent l'année prochaine de 5, 5,5 ou 6 pour cent, « cette décision concerne des centaines de millions » alors que le gouvernement économisait 6 milliards d'euros « pour assurer un avenir meilleur à ce pays ».

« Pour évaluer la prudence et le soin apportés à la stratégie budgétaire, 6 milliards d'euros par an constituent un élément crucial », a-t-il déclaré.

Le document du gouvernement SPU prévoit que l'économie nationale connaîtra une croissance modeste de 1,9% cette année, en baisse par rapport aux prévisions précédentes de 2,2%, et de 2,4% en 2025.

Le rapport prévient que l'économie irlandaise a été confrontée à plusieurs vents contraires ces dernières années, avec une perte de dynamique évidente dans les données des derniers trimestres.

Un troisième terminal à l’aéroport de Dublin : nécessité urgente ou tarte en l’air ?

« Cela est dû en grande partie à deux facteurs contraires, à savoir les récents taux d'inflation élevés, qui ont affecté les salaires réels et les dépenses de consommation, et le resserrement monétaire, qui a fait grimper le coût du capital », a-t-il ajouté.

READ  The outpatient clinics are open for the first and second doses of the vaccine

Cependant, le ministre des Finances Michael McGrath a insisté sur le fait que l'économie restait dans une « forme raisonnablement bonne », avec une baisse des prix de l'énergie et une baisse de l'inflation qui en découlerait susceptible de soutenir « une amélioration des salaires réels et du pouvoir d'achat des ménages ».

Il a noté que le taux d'inflation global de cette année devrait désormais être de 2,1 pour cent, inférieur aux prévisions du jour du budget de 2,9 pour cent.

« Le point économique le plus brillant est sans aucun doute le marché du travail, qui est resté résilient tout au long de cette période de forte inflation et de taux d'intérêt élevés », a-t-il déclaré, notant qu'il y a désormais plus de 2,7 millions de personnes ayant un emploi.

Les prévisions macroéconomiques qui sous-tendent le SPU ont été approuvées par le Conseil des Finances le 2 avril, une obligation légale en vertu de la réglementation européenne.

Continue Reading

Economy

Une femme a perdu 2,7 millions d'euros sur 3 millions d'euros pour un peu plus de 1 300 euros – The Irish Times

Published

on

Une femme a perdu 2,7 millions d'euros sur 3 millions d'euros pour un peu plus de 1 300 euros – The Irish Times

Les dettes d'une femme d'environ 3 millions d'euros ont fait l'objet d'une annulation de 2,7 millions d'euros en échange d'un paiement de 1 316 euros aux créanciers et elle conservera son domicile familial selon les termes d'un accord d'insolvabilité personnelle (PIA) approuvé par la Haute Cour.

Un arrangement similaire a été approuvé séparément pour le mari de la femme qui avait des dettes de 2,66 millions d'euros, provenant pour la plupart des mêmes prêts, qui ont été annulées pour un paiement de 1 316 euros.

Les arrangements de verrouillage ont été approuvés par le juge Alexander Owens pour Thomas Johnson et son épouse Valerie, tous deux âgés de 60 ans et retraités, avec une adresse à Drumrey Road, Dunshoughlin, comté de Meath. Le tribunal a appris que Johnson travaillait à temps plein comme soignante de sa mère.

En ce qui concerne la demande déposée lundi par l'avocat Keith Farry pour le praticien de l'insolvabilité personnelle Nicholas O'Dwyer pour les deux candidats, le juge a été convaincu que les arrangements répondaient aux critères de consentement en vertu des lois sur l'insolvabilité personnelle.

Dans des documents judiciaires, les dettes totales de Johnson s'élevaient à 2 984 millions d'euros, dont environ 2,2 millions d'euros, sous forme de prêts personnels, étaient dus à Everyday Finance, qui faisait partie de plusieurs créanciers chirographaires qui ont voté contre le plan de mise en œuvre du projet proposé au Parlement. assemblée des créanciers. . Les dettes totales de Johnson, liées pour la plupart aux mêmes prêts, s'élevaient à 2 976 millions d'euros.

Le PIA proposé était soutenu par Mars Capital Ireland DAC, un créancier garanti qui doit environ 618 000 € sur une hypothèque garantie sur la maison du couple à Dunshoughlin. La valeur marchande actuelle de ce bien est de 275 mille euros, ce qui représente un déficit d'environ 343 mille euros.

READ  HS2 : Le réseau de transport effectuera le travail d'un million de camions transportant des déblais pour la ligne à grande vitesse | Nouvelles du Royaume-Uni

Aux termes de l'accord de mise en œuvre du projet, Johnson paiera 1 316 euros aux créanciers en échange de l'annulation de 2,66 millions d'euros de dette.

Johnson a déclaré dans une déclaration sous serment qu’une somme totale de 200 000 euros devait être payée dans les six mois suivant l’approbation par le tribunal de l’organisme de mise en œuvre du projet. Elle a déclaré que cela serait payé grâce au produit de la vente de la maison de sa mère à Sutton, Dublin. Selon des documents judiciaires, sa mère emménagera dans la maison de sa fille.

Le solde de l'hypothèque résidentielle de Dunshaughlin, dans le cadre du PIA, sera réduit à 275 000 € et le taux d'intérêt sera réduit de 4,15 pour cent à un taux fixe de 3 pour cent. Les remboursements hypothécaires de 665 € seront payés pendant six mois de PIA et par la suite pour la durée hypothécaire prolongée de 11 ans. Le solde impayé de 343 109 € sera alors amorti.

La Mercedes Vito de Mme Johnson a été exclue du PIA parce qu'elle devait être sous la garde de sa mère. La Nissan de son mari a également été exclue de son PIA en raison de l'emplacement de leur domicile.

Le revenu net de Mme Johnson était estimé à 1 851 € par mois et celui de son mari à 1 243 €. Après déduction des frais fixés, des frais de subsistance raisonnables et des versements hypothécaires, une contribution mensuelle de 21,60 € et de 10,99 € est mise à la disposition de l'organisme de mise en œuvre du projet.

READ  J'ai jeté un coup d'œil à la nourriture de Noël 2023 de Marks & Spencer et la nouvelle friandise m'a laissé « sans voix »

Dans un affidavit, M. O'Dwyer a déclaré que le PIA fait partie d'un accord imbriqué qui permet une distribution plus importante aux créanciers que ce ne serait le cas dans le cadre d'une procédure de faillite. On estimait que ces arrangements offraient des chances raisonnables d'être exécutés et offraient de meilleurs résultats pour les deux débiteurs que la faillite. Comme l'exige la loi, plus de la moitié d'une certaine catégorie de créanciers ont soutenu l'accord, a-t-il déclaré.

S'abonner à Alertes push Et recevez les meilleures nouvelles, analyses et commentaires directement sur votre téléphone

Continue Reading

Trending

Copyright © 2023