mai 17, 2022

7seizh

Dernières nouvelles et nouvelles du monde de 7 Seizh sur les affaires, les sports et la culture. Nouvelles vidéo. Nouvelles des États-Unis, d'Europe, d'Asie-Pacifique, d'Afrique, du Moyen-Orient, d'Amérique.

Anne Hidalgo promet de rester dans la course à la présidence française malgré des sondages lamentables | Paris

La candidate présidentielle du Parti socialiste français, Anne Hidalgo, s’est engagée à poursuivre sa campagne malgré les indications selon lesquelles elle n’a aucune chance de se qualifier pour le second tour du concours en avril.

Alors que les analystes politiques et les sondeurs d’opinion l’ont radiée, Hidalgo, qui est maire de Paris, a déclaré qu’elle restait le meilleur espoir de la gauche pour diriger la France. Elle a déclaré qu’il était trop tard pour apaiser les divisions amères de la gauche, accusant ses rivaux, y compris les Verts, de manquer une chance historique d’unir leurs forces.

Encore cinq ans d’Emmanuel Macron laisseraient la France dans un état dangereusement « déplorable », a-t-elle déclaré. « Ce sera ingouvernable. Ce sera ingérable. Il ne comprend pas le français. Il n’a pas compris le pays. Il voit les Français comme des nourrissons : il y a lui et un pays d’enfants qui attendent la parole divine. »

Dans une interview exclusive avec le Guardian et deux journaux européens, Hidalgo a également remis en question la validité de la « primaire populaire » très médiatisée, un vote populaire non officiel pour désigner un candidat présidentiel de gauche préféré qui s’ouvre le 27 janvier et se poursuit jusqu’à dimanche.

Près de 467 000 personnes se sont inscrites pour participer mais les principaux candidats de gauche, Hidalgo, Yannick Jadot des Verts et Jean-Luc Mélenchon de La France Insoumise d’extrême gauche, ont refusé de participer.

Seule l’ex-ministre de la justice socialiste Christiane Taubira, qui a jeté son chapeau sur le ring de l’élection présidentielle il y a 11 jours, a déclaré qu’elle respecterait le résultat.

« Quel que soit le résultat du vote, dira Mélenchon, je continue ; Jadot dira, je continue ; Je dirai, je continue. le primaire populaire suivra son cours mais cela n’aura aucune conséquence sur ma candidature », a déclaré Hidalgo.

READ  Heures de Buenos Aires | Des entreprises françaises et chinoises reprennent un projet de lithium en Argentine

Les sondages accusent Hidalgo d’être mal en point avec environ 3% d’intentions de vote, un score désastreux qui laisserait le Parti socialiste (PS) dans une crise existentielle. Les candidats obtenant moins de 5 % des suffrages exprimés au premier tour ne verront pas leurs dépenses de campagne remboursées par le contribuable, ce qui rendra encore plus difficile pour le parti de financer les candidats aux élections générales qui suivront.

Dans un éditorial, Le Monde décrit le PS comme un « Étoile morte ». « Le candidat à la présidentielle [Hidalgo] paie le prix de la lente décadence d’un parti socialiste qui n’est plus que l’ombre de lui-même avec à peine 22 000 membres », écrit-il. « Anne Hidalgo n’est pas entièrement responsable de sa sous-performance dans les sondages de l’élection présidentielle, qui l’ont placée sous les 5% requis pour que les dépenses de campagne soient remboursées. »

Les sondages montrent actuellement que Macron est susceptible d’être réélu après avoir affronté Marine Le Pen du Rassemblement national d’extrême droite ou la candidate de droite dominante Les Républicains Valérie Pécresse au second tour en avril. Le candidat d’extrême droite Éric Zemmour occupe la quatrième place suivi de Mélenchon, Jadot et Hidalgo.

Hidalgo a riposté aux indications du sondage. « Je ne suis pas à 3% », a-t-elle déclaré, bien qu’elle ne puisse pas donner de chiffre pour son soutien. « Je suis convaincu que la dynamique peut être modifiée car la campagne proprement dite n’a pas encore commencé. Emmanuel Macron n’a pas encore déclaré sa candidature et nous n’avons pas encore tous les candidats sur la ligne de départ. Quand ça démarrera, beaucoup de choses se passeront très rapidement », a-t-elle déclaré.

READ  La vie imite l'art alors que sept d'entre eux sont accusés de vol du groupe de Lupin | La France

« Attendons le résultat des élections d’avril. Ne me dites pas quel sera le résultat aujourd’hui parce que les sondages disent ceci ou cela.

« J’ai été invité à des émissions de télévision et je me suis demandé ce que je foutais là-bas. Tout ce dont ils voulaient parler, c’était des sondages, des sondages, des sondages, alors qu’en même temps, il y avait des articles expliquant comment les sondages étaient faits et comment l’opinion était largement fabriquée par ces sondages.

« Les gens m’ont dit que le problème avec les sondages, c’est que je ne parlais pas de ce qui intéresse vraiment les Français comme l’immigration et l’intégration, mais les Français me disent que leurs vraies inquiétudes portent sur leur pouvoir d’achat, l’avenir de leurs enfants, leurs soucis de santé alors que tout ce qu’ils entendent dans les médias, c’est Zemmour. »

Émeric Bréhier, directeur du Observatoire de la vie politique de la fondation de gauche Jean-Jaurès et maître de conférences à l’Institut d’études politiques de Bordeaux, a déclaré qu’il pensait que l’élection de 2022 était perdue pour le parti socialiste.

« Il est trop tard pour que le parti marque cette élection. Chaque candidat à gauche nage dans son propre couloir et aucun d’eux ne veut bouger d’un pouce. Le Parti socialiste est en difficulté et ce depuis plusieurs années. Je ne vois pas à ce stade comment on peut s’en sortir », a-t-il dit.

Hidalgo a convenu que la gauche française avait perdu sa «boussole» et devait réunir les électeurs derrière son programme social-démocrate en 70 points. Elle a déclaré que le PS avait obtenu de bons résultats lors des élections locales de 2020 et 2021 et disposait d’un réservoir de soutien fidèle de la base dans toute la France. Son plus grand regret, a-t-elle dit, était le refus de Jadot de participer à une primaire de gauche pour sélectionner un candidat fin 2021.

READ  Début du Sommet de la biodiversité dans le sud de la France

« Une primaire nous aurait permis de remettre le débat sur nos sujets – la crise écologique, sociale et démocratique – et d’interpeller les Français, notamment ceux de gauche, sur les sujets qui les intéressent et de montrer que non, la gauche est pas mort », a-t-elle déclaré.

« Nous aurions pu montrer ce que nous représentons, quelles sont nos différences et ce qui nous rassemble. C’était un grand risque personnel pour moi, mais j’ai dit que j’accepterais le résultat de ce vote. C’était une chance historique pour la gauche de le faire, mais ils ont refusé. Maintenant, ce n’est plus possible. »

Elle a ajouté : « Jamais, jamais Mélenchon ou Jadot ne pourront gagner le second tour. Si la gauche a une chance de gagner c’est avec moi… moi seul suis capable de réunir du centre gauche au centre droit. »