Connect with us

Economy

Buckle up! There could be more market volatility ahead

Published

on

Stock market moves are often spoken of in the context of a rollercoaster ride.

If the analogy was real, investors would have had white knuckles by the end of January.

As they entered the new year, they approached the summit of the ride with global markets sitting at close to all-time highs; the US markets actually hit a record in the opening days of 2022.

And it had been a pretty spectacular climb from March of 2020 when a sell off knocked about a third off the value of indexes globally.

Barring a few dips here and there, the movement has been pretty much in one general direction.

But like all the best rollercoasters, there was an adrenalin-surging twist waiting around the corner.

Inflation January

In the space of days, stocks went from all-time highs to plumping quite perilously.

« Under normal circumstances, we could put the skittish investor sentiment down to the lingering effects of a post-festive season full of excessive merriment, » Aidan Donnelly, Head of Equities with Davy explained.

But there was something different about this time.

It started off as a sell-off in very high growth, non-profitable companies, but that spread to wider segments of the market, giving the Nasdaq (technology heavy index) its worst start to the year since the financial crash over a decade ago , Mr Donnelly pointed out.

« If Anchorman Ron Burgundy was reporting on the market action since the beginning of the year, he would surely sum it up with his phrase « Well, that escalated quickly! ».

So, what caused such an abrupt about turn?

In short, the topic that’s likely going to dominate economic and market commentary for much of this year – inflation, or to put it more plainly, the rising cost of living.

The guiding principle for central banks is that they like to keep inflation at or, preferably, just below 2%.

It’s currently running at a rate of over 5% in most major growth.

The main lever for controlling that is interest rates. If prices are rising at a pace that’s considered too hot, rates can be hiked to try to take a bit of heat out of the economy.

And that’s an issue that Central Banks – and indeed stock markets – haven’t had to contend with for many years.

In fact, with rates at close to zero and billions of being pumped into the system in the form of bond purchases, there was a plentiful supply of cheap money sloshing around the system.

READ  Deux millionnaires en deux jours alors que les gagnants de la Loterie nationale célèbrent Pâques avec style

And stocks were among the biggest beneficiaries of that largesse.

« The Fed (the equivalent of the US Central Bank) is faced with historically tight labor markets and too high inflation, and while his predecessors had the luxury of factoring in the impact of stock market volatility on the financial conditions of consumers, Jerome Powell ( Fed chair) is more than aware that the market tail can’t wag the monetary policy dog ​​this time, » Aidan Donnelly explained.

To put it another way, the market is not going to be factored into the Fed’s decision making and investors can have as many tantrums as they like.

Not known for his stock market commentary, Anchorman Ron Burgundy may have summed
up the recent moves quite succinctly

Tech stock carnage

Stocks in the technology sector, those that performed incredibly strongly throughout the pandemic, have borne the brunt of the selling.

They had wavered before as reopened from different phases of lockdown and the ‘stay at home’ factor driving their gains was seen to have waned, but the stock prices managed to continue to rebound.

The wider tech sector is viewed as being particularly sensitive to interest rate rises, partly because they tend to have high debts – which will be impacted by higher potential interest rates – but also by the impact on the growth that’s expected from these companies – and is very often baked into their share prices.

« We were expecting volatility to pick up and it has not disappointed, » Paul Sommerville of Sommerville Advisory Markets said.

« In simple terms we can see the interest rate sensitive and very highly valued frothy end of the market is suffering, » he explained.

He summed up the extent of the hit to markets in January.

By the end of the month, the S&P 500 – a broad index of the top 500 stocks in the US – had suffered a bigger drawdown in 2022 than it had in all of 2021.

It slipped briefly into correction territory at one point – defined as a fall of more than 10% from its all-time high – along with the Nasdaq (which is mainly made up of tech stocks).

The Russell 2000 index of small cap stocks fared even worse with a 17% decline.

« The Nasdaq gave up 6 months gains in 3 weeks, » he explained.

READ  La rue MacCurtain de Cork City est ouverte à la circulation dans les deux sens

« The FAANGS are coming off the boil. »

These are the group of the biggest tech stocks – Facebook (Meta), Apple, Amazon, Netflix, Google (Alphabet).

If January was bad, worse was to come as February rolled around.

Meta Disaster

Much like January, February started off with what appears to have been something of a false dawn.

Stocks settled somewhat as quarterly results provided some direction and calm.

Some of the tech names managed to pull back some of the losses that had been wracked up in the previous weeks.

Then Facebook – or Meta, as it’s now known – published its latest quarterly results in the middle of this week.

To say that they disappointed would be an understatement.

The selloff resumed, initially with Meta and then it spread throughout the wider market.

« Meta shares plummeted 26%, equivalent to more than $200 billion of its market capitalisation. In terms of value, that was the largest ever single day fall by a US company, » Richard Hunter, Head of Markets at interactive investor explained, by way of context.

« It is becoming evident that not only does sentiment remain fragile, but earnings misses are being severely punished, » he added.

Paul Sommerville said the move was more deep-seated than just one set of results.

« There was no bounce at all, and the stock closed on the low of the day. This point is important as it points not to a ‘blip’ in the earnings but a fundamental re-rating of the stock price, » he explained.

However, he cautioned against further panic reactions.

« The atmosphere in the markets is frantic and feverish so it is important to look at it calmly and rationally, » he advised.

Amazon to the rescue?

Online retailer Amazon provided some calm to the situation when it reported numbers on Thursday night.

Shares soared 17% after the bell with Snap and Pinterest providing some reassuring stability too.

However, Paul Sommerville said this too had to be put in context.

« Amazon stock was down 16% over a year, before the results. It was down 18.5% in 2022 before Friday. Even after the results Amazon is still down for 2022. »

He said how it performs in the near term would be an important indicator for the overall market.

« Any failure of the rally by the end of the day (Friday) would be another blow to the confidence of the ‘buy the dip’ mentality that is so ubiquitous.

READ  Shareholder payments to companies that claim support for Covid may be investigated

« Where they close could have a major bearing on the price action for the coming weeks. Keep an eye on Amazon, » he advised.

By close of business on Friday, Amazon stock was around 13% higher at over $3,155 a share.

The overall Nasdaq closed just over 1.5% higher signaling some stability for now.

Does this matter to anyone other than rollercoasting investors?

Many people took up the practice of ‘day trading’ in the last two years, particularly in the early days of the pandemic, with millions buying shares on a host of new trading apps.

There was one infamous trader who recorded his trading exploits online, randomly choosing stocks corresponding to letters he pulled out of a bag, so confident was he that stocks only went up.

That narrative has changed somewhat in recent weeks with many carrying tech heavy positions now potentially nursing significant losses.

In addition, anyone who contributes to a DC (defined contribution) pension scheme (which is most working people who have pensions now) likely has quite a big exposure to stock markets.

Given that these investments are made for the long term, it’s generally advised to sit still and ride out periods of volatility and heavy selling.

For those coming closer to retirement, they should have started to reduce their exposure to more volatile parts of the market already.

Where to now?

The path ahead will likely be dictated by a combination of company performance and Central Bank moves.

With the Bank of England already having hiked interest rates twice in the past two months, the US Federal Reserve is set to follow course with possibly as many as five interest rate hikes this year.

The European Central Bank – having previously all but ruled out any rate rises this year – now appears to be shifting its stance with President Christine Lagarde declining on Thursday to give any guarantee that rates would not rise in 2022.

The inflation situation is fast moving, effectively forcing the hand of Central Bankers.

And market traders are at their mercy.

There are a few more twists to come on this rollercoaster. Buckle up!

Continue Reading
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Economy

Le tribunal autorise la deuxième objection à l’itinéraire BusConnects

Published

on

Le tribunal autorise la deuxième objection à l’itinéraire BusConnects

Le deuxième défi consiste à autoriser le corridor BusConnects qui s’étend de Black Rock au centre-ville, dont le dernier en date a été initié par une association d’entreprises, de groupes communautaires et de particuliers.

L’affaire demande au tribunal d’annuler l’approbation par An Bord Pleanála du projet routier de 8,3 kilomètres et d’annuler sa confirmation de l’ordre d’achat obligatoire de certains terrains.

L’Autorité nationale des transports (NTA) a demandé l’autorisation de construire 12 voies réservées aux bus dans le cadre d’un projet de bus pionnier dans la capitale.

En mars dernier, la colonne Belfield/Blackrock est devenue la quatrième et la plus récente colonne à être approuvée par An Bord Pleanála.

Elle fait déjà l’objet d’un procès de la part de Blackrock Clinic, tandis que la route allant du côté nord de Clongriffin au centre-ville est contestée par un habitant d’Artane.

Cette dernière affaire a été portée devant les tribunaux par la High Baggot Street Traders’ Association, dont le président à Pembroke Road, Michael Quinn ; Association du chemin Pembroke ; Sa présidente est Susan McCarrick, de St Mary’s Road, Ballsbridge ; le Père Patrick Byrne ; HUMANCREST LIMITÉE.

Father Byrne et Humancrest Ltd déclarent posséder des terrains sur Pembroke Road, Dublin 4, qui sont soumis à des bons de commande obligatoires pour faire place à la piste.

Chacun des autres candidats déclare que lui-même ou ses membres vivent ou travaillent sur des propriétés situées le long ou à proximité du corridor. Le groupe Upper Baggot Street affirme compter 60 membres et représenter les intérêts des propriétaires de petites entreprises.

READ  Les faillites d'entreprises ont augmenté de 22 % au premier trimestre

Leur contrôle judiciaire est contre An Bord Pleanála, en tant qu’organisme qui a approuvé le projet, tandis que l’Irlande et le procureur général sont également cités comme défendeurs. L’affaire revendique également des articles de la loi sur le gouvernement local de 1960, de la loi sur la planification et le développement de 2000 et de la loi de Dublin. Loi de 1944. La loi sur l’Autorité des transports est inconstitutionnelle. Elle viole la Charte des droits de l’homme de l’Union européenne.

S’appuyant sur le droit national et européen, les requérants demandent au tribunal de déclarer qu’ils sont protégés contre le paiement des frais de justice d’autres parties s’ils perdent leur procès, en invoquant certaines raisons environnementales.

Ils affirment qu’An Bord Pleanála a commis une erreur en concluant que le projet proposé était conforme aux plans de développement des deux zones communales qu’il traverse : la ville de Dublin et Dún Laoghaire Rathdown.

Ils soulignent les politiques municipales en matière de zonage et de protection des arbres, des haies et du patrimoine architectural.

Ils affirment que les autorités chargées de la planification n’ont pas pris en compte diverses questions, notamment les directives relatives à la protection du patrimoine architectural.

Les demandeurs allèguent que l’omission alléguée de la Commission de fournir des justifications appropriées pour ne pas tenir d’audience préalable à l’approbation orale est un exemple de son incapacité à agir conformément à des procédures équitables. Ils affirment également qu’il n’y a pas eu d’évaluation appropriée de la proportionnalité de l’ordre d’achat obligatoire.

Lundi, leur avocat principal, Stephen Dodd, mandaté par l’avocat de Peter Boyle & Co, a obtenu du juge Richard Humphreys l’autorisation de poursuivre la contestation.

READ  Faut-il changer votre compte bancaire principal sur Revolut ou un autre acteur numérique ? -Le temps irlandais

L’affaire a été portée devant lui alors que seuls les requérants étaient représentés et reviendra le 8 juillet, date à laquelle les défendeurs et la NTA, en tant que partie convoquée, pourront être présents.

Continue Reading

Economy

Des plans ont été soumis pour rénover le Killarney Outlet Center, vieux de 25 ans.

Published

on

Des plans ont été soumis pour rénover le Killarney Outlet Center, vieux de 25 ans.

Un « nouveau » départ a été prévu pour le Killarney Outlet Centre, vieux de 25 ans, avec une demande de planification soumise pour ses espaces de restauration et de bar.

La demande de changement d’usage verra la création de plusieurs unités de vente au détail, de points de vente alimentaires, d’un coin repas et d’un bar au dernier ou au premier étage du centre.

Un certain nombre de points de vente existants et un nouveau hall d’entrée au rez-de-chaussée devraient également être modernisés. Les huit nouveaux « kiosques de restauration/unités de service » comprendront un espace restauration, un bar et un espace restauration ouverts après minuit le vendredi et le samedi.

« Le développement proposé est essentiel à la régénération et au changement de marque à long terme du Killarney Outlet Centre existant », déclarent les architectes COK Property Ltd.

Le centre commercial conçu par un architecte a été développé à côté des gares ferroviaire et routière de Killarney à la fin des années 1990 en tant que magasin discount sur la place de la gare, anciennement propriété de la CIE.

À cette époque, des enquêtes révélaient une pénurie de commerce de détail à Killarney.

Le centre de vente propose les produits du fabricant à prix réduit. Les restrictions d’urbanisme interdisaient les activités de restauration et de restauration – des dispositions qui ont été révisées dans la demande ultérieure des promoteurs Green Properties.

Il y a six ans, l’autorisation a été accordée de modifier l’utilisation des points de vente des fabricants au profit des magasins. Cependant, les taux d’inoccupation sont élevés et, il y a deux ans, le centre a perdu son principal client et locataire principal, Nike.

READ  Shareholder payments to companies that claim support for Covid may be investigated

À peu près à la même époque, le centre a changé de mains pour un montant estimé à 7 à 8 millions d’euros.

De nouveaux clients du grand public ont été attirés par les locations ouvertes au rez-de-chaussée. Cependant, dans leur candidature, les architectes COK Property Ltd affirment que le développement proposé vise à remédier au taux d’inoccupation élevé au sein de l’unité, qui est principalement située au premier étage.

Edge Architects affirme que le centre, malgré son emplacement central, n’a jamais obtenu un bail complet.

Des projets visant à moderniser la façade vide du bâtiment à côté de l’entrée de Park Road seront également soumis.

Il cherche à créer un nouvel intérêt au sein du centre tout en répondant à l’importante vacance au premier étage. La candidature, soumise par Edge Architecture Ltd au nom de COK, indique que le taux de vacance est élevé depuis sa création en 1999.

« Cette proposition vise à soutenir et à susciter un nouvel intérêt pour le centre en tant que destination de vente au détail, créant ainsi de nouvelles opportunités de développement social et économique dans la région de Killarney », affirment les demandeurs.

La décision du conseil du comté de Kerry est attendue en août.

Continue Reading

Economy

« Je me suis réveillé et j’ai réalisé qu’il manquait 5 140 € sur mon compte » – Des escrocs ont volé l’argent d’un client Revolut pendant qu’il dormait

Published

on

« Je me suis réveillé et j’ai réalisé qu’il manquait 5 140 € sur mon compte » – Des escrocs ont volé l’argent d’un client Revolut pendant qu’il dormait

La victime du crime est elle-même un expert en cybersécurité et a insisté sur le fait qu’elle ne répondait jamais aux e-mails ou SMS frauduleux.

Ces commentaires interviennent après que la publication ait fourni à la société de technologie financière à croissance rapide un autre lot de cas de clients qui avaient été en contact avec elle après un accès frauduleux à leurs comptes et le vol de leur argent.

Un expert en cybersécurité, qui déclarait ne jamais répondre aux SMS et emails frauduleux, s’est fait voler plus de 5 000 € sur son compte alors qu’il était au lit et n’utilisait pas son téléphone. Il a insisté sur le fait qu’il n’avait pas autorisé le paiement.

Revolut a refusé de rembourser son argent, mais a fait marche arrière lorsqu’il a été contacté par cette publication.

Plus tôt ce mois-ci, Indépendant irlandais Elle s’est enquise d’un certain nombre de cas avec Revolut dans lesquels ses clients ont été victimes d’activités frauduleuses ou ont vu leurs comptes fermés sans explication.

En réponse au dernier lot de cas, Revolut a déclaré qu’il les avait réexaminés et avait contacté directement les clients.

Beaucoup de ces clients se sont plaints de ne pas avoir pu obtenir ce qu’ils considéraient comme une réponse appropriée de l’application d’argent lorsqu’ils ont tenté de leur restituer l’argent après l’attaque des fraudeurs.

La Bank of Ireland réagit aux changements de compte d’épargne Revolut

Le client, qui travaille dans le domaine de la cybersécurité et affirme ne pas répondre aux e-mails ou aux appels suspects, s’est réveillé et a découvert que son téléphone était en cours de réinitialisation.

READ  Les faillites d'entreprises ont augmenté de 22 % au premier trimestre

« Une fois que j’ai récupéré mes applications, je me suis connecté à Revolut et j’ai réalisé qu’il manquait de l’argent », a-t-il déclaré. Il se rend alors compte que 5 140 € ont été prélevés sur son compte.

Il a déclaré que les paiements étaient allés sur un compte Revolut britannique.

Il l’a signalé à Revolut, « qui n’a pas voulu se manifester et accepter qu’il y avait un problème et dire que mon application Revolut avait été piratée ».

Après que cette publication ait couvert son cas, il a récupéré son argent auprès de Revolut, mais sans aucune reconnaissance de la part de l’entreprise ni explication de ce qui s’est passé.

« Si ce n’était pas pour irlandais indépendant, « Je n’aurais pas pu récupérer mon argent et j’aurais été laissé pour compte », a déclaré l’expert en informatique.

Revolut a demandé à un client, dont le cas était également étudié par cette publication, de contacter son service des crimes financiers, et à un autre client de contacter son service des plaintes.

D’autres ont été invités à porter leur cas devant le Bureau du médiateur des services financiers et des retraites à Dublin. Ces gens ont tous dit qu’ils ne pouvaient même pas obtenir de réponses de Revolut. Indépendant irlandais Demandez des réponses en leur nom.

Lorsqu’on lui a demandé si Revolut avait tendance à ignorer les personnes lorsqu’elles étaient fraudées, la banque a déclaré qu’elle prenait la fraude et le risque à l’échelle du secteur que les clients soient contraints par des criminels organisés « incroyablement au sérieux ».

« Nous offrons une protection solide à des millions de nos clients et analysons plus d’un demi-milliard de transactions par mois », a-t-elle déclaré.

READ  Les acheteurs de M&S « éblouis » par une robe en tricot « magnifique » qui est portée « encore et encore »

« En 2023, nous avons pu éviter plus de 550 millions d’euros de pertes potentielles liées à la fraude pour nos clients dans le monde, malgré le fait que plus d’un million de nouveaux clients rejoignent Revolut chaque mois.

La société a déclaré qu’elle comptait désormais 2,7 millions de clients en Irlande.

Il a été demandé à Revolut si ses systèmes étaient piratés, car certains clients affirmaient que leurs comptes étaient nettoyés pendant leur sommeil.

La société a insisté pour que les clients saisissent des codes d’authentification pour vérifier les paiements.

Il a également été demandé à Revolut s’il y avait un autre problème avec ses systèmes, notamment concernant les cartes virtuelles pour les comptes clients.

« Les systèmes Revolut continuent de fonctionner sans problème, ce qui inclut les protections robustes que nous offrons à nos millions de clients », a-t-elle déclaré.

Lorsqu’on lui a demandé comment les fraudeurs accèdent aux comptes, étant donné qu’un certain nombre de clients affirment ne pas avoir interagi avec des fraudeurs, Revolut a répondu qu’il s’agissait d’une question complexe et sensible pour les criminels.

« Revolut ne divulgue pas ces détails publiquement, car les publier pourrait enseigner aux criminels comment d’autres ont été victimes d’arnaques, ce qui pourrait aggraver le problème », a-t-elle ajouté.

Il a ajouté que, comme d’autres banques, elle utilise toute une série de mesures pour protéger ses clients, mais que les fraudeurs ciblent de plus en plus directement les consommateurs.

Il a déclaré que lorsqu’il y a des cas de fraude, les banques et autres institutions financières devraient constituer la dernière ligne de défense, et non la seule.

READ  Faut-il changer votre compte bancaire principal sur Revolut ou un autre acteur numérique ? -Le temps irlandais
Continue Reading

Trending

Copyright © 2023