septembre 28, 2022

7seizh

Dernières nouvelles et nouvelles du monde de 7 Seizh sur les affaires, les sports et la culture. Nouvelles vidéo. Nouvelles des États-Unis, d'Europe, d'Asie-Pacifique, d'Afrique, du Moyen-Orient, d'Amérique.

Coleman est toujours impatient de s’adapter et de poursuivre le voyage

Ce fut une belle carrière pour Seamus Coleman. Et ce n’est pas encore fini.

La fin de la saison dernière a vu Coleman jouer à travers la barrière de la douleur alors qu’Everton conservait sa place en Premier League. Après avoir mené 2-0 à la mi-temps contre Crystal Palace lors de l’avant-dernier match de la saison, les choses semblaient sombres.

Cependant, une reprise inspirante en seconde période a vu les Toffees transformer les choses en un effet époustouflant. La victoire 3-2 a permis à Everton de rester en première division pour la 69e saison. Goodison Park s’est déchaîné. Pour Coleman, le soulagement était évident après une campagne difficile pour le club, bien qu’il n’ait pas pu participer pleinement aux célébrations.

Il a dit, en parlant aux médias lors du lancement Les meilleurs choix de Spar Campagne.

Une semaine après la fin de la Premier League, Coleman a eu le temps de récupérer avant de rejoindre l’équipe de la République d’Irlande pour le début de sa campagne de la Ligue des Nations. Contre l’Arménie, le natif de Kilibeg s’est blessé à la cuisse. aura besoin d’une intervention chirurgicale; Faire une hernie.

Samedi prochain, Everton, sans victoire après ses deux premiers matches de Premier League, accueille Nottingham Forest à Goodison.

Seamus Coleman lance la campagne Better Choices de SPAR .

Coleman sera à nouveau disponible pour la sélection. « Je me sens bien maintenant, je me sens mieux, la douleur est partie, ce qui est bien », a-t-il révélé. Ainsi, le joueur, qui a signé Everton de Sligo Rovers pour un modeste 60 000 £ en janvier 2009, est impatient de faire son retour. Les flammes brûlent toujours brillamment. Rien n’indique encore que Coleman, qui aura 34 ans en octobre, ait l’intention de ralentir.

READ  Le marteau cinq étoiles de Tottenham affronte Everton The42

« Je veux continuer à faire ça aussi longtemps que possible », a-t-il ajouté. Ce n’est pas pour prouver aux gens qu’ils ont tort, cela peut sembler un peu amer de dire quelque chose comme ça.

« J’adore la compétition, j’adore sortir. En vieillissant, je trouve une motivation différente, j’aime être là à 33 ans, j’aime concourir avec les 20 ans, j’aime courir après l’entraînement et essayer de rester avec le 23 du mieux que vous pouvez. La situation dans le football change tout le temps et il suffit de s’y adapter.

De nombreux arrières droits sont venus et repartis pour Everton depuis l’arrivée de Coleman au club en 2009. La longévité du joueur, qui a également joué 65 sélections pour son pays, repose sur une simple prémisse d’honnêteté et de discrétion. Il y aura des bosses sur la route.

« Pour moi, la plus grande partie est la force mentale, gérer les revers ou tout ce qui vous arrive. Vous devez entrer, travailler dur, vous entraîner dur, jouer dur, être un bon coéquipier. Pour moi, il n’y a pas de grand secret pour ma longévité, sauf que je viens tous les jours comme si c’était mon premier jour au club.

« Il faut rester équilibré, prendre le bon avec le mauvais et comprendre le parcours. »

« Je ne m’entraîne peut-être pas bien tous les jours ou je ne joue pas bien tous les jours, mais je m’engage à 100 % chaque jour, je respecte mes coéquipiers, je respecte mon manager et je travaille dur pour l’ensemble de l’équipe. Vous aurez de bons jours et les mauvais jours ; les bons mois De la forme, les mauvaises saisons de forme et les bonnes saisons de forme ; vous devez garder votre équilibre, prendre le bon avec le mauvais et comprendre le parcours. La saison dernière a été l’un des tests mentaux à coup sûr. »

READ  Kepa quitte le banc alors que les Bleus remportent la Supercoupe aux tirs au but

Coleman ne regardait pas loin devant lorsqu’il a été interrogé sur les ambitions d’Everton pour la saison prochaine, bien qu’il ait salué l’embauche que le club a faite jusqu’à présent.

« Sans être ennuyeux et je sais que c’est ennuyeux et cliché, c’est Nottingham Forest le week-end. Chaque match est beaucoup plus difficile qu’il y a cinq, six ou sept ans. Chaque équipe s’améliore, leur entraînement s’améliore. »

Les joueurs que nous avons amenés à Tarkovsky (James) et Coady (Connor) étaient très bons dans tous les aspects, pas seulement sur le terrain mais dans le vestiaire et autour de la place.

« C’est formidable de les voir arriver avec le type de personnalités; c’est quelque chose dont nous avons besoin au club, et le manager s’en est occupé très rapidement. »