Connect with us

Top News

Comment la France corrompt la négociation collective en faveur des grandes plateformes technologiques

Published

on

Comment la France corrompt la négociation collective en faveur des grandes plateformes technologiques

Dans la bataille pour les droits des travailleurs professionnels, la France joue selon ses propres règles. Alors que l’Union européenne se dirige vers une loi à l’échelle du bloc qui renforce les droits des travailleurs des plateformes, Paris espère contourner les futures directives en introduisant la négociation collective entre les représentants des travailleurs des concerts et des plateformes.

Comparée à ses partenaires nordiques et à l’Allemagne, la France n’a pas une tradition de négociation collective forte en matière de droits sociaux. Le « dialogue social » actuel – le processus par lequel les travailleurs des plateformes élisent des organisations pour les représenter en leur nom – qui se déroule en France est accusé d’être déséquilibré.

  • Les révélations du dossier Uber ont mis en lumière la manière dont Uber et le ministre de l’Économie de l’époque, Emmanuel Macron, ont travaillé ensemble pour faire respecter la plateforme et son modèle commercial sur le marché français (Photo : consilium.eu)

Certaines des nouvelles organisations représentant les travailleurs à la demande ont été accusées d’être inexpérimentées et de défendre les intérêts de la plateforme – avec la bénédiction du gouvernement français.

« Nous travaillons sur quelque chose d’unique qui n’existe pas dans le reste du monde », des responsables français représentant des plateformes de chauffeurs et de coursiers – Uber, Deliveroo et Stuart [a state-owned delivery start-up] Et plus – et FNAEl’une de ces nouvelles organisations syndicales, a-t-elle déclaré à EUobserver.

La négociation collective, lancée en octobre dernier, vise à « s’accorder sur les droits sociaux et de meilleures conditions de travail pour les travailleurs tout en protégeant le modèle économique des plateformes », a déclaré Joel Blundell, président de l’instance dirigeante supervisant les négociations.

Quel modèle économique ? « Le fait qu’ils travaillent avec des pigistes et les amènent aux clients, plutôt que d’avoir des employés », explique Blundell. À l’heure actuelle, comme dans la plupart des pays d’Europe, les travailleurs français à la demande sont des travailleurs indépendants et, à ce titre, ne bénéficient d’aucun avantage social, ce qui permet aux plateformes d’éviter les frais de sécurité sociale.

Les propos de Blondel ne sont pas une surprise, alors que Paris à Bruxelles se démène pour se débarrasser de la proposition de la Commission d’une loi européenne sur les travailleurs des plateformes, qui prévoit une soi-disant « présomption d’emploi ». Cela permettrait aux travailleurs de chantier d’être reclassés en tant qu’employés s’ils répondent à certains critères – la charge de prouver l’absence d’une telle relation étant de la responsabilité de la plateforme.

Si elle était adoptée par les législateurs européens, la future directive serait une victoire pour la gauche et les syndicats.

READ  L'ancien défenseur de Portsmouth quitte définitivement le Danemark et scelle le transfert français

Le premier tour de la bataille a été remporté au Parlement européen en février, mais le Conseil de l’UE doit encore se mettre d’accord sur la position. Paris espère que la pression pour la négociation collective en France aidera le pays à se retirer d’une future loi européenne.

Le règlement discuté par les 27 États membres sous la présidence tchèque a déjà introduit une clause à cet effet. La France s’emploie actuellement à conserver les conventions collectives comme porte de sortie de « l’hypothèse de l’emploi » dans les négociations de la présidence suédoise.

En coulisses, les plateformes sont reconnaissantes au gouvernement français. Après tout, il est préférable de fixer vos propres règles par le biais de la négociation collective plutôt que de faire face à la législation européenne qui bouleverse votre modèle d’entreprise.

D’autant plus si vous avez suffisamment de poids pour faire respecter vos vues de négociation. En France, les syndicats, élus par les travailleurs, envoient leurs représentants négocier avec les employeurs dans des négociations collectives organisées pour chaque secteur économique ou pour chaque entreprise.

Mais face aux puissantes plateformes Big Tech, il n’y avait rien d’autre qu’un vide, jusqu’à ce que le gouvernement décide de lancer des négociations sur les droits des travailleurs des plateformes.

En tant qu’indépendants, les chauffeurs et coursiers n’avaient pas de syndicat pour les représenter. C’est pourquoi Paris a décidé d’organiser des élections, ouvrant les portes aux nouveaux arrivants qui soutiennent le travail indépendant, ainsi qu’aux syndicats traditionnels tels que la CFDT centriste et la CGT d’extrême gauche, qui sont enclins à revendiquer les droits des employés pour les travailleurs à la demande.

Chevaux de Troie?

Les élections n’ont pas été couronnées de succès. Sur les 84 000 coursiers inscrits et les 40 000 chauffeurs, moins de 2 % des facteurs et 4 % des chauffeurs se sont présentés pour élire des organisations dont l’objectif était de défendre leurs intérêts tout en négociant. Le faible taux de participation n’était pas surprenant dans un pays où seulement 10,3% des travailleurs sont affiliés à un syndicat et en particulier pour la plate-forme de travail, un nouveau secteur de l’économie avec quelques emplois informels, notamment parmi les coursiers.

La manière dont le processus de négociation collective français a commencé a soulevé des sourcils à Bruxelles. Certains responsables de la Commission européenne, qui craignent que l’économie des petits boulots ne conduise à des soi-disant « syndicats jaunes » [Trojan horses effectively defending the business interest] Les nouvelles organisations qui apparaissent sur la scène syndicale française sont passées au crible.

READ  Le Mali suspend la radio France 24 et RFI | Nouvelles

Comme l’a dit un responsable à EUobserver, ces syndicats « créent des tensions avec d’autres partenaires sociaux qui remettent en question leur légitimité, et nous pensons qu’ils n’obtiennent pas des accords en faveur des travailleurs mais des entreprises ».

Blundell ne cache pas que sa propre administration a permis à un syndicat d’entreprises de transport routier – FNTR – de s’inscrire du côté des travailleurs lors des élections, même s’il n’a pas été élu.

Parmi les vainqueurs des élections, la FNAE a été décrite par le négociateur CGT Ludovic Rieu comme « inexpérimentée » face aux négociateurs retranchés des plateformes mais aussi « sans lien avec les courriers de terrain ». « De nombreux transporteurs sous-louent souvent leurs comptes de plateforme à d’autres. Il est dans l’intérêt des véritables propriétaires de ces comptes de maintenir le statu quo », explique-t-il.

Et pas pour élire des représentants d’un syndicat comme la CGT qui veut la fin du travail indépendant dans le secteur.

« Cette négociation collective est déséquilibrée, avec un front syndical divisé », prévient Josefa Deeringer, chercheuse en protection du travail à l’université de Rennes. « Une organisation comme la FNAE prétend représenter les indépendants, donc elle représente l’entreprise. On peut se demander s’ils ont un droit de négociation collective conforme au droit du travail. » Selon Dirringer, les règles économiques doivent s’appliquer. « Lorsque des entreprises s’entendent avec d’autres entreprises sur un prix, cela s’appelle une tarification cartel, ce qui est interdit par les autorités de la concurrence. »

Le chercheur estime que le gouvernement français instrumentalise la négociation collective au profit des plateformes, loin de ce que vivent réellement les gig workers sur le terrain. Elle appelle à plus de protection sociale pour eux et au respect des règles de la négociation collective. « Même si l’Union européenne a récemment assoupli la possibilité pour les indépendants de participer à la négociation collective, la redevance récemment convenue en France pour les chauffeurs est toujours, selon moi, soumise aux règles de la concurrence. »

Dossiers Macron et Uber

En janvier dernier, une redevance minimale par tarif a été convenue entre les négociateurs du conducteur et de la plate-forme. Il s’agit d’une première issue réussie des négociations, aux yeux des organisations prônant l’auto-emploi. Uber appliquait le tarif le plus bas du marché – 6 euros – et la négociation collective l’a porté à 7,65 euros, quelle que soit la distance tarifaire. Le prix consommateur final est aujourd’hui de 10,20 €, après avoir inclus la commission Uber.

READ  Olivier Giroud pourrait partir du banc lors de la finale de la Coupe du monde de France contre l'Argentine alors que Deschamps envisage un changement surprise

La CFDT a refusé de signer l’accord réclamant un salaire horaire minimum, mais le syndicat était minoritaire.

« La gig economy fait partie de la stratégie du gouvernement français pour atteindre le plein emploi, même si l’emploi est de faible qualité », explique l’avocat Jérôme Justy, qui a plusieurs dossiers pendants de conducteurs qui souhaitent être qualifiés de salariés. « Les droits négociés collectivement en France ne protégeront pas les travailleurs comme ils le feraient s’ils étaient salariés. »

fichiers uber Les projecteurs ont été braqués sur la façon dont Uber et le ministre de l’Économie de l’époque, Emmanuel Macron, ont travaillé ensemble pour faire respecter la plateforme et son modèle commercial sur le marché français.

Aujourd’hui, cependant, la stratégie de Paris n’est pas seulement sous la pression des législateurs européens, mais doit également faire face aux juges nationaux. La Cour de cassation, la plus haute juridiction pénale et civile française, a classé en 2020 puis en janvier dernier certains chauffeurs travaillant pour Uber comme salariés.

Blundell a minimisé l’impact des décisions: « Il n’y a pas beaucoup de mouvement de la part des travailleurs des concerts pour aller en justice. »

De même, Laureline Serris, directrice générale d’Uber en France, affirme que la plupart d’entre eux souhaitent continuer à travailler à leur compte. « Ceux qui défendent le système des salariés veulent plus de protection sociale. Je ne suis pas contre », a déclaré Ceres à EUobserver, mais nous devons inventer un nouveau monde où les travailleurs peuvent être indépendants tout en bénéficiant de plus de protection sociale. C’est le mérite de la négociation collective française actuelle.

Cela semblerait constituer une nouvelle révolution française – du moins d’un point de vue commercial – avec des pressions gouvernementales à Bruxelles pour défendre les intérêts de la plateforme.

Continue Reading
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Top News

Un touriste néerlandais retrouvé mort, deux Américains et deux touristes français portés disparus en Grèce

Published

on

Un touriste néerlandais retrouvé mort, deux Américains et deux touristes français portés disparus en Grèce

Un touriste néerlandais porté disparu a été retrouvé mort tôt samedi sur l’île grecque de Samos, dans l’est de la Grèce, ont rapporté les médias locaux, le dernier d’une série de cas dans lesquels des touristes sont morts ou ont disparu sur les îles grecques. Certains, sinon tous, ont fait des randonnées dans des températures étouffantes.

Deux Américains et deux touristes français ont également récemment été portés disparus.

Le Dr Michael Mosley, célèbre présentateur de télévision et auteur britannique, a été retrouvé mort dimanche dernier sur l’île de Symi. Le coroner a conclu qu’il était décédé le mercredi précédent, peu après s’être promené sur un terrain rocheux difficile.

Samos, comme Symi, est située près de la côte turque.

Cliquez ici pour nos dernières mises à jour sur la recherche de touristes disparus

Un drone des pompiers a retrouvé le corps du touriste néerlandais de 74 ans, allongé face contre terre dans un ravin à environ 300 mètres de l’endroit où il a été vu pour la dernière fois dimanche, marchant avec quelques difficultés dans une chaleur intense. .

Les températures dans toute la Grèce samedi étaient inférieures de plus de 10 degrés Celsius (18 Fahrenheit) à celles de jeudi, où elles avaient culminé à près de 45 degrés Celsius (113 Fahrenheit). Il devrait à nouveau augmenter à partir de dimanche, mais pas au niveau de la canicule.

Les autorités recherchent toujours quatre personnes portées disparues ces derniers jours.

Le présentateur de télévision britannique, le Dr Michael Mosley, a été retrouvé mort sur l'île de Symi le week-end dernier.
Le présentateur de télévision britannique, le Dr Michael Mosley, a été retrouvé mort sur l’île de Symi le week-end dernier. (PA)

Vendredi, deux touristes français ont été portés disparus à Sikinos, une île des Cyclades relativement isolée dans la mer Égée, qui abrite moins de 400 résidents permanents.

READ  Une station de ski française ferme définitivement faute de neige

Les deux femmes, âgées de 73 et 64 ans, avaient quitté leur hôtel pour se retrouver.

Son hôte, un ami gréco-américain, a annoncé jeudi la disparition d’un touriste américain de 70 ans sur la petite île de Mathraki, à l’extrême nord-ouest de la Grèce. Le touriste a été vu pour la dernière fois mardi dans un café avec deux touristes féminines qui ont depuis quitté l’île.

L’ami est rentré chez lui jeudi et a trouvé la porte d’entrée ouverte, les lumières et la climatisation allumées, et son ami disparu avec sa carte d’identité et ses documents de voyage.

Mathraki, avec une population de 100 habitants, est une île densément boisée de 3,9 kilomètres carrés (1,2 milles carrés), à l’ouest de l’île la plus populaire de Corfou.

Mathraki ne dispose pas de commissariat de police ni de poste de garde-côte, ce qui signifie que les autorités de Corfou ont été appelées pour aider aux recherches, mais des vents violents ont empêché la police et les pompiers d’atteindre l’île jusqu’à samedi après-midi.

Le Dr Michael Mosley, célèbre présentateur de télévision et auteur britannique, a été retrouvé mort dimanche dernier sur l'île de Symi.
Le Dr Michael Mosley, célèbre présentateur de télévision et auteur britannique, a été retrouvé mort dimanche dernier sur l’île de Symi. (BBC )

Jeudi, les équipages ont fouillé les eaux entourant l’île, mais se sont arrêtés vendredi en raison du mauvais temps.

Sur l’île d’Amorgos, les autorités recherchent toujours un touriste de 59 ans, porté disparu depuis mardi, alors qu’il se promenait seul dans des conditions extrêmement chaudes. Les médias américains ont identifié le touriste disparu comme étant Albert Calebet, adjoint à la retraite du shérif du comté de Los Angeles, de Hermosa Beach, en Californie.

Amorgos, la plus orientale des îles des Cyclades, est une île rocheuse d’une superficie de 122 kilomètres carrés (47 milles carrés) et d’une population de moins de 2 000 habitants. Il y a deux ans, l’île a enregistré un nombre record de visiteurs, soit plus de 100 000.

READ  Jamie Dornan : Gigi Hadid et Tan France ont tourné une vidéo pour mes filles

a déclaré Bobby Despotidi, maire adjoint chargé du tourisme de l’île. CNN : « Il est peu probable qu’il se soit égaré car il est venu ici il y a 10 ans et a parcouru Amorgos à pied. »

Calebet a pris sa retraite du service de police du comté de Los Angeles en 2018.

a déclaré Robin Léon, un ami de la famille de Calibet Actualités NBC« Il connaît cette route, il connaît cette île. »

« Le maire le connaît, tous les cafés le connaissent et les gens connaissent Albert sur cette île. Ils l’aiment », a ajouté Léon.

La municipalité d’Amorgos a écrit sur Facebook L’homme de 59 ans avait emprunté la route depuis la zone Asphontylite en direction du village de Katapola. Lorsqu’il a disparu, il portait un bermuda et une chemise sombre.

La belle-sœur de Calebet, Sandrine Catright Il a déclaré à NBC News « Chaque minute et chaque heure qui passe devient plus triste. »

Certains médias ont souligné la nécessité de sensibiliser les touristes aux dangers de la randonnée par temps de chaleur extrême.

Continue Reading

Top News

Les prix de l’électricité en France deviennent négatifs alors que les énergies renouvelables inondent le réseau

Published

on

Les prix de l’électricité en France deviennent négatifs alors que les énergies renouvelables inondent le réseau

Les prix de l’électricité française sont devenus négatifs alors que la baisse de la demande et l’augmentation de la production de sources d’énergie renouvelables ont mis certains réacteurs nucléaires hors service.

Le modèle Bloomberg montre que la consommation quotidienne de jeudi à dimanche connaîtra une baisse moyenne de 6 gigawatts. Le temps ensoleillé et venteux a augmenté la production d’énergie solaire et éolienne, ce qui a incité le gestionnaire du réseau à demander à Électricité de France SA de démanteler plusieurs centrales nucléaires.

Alors qu’il faut davantage d’énergie propre en Europe pour atteindre les objectifs climatiques, la production croissante d’énergies renouvelables et la pénurie de batteries de stockage signifient que les réacteurs doivent parfois être arrêtés pendant les périodes de faible demande. Cela est devenu de plus en plus courant le week-end en France – qui tire environ les deux tiers de son électricité de son parc nucléaire – et cela se produit également dans les pays nordiques et en Espagne.

EDF a mis hors service ses centrales nucléaires de Golfech 2, Cruas 2 et Tricastin 1, et prévoit d’en mettre trois autres à l’arrêt ce week-end. Certains producteurs d’énergies renouvelables devront également limiter leur production pour éviter de payer des frais dans un contexte de prix négatifs.

La capacité électrique quotidienne française est tombée à -5,76 euros par mégawattheure, le niveau le plus bas depuis quatre ans, lors d’une vente aux enchères sur le site Epex Spot. Le contrat équivalent pour l’Allemagne est tombé à 7,64 euros.

Abonnez-vous à la newsletter quotidienne du CFO pour rester informé des tendances, des enjeux et des dirigeants qui façonnent la finance d’entreprise. Inscription gratuite.
Continue Reading

Top News

Essais Olympiques Français 2024 : Finales Jour 1

Published

on

Essais Olympiques Français 2024 : Finales Jour 1

Championnats de France Elite 2024

Bonjour, Mlle Ames. La Premier League de France Elite est sur le point de démarrer. Je suis désolé que ce soit la fin de mon français limité, mais cela ne veut pas dire que nous n’essaierons pas de nouveau demain et que nous ferons deux phrases complètes. Si vous n’avez pas eu assez de nouvelles sur la natation lors des essais olympiques américains, j’espère que ces courses passionnantes vous aideront à aiguiser votre appétit.

Mais avant d’en arriver là, nous devons couvrir les événements d’aujourd’hui. Présentations de la scie à mouche 100 Marie Wattel Faire Marie Wattel Les choses, dépassant facilement le peloton d’une seconde complète. Wattel, le détenteur du record national, a réalisé un temps de 58,74 secondes. Vous devrez perdre encore une seconde pour atteindre le niveau de qualification de 57,92. Elle n’a jamais été inférieure à 58,5 cette saison, mais elle était à 57,34 aux essais français l’été dernier, elle devrait donc être bien placée pour faire partie d’une autre équipe olympique.

Avec le temps d’inscription limité et le manque de profondeur au 100 m brasse, il sera difficile de se qualifier dans cette épreuve, mais pas impossible. 1ère tête de série ce soir Antoine Marc, Il a perdu près de trois quarts de seconde, et s’il peut récidiver, il sera à portée de main du temps de qualification.

Anastasia Kirpichnikova En tête de la charge dans les 400 gratuits. L’olympienne russe de 2021 est connue pour s’améliorer avec la distance et elle cherchera à représenter son nouveau pays, la France, aux Jeux olympiques de son pays. Derrière elle Lucille Tesariol Et Anna Egorova Les deux sont à 4 min 17 s et flanqueront Kirpichenkova ce soir. – 400 mètres nage libre hommes David Aubrey Nous avons hâte de faire une autre équipe de France olympique. Aubrey a presque partagé la natation ce matin, mais il lui faudrait perdre près de trois secondes de son temps pour réduire le standard de qualification.

READ  L'ancien défenseur de Portsmouth quitte définitivement le Danemark et scelle le transfert français

Tout comme la mouche 100 de Wattel, Charlotte Bonnet, détenteur du record national du 100 brasse, est à environ une seconde du temps de qualification. Cependant, son temps de qualification est plus d’une demi-seconde plus rapide que son record national, elle devra donc établir un nouveau record personnel massif afin de participer à l’épreuve individuellement. Puisque la France s’est qualifiée pour le relais quatre nages pour les Jeux olympiques, le vainqueur gagnera probablement une place sur la liste.

Nous terminons la journée avec l’épreuve non olympique 50 fly. Cet événement sera une belle mesure pour deux des plus grandes stars françaises Florent Manaudou Et Maxime Grosset Ils auront hâte de commencer leur semaine par une bonne baignade. Le temps de Manaudou ce matin, 22,87, n’a que 0,02 d’avance sur Grosset, médaillé de bronze en 2023, alors attendez-vous à une fin de journée électrique.

100 mètres papillon femmes – finales

  • Record du monde : 55,18 – Gretchen Walsh, États-Unis (2024)
  • Record du monde junior : 56,20 – Claire Corzan, États-Unis (2021)
  • Record de France : 56.14- Marie Wattel (2022)
  • Temps gagnant 2021 : 57,37 – Marie Wattel
  • Temps de qualification olympique : 57,92

Top 3

  1. Marie Wattel (CN Marseille) – 57,49 *octio*
  2. Lilou Riesencourt (Natation olympique de Nice) – 58,81
  3. Matty Ndoye Brouard (Dauphine-Annecy) – 1:00.20

Pour la première fois depuis près d’une décennie, les nageurs ne poursuivront plus le record de Sarah Sjöstrom. Au lieu de cela, Wattel et sa compagnie avaient un nouveau standard Gretchen Walsh à poursuivre. Wattle n’a rien laissé au hasard, menant du début à la fin. Le médaillé d’argent mondial 2022 est sorti dans l’épreuve avec un temps de 26,56. Lilou Ressencourt a tenté de rester serrée puisqu’elle n’était qu’à 0,41 derrière, mais l’expérience de Wattel était de trop. Wattelle est revenue avec un temps de 30,93 secondes pour terminer en 57,49 secondes, se qualifiant en toute sécurité pour ses deuxièmes Jeux olympiques. Riesencourt n’a pas pu égaler la vitesse de Wattel et a terminé avec un temps de 58,81.

READ  Nos 5 conseils pour conserver un tableau le plus longtemps possible

Finales du 100 brasse hommes

  • Record du monde : 56,88 – Adam Peaty, Royaume-Uni (2019)
  • Record du monde junior : 59,01 – Nicolo Martinenghi, ITA (2017)
  • Record de France : 58,64 – Hugh Dubosc (2009)
  • Temps gagnant 2021 : 1:00.25 – Théo Bussieri
  • Temps de qualification olympique : 59,79

Top 3

  1. Antoine Viquerat (Dauphine Toulouse OEC) – 1:00.07
  2. Karl Aitkasi (Étoiles 92) – 1:00,69
  3. Lucien Vergnes (Dauphine Toulouse) – 1:00.77

Antoine Viquerat a transformé sa décevante nage matinale de 1:01.70 en un titre national français et une place potentielle sur la liste olympique. Vikirat n’était qu’à la sixième place après ce matin mais il a réalisé une bonne nage pour devancer tous ses rivaux. Vikirat n’était que quatrième au virage (28,27) derrière Karl Aitkasi, mais l’olympien de Tokyo 2021 a utilisé son expérience du 200 brasse pour revenir par derrière et marquer les 50 derniers points. Avec un temps de partage de 31,80 sur les 50 derniers, Vikirat a remporté la victoire en 1:00,07.

Bien qu’il ait établi un nouveau record personnel de 0,42, Vickerat n’a pas pu atteindre le temps de qualification de 59,49 et ne pourra pas nager l’épreuve individuellement. Cependant, la France s’est qualifiée pour le relais masculin et le relais quatre nages mixtes, et bien qu’elle ait utilisé Léon Marchand dans le relais, avec son emploi du temps chargé, Viquerat pourrait le remplacer.

400 mètres nage libre femmes – finales

  • Record du monde : 3:55.38 – Ariarne Titmuss, Australie (2023)
  • Record du monde junior : 3:56.46 – Summer McIntosh, Cannes (2023)
  • Record de France : 4:01.13 – Camille Moffat (2012)
  • Temps gagnant 2021 : 4:15.35 – Fantin Lessaffre
  • Temps de qualification olympique : 4:07.90

Top 3

  1. Anastasia Kirpichnikova (Montpellier) – 4:06.87 *OLY*
  2. Anna Egorova (CS Clichy 92) – 4:08.77
  3. Lucille Tessariol (SA Mérignac) – 4:10.38
READ  Maîtriser les incendies français alors que la température baisse

Anastasia Kirpichnikova a mené le peloton au 200 m en 2:02,02, mais était talonnée de près des deux côtés par Anna Egorova et Lucile Tessariol. Egorova s’est rapprochée au virage 300 et ses deux anciennes coéquipières se dirigeaient vers le virage 350, mais Kirpichnikova a déjà pris les avions et s’est levée pour les 50 derniers. Les Jeux olympiques de 2021, qui représentaient la Russie, se sont terminés en 4 :06,87, partage 30.11 sur les 50 derniers, plus d’une seconde ennuyeuse plus rapide d’Egorvo.

Son temps était à seulement 0,61 de son record personnel aux Championnats nationaux russes de natation en 2021. Kirpichnikova, un temps de qualification olympique sûr de 4:07,90, signifie qu’elle aura désormais la chance de représenter son nouveau pays pour ses débuts. Jeux olympiques d’été depuis 1924.

400 mètres nage libre hommes – finales

  • Record du monde : 3:40.07 – Paul Biedermann, Allemagne (2009)
  • Record du monde junior : 3:44.31 – Peter Mitson, Paul (2023)
  • Record de France : 3’43’’85 – Yannick Agniel (2011)
  • Temps gagnant 2021 : 3:47.34 – Joris Bouchut
  • Temps de qualification olympique : 3:47.91

Top 3

100 brasse femmes – Finales

  • Record du monde : 1:04.13 – Lily King, États-Unis (2017)
  • Record du monde junior : 1:04,35 – Ruta Milotit, LTU (2013)
  • Record de France : 1:07.54- Charlotte Bonnet (2023)
  • Temps gagnant 2021 : 1:08.76 – Fanny DeBerges
  • Temps de qualification olympique : 1:06.79

Top 3

50 papillon hommes – Finales

  • Record du monde : 22,27 – Andrey Govorov, Royaume-Uni (2018)
  • Record du monde junior : 22,96 – Diogo Ribeiro, Portugal (2022)
  • Record de France : 22,72 – Maxime Grosset
  • Temps gagnant 2021 : 23,55 – Thomas Perron
  • Temps de qualification olympique : non disponible

Top 3

Continue Reading

Trending

Copyright © 2023