décembre 2, 2022

7seizh

Dernières nouvelles et nouvelles du monde de 7 Seizh sur les affaires, les sports et la culture. Nouvelles vidéo. Nouvelles des États-Unis, d'Europe, d'Asie-Pacifique, d'Afrique, du Moyen-Orient, d'Amérique.

Des militants français du climat ciblent les lumières des magasins lors de raids nocturnes à Paris

émis en : la moyenne:

Les militants du climat à Paris ont trouvé un nouveau moyen de faire passer leur message contre le gaspillage d’énergie dans la Ville Lumière – en fermant les enseignes et les écrans publicitaires qui restent allumés toute la nuit même si le gouvernement a exhorté les gens à réduire leur consommation d’électricité.

Extinction Rebellion fait partie d’une nouvelle vague de militants écologistes qui utilisent l’action directe et la désobéissance civile pour attirer l’attention sur leur cause.

Certains de ses membres se sont engagés pour les voitures de sport vendredi soir au Mondial de l’Auto, grand salon de l’auto à Paris.

« Ils condamnent une industrie polluante qui essaie de ‘laver son image’ à l’aide de véhicules ‘verts’, mais continue de promouvoir la possession d’une voiture individuelle comme moyen de transport du futur », indique un communiqué du groupe.

21h00 un dernier soir, vers 20 Rébellion d’extinction Les membres se réunissent pour un briefing tactique avant de se déployer dans un raid nocturne.

« Il y a 12 millions de personnes qui souffrent du froid en France parce qu’elles ne peuvent pas chauffer leur logement, et d’autre part, on gaspille cette énergie dans des banderoles publicitaires complètement inutiles », explique Jude, 32 ans, à l’AFP.

Après avoir distribué des affiches et du matériel, dont des perches télescopiques pour accéder aux interrupteurs d’éclairage extérieur, l’équipe de Joad se dirige vers le quartier animé du Marais, pôle d’attraction tant pour les Parisiens que pour les touristes, où des dizaines de commerçants ont des points de vente.

READ  Chalet en bois : comment les adapter pour chaque saison ?

« Nous ne fuyons pas du tout », dit Jawad si la police les détecte, détaillant les risques juridiques et conseillant ceux qui pourraient être arrêtés.

« Ce n’est pas Versailles ! »

Cliquez, et je suis hors du signe Levi’s. Dans d’autres vitrines, le groupe a scotché des affiches sur lesquelles on peut lire « Ce n’est pas Versailles ! » La réprimande que des générations d’enfants français entendent lorsqu’ils laissent la lumière allumée inutilement.

L’équipe cible les opticiens, les bijoutiers, les parfumeries et les magasins de matelas ainsi que plusieurs panneaux publicitaires lumineux, où les cadres sont ouverts pour les éteindre et les publicités remplacées par leurs propres affiches.

Le gouvernement, sous pression alors que la Russie suspend ses exportations de gaz vers l’Europe, a exhorté les gens à faire preuve de « restriction » énergétique à l’approche de l’hiver, notamment en abaissant les thermostats de chauffage domestique à 19°C.

Il a également décrété que les enseignes lumineuses et la publicité doivent être éteintes de une heure du matin à six heures du matin, à partir de juin 2023.

Les autorités de la ville de Paris sont allées plus loin, exigeant que les lumières soient éteintes pour les panneaux et les publicités de 23h45 à 6h00 en décembre.

Pour les militants du climat, ce n’est pas le moment.

« double discours » du gouvernement

« Nous savons que c’est très symbolique car l’électricité utilisée par les enseignes lumineuses ne représente qu’une infime fraction de l’énergie utilisée par le pays », a déclaré Beko, 36 ans, qui a également utilisé un pseudonyme.

Le plus gros problème, pour Biko, est le « double langage » de la part du gouvernement.

READ  Des centres de vaccination en France ont été détruits au milieu des manifestations contre les activités de COVID-19

« Ce qui me met en colère, et c’est pour ça que je suis ici ce soir, c’est que le gouvernement demande aux gens ordinaires de la retenue, avec des petits gestes comme éteindre le chauffage ou éteindre le Wi-Fi, mais il n’a pas la volonté politique courage de demander la même retenue aux entreprises ».

Alors que les militants défilaient dans les rues sinueuses du Marais, leurs actions ont souvent suscité les applaudissements des passants.

« Je suis totalement d’accord avec eux », déclare Federica, une touriste de Milan. Anna, qui a également cessé de regarder, décrit les panneaux lumineux comme une « honte ».

Un magasin en particulier irrite les militants. C’est un magasin de vêtements qui affiche ses références environnementales avec le slogan « Because No Planet B », accompagné de trois grands écrans publicitaires.

Les écrans sont rapidement recouverts d’autocollants.

« C’est la première étape. Il s’agit de sensibilisation et de prévention », déclare Jawad, ajoutant que certains commerçants répondent par des messages de soutien et promettent d’éteindre les lumières.

« Pour ceux qui gardent les lumières allumées et continuent ce grognement, nous passerons à la phase deux, qui sera encore plus audacieuse, à partir de décembre. »

(avec AFP)