septembre 24, 2022

7seizh

Dernières nouvelles et nouvelles du monde de 7 Seizh sur les affaires, les sports et la culture. Nouvelles vidéo. Nouvelles des États-Unis, d'Europe, d'Asie-Pacifique, d'Afrique, du Moyen-Orient, d'Amérique.

Des milliers de personnes participent à des rassemblements anti-guerre dans les villes russes, des centaines arrêtées

Mis à jour il y a 5 heures

La police russe a arrêté plus de 1 700 personnes lors de manifestations anti-guerre dans des dizaines de villes, a déclaré un observatoire indépendant, alors que des milliers de personnes sont descendues dans la rue après que le président Vladimir Poutine a envoyé des troupes pour envahir l’Ukraine.

Beaucoup en Russie étaient sceptiques quant aux plans de Poutine d’attaquer le voisin pro-occidental.

Moscou dormait lorsque Poutine a ordonné une attaque aérienne et terrestre contre l’Ukraine aux premières heures de la matinée.

Au fur et à mesure que les troupes avançaient, le Kremlin a déclaré qu’il était certain que les Russes « soutiendraient » la guerre et que l’Ukraine devait être « libérée et débarrassée des nazis ».

Mais avec les horribles scènes de mort en Ukraine, de nombreuses personnalités se sont prononcées contre la guerre et des milliers de Russes ordinaires ont défié la législation anti-manifestation stricte pour descendre dans les rues à travers le pays.

Des milliers de personnes se sont rassemblées près de la place Pouchkine dans le centre de Moscou, tandis que jusqu’à 1 000 personnes se sont rassemblées dans l’ancienne capitale impériale de Saint-Pétersbourg, selon des journalistes de l’AFP sur les lieux.

Des rassemblements ont également été organisés dans des dizaines d’autres villes russes.

L’invasion de l’Ukraine survient au cours d’une répression sans précédent contre l’opposition russe, au cours de laquelle la plupart des dirigeants de la contestation ont été assassinés, emprisonnés ou contraints de quitter le pays.

Le chef de l’opposition emprisonné Alexei Navalny, qui avait l’habitude de mobiliser les plus grandes manifestations de Russie contre Poutine, purge une peine de deux ans et demi dans une colonie criminelle à l’extérieur de Moscou.

READ  Le Taoiseach Michael Martin "apprécié" par la spéculation sur une Irlande unie après la victoire du Sinn Fein en Irlande du Nord

OVD-Info, qui suit les arrestations lors des rassemblements de l’opposition, a déclaré que près de 1 700 personnes avaient été arrêtées dans 53 villes russes. L’observatoire a déclaré que plus de 900 personnes avaient été arrêtées à Moscou et plus de 400 à Saint-Pétersbourg.

Des manifestants dans le centre de Saint-Pétersbourg.

Source : Alamy Banque d’images

‘Je suis en état de choc’

A Moscou, des manifestants se rassemblent autour de la place Pouchkine en scandant « Non à la guerre! »

Le même slogan « Non à la guerre » a été peint sur la porte d’entrée de la chambre basse du parlement russe.

« Je suis sous le choc. Mes proches et mes proches vivent en Ukraine », a déclaré Anastasia Nestolia, 23 ans, à Moscou.

« Qu’est-ce que je peux leur dire au téléphone ? Vous êtes suspendu là ? »

Elle a dit que les gens avaient peur de protester.

À Saint-Pétersbourg, beaucoup ont fait une remarque similaire.

« J’ai l’impression que les autorités sont devenues folles », a déclaré Svetlana Volkova, 27 ans. Elle a également déclaré que peu de personnes étaient disposées à manifester en Russie.

« La publicité a trompé le peuple. »

Et tandis que trois policiers l’emmenaient, un jeune homme a crié : « Avec qui vous battez-vous ? Arrêtez Poutine. »

Ces dernières années, la Russie a renforcé les lois sur les manifestations et les manifestations se terminent souvent par des arrestations massives.

Plus tôt dans la journée, Navalny a déclaré qu’il était contre l’invasion de l’Ukraine.

« Je suis contre cette guerre », a déclaré Navalny dans une vidéo diffusée par la chaîne de télévision indépendante Dozd.

« Cette guerre a éclaté entre la Russie et l’Ukraine pour dissimuler le vol des citoyens russes et les distraire des problèmes qui existent à l’intérieur du pays », a déclaré l’homme de 45 ans.

READ  Le Kremlin veut que des inspecteurs visitent la centrale nucléaire irlandaise The Times

Les autorités russes ont averti les sympathisants de la guerre de ne pas se rassembler pour protester.

La commission d’enquête, un organisme gouvernemental qui enquête sur les crimes majeurs, a averti les Russes des répercussions juridiques de la participation à des manifestations non autorisées liées à la « situation politique étrangère tendue ».

« Il faut être conscient des conséquences juridiques négatives de ces actions sous la forme de poursuites qui équivalent à une responsabilité pénale », a déclaré la commission.

« La guerre me rend malade »

L’AFP a rapporté à peu près le jour où l’invasion a commencé à Moscou et Saint-Pétersbourg était contre la guerre et l’effusion de sang, bien que certains aient imputé la crise à l’Ukraine.

Bien sûr, je ne veux pas de guerre. « Je ne veux pas que des gens meurent », a déclaré Yulia Antonova, une professeure d’anglais de 48 ans à Saint-Pétersbourg.

Victor Antipov, qui vit également à Saint-Pétersbourg, a déclaré qu’il ne soutenait pas la tactique de Poutine.

# Ouvrir la presse

Pas de nouvelles, mauvaises nouvelles
prise en charge des magazines

C’est le tien contributions Vous nous aiderez à continuer à livrer les histoires qui comptent pour vous

Soutenez-nous maintenant

« Aucune personne saine d’esprit ne veut la guerre », a déclaré l’homme de 54 ans.

« Cela ne semble pratiquement pas envisagé », a-t-il déclaré à propos du plan du Kremlin, ajoutant que le dirigeant russe « ne pensait pas au long terme ».

READ  Le roi Charles se rendra demain en Irlande du Nord

Mais certains Russes de la génération de Poutine, comme Galina Samoylenko, 70 ans, se sont rangés du côté de leur chef.

« Il veut aider le peuple russe et ces républiques », a-t-elle déclaré, faisant référence aux régions ukrainiennes contrôlées par les séparatistes de Donetsk et Lougansk.

Igor Kharitonov, un étudiant en architecture de 20 ans, a qualifié les autorités russes de « dégénérées ».

« La guerre me rend malade », dit-il à l’AFP.

©AFP