juillet 4, 2022

7seizh

Dernières nouvelles et nouvelles du monde de 7 Seizh sur les affaires, les sports et la culture. Nouvelles vidéo. Nouvelles des États-Unis, d'Europe, d'Asie-Pacifique, d'Afrique, du Moyen-Orient, d'Amérique.

Des protéines anciennes montrent que les premiers Australiens ont mangé des œufs géants d’énormes oiseaux incapables de voler

Détail d’une illustration d’un Genyornis chassé de son nid par un lézard Megalania dans l’Australie préhistorique. Crédit : Illustration fournie par l’artiste Peter Trossler.

Les chercheurs ont lancé un débat intense sur les espèces de « Thunderbirds » et sur la question de savoir si leurs œufs ont été exploités par les premiers Australiens il y a environ 50 000 ans.

Les protéines extraites de fragments de coquilles d’œufs préhistoriques découverts dans les sables australiens confirment que les premiers humains du continent ont consommé des œufs d’oiseaux de deux mètres (6,5 pieds) qui ont disparu il y a plus de 47 000 ans.

Des marques de brûlures sur des restes d’anciennes coquilles d’il y a plusieurs années indiquent que les premiers Australiens cuisinaient et mangeaient de gros œufs d’un oiseau éteint depuis longtemps – déclenchant un débat houleux sur les espèces qui les pondaient.

Oeufs juniors

La seule coquille d’œuf de Genyornis presque complète jamais trouvée. Localisé par N. Spooner, collecté par G Miller, Australie du Sud. Quatre trous de perforation sur l’œuf confirment qu’il a été précédé par un charognard marsupial. Crédit : Gifford H. Miller

Aujourd’hui, une équipe internationale dirigée par des scientifiques d’universités Cambridge Turin a placé l’animal sur l’arbre de l’évolution en comparant les séquences protéiques des fossiles d’œufs écrasés à celles encodées dans les génomes d’espèces d’oiseaux vivants.

« Le temps, la température et la chimie du fossile dictent tous la quantité d’informations que nous pouvons recueillir », a déclaré l’auteur principal de l’étude, le professeur Matthew Collins du département d’archéologie de l’Université de Cambridge.

« Les coquilles d’œufs sont constituées de cristaux minéraux qui peuvent piéger étroitement certaines protéines, préservant ces données biologiques dans les environnements les plus difficiles – peut-être pendant des millions d’années. »

Professeur Matthew Collins

Selon les résultats publiés dans la revue Actes de l’Académie nationale des sciencesprovenait d’œufs anciens juniors: un énorme « mihirung » incapable de voler – ou « Thunder Bird » – avec de petites ailes et d’énormes pattes qui parcouraient l’Australie préhistorique, probablement en groupes.

READ  Le mouvement des toiles d'araignées en tant qu'électrons en orbite autour d'un noyau a été étudié

Les archives fossiles montrent que juniors Il mesure plus de 2 mètres (6,5 pieds) de haut, pèse entre 220 et 240 kilogrammes (485-529 livres) et pond des œufs de la taille d’une pastèque d’environ 1,5 kilogramme (3 livres). Ils faisaient partie de la « mégafaune » australienne qui a disparu quelques milliers d’années après l’arrivée des humains, suggérant que les humains ont joué un rôle dans leur extinction.

La première date « forte » pour que les humains atteignent l’Australie remonte à environ 65 000 ans. La coquille d’œuf brûlée d’espèces jusque-là non confirmées remonte à environ 50 000 à 55 000 ans – il n’y a pas si longtemps juniors On pense qu’il a disparu – à cette époque, les humains se sont répandus sur la majeure partie du continent.

Coquille d'œuf junior

La coquille d’œuf de Genyornis a récemment été exposée par l’érosion éolienne des dunes de sable dans lesquelles elle était enterrée, en Australie du Sud. Crédit : Gifford H. Miller

« Il n’y a aucune preuve de juniors Un autel dans le dossier archéologique. Cependant, des fragments de coquille d’œuf avec des motifs de brûlure uniques compatibles avec l’activité humaine ont été trouvés à divers endroits à travers le continent. « 

« Cela signifie que les premiers humains ne chassaient pas nécessairement ces énormes oiseaux, mais pillaient plutôt régulièrement leurs nids et volaient leurs œufs géants pour se nourrir », a-t-il déclaré. Peut-être que la surexploitation des œufs par l’homme y a contribué juniors extinction. »

Tandis que juniors Toujours un concurrent pour la strate d’œufs flous, certains scientifiques ont soutenu – compte tenu de la forme et de l’épaisseur de la coquille – que le candidat le plus probable était Progora ou « l’oiseau colossal géant »: un autre oiseau éteint, beaucoup plus petit, pesant environ 5 à 7 kg (11 à 15 lb) et semblable à une grosse dinde.

Genyornis . fragments de coquille d'œuf

Fragments de coquille d’œuf d’un ancien nid d’Australie du Sud. La masse de coquille d’œuf recueillie dans un mètre carré équivaut à environ 12 œufs entiers. Crédit : Gifford H. Miller

L’ambition initiale était de mettre un terme au débat en traînant l’ancien[{ » attribute= » »>DNA from pieces of shell, but genetic material had not sufficiently survived the hot Australian climate.

READ  De meilleurs modèles de « nettoyeurs » dans l'atmosphère pourraient aider à prédire le changement climatique

Miller turned to researchers at Cambridge and Turin to explore a relatively new technique for extracting a different type of “biomolecule”: protein.

While not as rich in hereditary data, the scientists were able to compare the sequences in ancient proteins to those of living species using a vast new database of biological material: the Bird 10,000 Genomes (B10K) project.

“The Progura was related to today’s megapodes, a group of birds in the galliform lineage, which also contains ground-feeders such as chickens and turkeys,” said study first author Prof Beatrice Demarchi from the University of Turin.

“We found that the bird responsible for the mystery eggs emerged prior to the galliform lineage, enabling us to rule out the Progura hypothesis. This supports the implication that the eggs eaten by early Australians were laid by Genyornis.”

The 50,000-year-old eggshell tested for the study came from the archaeological site of Wood Point in South Australia, but Prof Miller has previously shown that similar burnt shells can be found at hundreds of sites on the far western Ningaloo coast.

The researchers point out that the Genyornis egg exploitation behavior of the first Australians likely mirrors that of early humans with ostrich eggs, the shells of which have been unearthed at archaeological sites across Africa dating back at least 100,000 years.

Prof Collins added: “While ostriches and humans have co-existed throughout prehistory, the levels of exploitation of Genyornis eggs by early Australians may have ultimately proved more than the reproductive strategies of these extraordinary birds could bear.”

Reference: “Ancient proteins resolve controversy over the identity of Genyornis eggshell” by Beatrice Demarchi, Josefin Stiller, Alicia Grealy, Meaghan Mackie, Yuan Deng, Tom Gilbert, Julia Clarke, Lucas J. Legendre, Rosa Boano, Thomas Sicheritz-Pontén, John Magee, Guojie Zhang, Michael Bunce, Matthew James Collins and Gifford Miller, 24 May 2022, Proceedings of the National Academy of Sciences.
DOI: 10.1073/pnas.2109326119

READ  Le musée découvre des spécimens d'ornithorynques et de hérissons vieux de 150 ans qui prouvent que certains mammifères pondent des œufs