septembre 27, 2022

7seizh

Dernières nouvelles et nouvelles du monde de 7 Seizh sur les affaires, les sports et la culture. Nouvelles vidéo. Nouvelles des États-Unis, d'Europe, d'Asie-Pacifique, d'Afrique, du Moyen-Orient, d'Amérique.

Emmanuel Macron prévient qu’il pourrait perdre les élections françaises au profit de l’extrême droite

Le président français Emmanuel Macron a mis en garde ses partisans contre le fait de supposer qu’il remportera un second mandat lors des élections de ce mois-ci, suggérant que l’un de ses rivaux d’extrême droite pourrait le vaincre.

Lors de son seul grand rassemblement de campagne, le dirigeant français a cité sa victoire en 2017 et le vote du Royaume-Uni pour le Brexit l’année précédente comme exemples de résultats politiques inattendus.

« Le danger extrême aujourd’hui est plus grand qu’il ne l’était il y a quelques mois, il y a quelques années », a-t-il déclaré à ses partisans réunis samedi dans un auditorium de La Défense en région parisienne.

« Ne croyez pas les commentateurs ou les sondages qui disent que c’est impossible, c’est inimaginable, qui disent ‘l’élection est déjà gagnée et tout ira bien’. Regardez-nous, regardez-vous, il y a cinq ans. Les gens disaient que c’était impossible. Regardez le Brexit. De l’Union européenne et de plusieurs élections dont le résultat semblait peu probable, mais qui s’est produit. »

Les sondages d’opinion indiquent que Macron se lèvera au premier tour du scrutin le week-end prochain, devant la candidate d’extrême droite Marine Le Pen. Il devrait ensuite gagner contre elle au deuxième et dernier tour deux semaines plus tard, comme il l’a fait il y a cinq ans, mais cette fois, les sondages prédisent une marge de victoire beaucoup plus étroite.

Selon les derniers développements Ipsos Dans le sondage publié samedi, Macron obtiendrait 26% des voix au premier tour, suivi de Le Pen avec 21% et du candidat d’extrême gauche Jean-Luc Mélenchon avec 15,5%. Au second tour, Macron a battu Le Pen par 53% à 47.

READ  Bischwiller exige un triplé au championnat de France des clubs

En 2017, Macron a lancé sa campagne électorale en tant que candidat « ni de droite ni de gauche ». Il n’avait jamais occupé de poste électif et était salué comme une bouffée d’air frais. Il a écrasé les deux grands mouvements politiques qui ont occupé la présidence au cours des six dernières décennies : les gaullistes, désormais représentés par des républicains conservateurs, et les socialistes.

Mais cette fois, il fait partie de l’establishment après cinq ans à l’Elysée.

Les sondages ont bondi pour Macron dans les premières semaines de la guerre d’Ukraine parce qu’il était considéré comme un leader en période de conflit. Cependant, ce recul s’est rapidement estompé, tandis que son rôle de premier plan dans l’effort international visant à imposer des sanctions à la Russie et à persuader Vladimir Poutine de retirer ses forces a limité son temps au cours de sa campagne électorale dans son pays.

Certains électeurs de gauche et les Verts qui l’ont soutenu la dernière fois disent également qu’ils détestent ce qu’ils considèrent comme ses politiques économiques de droite et sa réputation d’arrogance.

Dans son discours de samedi, Macron a souligné ses réalisations – notamment la réduction du chômage à son plus bas niveau en plus d’une décennie – et a promis de lutter pour le plein emploi au cours des cinq prochaines années.

Il a également cherché à affiner ses références dans la lutte contre le changement climatique, arguant qu’avec le nucléaire, les investissements dans les énergies renouvelables et les mesures d’économie d’énergie, la France deviendrait « le premier grand pays à sortir des énergies fossiles ».

READ  Mohan Kumar écrit | L'Inde et la France : une profonde amitié

Soulignant son engagement envers l’Europe et l’Union européenne – contrairement à la fois à Le Pen et à Melenchon – Macron a déclaré que l’Europe avec la défense commune, la protection de l’environnement et le capitalisme organisé représentait un contrepoids important au « duopole » de la superpuissance des États-Unis et de la Chine et à la « perturbation » en géopolitique.

Il a dit : « Le monde de paix que nous pensions éternel, le monde de progrès continu que nous pensions ne pas pouvoir arrêter, tout semble s’effondrer sous nos yeux.

« Ce que nous vivons est une sorte de grand bouleversement », a déclaré Macron, citant les problèmes du monde naturel et de l’environnement, le capitalisme et la montée des inégalités, l’extrémisme religieux et les théories du complot, et « le chaos géopolitique avec un retour ». Des guerres et des rêves d’empire, et peut-être le spectre d’un conflit armé mondial.