janvier 24, 2022

7seizh

Dernières nouvelles et nouvelles du monde de 7 Seizh sur les affaires, les sports et la culture. Nouvelles vidéo. Nouvelles des États-Unis, d'Europe, d'Asie-Pacifique, d'Afrique, du Moyen-Orient, d'Amérique.

En France, un réfugié afghan filme les parcours de ses camarades immigrés

Le réfugié afghan Abdul Sabour a commencé à photographier la vie des migrants alors qu’il effectuait son voyage ardu vers l’Europe occidentale, déterminé à dépeindre les difficultés d’être déraciné et pris dans l’inconnu.

Sabour, 29 ans, a déclaré qu’il avait été chassé d’Afghanistan par les insurgés talibans en 2015 et qu’il avait passé deux ans à se rendre en Europe. Il a pris ses premières photos sur un téléphone portable avant qu’un organisme de bienfaisance ne lui donne plus tard un appareil photo. « Il n’y avait personne pour filmer et documenter ce qui se passait », a-t-il déclaré à Reuters. « J’ai décidé d’être témoin de notre voyage et de montrer au monde, de montrer aux gens à quel point il est difficile de quitter sa maison. »

Sabbour est photographe depuis. Il passe le plus clair de son temps dans des camps de fortune dans le nord de la France où des migrants fuyant la guerre, la pauvreté et les persécutions en Afrique et au Moyen-Orient flânaient avant de tenter de rejoindre la Grande-Bretagne. Les 27 migrants qui se sont noyés en tentant de traverser la Manche dans un canot pneumatique le mois dernier sont partis des rives de la Manche dans le nord de la France.

Sabour, qui a suivi une formation d’ingénieur en mécanique dans son pays natal, a déclaré à Loon-Plage, une ville côtière à 20 kilomètres (12 miles) à l’est de Calais où se trouvent de nombreux camps de migrants. Mais les rêves peuvent renaître.

Sabour a obtenu l’asile en France et partage désormais son temps entre Paris et Toulouse, où il enseigne dans une école d’art, et Calais, qui travaille dans des maisons de presse internationales. Certaines des photos de Sabbour ont été montrées cette semaine lors d’une soirée dans un bistrot culturel à Paris où artistes et journalistes ont présenté leur travail. La conservatrice Yael Cox a déclaré que la propre expérience de Sabbour apporte une sympathie rare à ses photographies.

READ  La Fashion Week de Paris revient après l'arrêt du virus

La prochaine ambition de Sabbour est de retourner à la frontière afghane, où il a commencé son exil, et de prendre des photos de ceux qui commencent leur nouveau voyage.

(Cette histoire n’a pas été modifiée par le personnel de Devdiscourse et est automatiquement générée à partir d’un flux partagé.)