décembre 5, 2022

7seizh

Dernières nouvelles et nouvelles du monde de 7 Seizh sur les affaires, les sports et la culture. Nouvelles vidéo. Nouvelles des États-Unis, d'Europe, d'Asie-Pacifique, d'Afrique, du Moyen-Orient, d'Amérique.

Expérience immersive : le premier étudiant de Franklin à recevoir une bourse de France

Pendant six semaines, elle n’a pas pu utiliser son téléphone ni communiquer en anglais.

Les conditions n’étaient pas une punition pour Abigail Demery, élève de la Franklin Community High School, mais une récompense. Demare a été acceptée dans le programme spécialisé en langues étrangères de l’Université de l’Indiana pour effectuer un voyage d’études d’été à l’étranger en France. Grâce à un bienfaiteur anonyme, elle est devenue la première étudiante de Franklin à recevoir une bourse pour le voyage par l’intermédiaire de Franklin Education Connection, qui a couvert 5 000 $ sur les près de 6 000 $ de frais de voyage.

Le programme IU, avec des sites en France, en Autriche et en Espagne, existe depuis 1961. Le professeur de français de Franklin, Thomas Maxwell, qui était dans le même programme qu’un étudiant au Center Grove High School en 2014, a fait un voyage à Saumur, France avec Démarie.

« Il y a beaucoup d’études sur la grammaire, la culture, l’histoire et une variété de choses pour préparer les étudiants à un voyage comme celui-ci », a déclaré Maxwell. « Il y a eu une grande orientation en avril et nous avons passé près de huit heures avec les enfants, leur disant à quoi s’attendre de vivre avec une famille d’accueil, un choc culturel. Nous avons passé du temps à évaluer leur niveau de français et à voir à quel niveau ils seraient .”

Lors de l’évaluation, Demaree, qui avait quatre ans de français, a été classée intermédiaire, mais est rapidement devenue un apprenant avancé une fois en France. Elle et 23 autres étudiants de Zionville, Carmel, Evansville, Fort Wayne, Greenfield, Center Grove et Indianapolis ont séjourné dans des familles d’accueil, ont suivi des cours de littérature, de communication, de linguistique et de culture et ont participé à des activités de groupe, comme la chorale et le théâtre. ce qu’ils ont fait sans parler un mot d’anglais, a déclaré Damary.

READ  Quand commence chaque phase et comment puis-je la suivre directement à la télévision ?

« C’était vraiment bizarre au début, dès qu’il se passe quelque chose, je veux envoyer un texto à ma mère et lui dire. Nous avions environ une heure d’internet par semaine, donc il n’y avait aucun moyen accessible de se connecter avec les amis et la famille. » était vraiment effrayant. , mais une sorte de libération. Je n’avais rien à faire tout de suite. La première nuit où j’étais là-bas, je suis allé dans ma chambre. Je n’avais pas de téléphone et je ne pouvais pas lire l’anglais, et nos livres étaient en français, alors j’ai nettoyé la chambre, rangé mes affaires et je me suis endormi. »

Après avoir d’abord trouvé sa situation difficile, notamment en avertissant les élèves qu’ils seraient renvoyés chez eux s’ils parlaient anglais, elle s’est rapidement adaptée et a pu parler de sujets complexes avec sa famille d’accueil, ses camarades de classe et sa colocataire, une élève de Greenfield-Central High School.

« Nous avons eu beaucoup de conversations et j’ai été surpris non seulement de pouvoir communiquer dans une langue différente, mais aussi à travers des discussions politiques complexes sur la France », a déclaré Demare. A cette époque, ils organisaient des élections. Nous avons parlé des différences entre les régions de France, nous avons eu une conversation sur le sport et j’ai été surpris de voir qu’une fois que j’ai abordé l’une, j’ai abordé un autre sujet. »

DeMarie a décrit Saumur comme une ville semblable à Franklin, avec de petites entreprises dans le centre-ville. Les deux municipalités sont à peu près les mêmes en termes de population, avec environ 25 000 habitants chacune.

READ  Une nouvelle commande militaire française va résoudre les problèmes du NH90

« J’ai l’impression de me souvenir de tout ça. Il y avait ce marché qu’ils avaient tous les samedis matins, les gens pouvaient avoir leurs produits frais pour la semaine, du pain, de la viande et du fromage, et ça m’a beaucoup rappelé le marché de la Belle et la Bête. C’était tellement surréaliste, comme si j’étais dans un film mais c’était un vrai endroit. J’ai vraiment adoré et c’est la chose qui me manque le plus depuis que je suis revenu. »

Pendant leur absence, a déclaré Maxwell, le groupe d’étudiants de l’Indiana a également visité d’autres régions de France, telles que la Normandie, Versailles et Paris.

« Nous avons vu un musée dédié au Jour de la Victoire, nous sommes allés sur les plages de Normandie et nous nous sommes baignés dans la Manche. C’était très intéressant. « Nous avons vu les châteaux de la vallée de la Loire, vu trois grands châteaux et le troisième et dernier voyage était à Paris. Nous avons passé 2,5 jours à Paris à voir les sites touristiques et à vivre une grande aventure urbaine. »

Demare a déclaré que la bourse aidera d’autres étudiants de Franklin à réaliser qu’eux aussi peuvent entreprendre un tel voyage.

« Je suis fière de faire partie de notre école et d’aider les enfants à savoir qu’ils peuvent le faire avec l’aide de notre école », a-t-elle déclaré. « Cela me rend fier de notre école car elle peut offrir aux enfants la possibilité de parcourir le monde alors qu’ils n’en étaient pas capables auparavant. »