octobre 2, 2022

7seizh

Dernières nouvelles et nouvelles du monde de 7 Seizh sur les affaires, les sports et la culture. Nouvelles vidéo. Nouvelles des États-Unis, d'Europe, d'Asie-Pacifique, d'Afrique, du Moyen-Orient, d'Amérique.

FinalBend Entrepreneur (21 ans) réconcilie la salle de réunion et la salle de classe

En athlétisme, l’approche « lente et régulière » est rarement connue pour gagner des courses, mais après avoir raccroché ses chaussures de course, Emma Covey l’a définitivement trouvée applicable dans le monde des affaires.

Bien que la jeune femme de 21 ans admette avoir « créé une entreprise par hasard », le succès de sa marque de vêtements de sport FinalBend n’est pas le fruit du hasard.

Voulant rester dans le monde de l’athlétisme lorsqu’elle a cessé de concourir, Kofi dit qu’elle prévoyait de vendre ses marchandises lors des compétitions auxquelles elle participait autrefois en tant qu’athlète.

Et même si elle s’en est sortie « marginalement », elle admet avec joie qu’à ce moment-là – alors qu’elle n’avait que cinq ans au lycée – c’était plus une entreprise qu’une entreprise.

Sans surprise, elle est maintenant étudiante en dernière année à l’University College Cork et étudie le commerce. Elle attribue à sa création de petite entreprise l’opportunité d’apprendre des leçons vitales avec moins de risques, en évitant des erreurs plus coûteuses à l’avenir.

« J’ai fait une énorme erreur au début avec un fournisseur qui a fini par être une arnaque, mais je n’ai commandé que cinq choses », se souvient Emma, ​​ajoutant que si cinq pièces ne ressemblaient à rien étant donné que FinalBend nécessite désormais un référentiel pour tenir Avec son stock , « c’était un gros problème à l’époque. »

Covey souligne que tout est relatif – et bien que les erreurs semblent énormes à l’époque, vous en tirez des leçons.

descendant

Les chiffres publiés par le Bureau central des statistiques (CSO) en juillet ont montré que les femmes n’occupaient que 13,4% des postes de direction clés dans 700 entreprises interrogées dans l’État en 2021.

READ  Corporate Ireland called for a match of 1.5 million Covid vaccines donated by the public

L’enquête sur l’équilibre entre les sexes dans les entreprises a également révélé que 14 % des postes de présidents et 29,7 % des postes de direction sont occupés par des femmes, alors que les femmes ne constituaient que 21,8 % des membres des conseils d’administration de ces entreprises.

D’après l’expérience d’Emma, ​​ces chiffres semblent corrects.

« J’étais la plus jeune du conseil, j’étais la seule femme du conseil et j’étais aussi la plus jeune femme célibataire du conseil la plupart du temps.

« Quand on vous donne cette opportunité d’être loin de vous, c’est à vous d’être entendu. »

Bien qu’elle ajoute qu’elle « n’a jamais senti qu’être une femme d’affaires travaillait contre moi », elle admet qu’elle considère comme un défi de s’assurer qu’elle a son mot à dire à la table supérieure.

À en juger par la journée « normale » d’Emma, ​​cet amour du défi se traduit par l’équilibre délicat entre être une chef d’entreprise prospère et suivre son travail universitaire.

« Je n’ai pas froid du tout à l’université », a-t-elle plaisanté, courant sa journée en commençant de bonne heure avec le superviseur de FinalBend à 8 heures du matin.

Venez 10 heures du matin. Il est temps de travailler en collaboration avec le directeur marketing de FinalBend et le responsable du commerce électronique Clodagh, qui pourraient les voir travailler sur des décors ou discuter de nouveaux produits.

Le milieu de la journée est consacré au travail universitaire, avant de retourner à FinalBend pour dire adieu aux commandes du lendemain et commencer le travail très important sur les réseaux sociaux.

READ  Max Schrems accuses DPC of putting pressure on other European regulators

Et c’est là qu’Emma et son équipe, en fait leur génération, interviennent en exploitant le pouvoir d’Instagram et de TikTok pour créer une marque.

Avec plus de 25 000 abonnés sur Instagram et plus de 44 000 sur TikTok, le contenu de FinalBend crée une clientèle et une reconnaissance de marque.

Quand les gens demandent s’ils doivent démarrer une entreprise, j’aime « Ouais, démarrez-le maintenant, démarrez-le aujourd’hui »

Posez une question simple : « Êtes-vous déjà entré dans un magasin où il n’y avait pas de commerçant ? » Emma explique que le contenu des médias sociaux – qu’il s’agisse d’une histoire Instagram ou d’une courte vidéo sur TikTok – aide les utilisateurs de médias sociaux et les clients potentiels à mettre un visage sur la marque et à établir une connexion avec l’entreprise.

Après avoir parrainé FinalBend pour la journée, Emma retourne au calme relatif de la bibliothèque où elle regarde les enregistrements de ses conférences de ce jour-là.

Reconnaissant qu’elle est probablement l’une des rares à l’admettre, elle dit qu’elle a été « vraiment chanceuse » que la pandémie de Covid-19 ait mis l’éducation en ligne, lui permettant de se concentrer sur FinalBend pendant les heures de bureau avant de se concentrer sur le travail universitaire le soir.

Même si la journée bien remplie d’Emma s’étend bien au-delà de 9 h à 17 h, ce à quoi la plupart des entrepreneurs peuvent sympathiser, elle conseille toujours à quiconque envisage de se lancer dans la création d’une entreprise d’essayer.

« Quand les gens me demandent s’ils devraient démarrer une entreprise, je leur dis : ‘Oui, commence maintenant, commence aujourd’hui.' »

READ  What are the "must-win" lotto jackpot chances?

« Tant que vous l’apprécierez, tout ira bien. »