Connect with us

Economy

Has the pandemic permanently changed the ways we spend?

Published

on

Covid-19 has undoubtedly changed many aspects of our lives, some of which we hope will return once the clouds have cleared from the pandemic.

However, there are some areas where our habits may have changed permanently and we are unlikely to ever fully return to the old ways.

One example of this is our relationship with our money and how we spend it.

Everything from online shopping to food delivery and an accelerating decline in cash use have been hallmarks of the pandemic.

And there were other indirect effects of Covid affecting our relationship with our hard-earned euro.

For example, things became more expensive due to inflation, and we had to be more patient as consumers because supply chain difficulties meant we had to wait longer for products to reach our doors.

Big Bang Change

Vladimir Lenin quote ‘There are decades when nothing happens; there are weeks when contracts happen’ ‘probably opportune because we look forward to life after Covid.

When we receded from the sanctity of our homes in March 2020, we had to adapt to new ways of doing things and instead of going out for our services, they came to us.

But some couldn’t and our spending simply dwindled.

The Central Bank concluded in a report on the impact of COVID-19 on consumer spending at the end of 2020.

The study found that total retail spending rose from 47% of card spending in 2019 to 55% a year later, with reallocation driven largely by changes in spending on groceries – supermarkets are one of the few outlets we can visit in closed case. .

In contrast, as has been well documented, hospitality and event venues suffered.

According to figures from the Central Statistics Office, household spending fell by 10 billion euros in 2020 with the biggest impact on spending in restaurants and hotels, which fell by 6.5 billion euros.

A savings boom giving way to a spending boom?

Much of the unspent money in deposit accounts ended up with the savings rate skyrocketing among many Irish consumers – who already have a tendency to put money on deposits.

READ  « Sérieuses inquiétudes » concernant le manque de transparence concernant la création d'une société privée pour gérer le système de retours

According to the latest data from the Central Bank, the level of deposits in Ireland reached an all-time high of 136 billion euros at the end of October.

This has increased by 24 billion euros since the outbreak of the pandemic.

But there are signs that money chains have loosened up a bit throughout 2021 as consumers slowly begin to part with their Covid savings.

Central bank figures for November showed household deposits fell by 1.4 billion euros per month, the first time since the summer that withdrawals exceeded deposits.

The Bank of Ireland Savings and Investments Barometer in the run-up to Christmas recorded the largest quarterly drop in attitudes towards savings among households indicating that our savings methods were regressing somewhat.

Mortar clicks

With retail outlets reopening throughout 2021, consumers have returned in droves to main streets and malls, contributing to record tax collections.

VAT receipts in Treasury VAT returns for 2021 indicated a healthy recovery in consumption last year, with receipts totaling €15.4 billion, a nearly quarterly increase from 2020.

But the internet spending habit, which many took for the first time during the pandemic, has shown no signs of abating dramatically.

According to a CSO study on digital consumer behaviour, about four out of five consumers purchased goods or services online last year with people in the 16-44 age group likely to do so.

A consumer survey conducted by KPMG earlier in the year revealed that more than two-thirds of them said they are doing more online shopping than they did before the pandemic.

However, while more and more retailers are following this trend by making their products and services available online, much of the spending that goes through online channels still ends up leaving the country.

An analysis by payments app Revolut of Black Friday spending in December concluded that while nearly three-quarters of Black Friday spending was kept within the state, with the majority of spending done in person, the bulk of the spending was handled online. On foreign websites – about two-thirds of them actually.

READ  Les conducteurs ne savent pas qu'ils ont un bouton SOS spécial dans leur voiture qui peut leur sauver la vie

This was an increase in 2020 when 39% of online shopping by Irish Revolut customers was done through local websites, and 61% was ordered from external sites.

Therefore, it may be a good idea to keep some old habits in place for now.

Despite the emergence of a highly transmissible omicron variant of Covid, consumers continued to shop in-store in the Christmas period as the last-minute rush to stores continued as a feature of the retail scene, despite public health warnings and advice to shop early to avoid disappointment arising from the difficulties supply chain.

According to spending data released by the Bank of Ireland in December, about two-thirds of people preferred Christmas shopping in person rather than online.

Revolut spending data indicated spending increased in December at outlets where last-minute purchases including gems, department stores and toy stores are usually made.

Cash is no longer king?

No matter where people spent them, they likely didn’t make their purchases with cash.

After raising the minimum at which consumers could « benefit » from their purchases from 30 euros to 50 euros at the start of the pandemic, contactless payments inevitably rose.

The preference for cards over cash appears to have continued with the latest data from the Association of Banks and Payments showing that contactless payments reached a new high between July and September with around 234 million payments totaling approximately €3.8 billion being completed.

That was an increase of about 100 million « clicks » during the last quarter of 2019 before the outbreak of the pandemic, and in monetary terms, it was an increase of more than 2 billion euros.

It was the highest level recorded since BPFI began collecting data in 2016.

Banks and retailers are also catalysing this shift, with the former generally charging higher fees for ATM withdrawals rather than eavesdropping, while the latter, in some circumstances, choosing not to accept cash.

READ  Compte Twitter retraçant les mouvements d'avion d'Elon Musk suspendu pour rivaliser avec Meta Thread - News 24

It looks like the end of the road may be near for liquidity eventually, but the ECB is certainly not giving up on it yet with plans to completely redesign the euro in the coming years.

Patience is needed with rising costs

One of the indirect effects of the pandemic on our spending patterns has been the recent decline in the purchasing power of the euro.

Consumer price inflation—something that has been largely absent for most of the past decade—is back with some gusto as economies bounce back from lockdown.

To a large extent, if it is largely confined to the energy sector with the costs of transportation and household utilities rising significantly, but this has an indirect impact on other categories, some of which have not yet been achieved.

For example, food producers and manufacturers seem to absorb significant cost increases which are expected to eventually pass on to the final consumer at some point.

So far, consumer price inflation in the food and beverage sector has remained below 1% compared to more than 5% in the broader consumer goods basket.

Some of the cost increases we see in areas like construction are the result of delays in getting materials to their final destination – and supply chain disruptions being the phrase we’ve all come to be familiar with – and shortages translate into higher prices.

The ECB’s mantra is to be patient and it will pass, but how long will that take anyone’s guess, and will they have to take action in the meantime, which means a potential rate hike that will affect most borrowers?

Getting back to normal will take some time, but the ‘new normal’ will likely look very different than it did before.

Continue Reading
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Economy

Les voyageurs et acheteurs européens durement touchés par les pannes technologiques – The Irish Times

Published

on

Les projets de voyage de millions de vacanciers – et les opérations planifiées de longue date – ont été bouleversés dans toute l’Europe en raison d’une panne informatique vendredi.

Les avions n’ont pas pu atterrir ou décoller de l’aéroport de Berlin pendant plusieurs heures, les réservations de trains ont été interrompues au Danemark et la principale agence allemande de sécurité informatique a prédit que « nous ne pouvons pas penser à une solution rapide à ce problème ».

Les économies fortement basées sur les espèces, comme la Suède, ont été durement touchées par l’effondrement des logiciels, les grands détaillants régionaux tels que la chaîne de supermarchés Åhlens étant incapables de traiter les paiements électroniques.

De même, la chaîne de supermarchés Tegut, dans le sud de l’Allemagne, a fermé temporairement 300 succursales vendredi en raison d’un problème dans son système de paiement.

Le tableau est mitigé dans les aéroports européens. Les installations d’enregistrement se sont effondrées dans plusieurs villes, les opérations étant temporairement suspendues à l’aéroport de Berlin-Brandebourg et à l’aéroport de Schiphol aux Pays-Bas. Des retards de vols ont également été signalés à Prague, à Bruxelles et à Aena, qui exploite 46 aéroports en Espagne.

Irish airlines, public transport and NCT hit as Microsoft scrambles to fix global IT outageOpens in new window ]

Q&A: What caused the global IT chaos and how long will it take to fix?Opens in new window ]

Comme beaucoup d’autres opérateurs, l’opérateur suédois SAS a signalé des problèmes avec son système de réservation, déclarant : « Bien qu’il soit pleinement opérationnel, nous nous attendons à des retards ».

READ  Quick sale at Ryanair Dublin Airport at € 9.99 and a "buy one get one free" deal

La compagnie aérienne allemande Eurowings a annulé tous ses vols intérieurs en Allemagne ainsi que ses vols à destination et en provenance du Royaume-Uni avant 15 heures. Un porte-parole de l’entreprise a déclaré que la décision avait été prise pour réduire la charge pesant sur le système informatique défaillant de l’entreprise. La compagnie aérienne néerlandaise KLM a également signalé de nombreux retards et annulations de vols.

L’aéroport de Copenhague a signalé des problèmes d’enregistrement et a eu recours à l’enregistrement manuel pour tous les passagers.

Les pompiers de Copenhague ont mis en garde contre des problèmes de réception des alarmes envoyées automatiquement par les détecteurs de fumée dans les bâtiments et ont exhorté les gens à signaler les incendies par téléphone. Plusieurs médias à travers le continent ont également signalé des problèmes informatiques, notamment la maison d’édition danoise Berlingske Media.

Dans toute l’Europe du Nord, les principales compagnies de transport et d’assurance ont averti leurs clients des difficultés auxquelles ils pourraient être confrontés. Deux cliniques du nord de l’Allemagne, à Lübeck et Kiel, ont annulé des interventions chirurgicales programmées en raison de pannes de réseau informatique, mais ont insisté sur le fait que les soins aux patients et les services d’urgence n’avaient pas été perturbés.

« Nous avons reçu 17 alertes émanant d’opérateurs d’infrastructures critiques et 20 rapports émanant de 20 très grandes entreprises souffrant de restrictions similaires », a déclaré Claudia Plattner, directrice de l’Office fédéral allemand pour la sécurité des technologies de l’information.

Mercedes a signalé des problèmes dans ses usines près de Stuttgart, où la pleine capacité de production n’a pas pu être atteinte vendredi. L’équipe Mercedes de Formule 1 a confirmé qu’elle avait rencontré des problèmes informatiques, mais qu’elle avait réussi à les surmonter dans l’après-midi. En Bavière, BMW a déclaré que les problèmes informatiques et les ralentissements de production avaient été résolus vendredi après-midi.

READ  Revealed Dublin areas with lowest rates of Covid-19

La plupart des infrastructures numériques du continent n’ont pas été affectées par la panne, notamment les systèmes informatiques du gouvernement, la police et les entreprises de transport.

De nombreuses entreprises à travers l’Europe ont activé leurs plans de précaution : l’une des plus grandes mines de Suède a évacué ses travailleurs vendredi peu après midi, par mesure de précaution.

Dans un rare moment de bonne nouvelle, l’opérateur ferroviaire allemand Deutsche Bahn a annoncé vendredi que ses systèmes informatiques étaient pleinement opérationnels.

Continue Reading

Economy

Les systèmes hospitaliers et les médecins généralistes ont été affectés par le chaos informatique mondial

Published

on

Les systèmes hospitaliers et les médecins généralistes ont été affectés par le chaos informatique mondial

Source des images, Getty Images

Commentez la photo, Le ministère de la Santé a déclaré que certains de ses systèmes étaient affectés par la panne de courant.

Certains systèmes d’hôpitaux et de médecins généralistes utilisés par la Northern Ireland Healthcare Authority ont été affectés par une panne informatique majeure à l’échelle mondiale.

Le ministère de la Santé a déclaré que certains services hospitaliers ont été affectés, comme la réservation des patients dans les salles d’opération et la prise d’images d’endoscopie numérique.

Les services de médecins généralistes en dehors des heures d’ouverture ne sont pas affectés et fonctionneront normalement pendant le week-end.

D’autres secteurs tels que les banques et les aéroports ont également été confrontés à des perturbations.

Le ministère de la Santé a déclaré vendredi qu’environ les deux tiers des cabinets de médecins généralistes d’Irlande du Nord étaient concernés, ce qui signifie qu’ils n’étaient pas en mesure de consulter et de mettre à jour les dossiers des patients.

Ils n’étaient pas non plus en mesure d’exécuter leurs ordonnances de routine ni de consulter les résultats des tests de laboratoire.

« Environ la moitié de la population », a-t-il déclaré [will have been affected] »Aujourd’hui, environ un million de patients ne pourront pas tous contacter leur médecin généraliste », a-t-il déclaré.

« Il n’y a pas lieu de paniquer »

Commentez la photo, Les médecins pourraient revenir aux « anciennes méthodes », explique le Dr Alan Stout.

Le Dr Stout a expliqué que le plus gros problème auquel les médecins généralistes sont confrontés est la comparaison des informations sur les patients et des prescriptions en double, mais « en médecine, vous pouvez revenir aux anciennes façons » de voir les gens.

Il a demandé aux gens d’être patients.

Il a ajouté : « Il n’y a aucune raison de paniquer, et il n’est pas nécessaire d’appeler et d’essayer de commander des médicaments dont vous n’avez pas encore besoin. Soyez simplement patient, prenez votre temps et espérez que le problème sera résolu. »

L’administration a ajouté dans un communiqué que les problèmes n’étaient pas causés par sa propre technologie mais par des systèmes tiers.

Un porte-parole du ministère a déclaré : « Tous les services de soins d’urgence continueront d’être fournis et le public devrait se présenter à ses rendez-vous et accéder aux services normalement, à moins que des prestataires tels qu’un hôpital ou un médecin généraliste ne lui conseillent de ne pas le faire. »

Plus tôt, le Dr Ursula Mason, présidente du Collège royal des médecins, avait déclaré que la panne du réseau informatique avait provoqué des « perturbations majeures ».

Commentez la photo, L’aéroport international de Belfast a déclaré que ses systèmes étaient revenus à la normale

Les aéroports d’Irlande du Nord ont également été touchés par des problèmes informatiques, même si les vols se sont poursuivis.

À l’aéroport international de Belfast, même si certains écrans d’information sur les vols étaient en panne, il n’y avait aucune autre preuve de perturbation.

La porte-parole de l’aéroport a expliqué : « L’aéroport fait partie d’un réseau aérien mondial qui continue de souffrir de perturbations, donc des retards et des annulations peuvent être attendus au fil de la journée. »

« Les passagers doivent continuer à contacter leurs compagnies aériennes pour obtenir les dernières mises à jour avant de se rendre à l’aéroport. »

« Cela peut prendre du temps »

L’aéroport de Belfast City a déclaré que même si les opérations aériennes ne seraient pas « directement affectées », il y aurait « des perturbations dans les réseaux mondiaux ».

L’aéroport de Dublin a déclaré que les passagers court-courriers devraient s’efforcer d’arriver deux heures avant le départ et les passagers long-courriers trois heures avant.

Elle a ajouté qu’elle avait déployé du personnel supplémentaire dans les gares pour assister les voyageurs.

Ryanair a déclaré avoir « dû annuler un petit nombre de vols » et a conseillé à ses passagers d’arriver trois heures avant les vols.

Le port de Dublin est à nouveau pleinement opérationnel après ce qui a été décrit plus tôt comme un bref embouteillage.

Au Royaume-Uni, 167 vols au départ, soit 5,4 % des vols réguliers, ont été annulés, et 171 vols à l’arrivée ont été annulés, selon la compagnie.

La société de cybersécurité CrowdStrike a déclaré que les problèmes étaient causés par une faille dans une mise à jour logicielle pour les systèmes d’exploitation Windows.

Certaines banques, magasins et médias dans le monde ont également été touchés.

Continue Reading

Economy

La vente de l’ancienne banque de Limerick suscite beaucoup d’intérêt

Published

on

La vente de l’ancienne banque de Limerick suscite beaucoup d’intérêt

Le propriétaire d’une ancienne succursale de la Bank of Ireland espère bénéficier financièrement de cette propriété située au cœur de la ville de Limerick.

Rooney Auctioneers et JLL ont annoncé la vente d’une opportunité de développement de premier ordre à Limerick, au 94 O’Connell Street.

La Bank of Ireland a utilisé le bâtiment du 94 O’Connell Street jusqu’en 2010, date à laquelle elle a concentré ses opérations dans sa succursale principale au n° 125 sur Main Street à Limerick.

Gordon Kearney, directeur général de Rooney Auctions, a déclaré que la « propriété exceptionnelle » offrait une opportunité rare aux promoteurs disposant d’un permis de construire complet pour un développement à usage mixte.

M. Kearney a déclaré : « Un permis de construire a été obtenu pour construire 24 appartements de haute qualité, conçus pour répondre aux exigences de la vie urbaine contemporaine. Ces unités s’adresseront à un large éventail de résidences, notamment des professionnels, des familles et des étudiants, garantissant une demande constante de logements. louer ou acheter. »

En savoir plus: Un premier aperçu de la conception proposée pour un immeuble résidentiel à plusieurs étages prévu à Limerick

Le rez-de-chaussée du projet comprendra des espaces commerciaux polyvalents, idéaux pour les points de vente, les cafés ou les bureaux. M. Kearney a déclaré que le projet était destiné à attirer un large éventail d’entreprises, ajoutant ainsi de la vitalité et de l’activité économique à la région.

« Le développement proposé allie une conception architecturale moderne au charme historique de O’Connell Street, garantissant ainsi l’attrait époustouflant du quartier environnant », a déclaré l’agent immobilier expérimenté.

READ  Compte Twitter retraçant les mouvements d'avion d'Elon Musk suspendu pour rivaliser avec Meta Thread - News 24

M. Kearney a confirmé au Limerick Leader que le prix demandé est de 1,75 million d’euros.

Il a déclaré que cet emplacement privilégié était idéalement situé pour bénéficier des projets de rénovation urbaine en cours, renforçant ainsi son attrait pour les locataires résidentiels et commerciaux.

Publicité – Continuez la lecture ci-dessous

Publicité – Continuez la lecture ci-dessous

Publicité – Continuez la lecture ci-dessous

Publicité – Continuez la lecture ci-dessous

Publicité – Continuez la lecture ci-dessous

Publicité – Continuez la lecture ci-dessous

Publicité – Continuez la lecture ci-dessous

Publicité – Continuez la lecture ci-dessous

Publicité – Continuez la lecture ci-dessous

Continue Reading

Trending

Copyright © 2023