Connect with us

Economy

How to check if a « green » company is cleaning up the environment

Published

on

We’re seeing more « eco-friendly » and « all-natural » products on our shelves, as consumers demand more sustainable options.

But with companies under increasing pressure to meet their ESG goals, how do we know if some are changing the truth?

When their sustainable claims are incorrect or exaggerated, they can be accused of « greenwashing ».

Essentially, this means that they mislead consumers into believing that their products or services are – or that the business itself is sustainable, when that is not the case.

Are there laws to protect consumers from green washing?

There are no laws in Ireland that specifically challenge greenwashing.

However, there are more general consumer protections, such as the 2007 Consumer Protection Act (CPA), explained Victor Timon, partner at law firm Louis Silken.

« Under the CPA, a seller must not make false claims about any goods or services it sells, » he said.

The CPA now also incorporates the EU Directive on Unfair Trade Practices as part of this legislation.

« Under the guidance, business practice is considered unfair if it is misleading and likely to distort your purchasing decision, » Timon noted.

The Sale of Goods and Supply of Services Act 1980 also includes the implicit term that the goods will conform to their description.

The Advertising Standards Authority of Ireland (ASAI) also sets the rules and makes decisions regarding false or misleading advertisements.

However, Timon noted that unlike its UK counterpart, it has no authority to implement those decisions.

What are the penalties for companies that engage in environmental washing?

The Competition and Consumer Protection Commission (CCPC) monitors consumer protection law in Ireland.

Mr Timon said the CCPC could issue notices of compliance, apply to court for prohibition orders against merchants to prevent certain practices, or eventually sue a merchant in court and ask a judge to impose a fine or even imprisonment in certain cases.

However, the CCPC does not get involved in individual cases between merchants and consumers, which Mr Timon said should be pursued by the consumer through the courts.

“The penalties stipulated in the CPA for summary sentences (lower courts) are up to 3,000 euros, imprisonment for six months, or both,” said Mr. Timon.

He added that « convictions (higher courts) amount to 60,000 euros, or imprisonment for 18 months, or both. »

What companies have been accused of green washing?

READ  Jeff Bezos may spoil NASA's 2024 moon landing — if the spacesuit is delayed, don't do it first | science and technology news

One of the most talked about cases is Volkswagen emissions scandal.

In 2015, the US Environmental Protection Agency found that many Volkswagen cars sold in America had been fitted with a « defeat device ».

Mr. Timon explained that this was essentially part of software in diesel engines that could detect when they were being tested, then alter performance to make the results look better.

“Volkswagen was making a big push to sell diesel cars in the US at the time.

« She later admitted the crime, which extended to car sales in Europe as well – and paid billions of dollars in damages and fines, » he said.

Separately, in 2020, the UK’s Advertising Standards Authority (ASA) upheld a complaint about Ryanair’s ad, which claimed the airline had the lowest carbon emissions in Europe.

The announcement stated that « Ryanair has the lowest carbon emissions of any major airline – 66 grams of CO2 per passenger kilometer. »

However, Mr. Timon explained that the comparison to other « major airlines » included only four others – and there is no industry definition of what counts as a « major airline ».

“Perhaps the nail in the coffin is that the numbers were based on efficiency ratings from 2011 — of little value to a proof claim in 2019,” he said.

In general, at the end of 2020, the European Commission and national consumer authorities conducted a survey campaign for websites across member states specifically targeting green washing.

In more than half of the cases, Timon said, the merchant did not provide enough information for consumers to judge the accuracy of the claim.

“In 37% of the cases, the claim included vague and generic terms such as ‘conscious’, ‘environmentally friendly’ and ‘sustainable,’ which are intended to convey an unfounded impression to consumers that the product has no negative impact on the environment, » explained Mr. Timon.

In 59% of the cases, he said, the merchant did not provide easily accessible evidence to support his claim.

In their overall assessment, they thought that in 42% of cases the allegations could be false or deceptive – and thus could amount to unfair business practice under the Unfair Trade Practices Directive.

Has any Irish company been fined after last year’s EU invasion?

Three merchants in Ireland have been contacted by the Competition and Consumer Protection Agency regarding their green claims after the EU sweep last year.

READ  Dachser achète 15 camions électriques à Renault Trucks

However, no penalties were issued.

A CCPC spokesperson said that in all three cases, the companies dealt with CCPC and provided the additional information requested.

As a result, the companies took a number of actions.

These included modifications to their websites and removal of errors related to product details.

They also modified their websites to provide clarifications and « additional proof » regarding environmental claims.

A CCPC spokesperson said they were satisfied with the actions taken by the merchants and did not see the need for enforcement action.

CCPC has not provided the name of the companies involved.

« Due to the nature of the CCPC’s enforcement role and ongoing market monitoring in this area, we are unable to provide any further details regarding the merchants involved, at this time, » the spokesperson said.

The spokesperson added that CCPC « regularly » participates in the European Consumer Protection Cooperation Network (CPC Network) campaigns, a set of market monitoring checks implemented by the CPC Network across Europe.

How can I identify companies that do the greenwashing process?

If you’re not sure if a company or brand’s « green claims » are true, a spokesperson for the Competition and Consumer Commission suggests you take a number of steps before you buy.

1 Look for evidence of the allegations

If you’re not sure about a brand’s « green claims, » ​​do some quick research online or through social media to find out more.

Be wary of companies with vague or superficial references to sustainability.

Most original brands will want to share details of their ethical and sustainable approach to doing business, so instead, look for brands that have sections of their websites or social media pages, dedicated to identifying their « green credentials. »

2 Find the parent company

Although a particular brand or product may prove true in terms of its « green claims, » ​​it is important to examine the bigger picture, including which parent company it may be owned or affiliated with.

Research the green parent company’s credentials and look at the overall sustainability lifecycle.

For example, a particular brand might use 90% recycled packaging materials, but what about other operations of the broader business group – such as manufacturing, logistics or material sourcing?

3 Don’t judge a brand by its packaging

Watch out for vague language such as « eco-friendly » or « all natural, » as well as « green » images that can be used to describe the product or brand as sustainable or ethical.

READ  Le magasin Cork Supervalu sera relancé suite à un investissement de 7,5 millions d'euros

Don’t judge a brand by its packaging alone.

Make sure to read the ingredients list and check labels well before purchasing to make sure you are satisfied with the claims.

4 forged certificates

Look for fake « approved » seals or standards marks by organizations that may not even exist.

If you’re not sure about the certification seal, do some quick research to find out more before you buy.

Instead, look for certified seals such as EU Ecolabel, EU Organic Logo, Fair Trade Certified, and Rainforest Alliance Certified.

What should I do if I suspect a company is laundering the environment?

CCPC monitors consumer protection law compliance on an ongoing basis.

Law enforcement work relies on the information they obtain through a range of channels including; Contact our Consumer Helpline, Research, and Market Watch.

A CCPC spokesperson said: « If a consumer believes they have been misled about ‘green claims’, we ask that they contact us so we can help them address their issue. »

You can call the helpline at 01402 5555 or log on to ccpc.ie for more information.

Are stronger laws on the way to protect consumers?

With the increasing focus on sustainability, it is imperative that specific legislation dealing with green labeling is on the way.

In December 2019, the European Commission published the European Green Deal to address environmental challenges.

Mr Timon said this would lead to a regulation in the European Union requiring manufacturers to be able to prove any statements they make about sustainability, environmental friendliness or other « green » attributes of their products.

« The new regulation was expected this year – and is likely to come into force two years later, » he said.

This is expected to be followed by specific legislation to enable consumers to pursue greenwashing claims.

Meanwhile, on the general rights of consumers, Mr Timon said the ‘New Deal for Consumers’ published by the EU in 2018 contained GDP-type fines for violations of consumer law.

« Regulators such as CCPC will have the right to make trial purchases and evaluate products against the manufacturer or seller’s claims about their performance – including any green credentials, » he said.

Continue Reading
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Economy

Des plans ont été soumis pour rénover le Killarney Outlet Center, vieux de 25 ans.

Published

on

Des plans ont été soumis pour rénover le Killarney Outlet Center, vieux de 25 ans.

Un « nouveau » départ a été prévu pour le Killarney Outlet Centre, vieux de 25 ans, avec une demande de planification soumise pour ses espaces de restauration et de bar.

La demande de changement d’usage verra la création de plusieurs unités de vente au détail, de points de vente alimentaires, d’un coin repas et d’un bar au dernier ou au premier étage du centre.

Un certain nombre de points de vente existants et un nouveau hall d’entrée au rez-de-chaussée devraient également être modernisés. Les huit nouveaux « kiosques de restauration/unités de service » comprendront un espace restauration, un bar et un espace restauration ouverts après minuit le vendredi et le samedi.

« Le développement proposé est essentiel à la régénération et au changement de marque à long terme du Killarney Outlet Centre existant », déclarent les architectes COK Property Ltd.

Le centre commercial conçu par un architecte a été développé à côté des gares ferroviaire et routière de Killarney à la fin des années 1990 en tant que magasin discount sur la place de la gare, anciennement propriété de la CIE.

À cette époque, des enquêtes révélaient une pénurie de commerce de détail à Killarney.

Le centre de vente propose les produits du fabricant à prix réduit. Les restrictions d’urbanisme interdisaient les activités de restauration et de restauration – des dispositions qui ont été révisées dans la demande ultérieure des promoteurs Green Properties.

Il y a six ans, l’autorisation a été accordée de modifier l’utilisation des points de vente des fabricants au profit des magasins. Cependant, les taux d’inoccupation sont élevés et, il y a deux ans, le centre a perdu son principal client et locataire principal, Nike.

READ  Dachser achète 15 camions électriques à Renault Trucks

À peu près à la même époque, le centre a changé de mains pour un montant estimé à 7 à 8 millions d’euros.

De nouveaux clients du grand public ont été attirés par les locations ouvertes au rez-de-chaussée. Cependant, dans leur candidature, les architectes COK Property Ltd affirment que le développement proposé vise à remédier au taux d’inoccupation élevé au sein de l’unité, qui est principalement située au premier étage.

Edge Architects affirme que le centre, malgré son emplacement central, n’a jamais obtenu un bail complet.

Des projets visant à moderniser la façade vide du bâtiment à côté de l’entrée de Park Road seront également soumis.

Il cherche à créer un nouvel intérêt au sein du centre tout en répondant à l’importante vacance au premier étage. La candidature, soumise par Edge Architecture Ltd au nom de COK, indique que le taux de vacance est élevé depuis sa création en 1999.

« Cette proposition vise à soutenir et à susciter un nouvel intérêt pour le centre en tant que destination de vente au détail, créant ainsi de nouvelles opportunités de développement social et économique dans la région de Killarney », affirment les demandeurs.

La décision du conseil du comté de Kerry est attendue en août.

Continue Reading

Economy

« Je me suis réveillé et j’ai réalisé qu’il manquait 5 140 € sur mon compte » – Des escrocs ont volé l’argent d’un client Revolut pendant qu’il dormait

Published

on

« Je me suis réveillé et j’ai réalisé qu’il manquait 5 140 € sur mon compte » – Des escrocs ont volé l’argent d’un client Revolut pendant qu’il dormait

La victime du crime est elle-même un expert en cybersécurité et a insisté sur le fait qu’elle ne répondait jamais aux e-mails ou SMS frauduleux.

Ces commentaires interviennent après que la publication ait fourni à la société de technologie financière à croissance rapide un autre lot de cas de clients qui avaient été en contact avec elle après un accès frauduleux à leurs comptes et le vol de leur argent.

Un expert en cybersécurité, qui déclarait ne jamais répondre aux SMS et emails frauduleux, s’est fait voler plus de 5 000 € sur son compte alors qu’il était au lit et n’utilisait pas son téléphone. Il a insisté sur le fait qu’il n’avait pas autorisé le paiement.

Revolut a refusé de rembourser son argent, mais a fait marche arrière lorsqu’il a été contacté par cette publication.

Plus tôt ce mois-ci, Indépendant irlandais Elle s’est enquise d’un certain nombre de cas avec Revolut dans lesquels ses clients ont été victimes d’activités frauduleuses ou ont vu leurs comptes fermés sans explication.

En réponse au dernier lot de cas, Revolut a déclaré qu’il les avait réexaminés et avait contacté directement les clients.

Beaucoup de ces clients se sont plaints de ne pas avoir pu obtenir ce qu’ils considéraient comme une réponse appropriée de l’application d’argent lorsqu’ils ont tenté de leur restituer l’argent après l’attaque des fraudeurs.

La Bank of Ireland réagit aux changements de compte d’épargne Revolut

Le client, qui travaille dans le domaine de la cybersécurité et affirme ne pas répondre aux e-mails ou aux appels suspects, s’est réveillé et a découvert que son téléphone était en cours de réinitialisation.

READ  Comment verser une pinte de Guinness ? Réaction des publicains irlandais après la réclamation d'un barman basé à Londres concernant un service en deux parties

« Une fois que j’ai récupéré mes applications, je me suis connecté à Revolut et j’ai réalisé qu’il manquait de l’argent », a-t-il déclaré. Il se rend alors compte que 5 140 € ont été prélevés sur son compte.

Il a déclaré que les paiements étaient allés sur un compte Revolut britannique.

Il l’a signalé à Revolut, « qui n’a pas voulu se manifester et accepter qu’il y avait un problème et dire que mon application Revolut avait été piratée ».

Après que cette publication ait couvert son cas, il a récupéré son argent auprès de Revolut, mais sans aucune reconnaissance de la part de l’entreprise ni explication de ce qui s’est passé.

« Si ce n’était pas pour irlandais indépendant, « Je n’aurais pas pu récupérer mon argent et j’aurais été laissé pour compte », a déclaré l’expert en informatique.

Revolut a demandé à un client, dont le cas était également étudié par cette publication, de contacter son service des crimes financiers, et à un autre client de contacter son service des plaintes.

D’autres ont été invités à porter leur cas devant le Bureau du médiateur des services financiers et des retraites à Dublin. Ces gens ont tous dit qu’ils ne pouvaient même pas obtenir de réponses de Revolut. Indépendant irlandais Demandez des réponses en leur nom.

Lorsqu’on lui a demandé si Revolut avait tendance à ignorer les personnes lorsqu’elles étaient fraudées, la banque a déclaré qu’elle prenait la fraude et le risque à l’échelle du secteur que les clients soient contraints par des criminels organisés « incroyablement au sérieux ».

« Nous offrons une protection solide à des millions de nos clients et analysons plus d’un demi-milliard de transactions par mois », a-t-elle déclaré.

READ  Dachser achète 15 camions électriques à Renault Trucks

« En 2023, nous avons pu éviter plus de 550 millions d’euros de pertes potentielles liées à la fraude pour nos clients dans le monde, malgré le fait que plus d’un million de nouveaux clients rejoignent Revolut chaque mois.

La société a déclaré qu’elle comptait désormais 2,7 millions de clients en Irlande.

Il a été demandé à Revolut si ses systèmes étaient piratés, car certains clients affirmaient que leurs comptes étaient nettoyés pendant leur sommeil.

La société a insisté pour que les clients saisissent des codes d’authentification pour vérifier les paiements.

Il a également été demandé à Revolut s’il y avait un autre problème avec ses systèmes, notamment concernant les cartes virtuelles pour les comptes clients.

« Les systèmes Revolut continuent de fonctionner sans problème, ce qui inclut les protections robustes que nous offrons à nos millions de clients », a-t-elle déclaré.

Lorsqu’on lui a demandé comment les fraudeurs accèdent aux comptes, étant donné qu’un certain nombre de clients affirment ne pas avoir interagi avec des fraudeurs, Revolut a répondu qu’il s’agissait d’une question complexe et sensible pour les criminels.

« Revolut ne divulgue pas ces détails publiquement, car les publier pourrait enseigner aux criminels comment d’autres ont été victimes d’arnaques, ce qui pourrait aggraver le problème », a-t-elle ajouté.

Il a ajouté que, comme d’autres banques, elle utilise toute une série de mesures pour protéger ses clients, mais que les fraudeurs ciblent de plus en plus directement les consommateurs.

Il a déclaré que lorsqu’il y a des cas de fraude, les banques et autres institutions financières devraient constituer la dernière ligne de défense, et non la seule.

READ  Adventure park closes doors due to high insurance cost
Continue Reading

Economy

« Du jamais vu » – La décision de l’Abbey Theatre qualifiée d’« insulte au public »

Published

on

« Du jamais vu » – La décision de l’Abbey Theatre qualifiée d’« insulte au public »

La décision de l’Abbey Theatre de rester « dans le noir » pendant plus de neuf semaines cet été a été critiquée comme une « insulte au public et un gaspillage de l’argent public ».

Les acteurs et autres professionnels du théâtre qui ont parlé dimanche au Irish Mail ont déclaré que c’était incroyable au plus fort de la saison touristique, notant également que cela signifie que le Théâtre national n’emploiera que trois acteurs sur sa scène principale entre le 20 juillet et la fin de cette année. . .

Il s’agit d’un rapport sur la décision rendue dans monastère Il n’a pas encore été soumis au Conseil des Arts, ce qui soulève des questions sur le financement gouvernemental annuel du théâtre.

Un acteur chevronné a affirmé que l’institution qui est censée soutenir et nourrir le théâtre et les personnes qui y travaillent « fait exactement le contraire ».

Ils ont dit au ministère de la Fonction publique : « Monastère, tel ». RTÉ, a le devoir de s’adresser aux masses et également de réussir commercialement ; Ce n’est pas le cas en ce qui me concerne. Une fermeture de neuf semaines en été n’est pas rare.

L’abbaye deviendra sombre après sa pièce actuelle, The Sugar Wife.

L’acteur a cité l’exemple du Gate Theatre, qui a présenté une production de « Dancing at Lughnasa » lors de sa diffusion estivale, ce qui, selon eux, créerait des emplois et serait un succès certain.

« C’est une évidence : tous les concierges des grands hôtels de Dublin recommanderont à leurs clients d’aller le voir… L’ironie est que Lughnasa est une pièce de théâtre d’abbaye. »

« Vous voyez Paul Mescal, Saoirse Ronan et Jess Buckley se produire à Londres et à New York et remporter d’énormes succès. Pourquoi ne peuvent-ils pas être sur la scène de l’Abbey ?

READ  Mulligan juge l'offre et la vente du petit sevré d'Innes jusqu'à 2 000 €

Plus tôt ce mois-ci, l’Abbey Theatre a annoncé une longue fermeture estivale sans précédent, affirmant que les scènes « nécessitaient des travaux critiques de mise à niveau et de maintenance en août ».

The Sugar Wife d’Elizabeth Coté, qui ouvre la semaine prochaine et se déroule jusqu’au 20 juillet, sera la dernière production avant le 21 septembre, date à laquelle Grania de Mme Gregory est prévue pour l’ouverture.

La production actuelle ne met en vedette que trois acteurs et remplace la pièce de Marina Carr, Boy, qui était initialement conçue comme une saison commémorative pour Mme Gregory, l’une des fondatrices du théâtre. Des sources affirment que la décision de ne pas monter la pièce de Carr était une décision financière, car elle compte 12 acteurs.

Le monastère n’a pas répondu aux demandes spécifiques du ministère de la Fonction publique concernant la fermeture controversée, mais a déclaré qu’il avait fixé une « période de maintenance obligatoire en août ».

Saoirse Ronan à Broadway
Saoirse Ronan à Broadway.

Un porte-parole de l’entreprise a déclaré que c’était une « norme de l’industrie » que ce travail soit effectué chaque année sur les sites.

« En raison de l’âge et de l’état du bâtiment du monastère, nous planifions cet entretien tous les six mois. Cela prend à chaque fois deux à trois semaines.

« Lorsque ces travaux préparatoires seront terminés, nous comptons programmer un certain nombre d’événements ponctuels à l’Abbey Theatre. »

Cependant, des sources ont indiqué que les théâtres et autres lieux effectuent toute leur maintenance en janvier, ce qui n’est pas l’une des périodes les plus chargées de l’année. Par ailleurs, aucun rapport sur la gestion et la culture du théâtre n’a encore été soumis au Conseil des arts ni publié.

READ  Tesco et SuperValu rappellent de toute urgence une boisson populaire pour des raisons de sécurité

Le théâtre reçoit chaque année environ 8 millions d’euros de financement public du Conseil des Arts.

Mais l’année dernière, un financement partiel – estimé à environ 1 million d’euros – a été retenu jusqu’à la soumission du rapport. Il semblerait que le Conseil des Arts ait déclaré au théâtre que la réception du rapport était une condition d’obtention du financement cette année. Comme pour un rapport similaire sur les problèmes de gestion chez RTÉ, il est rédigé par Crowe Consulting.

Comme ce fut également le cas pour la National Broadcasting Corporation, le Théâtre national a versé d’importantes indemnités de départ.

En 2019, les réalisateurs sortants Neil Murray et Graham McLaren ont gagné à eux deux 695 000 €.

Paul Mescal à Londres
Paul Mescal à Londres.

La fermeture signifie que les acteurs, réceptionnistes et autres travailleurs ne recevront pas leurs salaires pendant que la direction continue de payer leurs salaires. Le monastère a refusé de préciser le nombre de personnes concernées par la fermeture.

Un porte-parole de la compagnie a déclaré : « Dans l’ensemble de ses opérations, l’Abbey Theatre adapte ses besoins en personnel occasionnel en fonction des besoins, comme n’importe quel théâtre. »

En 2016, l’administration du monastère a été ébranlée par un mouvement de protestation des travailleuses du théâtre qui, sous le slogan « L’éveil des féministes », réclamaient l’égalité des sexes dans le théâtre.

À la suite de la protestation, davantage de femmes ont été nommées à des postes de direction et davantage de travail a été confié aux écrivaines. Cependant, l’Irish Arts Magazine 2023 a affirmé que le processus était allé trop loin.

READ  Dealz confirmed €20 million expansion across Ireland over the next three years

Faisant référence à la saison de Gregory, qui mettait en vedette presque toutes les écrivaines féminines cette année, la revue a déclaré : « Le programme déséquilibré d’Abby soulève de sérieuses questions. » Sept pièces de six femmes écrivains… qui ne laissent aucune place aux autres voix, vivantes ou mortes. Y compris Lady Gregory elle-même. Ou des hommes. Cela aurait dû être fait depuis longtemps, diront certains. Cependant, l’idée sur laquelle repose le Théâtre National est qu’il s’agit d’un théâtre national pour tous. Les féministes en éveil ont entrepris d’atteindre l’équilibre entre les sexes au théâtre. Ce qui ressemble désormais plus à un échange de pouvoir qu’à un partage du pouvoir.

Cela survient alors qu'aucun rapport sur la gestion du monastère n'a été soumis au Conseil des Arts, soulevant des questions sur le financement gouvernemental annuel du théâtre.
Cela survient alors qu’aucun rapport sur la gestion du monastère n’a été soumis au Conseil des Arts, soulevant des questions sur le financement gouvernemental annuel du théâtre.

Une autre source a déclaré que la décision de fermer pendant l’été témoigne d’un manque de vision de la part de l’administration du monastère.

« C’est le même manque de vision qui éloigne des Saoirse Ronan ou Paul Mescal de la scène de notre théâtre national. »

« Ces deux personnes sont très intéressées à agir en Irlande, et si les circonstances sont réunies et qu’elles sont bien contactées, elles peuvent être tentées. Mais personne ne flirte.

« Il n’y a pas d’autre mise à jour du rapport Crowe pour le moment », a déclaré l’Abbey Theatre ce week-end. Le Conseil des arts a également refusé de commenter le rapport sur la gouvernance.

Continue Reading

Trending

Copyright © 2023