Connect with us

Economy

Is Bitcoin Bonanza a Banker?

Published

on

If you invested in Bitcoin during its early days, you are probably a millionaire now.

In just over a decade, the label maker of digital currency has enjoyed an amazing success story, soaring in value from just over a few cents per coin to nearly €70,000.

Since the beginning of the epidemic, its value has increased tenfold. It has penetrated Cryptocurrency by being a niche interest to have a much wider appeal. Celebrities are endorsing it, Premier League clubs are taking part in the event and it is advertised on the sides of Dublin buses and railway bridges across the country.

potential investors You have tens of thousands of cryptocurrencies to choose from, with countless different uses but how many Can it really be a sound investment?

Financial planner and How To Be Good With Money host Ewen McGee is questionable. He told prime time that everyone wants to get rich fast. « The way I think about investing money – it’s long, boring, slow. And it works. »

Eoin believes that any successes people may have so far are largely due to luck. In order for cryptocurrencies to have a long life, they must not only become widely accepted, but also fundamentally accepted by everyone on the planet.

He said, “The reality is that when it comes to cryptocurrencies, having so few people in the world, accepting that this is a real value and that it is true will never create a situation where it will last forever.

“Because it’s not about accepting a few people. It’s about accepting everyone that this is something we can share with each other.

« Until they get that mass market, it’s never going to take off as something that would be mainstream. »

The main stream may not be a million miles away. Half a million Irish already own a cryptocurrency. Perhaps not surprisingly, the age group most likely to buy it is 25-34. It’s a statistic that Eoin is hearing for the first time.

READ  'We'll be arriving in the US from Cork again' says general manager at Cork Airport

« My immediate reaction is you’re thinking 25-34-year-olds right now, they’ve been in a really tough deal, » he said.

Eoin believes that, financially, they have been hit hard from several directions and that crypto may present an opportunity for them to get a deposit for a home and perhaps be driven by fear of missing out.

Eoin McGee (left) tells Conor Wilson that he is not convinced that cryptocurrency is the future

Eoin is very active on Instagram and says that nothing generates the kind of comments that occur when discussing cryptocurrency. He makes a short video, and the comments really flow.

There is an active online community of crypto enthusiasts who truly believe that cryptocurrency and the underlying blockchain technology will change our lives, freeing us from what they see as central bank tyranny and inflation. It is a cornerstone of Web 3.0 where, it is said, everything will be decentralized, including our money.

We spoke to a number of Eoin’s followers on Instagram, and eventually we caught up with Michael Moran at Co Kildare. Michael’s background is in technology, but he’s been investing in cryptocurrency for a number of years and usually sells out pretty early as he admits. « I’m an emotional investor, » he jokes.

Earlier this year, he sold his classic BMW and put the money directly into cryptocurrency. This will be a long-term investment that is determined to sit on it for several years. He is also planning a more significant long-term investment.

“I’m thinking about cutting my pension and starting to take some of that money and put it into a cryptocurrency and maybe a little spread across a couple of the majors,” he said.

“The prospect of huge returns makes investing in cryptocurrency a bewildering proposition.”

Michael said he has always made good decisions in his life, with money and possessions, and although this will amount to 30% of his pension, he is confident that it is a risk he can take.

READ  Top Kitchen Trends 2023 - Les experts en design d'intérieur y sont

« It’s a risk at the end of the day, » he said, « but you know, the rewards are at risk. So sometimes you have to take that chance. »

Michael is not alone. More and more people are looking at cryptocurrencies as a growing asset class, and a potential store of wealth for the long term.

Early adopter James Nagle founded crypto brokerage Bitcove with his brother Peter in 2014. They now have a chain of Bitcoin ATMs in convenience stores across Ireland. James has seen the influx of investors since the start of the pandemic, which he credits with people tired of negative interest rates on bank savings. Cryptography is something they see as giving a better return.

But not all cryptocurrencies are created equal. While Bitcoin, Ethereum, and Litecoin are doing well, there are tens of thousands of other coins out there. Some are used in video games, some started out as a joke and then went off. Others exist only as a way to make money for their creators.

A popular scheme is « pump and dump », where the majority of the coins mined are held by the founders. Then a campaign on social media artificially inflates the price of the remaining coins before the planned and sudden collapse. Innocent investors are burned, while creators are shying away from returns. For those who invest, it’s about sorting the good from the bad.

“We scan every coin we have on our platform,” James told Prime Time. “We make sure that the founders verify, that they don’t hold too many tokens. The crypto is new, it’s exciting, but you have to do your due diligence.”

The potential for huge returns makes investing in cryptocurrency a bewildering proposition, but it has also introduced new frontiers for scammers to entrap people into making a quick buck. It’s a time when investment scams are booming in Ireland right now – €8m were stolen in the first seven months of 2021, double the same period last year, which was double the year before.

READ  L'hôtel Powerscourt a vu ses revenus augmenter de 63 % à plus de 23 millions d'euros l'année dernière, mais ses bénéfices ont été divisés par deux.
Even scammers are playing the long game when it comes to cryptocurrency

At the National Cybercrime Bureau in Harcourt Square in Dublin, Director of Detectives Michael Cryan told Prime Time that 99% of these scams involve cryptography.

Wanting investors are lured in by popups that lead to cloned websites. Some receive financial advice from people they match on dating apps. Ultimately, this leads to them buying what they think is cryptocurrency, but in reality, their money is being stolen.

Some scammers even play the long game, sending out regular charts and graphs to show people their non-existent investments, and encourage them to invest more money in it.

Even with legitimate investments, there are risks involved. Encryption is no different. In the weeks we’ve spent looking into this, bitcoin has fallen from around €58,000 per coin to €40,000 per coin.

Hardcore crypto investors will say now is a good time to buy, while the Bank of England warned last week that Bitcoin speculators are still losing every penny.

For Eoin McGee, this volatility is concerning. Cryptocurrency is supposed to be a currency but the current traditional currencies do not rise and fall significantly.

“No one can actually tell what will happen with cryptocurrencies,” said Eoin. “Because of that, it’s a fun time to be around.

« But because no one knows what’s going to happen, make sure that any exposure you have is no different from the exposure you would have if you went to the races or the dogs. »

Continue Reading
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Economy

Une femme a perdu 2,7 millions d'euros sur 3 millions d'euros pour un peu plus de 1 300 euros – The Irish Times

Published

on

Une femme a perdu 2,7 millions d'euros sur 3 millions d'euros pour un peu plus de 1 300 euros – The Irish Times

Les dettes d'une femme d'environ 3 millions d'euros ont fait l'objet d'une annulation de 2,7 millions d'euros en échange d'un paiement de 1 316 euros aux créanciers et elle conservera son domicile familial selon les termes d'un accord d'insolvabilité personnelle (PIA) approuvé par la Haute Cour.

Un arrangement similaire a été approuvé séparément pour le mari de la femme qui avait des dettes de 2,66 millions d'euros, provenant pour la plupart des mêmes prêts, qui ont été annulées pour un paiement de 1 316 euros.

Les arrangements de verrouillage ont été approuvés par le juge Alexander Owens pour Thomas Johnson et son épouse Valerie, tous deux âgés de 60 ans et retraités, avec une adresse à Drumrey Road, Dunshoughlin, comté de Meath. Le tribunal a appris que Johnson travaillait à temps plein comme soignante de sa mère.

En ce qui concerne la demande déposée lundi par l'avocat Keith Farry pour le praticien de l'insolvabilité personnelle Nicholas O'Dwyer pour les deux candidats, le juge a été convaincu que les arrangements répondaient aux critères de consentement en vertu des lois sur l'insolvabilité personnelle.

Dans des documents judiciaires, les dettes totales de Johnson s'élevaient à 2 984 millions d'euros, dont environ 2,2 millions d'euros, sous forme de prêts personnels, étaient dus à Everyday Finance, qui faisait partie de plusieurs créanciers chirographaires qui ont voté contre le plan de mise en œuvre du projet proposé au Parlement. assemblée des créanciers. . Les dettes totales de Johnson, liées pour la plupart aux mêmes prêts, s'élevaient à 2 976 millions d'euros.

Le PIA proposé était soutenu par Mars Capital Ireland DAC, un créancier garanti qui doit environ 618 000 € sur une hypothèque garantie sur la maison du couple à Dunshoughlin. La valeur marchande actuelle de ce bien est de 275 mille euros, ce qui représente un déficit d'environ 343 mille euros.

READ  L'hôtel Powerscourt a vu ses revenus augmenter de 63 % à plus de 23 millions d'euros l'année dernière, mais ses bénéfices ont été divisés par deux.

Aux termes de l'accord de mise en œuvre du projet, Johnson paiera 1 316 euros aux créanciers en échange de l'annulation de 2,66 millions d'euros de dette.

Johnson a déclaré dans une déclaration sous serment qu’une somme totale de 200 000 euros devait être payée dans les six mois suivant l’approbation par le tribunal de l’organisme de mise en œuvre du projet. Elle a déclaré que cela serait payé grâce au produit de la vente de la maison de sa mère à Sutton, Dublin. Selon des documents judiciaires, sa mère emménagera dans la maison de sa fille.

Le solde de l'hypothèque résidentielle de Dunshaughlin, dans le cadre du PIA, sera réduit à 275 000 € et le taux d'intérêt sera réduit de 4,15 pour cent à un taux fixe de 3 pour cent. Les remboursements hypothécaires de 665 € seront payés pendant six mois de PIA et par la suite pour la durée hypothécaire prolongée de 11 ans. Le solde impayé de 343 109 € sera alors amorti.

La Mercedes Vito de Mme Johnson a été exclue du PIA parce qu'elle devait être sous la garde de sa mère. La Nissan de son mari a également été exclue de son PIA en raison de l'emplacement de leur domicile.

Le revenu net de Mme Johnson était estimé à 1 851 € par mois et celui de son mari à 1 243 €. Après déduction des frais fixés, des frais de subsistance raisonnables et des versements hypothécaires, une contribution mensuelle de 21,60 € et de 10,99 € est mise à la disposition de l'organisme de mise en œuvre du projet.

READ  Top Kitchen Trends 2023 - Les experts en design d'intérieur y sont

Dans un affidavit, M. O'Dwyer a déclaré que le PIA fait partie d'un accord imbriqué qui permet une distribution plus importante aux créanciers que ce ne serait le cas dans le cadre d'une procédure de faillite. On estimait que ces arrangements offraient des chances raisonnables d'être exécutés et offraient de meilleurs résultats pour les deux débiteurs que la faillite. Comme l'exige la loi, plus de la moitié d'une certaine catégorie de créanciers ont soutenu l'accord, a-t-il déclaré.

S'abonner à Alertes push Et recevez les meilleures nouvelles, analyses et commentaires directement sur votre téléphone

Continue Reading

Economy

Un projet de transition massive vers les véhicules électriques dans toute l’UE se heurte à des problèmes, préviennent les auditeurs

Published

on

Un projet de transition massive vers les véhicules électriques dans toute l’UE se heurte à des problèmes, préviennent les auditeurs

Ils affirment que la production de batteries de voitures électriques en Europe coûte trop cher pour réaliser des ventes de masse.

Une batterie fabriquée dans l’UE coûte actuellement 15 000 € et les matières premières proviennent de pays extérieurs à l’Union.

Cela incitera l’Union européenne à tenter d’augmenter ses ventes, soit en s’appuyant sur des voitures importées de Chine moins chères, soit en injectant d’énormes subventions sur le marché de l’Union européenne.

Ils affirment également que les infrastructures publiques de recharge des véhicules électriques sont très médiocres dans une grande partie de l’Europe, la majorité des points de recharge étant concentrés dans seulement trois pays.

Les auditeurs avertissent que de grands espoirs reposent sur le développement des biocarburants comme alternative à l'essence et au diesel.

Ils affirment que le biocarburant est une option douteuse sur le plan environnemental, qu’il n’est pas disponible en quantité suffisante et que son prix n’est pas compétitif.

« Nous sommes confrontés à une bataille difficile », a déclaré Annemie Turtelbaum, de la Cour des comptes européenne.

Les émissions dues aux transports représentent un quart des émissions totales dans l’Union européenne, dont la moitié provient des voitures particulières.

Dans le cadre du Green Deal de l’UE, l’objectif est que toutes les voitures neuves vendues utilisent une technologie à zéro émission de carbone à partir de 2035.

Les ventes de voitures conventionnelles ne seraient pas interdites mais une pénalité carbone serait introduite, ce qui ajouterait des milliers d'euros au prix.

Cependant, l'EPA a déclaré que les politiques actuelles visant à encourager les automobilistes à utiliser des véhicules électriques ne fonctionnent pas assez vite ni dans la mesure nécessaire.

READ  A supermarket shopper was terrified after capturing a video of two huge rats scurrying over pastries

« Pour conquérir le marché de masse, les prix doivent être réduits de moitié », a déclaré Turtelbaum.

L’autre problème est que même si les voitures essence et diesel modernes émettent moins d’émissions de carbone que les modèles plus anciens, tout gain est annulé à mesure que les voitures deviennent plus grandes et plus lourdes.

« Les émissions des voitures conventionnelles – qui représentent encore près des trois quarts des nouvelles immatriculations de véhicules – n’ont pas diminué de manière significative depuis 12 ans », a déclaré Nikolaos Milionis, membre de la Commission économique pour l’Afrique.

« Alors que les moteurs sont devenus plus efficaces, cela a été contré par des voitures plus lourdes, en moyenne 10 % plus lourdes, et des moteurs plus puissants nécessaires pour transporter ce poids, en moyenne 25 % plus puissants. »

Les auditeurs ont constaté que les voitures hybrides rechargeables produisent plus d’émissions que ce qui est indiqué.

« L'écart entre les émissions mesurées en laboratoire et celles sur route est en moyenne de 250% », ont-ils précisé.

Continue Reading

Economy

L'application de rencontres gay Grindr a été poursuivie pour avoir prétendument partagé la séropositivité de ses utilisateurs avec des tiers | Nouvelles du Royaume-Uni

Published

on

L'application de rencontres gay Grindr a été poursuivie pour avoir prétendument partagé la séropositivité de ses utilisateurs avec des tiers |  Nouvelles du Royaume-Uni

Un cabinet d'avocats affirme que des centaines d'utilisateurs de Grindr ont signé une plainte alléguant que des informations hautement privées, y compris leur statut sérologique, avaient été partagées avec des tiers sans leur consentement.


Lundi 22 avril 2024 à 18h01, Royaume-Uni

Des centaines d'utilisateurs de l'application de rencontres gay Grindr ont affirmé que l'entreprise partageait leurs informations privées, y compris leur séropositivité, avec des tiers, a déclaré lundi un cabinet d'avocats.

Austin Hayes a déclaré avoir déposé un recours collectif en matière de protection des données devant la Haute Cour de Londres et a affirmé que des milliers d'utilisateurs de Grindr au Royaume-Uni pourraient avoir été concernés.

La société allègue que les informations hautement sensibles des utilisateurs, notamment leur statut sérologique et la date du dernier test VIH, ont été fournies à des tiers à des fins commerciales.

Environ 670 personnes ont signé le procès pour abus qui auraient eu lieu entre 2018 et 2020, et des milliers d’autres devraient se joindre à l’affaire, a-t-elle déclaré.

« Grindr doit à la communauté LGBTQ+ d'indemniser ceux dont les données ont été compromises et ont subi une détresse en conséquence, et d'assurer la sécurité de tous ses utilisateurs lors de l'utilisation de l'application », a déclaré Chaya Hanumanji, directrice générale d'Austin Hayes, dans un communiqué. . Où qu’ils se trouvent, sans crainte que leurs données soient partagées avec des tiers. »

Un porte-parole de Grindr a déclaré : « Nous nous engageons à protéger les données de nos utilisateurs et à respecter toutes les réglementations applicables en matière de confidentialité des données, y compris au Royaume-Uni.

READ  La fille d'une femme décédée d'une réaction allergique grave après avoir mangé des rouleaux Pret A Manger exige de meilleurs tests | Nouvelles du Royaume-Uni

Grindr n'a jamais partagé les informations de santé signalées par les utilisateurs à des « fins commerciales » et n'a jamais monétisé ces informations.

« Nous avons l’intention de répondre avec force à cette allégation, qui semble reposer sur une mauvaise interprétation de pratiques datant de plus de quatre ans, avant début 2020. »

En savoir plus sur Sky News :
Huw Edwards démissionne de la BBC
Warwick Davis s'excuse pour son inquiétude après avoir publié sur les réseaux sociaux

Suivez Sky News sur WhatsApp

Tenez-vous au courant des dernières nouvelles du Royaume-Uni et du monde entier en suivant Sky News

cliquer ici

Ce n'est pas la première fois que les pratiques de protection des données de Grindr sont examinées de près.

En 2021, c'était Amende de 5,5 millions de livres sterling Par les autorités norvégiennes concernant leur traitement des données personnelles des utilisateurs.

L'Autorité de protection des données (DPA) du pays a constaté qu'elle avait violé les règles du RGPD en partageant des données, notamment la localisation GPS, les informations de profil utilisateur et même le fait que les utilisateurs sont sur Grindr, ce qui pourrait révéler leur orientation sexuelle et mérite donc une protection particulière.

Grindr a également été réprimandé en 2022 par l’Information Commissioners Office (ICO) du Royaume-Uni pour ne pas avoir « fourni des informations de confidentialité efficaces et transparentes aux personnes concernées au Royaume-Uni concernant le traitement de leurs données personnelles ».

Continue Reading

Trending

Copyright © 2023