décembre 3, 2021

7seizh

Dernières nouvelles et nouvelles du monde de 7 Seizh sur les affaires, les sports et la culture. Nouvelles vidéo. Nouvelles des États-Unis, d'Europe, d'Asie-Pacifique, d'Afrique, du Moyen-Orient, d'Amérique.

« J’ai toujours combattu la stigmatisation tout au long de ma carrière »

Tadde Byrne aura 30 ans en janvier. L’attaquant de Monster a joué plus de 100 fois pour Leinster, Scarlett et ses employeurs actuels. Il s’est rendu en Irlande plus de 20 fois et est devenu le 838e homme à représenter les Lions britanniques et irlandais au cours de l’été.

Il l’a fait par n’importe quelle mesure.

Mais l’entendre parler plus tôt cette semaine, c’était comme se remémorer les premiers jours où son séjour à la Leinster Academy était hanté par des blessures, quand il servait de la pizza et s’entraînait avec Blackrock pour joindre les deux bouts, et ce moment des portes coulissantes. Quand il allait soit faire une maîtrise en immobilier, soit faire un pari avec les Scarletts.

Malgré tous ses succès ces dernières années, ces expériences formatrices ont fait de lui le joueur et l’homme qu’il est aujourd’hui. Cette lutte prolongée pour se faire une carrière professionnelle s’est inscrite dans son ADN.

Avance rapide jusqu’au Cap cet été.

Byrne n’a pas beaucoup pensé à faire des lions jusqu’à ce qu’il fasse le test qu’était les Six Nations. Au moment où la série d’auditions approchait, il espérait avoir son mot à dire mais a perdu contre Courtney Luz dans le tribunal d’opinion qui était l’esprit de Warren Gatland.

L’homme d’Eadestown a dû se contenter de 18 minutes sur le banc lors des deux premiers matchs contre les Springboks, et Gatland l’a laissé entièrement pour la classe lorsqu’il a plutôt opté pour les capacités de frappeur d’Adam Beard.

«Il y aura toujours beaucoup de frustration de mon côté, même si personnellement, j’avais l’impression de très bien jouer et je savais que moi et Courtney (Luz) étions en quelque sorte contre ce premier match.

READ  Kawimhen Kelleher : Le gardien de Liverpool débutera le premier match de la République d'Irlande contre le Qatar | actualités footballistiques

« Quand je n’étais pas sélectionné, je ne pouvais pas trop discuter car il jouait exceptionnellement bien. La chose frustrante pour moi était le manque de temps de jeu lors des deux premiers matches, je n’avais pas du tout eu la chance de lever la main.

« Et puis passer à côté du dernier match était quelque chose qui allait rester avec moi pendant un certain temps, et je me demandais. C’est l’équipe qui a décidé de gagner la série et je n’y étais pas. C’est leur décision à la fin de la journée. »

Pas de récriminations ni de jaunissement ici. Il peut se remémorer la déception de la Coupe du monde 2019 et pourquoi cela a toujours été un immense honneur et une expérience de toute une vie. Il en va de même pour son temps à jouer avec le meilleur de ce que ces îles ont à offrir plus tôt cette année.

Cela ne veut pas dire que ça ne fait pas mal. Les cinq semaines qu’il a passées en vacances après l’Afrique du Sud ont été remplies de pensées sur ce qu’il pourrait être d’un point de vue collectif tandis que les déceptions personnelles l’ont déterminé à avoir le dernier mot.

« Pour moi, il s’agit de continuer à prouver aux autres que j’ai toujours lutté contre la stigmatisation tout au long de ma carrière, c’était dans ma tête que je n’étais pas assez bon. Vous vous battez toujours contre ça et c’est juste un autre de celles.

« Ce sont les entraîneurs que je n’aurai plus à prouver à l’avenir, je suppose. Je suppose que les spectacles se déroulent, je veux juste les marquer pour regarder en arrière et penser: » J’ai peut-être fait une erreur .' »

READ  Un footballeur de Brighton arrêté pour suspicion d'agression sexuelle

Ce n’est pas que Byrne ait annulé l’expérience. loin de là. Il était nerveux à l’idée d’être associé à l’équipe, inquiet de savoir comment lui faire face même à l’entraînement, pour finalement se rendre compte qu’il allait très bien.

Être si peu sûr de lui en premier lieu est incroyable, et peut-être productif à l’époque où il était sur le point de perdre au match. Quiconque a regardé les Six Nations a sûrement moins de réserves sur ses capacités.

Byrne a commencé les cinq matchs, passant de la rangée verrouillée à la rangée arrière et vice-versa. Il a été nommé à deux reprises l’homme du match. Il y a eu deux tentatives, sa moyenne de dix tours était de loin la plus élevée du tournoi, il s’est classé parmi les cinq premiers dans l’ordre qu’il a gagné et dans le top 10 pour le carry.

Joe Schmidt l’a utilisé par petits bouts, et Farrell a tout essayé.

« Je suppose qu’en tant que joueur, je suis beaucoup plus confiant, que j’ai eu sous Joe, il y avait beaucoup d’inconnues et toujours sur la touche aussi. Je n’étais pas vraiment un partant, je ne savais pas vraiment où me tenir .

« Écoutez, je ne suis pas un titulaire garanti comme je le suis maintenant à l’ère Vaz. Je dois encore m’améliorer à chaque fois que je viens ici et que je porte le green. Je me sens définitivement plus confiant et à l’aise dans cette équipe que je ne l’aurais été. il y a deux ans. »

« C’est une perspective très excitante pour moi à coup sûr. »

READ  Maguire a posté 67 sans faute pour grimper au classement ouvert