octobre 2, 2022

7seizh

Dernières nouvelles et nouvelles du monde de 7 Seizh sur les affaires, les sports et la culture. Nouvelles vidéo. Nouvelles des États-Unis, d'Europe, d'Asie-Pacifique, d'Afrique, du Moyen-Orient, d'Amérique.

« J’aimerais commenter ce que ces imbéciles ont écrit » – Martin Braini et nos lecteurs ont leur mot à dire sur le classement All Ireland

Je l’ai appelé une science inexacte, et sa nature précise est rapidement devenue évidente lorsque j’ai essayé de classer le football à travers l’Irlande et de choisir les vainqueurs sur 50 ans dans la série de la Ligue des champions, qui s’est poursuivie ici ces dernières semaines.

Le jugement lui-même, quelle que soit la recherche impliquée dans son assemblage, peut être confronté sur un certain nombre de fronts. C’est la beauté et la frustration d’un tel exercice.

Puisqu’il n’existe aucun moyen fiable d’atteindre un résultat final, tout dépend de l’opinion. J’ai dit mes mots, c’est maintenant au tour des lecteurs d’avoir leur mot à dire.

Aujourd’hui, nous téléchargeons un échantillon de leurs commentaires (modifiés par souci de brièveté dans certains cas) ainsi que les réponses.

*****

En tant que passionné de football tout au long de ces 50 années, je dois dire que l’analyse est très fiable et très intéressante. Je suis sûr que Kerry aurait l’impression que les numéros 1 et 2 sont dans le mauvais ordre, mais je pense que le point de rencontre des forces de Dublin a beaucoup de sens.

Le seul flash ou, comme disait Hifu, « un moment de folie » était dans l’équipe composite. Quatorze d’entre eux vont bien mais Michael Fitzsimmons est dans le coin arrière gauche. Ah bon? Il était et est toujours un bon joueur avec un sac de médailles, mais le classer au-dessus de Cooper, McMahon ou Deenihan est étrange. Sa cote devant Cian O’Sullivan et Paudie Lynch est tout simplement décalée.

Dermot Murray

Martin Brienny (MB) : Fitzsimmons était sous-estimé. Toujours aussi fort à 33 ans, il a eu du mal avec David Clifford (qui n’en a pas eu ?) dans la première moitié des demi-finales de cette année, mais s’est bien rétabli dans la seconde moitié. C’était un exemple de ténacité qui a soutenu sa longue carrière (il a joué pour la première fois pour Dublin en 2010). En tant que quart-arrière spécialisé, je l’ai classé au-dessus de ses coéquipiers de Dublin et avant Deenihan aussi.

Quant à Cian O’Sullivan, un autre excellent artiste, il était surtout demi secondeur et/ou balayeur. Powdy Lynch était un footballeur fantastique, et sa polyvalence était soutenue par son milieu de terrain, son quart-arrière et son arrière gauche gagnants entre 1974 et 1981. Mais Fitzsimmons l’avait en tête en tant que secondeur solide.

READ  Ben Foster a révélé une histoire passionnante sur le penalty de Mohamed Salah

*****

J’ai apprécié la série sur les vainqueurs du football de toute l’Irlande au cours des 50 dernières années. J’aurais aimé que cette affectation remonte encore 10 ans en arrière, ce qui aurait fait les années 60 et aurait permis l’inclusion de deux équipes qui ont révolutionné le football gaélique : le triplex Galloway et en bas des années 1960-’61, dont beaucoup étaient encore là quand ils ont gagné à nouveau en 1968.

Ces parties ont déplacé le match de l’ancien jeu de catch-and-kick vers un jeu tactique plus raffiné, un précédent pour ce que nous avons aujourd’hui qui, cependant, n’est pas une bonne nouvelle.

Attraper et donner des coups de pied ne consistait pas seulement à le frapper dans le parc et à espérer le meilleur. Il s’agissait d’un coup de pied précis. Il y avait aussi beaucoup de jeu sur le terrain, ce qui était un plaisir à regarder et est rare aujourd’hui.

Peut-être que Martin fait une série de suivi pour nous faire reculer dans le passé.

Sean O’Donnell

mégaoctets : Deux grandes équipes, donc si les années 60 avaient été incluses, j’aurais placé Galway 1964-’65-’66 en troisième position derrière Dublin 2011-20 et Kerry’s 1975-86. Cela a fait chuter Dublin 1974 – 1977 à la quatrième place, suivi de 1960 – 61 – 68 à la cinquième place. Cela place Tyrone 2003-2008 parmi les cinq premiers.

*****

Je suis un gars de Limerick et je pense que Kilkenny 2006-15 devrait être devant Limerick 2018-22. Peut-être que dans quelques années, nous pourrons peut-être inverser ces placements, mais pour l’instant, nous sommes d’abord à Kilkenny et à Limerick ensuite.

Seamus Walsh

mégaoctets : C’est comme ça que je les classe aussi. Certains lecteurs se sont demandé pourquoi l’équipe de quatre hommes de Kilkenny n’avait pas été alignée contre l’équipe actuelle de Limerick, affirmant que l’extension de Kilkenny jusqu’en 2015 leur avait donné un énorme avantage. Ils ont raison, mais les équipes de Kilkenny ont été difficiles à différencier, car il n’y a pas eu plus d’un an sans l’équipe nationale d’Irlande au cours de ces 10 saisons. En ce qui concerne le côté quad dans la rangée par rapport au Limerick actuel, j’irais toujours avec le Kilkenny.

READ  Un drame passionné à Kempton alors que les hôtes examinent le résultat final mouvementé | l'actualité des courses hippiques

*****

Une série informative très intéressante. Deux remarques peuvent être faites. Tout d’abord, les marges gagnantes lors de la finale All-Ireland. La marge la plus proche de Kerry en 1975-86 était de trois points devant Roscommon en 1980. Dublin a remporté quatre finales par un point. Cela pourrait indiquer le calme de Dublin dans des situations difficiles, ou cela pourrait indiquer la grandeur de Kerry en remportant la finale par une large marge et en l’élevant juste un peu au-dessus de Dublin.

François Mulhall

mégaoctets : Une autre inconnue est la qualité de l’opposition à laquelle sont confrontés les deux groupes. Je dirais qu’il était plus élevé au cours de la dernière décennie qu’il ne l’était en 1975-1986. De plus, il n’y avait pas de séries éliminatoires à l’époque, ce qui signifiait que Kerry n’avait qu’à gagner deux matchs après le Monster Championship, tandis que Dublin en avait trois ou plus au cours des années « Super 8 ». Dublin a disputé 73 matchs dans le tournoi en 2011-20, contre 47 pour Kerry en 1975-1986.

*****

Excellente analyse mais juste pour faire quelques commentaires. Dublin 1995 était meilleur que beaucoup d’équipes mieux classées. Ils ont participé à quelques finales dans toute l’Irlande et ont également remporté la finale de la Ligue nationale. Vingt-troisième, c’est trop peu. L’équipe de Dublin devrait être 15e.

Paraic Farrelly

mégaoctets : Tout est question d’opinion, n’est-ce pas ? Paraic fait un point valable concernant les réalisations de l’équipe de Dublin en 1991-1995. Mon classement est basé sur la conviction que la norme globale était assez moyenne autour de cette période.

Barrick était également en désaccord avec le Dublin-Kerry Composite, notant que Johnny Cooper, Sean O’Sullivan et Diarmuid Connolly étaient devant trois de mes choix, Michael Fitzsimmons, Tom Spillane et John Egan. Nous devons être d’accord pour ne pas être d’accord !

*****

J’aimerais commenter ce que cet idiot de Martin Brenny a écrit ce matin. J’en ai marre qu’il montre Keri. Qu’est-ce qu’il a contre eux ? Est-ce la pure jalousie d’une province entourée de rochers et d’eau, mais qui peut produire de si merveilleux joueurs, génération après génération.

Il a mis Dublin sur un piédestal, mais a choisi huit joueurs du Kerry dans son équipe (composée des deux comtés). Où sont Maurice Fitzgerald, Seamus Moynihan, Thomas et Mark C ? Il n’a aucune idée du football.

READ  Manchester United cherche à signer cinq autres accords cet été

Équipement Martin

mégaoctet: Ne retenez pas Gear ! « Slating Kerry » ? Non coupable – il suffit de les comparer aux autres et de suggérer que l’équipe 1975-1986 pourrait être derrière le Dublin 2011-20.

Quant à Fitzgerald, Moynihan et ses frères C, ils n’étaient pas éligibles à la sélection, car j’ai eu affaire à Kerry de 1975 à 1986.

Dans une série il y a quelques années sur les meilleurs joueurs de football des 50 dernières années, Dee Fitzgerald (12), Moynihan (15) et Thomas C (20) figuraient dans le top 20, de partout au pays. C’est à quel point je les évalue.

*****

Je ne peux pas dire comment l’équipe Claire de Jair Lognan (1995-1997) s’est classée derrière Galloway (1987-88). En fait, j’avais cette équipe Claire devant bon nombre des trois équipes gagnantes All-Irelands.

Galloway a atteint les demi-finales du championnat All-Ireland sans jouer de match, tandis que Claire devait passer par un tournoi Monster difficile chaque année.

Ils n’ont pas été aussi chanceux en 1996 lorsqu’ils ont perdu d’un point contre Limerick. Si les séries éliminatoires étaient en place et qu’elle avait eu une seconde chance, ils auraient définitivement remporté le All Ireland.

Tom Brenan

mégaoctets : Je suis d’accord avec le dernier point – il est très probable que Claire remporterait le championnat All-Ireland 1996 s’ils y revenaient.

Certes, Galway n’a jamais eu de championnat régional, mais ils ont dû battre les champions Leinster ou Monster pour atteindre la finale, ce qu’ils ont fait au cours de cinq des six saisons (1985-90), ne perdant qu’en 1989, une saison sans Tony Kiddie. En plus de remporter deux titres All-Irelands, ils ont également remporté deux ligues nationales.

La liste de Martin Brenny des plus grandes équipes des 50 dernières années place les footballeurs de Dublin de 2011 à 2020 et les Hurlers de Kilkenny de 2006 à 2015 au sommet de leur liste respective. Pour la liste complète voir ici