août 16, 2022

7seizh

Dernières nouvelles et nouvelles du monde de 7 Seizh sur les affaires, les sports et la culture. Nouvelles vidéo. Nouvelles des États-Unis, d'Europe, d'Asie-Pacifique, d'Afrique, du Moyen-Orient, d'Amérique.

Joe Biden a déclaré que la Cour suprême des États-Unis était « hors de contrôle » avant de signer l’ordonnance d’accès à l’avortement

Le président américain Joe Biden a déclaré que la législation fédérale constituait la voie la plus rapide pour rétablir le droit à l’avortement et a exhorté les électeurs à élire des législateurs pro-choix lors des prochaines élections alors qu’il ordonnait de nouvelles mesures pour garantir les libertés reproductives.

Dénonçant la décision « terrible et extrême » de la Cour suprême d’abroger le droit constitutionnel à l’avortement, Biden a déclaré que la réponse la plus efficace serait aux urnes lors des élections de mi-mandat de novembre en élisant des législateurs pour lui donner un contrôle strict de la législature. manque maintenant.

« Le moyen le plus rapide de récupérer Roe est d’adopter une loi nationale codifiant Roe, que je signerai dès qu’elle passera mon bureau. Nous ne pouvons pas attendre », a déclaré Biden, faisant référence à la décision de 1973 dans Roe v. Wade qui instauré le droit à l’avortement.

Il a déclaré : « Nous ne pouvons pas permettre la sortie d’une Cour suprême travaillant côte à côte avec des éléments extrémistes du Parti républicain pour arracher les libertés et notre indépendance personnelle. »

Sous la pression d’adopter une ligne plus dure pour défendre l’accès à l’avortement, Biden a signé un décret introduisant des mesures nouvelles mais limitées pour faire progresser les droits reproductifs des femmes.

Biden a été critiqué au sein de son parti démocrate pour son inaction depuis la décision de la Cour suprême du 24 juin.

À la suite de la décision du tribunal, plusieurs États ont interdit ou strictement restreint l’avortement, et d’autres États devraient emboîter le pas.

De nombreux démocrates, qui parlent souvent de manière anonyme dans la presse, se sont plaints que Biden et son équipe n’aient pas répondu de manière adéquate à la décision surprise de la Cour suprême.

READ  Des fosses communes et des cadavres retrouvés dans les rues lors du retrait des forces russes de Kiev

Le jour du verdict, l’administration a regardé par surprise malgré une fuite de projet des semaines plus tôt.

Biden signe le décret exécutif sur l’accès aux services de santé reproductive dans la salle Roosevelt de la Maison Blanche.

Source : Youri Gripas / ABACA

Le président a annoncé le 24 juin deux séries de mesures réglementaires : sur l’accès à la pilule abortive et sur le droit d’une femme de se rendre dans un autre pays pour avorter si son pays interdisait la procédure.

Mais, dans un geste rare, l’attachée de presse Karen-Jean-Pierre a annulé son point de presse quotidien ce jour-là.

Biden est parti peu après pour un voyage en Europe, frustrant les militants du droit à l’avortement et les législateurs qui étaient impatients de prendre des mesures plus décisives de la part du président.

Dans sa quête de rétablissement, Biden a signé vendredi un décret exécutif conçu pour protéger les données sensibles liées à la santé des femmes et « combattre la surveillance numérique liée aux services de soins de santé reproductive ».

Les groupes de défense mettent en garde contre les risques posés par les données en ligne des femmes telles que la géolocalisation et les applications qui surveillent les cycles menstruels, qui, selon eux, peuvent être utilisées pour poursuivre les femmes qui ont avorté.

L’ordonnance de Biden vise également à protéger les cliniques mobiles aux frontières des pays qui ont interdit l’avortement.

La Maison Blanche a déclaré que l’administration souhaitait également garantir l’accès aux contraceptifs et aux médicaments abortifs et créer un réseau d’avocats bénévoles pour aider les femmes en cas d’avortement.

READ  Les nouveaux cas de Covid-19 aux États-Unis atteignent un niveau record
# Ouvrir la presse

Pas de nouvelles, mauvaises nouvelles
prise en charge des magazines

pour toi contributions Vous nous aiderez à continuer à livrer les histoires qui comptent pour vous

Soutenez-nous maintenant

« Un homme dont le temps est expiré ?

Mais ces mesures auront un effet limité. Biden ne peut pas faire grand-chose pour combattre la Cour suprême ou les pays qui lui sont hostiles lorsqu’il n’a pas une forte majorité au Congrès.

Biden appelle donc les Américains à se présenter en grand nombre et à voter pour les démocrates lors des élections de mi-mandat.

L’objectif est de codifier le droit à l’avortement en tant que loi fédérale, qui passerait outre les décisions des États d’interdire la procédure.

Mais de nombreux démocrates craignent que cette campagne pour sortir du scrutin échoue. Biden est désormais un président impopulaire et la plus grande préoccupation des Américains ces jours-ci est l’hyperinflation.

Au-delà de la question de l’avortement, certains démocrates se demandent si Biden, 79 ans, un centriste qui évite les mesures qui font la une des journaux, a la capacité de s’attaquer avec force à la droite conservatrice américaine à une époque de tension politique aiguë.

Tout ce qu’il a à faire est de regarder les éditoriaux des journaux ces derniers jours, y compris ceux des organes de presse considérés comme sympathiques.

Joe Biden est-il le mauvais président au mauvais moment ? J’ai lu un titre jeudi dans le Washington Post, tandis que The Atlantic demandait « Est-ce que Biden est un homme hors du temps? »

© AFP 2022

READ  COVID-19 : les cas en Irlande augmentent rapidement