Connect with us

Economy

Key to Data Center Resilience for Future Communications: CRU

Published

on

The ability of the new data centers to have their own on-site generation capacity equal to or greater than demand, to support supply if needed, will be a key factor in future decision-making about whether they will be given access to the national electricity grid.

The ability of data centers to reduce power consumption when required in times of shortage will also influence decision-making.

This follows the Commission for Utilities Regulatory (CRU) consultation process on data centers.

The regulator decided whether the planned data center is located in a part of the country where electricity supply is restricted will also be an important part of the decision.

This policy is believed to reduce the likelihood of more data centers being built in and around Dublin, where the electricity supply is particularly restricted.

“The evaluation criteria provide a number of options for data center operators to provide solutions for all future applications in terms of low carbon generation and reduced consumption when needed,” said CRU Commissioner Jim Gannon.

CRU says the new connectivity policy, which follows engagement with data center providers and other stakeholders, represents a balanced decision that protects supply security while facilitating growth.

It also says it has eliminated the need for drastic policy changes or implementing a ban on new data center connections, as well as providing clarity for potential and existing application.

The regulator, which warned in its summer advisory paper that doing nothing would lead to blackouts for consumers, said the new approach would mitigate risks to the power grid.

The rapid growth of digital data centers here in recent years and their demand for electricity has greatly increased pressure on the national grid.

READ  L'épargne abondante de l'Irlande peut-elle être exploitée ?

Over the past four years, EirGrid has seen annual increases in demand usage of nearly 600 GWh from data centers alone – the equivalent of adding 140,000 households to the power system each year.

EirGrid has received data center applications with a total electricity demand of 1,000 MVA over the past year.

CRU said adding approximately 1,000 MVA of demand load would equate to adding more than 16 Kilkenny-like energy-consuming cities to the power grid in a relatively short time frame.

EirGrid analysis shows that demand from data centers could account for 23% of total demand in Ireland by 2030 in a medium demand scenario, and 30% in a high demand scenario.

This expected rapid growth in demand from data centers comes as Ireland’s power grid is undergoing fundamental changes to reduce its emissions by switching to renewables.

Ireland is preferred by data center providers because of the large number of technology companies here, its geographical location between the United States and continental Europe and the mild climate which makes facilities cooling cheaper.

New applications will be evaluated under the Communication Policy by EirGrid and ESB Networks.

We need your consent to download this rte-player contentWe use the RTE operator to manage additional content that can set cookies on your device and collect data about your activity. Please review their details and accept them to upload content.Manage Preferences

Commissioner Gannon said Eirgrid’s projections that data centers could account for nearly a quarter of electricity demand here by 2030 are sustainable if measures are taken to address demand growth and if infrastructure is provided to facilitate this.

READ  Study estimates places where you're most likely to catch Covid by shopping a big surprise

Jim Gannon said that EirGrid and ESB will be allowed to evaluate data center connectivity applications on a number of criteria including sites and transmission infrastructure.

He explained that decisions will be made based on where the current generation is located and the strength of the network that has the ability to withstand the additional load.

He said the new data centers will be separately tasked with bringing some solutions to the table.

These could include productivity cuts at certain times and storage options, Gannon said.

Speaking in The News at One, he said the centers will face this challenge as they require an electricity connection.

He added that centers in other jurisdictions « follow a moon policy » and decline processing capacity at various points in time.

Mr Gannon said the CRU was not prescriptive on what technologies data centers should use but many said they would explore less carbon-intensive ways.

He said there is significant internal pressure with data center developers driving them toward a « low carbon trend ».

He said that Eirgrid was asked to report to the CRU every six months on the effectiveness of these measures.

Minister for Transport, Environment, Climate and Communications, Eamonn Ryan, said data centers must « live within the confines of our climate plan » and like every industry they will have to help Ireland achieve its climate goals.

READ  Donald Trump says new social media company raised $1 billion | science and technology news

He said any decision the commission makes on the regulation of facilities and the EirGrid will put climate first.

« Data centers bring benefits to the country, but it cannot be at the expense of other sectors or meeting our climate goals and they know it, » he added.

ESB Networks said that as part of the consultation process, it participated in the CRU decision paper.

« We will review the published decision paper in order to implement its provisions in a practical way, » she said.

Continue Reading
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Economy

La vente de l’ancienne banque de Limerick suscite beaucoup d’intérêt

Published

on

La vente de l’ancienne banque de Limerick suscite beaucoup d’intérêt

Le propriétaire d’une ancienne succursale de la Bank of Ireland espère bénéficier financièrement de cette propriété située au cœur de la ville de Limerick.

Rooney Auctioneers et JLL ont annoncé la vente d’une opportunité de développement de premier ordre à Limerick, au 94 O’Connell Street.

La Bank of Ireland a utilisé le bâtiment du 94 O’Connell Street jusqu’en 2010, date à laquelle elle a concentré ses opérations dans sa succursale principale au n° 125 sur Main Street à Limerick.

Gordon Kearney, directeur général de Rooney Auctions, a déclaré que la « propriété exceptionnelle » offrait une opportunité rare aux promoteurs disposant d’un permis de construire complet pour un développement à usage mixte.

M. Kearney a déclaré : « Un permis de construire a été obtenu pour construire 24 appartements de haute qualité, conçus pour répondre aux exigences de la vie urbaine contemporaine. Ces unités s’adresseront à un large éventail de résidences, notamment des professionnels, des familles et des étudiants, garantissant une demande constante de logements. louer ou acheter. »

En savoir plus: Un premier aperçu de la conception proposée pour un immeuble résidentiel à plusieurs étages prévu à Limerick

Le rez-de-chaussée du projet comprendra des espaces commerciaux polyvalents, idéaux pour les points de vente, les cafés ou les bureaux. M. Kearney a déclaré que le projet était destiné à attirer un large éventail d’entreprises, ajoutant ainsi de la vitalité et de l’activité économique à la région.

« Le développement proposé allie une conception architecturale moderne au charme historique de O’Connell Street, garantissant ainsi l’attrait époustouflant du quartier environnant », a déclaré l’agent immobilier expérimenté.

READ  An energy company exits the electricity market as the crisis worsens

M. Kearney a confirmé au Limerick Leader que le prix demandé est de 1,75 million d’euros.

Il a déclaré que cet emplacement privilégié était idéalement situé pour bénéficier des projets de rénovation urbaine en cours, renforçant ainsi son attrait pour les locataires résidentiels et commerciaux.

Publicité – Continuez la lecture ci-dessous

Publicité – Continuez la lecture ci-dessous

Publicité – Continuez la lecture ci-dessous

Publicité – Continuez la lecture ci-dessous

Publicité – Continuez la lecture ci-dessous

Publicité – Continuez la lecture ci-dessous

Publicité – Continuez la lecture ci-dessous

Publicité – Continuez la lecture ci-dessous

Publicité – Continuez la lecture ci-dessous

Continue Reading

Economy

Les vacances avec ma « famille » de 11 personnes comprennent une garde d’enfants partagée, des villas bon marché et du rouge comme un homard – The Irish Times

Published

on

Deux de mes compagnons de voyage constants ont récemment eu 11 ans, ce qui signifie que nous parcourons le monde ensemble depuis près d’une décennie. Eh bien, quand je dis « voyager à travers le monde », je veux dire « voyager en Irlande et un peu sur le continent ». Nous sommes 11 dans notre groupe et je pense que nous avons trouvé la formule parfaite.

Nous sommes six adultes et cinq enfants, âgés désormais de cinq à onze ans. Presque chaque année depuis 10 ans, nous partons en vacances en groupe. Nous avons commencé avec six adultes et deux jeunes enfants, ce qui est un bon ratio. Lentement mais sûrement, leur nombre a augmenté, mais nous étions toujours en infériorité numérique. Cela fonctionne comme un rêve. Que nous ayons trouvé un joyau caché dans les montagnes du Portugal ou réservé un endroit minable sur Airbnb, nous n’avons jamais essayé le rafting ni regretté le voyage.

Au moment où j’écris ces mots, je suis allongé sur une chaise longue au bord d’une piscine dans une villa située dans une région reculée du nord du Portugal. C’est la deuxième année consécutive que nous visitons cette région. Après avoir réservé un petit logement à Mayo il y a deux étés, nous avons décidé d’essayer d’utiliser nos fonds accumulés pour des voyages plus loin sur le continent. Il est important d’établir des normes pour un groupe de cette taille. Nous voulions une piscine. Nous souhaitions une chambre pour chaque adulte ou par couple et au moins une grande chambre pour les enfants. Nous avons commencé en espérant éviter les voitures de location, mais nous avons vite appris que les villas abordables avec piscine pouvant accueillir 11 personnes et à distance de marche d’un centre commercial sont comme une licorne. Nous avons donc convenu de louer des voitures.

READ  Twitter lance une fonction d'édition pour certains utilisateurs au Canada, en Australie et en Nouvelle-Zélande | actualités scientifiques et techniques

Une fois que vous décidez d’éviter les zones touristiques traditionnelles, votre argent ira évidemment bien plus loin. L’année dernière, nous avons passé une semaine chacune dans deux villas situées à environ une heure l’une de l’autre et à une heure du hub Ryanair de Porto. Nous partageons les frais d’hébergement à parts égales entre les six adultes – seulement quelques centaines d’euros par villa. Deux d’entre nous sont célibataires sans enfants et nous avons notre propre chambre, cela semble donc être une affaire très équitable. Il existe une règle tacite selon laquelle nos chambres sont un terrain sacré, qui ne doit pas être envahi par des petits pieds mouillés ou des mains collantes.

Ce groupe ressemble à une famille. Nous avons ajouté trois enfants au groupe et avons amené des bébés dans des camps en France et dans les îles isolées du Donegal.

Passer des vacances en tant que personne seule sans enfants présente de nombreux avantages. Liberté de choix, non-liaison au calendrier des vacances scolaires (sauf si vous avez enseigné) et un seul vol à payer. Il y a évidemment aussi des inconvénients. Solitude, manque d’autres personnes avec qui partager des points de vue, des expériences, des repas et des problèmes de sécurité. Et avec une équipe de voyageurs prête à intervenir, on se croirait dans une famille géante.

Je me suis promis de ne plus écrire un mot sur T****r S***t, mais cela me semble vraiment approprié ici. Dans la chanson The 1 de son album Folklore, Swift chante : « Nous étions une chose, ne pensez-vous pas, rose et fluide avec la famille que vous avez choisie. » Je me suis retrouvé à chanter cette phrase plusieurs fois cette semaine, et pas seulement parce que nous mettons de très nombreuses boîtes de vin lors de nos virées shopping en groupe. Ce groupe ressemble à une famille. Nous avons ajouté trois enfants au groupe et avons amené des bébés dans des campings en France et dans les îles isolées du Donegal. Nous sommes allés à Disneyland Paris et avons vécu un Nouvel An éclair à Sligo. Nous prenons soin les uns des autres, répartissons les tâches ménagères et introduisons une approche « il faut tout un village » en matière de garde d’enfants.

READ  La nouvelle loi veillera à ce que des conseils soient envoyés aux employés

On rêve souvent de créer une version annuelle de ce voyage, mais cela demande beaucoup de démarches et d’accords administratifs et pas seulement une ou deux semaines par an. Si la vie collective réussit dans ce monde capitaliste, tout le monde y parviendra. La rigidité des règles, les désaccords sur la division du travail, les différences entre les parents et un million d’autres facteurs sont sûrs de perturber l’harmonie au bout de la quatrième semaine. Lorsque vous êtes en pause de deux semaines par rapport à la réalité, vous pouvez abandonner presque tout, mais avec le temps, la répartition équitable de vos chips de Noël devient un point discutable.

Alors que je terminais de parler, trois des enfants et une des « tantes oui », comme ils nous appelaient affectueusement, plongeaient pour chercher des jouets de piscine. Deux adultes impliqués dans une « guerre du bronzage » s’accusaient mutuellement de ressembler à un homard, et d’autres dégustaient une boisson rafraîchissante à l’ananas au rayon des minéraux exotiques du supermarché local Bingo Doce, un endroit où les locaux nous regardaient comme des extraterrestres. En effet, les touristes irlandais ne sont pas la norme ici, et au risque de paraître improbable, c’est comme ça qu’on aime ça. Même si notre portugais sur Duolingo ne nous aide pas à dépasser le pointage, l’imitation et à nous glisser inutilement sur nos genoux lorsque nous nous sentons énervés.

Continue Reading

Economy

L’humanité n’a que cinq ans pour prévenir des dommages climatiques irréversibles – prévient Ryan – Irish Times

Published

on

Les scientifiques craignent désormais qu’il ne reste que cinq ans pour éviter des dommages climatiques irréversibles et des changements radicaux des conditions météorologiques de la Terre causés par les émissions mondiales de carbone, a averti le ministre du Climat, Eamonn Ryan.

Dressant un sombre tableau des défis environnementaux qui nous attendent, Ryan a déclaré lors de l’école d’été Patrick McGill à Glenties, dans le comté de Donegal, que l’humanité était au bord du désastre. Il a ajouté : « Nous sommes à la veille d’un changement climatique potentiel que nous ne pouvons pas arrêter ».

Il a déclaré que les climatologues estiment que la libération de 200 gigatonnes supplémentaires de carbone dans l’atmosphère violerait de manière irréversible les objectifs climatiques, ajoutant lors de la conférence que le taux actuel de libération est de 37 gigatonnes par an.

« Cela détruirait la sécurité des générations futures et la capacité de vivre en paix sur cette planète », a-t-il déclaré, faisant référence aux avertissements concernant les « points de basculement » auxquels est confrontée la calotte glaciaire du Groenland ou de l’Amazonie.

Cependant, le ministre, qui a reçu des applaudissements chaleureux, a déclaré que les énergies renouvelables connaissent actuellement une croissance énorme, ce qui laisse espérer que des changements pourront être apportés à l’approvisionnement énergétique mondial, en particulier dans les pays les plus pauvres.

Il a déclaré que les scientifiques émettent des avertissements de plus en plus clairs sur la nécessité de tenir leurs engagements visant à maintenir les températures mondiales en dessous de 1,5 degrés Celsius. Il a ajouté : « Ils craignent que le dépassement de cette limite n’augmente le risque de dépasser le point de basculement ».

READ  Twitter lance une fonction d'édition pour certains utilisateurs au Canada, en Australie et en Nouvelle-Zélande | actualités scientifiques et techniques

Soulignant les preuves des dégâts déjà causés, M. Ryan a parlé de l’impact des récentes tempêtes sur le réseau électrique américain, laissant près de 2 millions de personnes sans électricité ni climatisation à Houston lorsque les températures avoisinaient les années 30.

En réponse aux questions sur l’opposition aux changements, M. Ryan a déclaré : « Je déteste vous le dire, mais la politique l’emporte sur tout. C’est pourquoi la politique est importante. »

Il s’est toutefois dit convaincu que même les pays producteurs de combustibles fossiles sont conscients des risques.

Ryan a prévenu que l’élection de Donald Trump à la présidence des États-Unis, si cela se produisait, serait « désastreuse » pour les négociations mondiales sur le climat. Il s’est toutefois déclaré convaincu que les États fédéraux et les entreprises américaines ne voudront pas être laissés pour compte dans la course au leadership dans le domaine des énergies renouvelables. Le ministre a ajouté qu’ils ne voulaient pas non plus supporter les coûts liés à la gestion des tempêtes ou des inondations chaque année.

Tout le monde est « conscient » du danger que représente M. Trump et réfléchit à la manière de gérer son élection.

Il a déclaré : « Les États-Unis se rendent compte qu’ils sont engagés dans une course vers la révolution industrielle. S’ils s’écartent de cette voie pendant quatre ans, ils prendront du retard et ce sera désastreux pour leurs économies, et pas seulement pour le pays dans son ensemble. Je crois donc que les États-Unis continueront à travailler sur « Au niveau des États, l’Amérique a un système fédéral très fort ».

READ  An energy company exits the electricity market as the crisis worsens

Soulignant les changements positifs en cours, il a déclaré que 85 pour cent des investissements mondiaux dans la production d’électricité l’année dernière étaient destinés aux sources d’énergie renouvelables, même si certains de ces investissements seront nucléaires.

Il a déclaré que changer les secteurs des transports et de l’agriculture sera plus difficile parce que le monde a passé des décennies à créer un monde dépendant de l’automobile. Il a ajouté : « Il est très difficile d’inverser cette tendance. Cela ne peut pas se limiter à rendre toutes les voitures électriques.

« Nous devons réduire le nombre de déplacements que nous effectuons. Nous devons également passer aux transports publics et généraliser la marche et le vélo. C’est probablement la chose la plus difficile politiquement. »

Soulignant le succès des lignes de bus rurales créées pendant son mandat au ministère des Transports, il a déclaré : « Les jeunes de tout le pays, en particulier dans les zones rurales d’Irlande, affluent vers les nouvelles lignes de bus publiques rurales que nous créons. .

Il a ajouté : « Les agriculteurs, plus que quiconque, se rendent compte que le changement climatique se produit parce que le temps est devenu étrange. Les solutions qui contribueront à réduire les émissions permettront d’y résister. »

Continue Reading

Trending

Copyright © 2023