décembre 4, 2022

7seizh

Dernières nouvelles et nouvelles du monde de 7 Seizh sur les affaires, les sports et la culture. Nouvelles vidéo. Nouvelles des États-Unis, d'Europe, d'Asie-Pacifique, d'Afrique, du Moyen-Orient, d'Amérique.

La France paiera 10 milliards de dollars pour le contrôle total du FED

PARIS (Reuters) – Le gouvernement français propose de payer 9,7 milliards d’euros (9,85 milliards de dollars) pour le contrôle total d’EDF (EDF.PA) dans le cadre d’un achat qui lui donne la liberté de gérer le plus grand opérateur d’énergie nucléaire d’Europe. Il est aux prises avec une crise énergétique à l’échelle du continent.

Le ministère des Finances a déclaré mardi dans un communiqué que le gouvernement offrirait aux actionnaires minoritaires d’EDF 12 euros par action, soit une prime de 53% par rapport au cours de clôture du 5 juillet, un jour avant que le gouvernement n’annonce son intention de nationaliser totalement le groupe endetté. . .

Les actions d’EDF, qui ont repris leurs activités mardi après une suspension d’une semaine dans l’attente des détails du plan de rachat du gouvernement, ont bondi de 15% à 11,80 euros à 08h36 GMT.

Inscrivez-vous maintenant pour obtenir un accès gratuit et illimité à Reuters.com

Le pays détient déjà 84% d’EDF, qui a subi des arrêts non planifiés de son parc nucléaire, des retards et des dépassements de coûts pour construire de nouveaux réacteurs, et des plafonds tarifaires imposés par le gouvernement pour protéger les ménages de la hausse des prix de l’électricité.

La guerre en Ukraine a aggravé la crise du groupe, l’obligeant à acheter de l’électricité sur le marché à des prix historiquement élevés et à la revendre moins cher à ses concurrents.

La France a déclaré que la nationalisation d’EDF augmenterait la sécurité de ses réserves énergétiques alors que l’Europe cherche des alternatives à l’approvisionnement en gaz russe.

READ  Nouvelles locales apportant Mill Cripps et autres friandises françaises à l'ancien emplacement Pooche Bistro

La hausse des prix a mis la pression sur les fournisseurs d’énergie à travers l’Europe, et l’Allemagne a décidé plus tôt ce mois-ci de sauver Uniper, le plus grand importateur de gaz de Russie. Lire la suite

La France, qui exporte habituellement de l’électricité à cette période de l’année, en importe d’Espagne, de Suisse, d’Allemagne et de Grande-Bretagne, et la crise d’approvisionnement risque de s’aggraver cet hiver. Lire la suite

« La nationalisation est finalement le seul moyen de sauver l’entreprise et d’assurer la production d’électricité », a déclaré Ingo Spisch, responsable du développement durable et de la gouvernance d’entreprise chez Deka Investment, qui détient une petite participation dans EDF. C’est une étape amère mais nécessaire. »

Alors que l’agence de notation S&P estime que la dette d’EDF pourrait atteindre près de 100 milliards d’euros cette année, l’un des obligataires du groupe a déclaré que le projet d’acquisition était un signe bienvenu de la part du gouvernement.

Cependant, le détenteur d’obligations a ajouté qu’il reste encore beaucoup à faire pour stabiliser le bilan.

Un banquier proche du dossier a déclaré que l’État, qui a fourni l’essentiel de l’augmentation de capital de 3 milliards d’euros à EDF au printemps, devrait bientôt injecter davantage d’argent.

EDF a été coté à la Bourse de Paris en 2005 à 33 € par action, de sorte que les investisseurs qui achèteraient l’action à ce moment-là subiraient une énorme perte.

Cependant, les analystes ont noté que le gouvernement n’aurait besoin d’acquérir que 90% de la propriété d’EDF pour pouvoir l’amortir.

« Nous pensons que l’offre semble attrayante et a un fort potentiel de succès », a déclaré l’analyste de City, Pyotr Dzichiulovsky, dans une note.

READ  Le patron français de Roland Berger, Eric Jemmore, démis de ses fonctions de dîner

L’offre d’achat sera soumise au régulateur des changes début septembre. Une source au ministère des Finances a indiqué que le gouvernement français vise à achever la radiation du groupe d’ici fin octobre.

Des sources ont déclaré à Reuters la semaine dernière que le gouvernement paierait près de dix milliards d’euros pour acheter les 16% d’EDF qu’il ne possède pas déjà, en tenant compte des obligations existantes et d’une prime d’actionnaire minoritaire.

(1 dollar = 0,9846 euro)

Inscrivez-vous maintenant pour obtenir un accès gratuit et illimité à Reuters.com

Reportage complémentaire de Dominic Vidalon, Elizabeth Pinault et Julian Ponthos à Paris et Caroline Kohn à Londres. Écrit par Silvia Aloisi; Montage par Jean Harvey

Nos critères : Principes de confiance de Thomson Reuters.