octobre 18, 2021

7seizh

Dernières nouvelles et nouvelles du monde de 7 Seizh sur les affaires, les sports et la culture. Nouvelles vidéo. Nouvelles des États-Unis, d'Europe, d'Asie-Pacifique, d'Afrique, du Moyen-Orient, d'Amérique.

La France rappelle les ambassadeurs des États-Unis et de l’Australie pour la prolongation de l’accord sur les sous-marins

Le ministre français des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian assiste à une conférence de presse conjointe le 10 septembre 2021 à l’Université de Bahas à Weimar, en Allemagne.

PARIS / CANBERRA / WASHINGTON, 17 septembre (Reuters) – La France a plongé vendredi dans une crise diplomatique sans précédent avec les Etats-Unis et l’Australie, rappelant ses ambassadeurs auprès de l’accord de sécurité trilatéral qui a rompu l’accord sur les sous-marins de conception française avec Canberra. .

Le ministre des Affaires étrangères Jean-Yves Le Trian a déclaré dans un communiqué que la rare décision prise par le président français Emmanuel Macron était due à “l’attrait exceptionnel” du dossier.

Jeudi, l’Australie a annoncé qu’elle résilierait un contrat de 40 milliards de dollars pour construire un sous-marin conventionnel pour la marine française en 2016, au lieu de construire au moins huit sous-marins nucléaires avec la technologie américaine et britannique après avoir attaqué l’alliance de sécurité trilatérale. La France l’a poignardé dans le dos.

Des sources diplomatiques en France affirment que c’est la première fois que Paris rappelle ses propres ambassadeurs.

L’Australie a déclaré qu’elle regrettait le rappel samedi matin et qu’elle appréciait les relations avec la France et continuerait à s’engager avec Paris sur d’autres questions.

“L’Australie comprend la profonde déception de la France face à notre décision, qui est conforme à nos intérêts de sécurité nationale clairs et informés”, a déclaré la porte-parole du ministre des Affaires étrangères Maurice Payne.

Le porte-parole du département d’État américain Netflix a déclaré que la France était un “allié clé” et que les États-Unis s’efforceraient de résoudre les différends dans les prochains jours.

READ  Quand commence-t-il et comment suivez-vous chaque étape en direct à la télévision ?

La déclaration du ministère français des Affaires étrangères ne faisait aucune mention de la Grande-Bretagne, mais des sources diplomatiques ont déclaré que la Grande-Bretagne était un opportuniste dans l’examen de l’accord.

“Nous n’avons pas besoin de consulter notre ambassadeur (britannique) pour décider quoi faire ou quoi faire à ce sujet”, a ajouté la source.

Le Trian a déclaré que l’accord était inacceptable.

“(L’annulation du (projet) (…) et l’annonce d’un nouveau partenariat avec les Etats-Unis crée un comportement inacceptable entre partenaires et alliés, pour commencer l’étude d’une future coopération possible sur les sous-marins nucléaires”, a-t-il déclaré dans un communiqué. .

Ses effets « affecteront directement notre vision de nos alliances, notre partenariat et l’importance indo-pacifique pour l’Europe », a-t-il ajouté.

Point bas

La ligne est le point le plus bas dans les relations entre l’Australie et la France depuis 1995, lorsque Canberra s’est opposé à la décision de la France de reprendre les essais nucléaires dans le Pacifique Sud et a rappelé son ambassadeur pour consultations.

Vendredi, le Premier ministre australien Scott Morrison a rejeté les critiques françaises selon lesquelles le nouvel accord n’avait pas été averti et a déclaré que l’équipe navale australienne avait évoqué la possibilité de pourparlers avec le président français sur l’opportunité d’annuler l’accord.

Morrison a insisté auprès de Macron en juin sur le fait que l’Australie avait changé d’avis.

“J’ai précisé que nous avons eu un long dîner à Paris et que nos principales préoccupations concernaient les capacités des sous-marins conventionnels à gérer le nouvel environnement stratégique auquel nous sommes confrontés”, a-t-il déclaré à la radio 5aa.

READ  Le sud de la France rencontre le parc sud

“J’ai dit très clairement qu’il appartenait à l’Australie de prendre une décision dans notre intérêt national.”

Alors que les États-Unis et leurs alliés recherchent un soutien supplémentaire en Asie et dans le Pacifique, la crise des relations multilatérales suscite des inquiétudes quant à l’influence plus stable de la Chine.

La France est sur le point d’assumer la direction de l’Union européenne, qui a dévoilé jeudi sa stratégie pour l’Indo-Pacifique, exigeant un accord commercial avec Taïwan et promettant d’envoyer davantage de navires sur des routes maritimes ouvertes.

Le secrétaire d’État américain Anthony Blingen a cherché jeudi à réprimer l’opposition française, qualifiant la France de partenaire clé dans la région.

Pierre Morgos, un collègue qui visite le Centre d’études stratégiques et internationales de Washington, a déclaré que la décision de la France était “historiquement importante”.

“Des paroles prometteuses comme celle entendue hier par le secrétaire Blingen ne suffisent pas pour Paris – surtout après que les responsables français ont appris que l’accord était en cours depuis des mois”, a-t-il déclaré.

Rapport de Colin Backham, John Irish et David Bronstrom; Montage par Robert Brussel, David Gregorio et Sonia Hepinstall

Nos normes : Politiques de la Fondation Thomson Reuters.