septembre 24, 2022

7seizh

Dernières nouvelles et nouvelles du monde de 7 Seizh sur les affaires, les sports et la culture. Nouvelles vidéo. Nouvelles des États-Unis, d'Europe, d'Asie-Pacifique, d'Afrique, du Moyen-Orient, d'Amérique.

La France saisit un navire soupçonné d’avoir violé les sanctions contre la Russie

PARIS (Reuters) – La police navale française a saisi samedi un navire que les autorités soupçonnent d’appartenir à une société russe visée par les sanctions de l’Union européenne à cause de la guerre en Ukraine, a déclaré à Reuters un responsable du gouvernement.

Le capitaine Véronique Magnin, du district maritime français, a déclaré que le cargo transportant les voitures, qui se rendait à Saint-Pétersbourg, était « fortement suspecté d’être lié aux intérêts russes visés par les sanctions ».

Le navire a été dérouté vers le port de Boulogne-sur-Mer dans le nord de la France entre 03h00 et 04h00 (02h00-03h00 GMT), a indiqué Magnin, ajoutant que les douaniers procédaient à des inspections et que l’équipage du navire « coopérait… « 

Inscrivez-vous maintenant pour obtenir un accès gratuit et illimité à Reuters.com

L’agence d’information russe a cité l’ambassade disant que l’ambassade de Russie en France demandait des éclaircissements aux autorités concernant la saisie. Lire la suite

Le journal français La Voix Du Nord, qui a rapporté la nouvelle en premier, a déclaré que le navire était un « Baltic Leader », qui, selon marinetraffic.com, navigue sous pavillon russe.

Magnin a déclaré que la société propriétaire du navire appartient à un homme d’affaires russe qui figure sur la liste des personnes sanctionnées de l’Union européenne.

Les pays de l’Union européenne ont convenu vendredi de geler les avoirs européens du président russe Vladimir Poutine et de son ministre des Affaires étrangères afin de punir la Russie pour l’attaque contre l’Ukraine. Une longue liste de personnes sanctionnées a été dressée au début du mois. Lire la suite

(Reprise) Écrit par Pascal Rossignol Écrit par Tassilo Hamel Montage par Mark Potter

Nos critères : Principes de confiance de Thomson Reuters.