mai 16, 2022

7seizh

Dernières nouvelles et nouvelles du monde de 7 Seizh sur les affaires, les sports et la culture. Nouvelles vidéo. Nouvelles des États-Unis, d'Europe, d'Asie-Pacifique, d'Afrique, du Moyen-Orient, d'Amérique.

La France satisfaite de la réaction de l’ONU sur la Nouvelle-Calédonie

La France affirme que la Commission des Nations Unies sur la décolonisation a accueilli favorablement une invitation à la Nouvelle-Calédonie après que la troisième région a refusé l’indépendance de la France en décembre.

L’invitation a été adressée au ministre français des Affaires étrangères, Sébastien Licornu, qui a informé la commission à New York la semaine dernière.

M. Licornu a déclaré que si la série de référendums s’était achevée dans le cadre de l’accord de Nouméa, ils ne représentaient qu’une étape dans le processus entamé en 1988.

Il a déclaré qu’il fallait désormais sortir de la logique des politiques indépendantistes et anti-indépendantistes et ouvrir plutôt une nouvelle page de discussions pour construire un cadre institutionnel commun.

La France veut organiser un autre référendum en juin de l’année prochaine sur une nouvelle loi, encore à décider, pour la Nouvelle-Calédonie au sein de la France.

En décembre, plus de 96 % des électeurs ont rejeté l’indépendance lors du troisième et dernier référendum, au cours duquel une majorité d’électeurs s’est abstenue.

Les partis indépendantistes ont boycotté le vote après que Paris a rejeté les inquiétudes concernant l’impact de la pandémie et a refusé de retarder le référendum.

Des politiciens indépendantistes se sont rendus au siège des Nations Unies quelques jours avant le vote, leurs partis ayant rejeté le résultat du référendum comme illégitime.

Ils ont dit qu’ils ne discuteraient de la voie à suivre qu’une fois que la France aurait ses élections présidentielles, et qu’ensuite ils ne parleraient que des conditions d’accession à l’indépendance.

La Nouvelle-Calédonie est inscrite depuis 1986 sur la liste des pays à décoloniser des Nations Unies.

Les Nations Unies ont observé les trois référendums en Nouvelle-Calédonie, qui ont été organisés et administrés par la France.