juillet 4, 2022

7seizh

Dernières nouvelles et nouvelles du monde de 7 Seizh sur les affaires, les sports et la culture. Nouvelles vidéo. Nouvelles des États-Unis, d'Europe, d'Asie-Pacifique, d'Afrique, du Moyen-Orient, d'Amérique.

La lutte pour les droits des travailleurs à Bruxelles s’intensifie avant la présidence française de l’UE – EURACTIV.fr

La lutte pour les droits des travailleurs à Bruxelles s’intensifie : le Parlement européen s’apprête désormais à entamer des négociations sur un ordre de salaire minimum et à voter un nouveau rapport exhortant la Commission européenne à légiférer.

Jeudi 25 novembre, les législateurs de l’UE ont décidé d’entamer des négociations sur une ordonnance garantissant un salaire minimum juste et adéquat pour tous les travailleurs de l’UE. Ils voteront lors de la prochaine Plénière. »La démocratie au travailDans le rapport, la commission devrait présenter son plan pour les travailleurs des plateformes le 8 décembre.

Une action soudaine a éclaté au sujet des droits des travailleurs avant l’accession de la France à la présidence tournante de six mois de l’UE par la Slovénie le 1er janvier.

« La France est prête à faire avancer l’agenda social pour lequel nous nous battons depuis quatre ans », a déclaré le président français Emmanuel Macron aux journalistes en mai.

« Le moment est venu de commander une nouvelle structure qui renforcera efficacement la voix des travailleurs », a déclaré Gabriel Biscoff, un législateur socialiste qui est le porte-parole du Parlement européen pour le rapport « La démocratie au travail ».

Alors que le monde du travail évolue, a-t-il déclaré à EURACTIV, « nous voulons permettre aux travailleurs de participer activement à la conception de ces doubles changements et de ne pas être l’objet de ces changements ».

Le rapport souligne la nécessité de renforcer les lois de l’UE, « pour garantir que l’information et la consultation font partie intégrante de la prise de décision de l’entreprise à tous les niveaux », a déclaré à EURACTIV le député européen vert Terry Reintke.

READ  La Polynésie française et la stratégie indo-pacifique de la France - Diplomatique

Bischoff a déclaré qu’il devrait être facile d’obtenir l’approbation complète de la Chambre maintenant que le rapport bénéficie d’un large soutien au sein de la commission parlementaire de l’emploi et des affaires sociales.

« Si ce rapport aboutit en séance plénière, la Commission sera appelée à soumettre une proposition juridique dans un proche avenir », a-t-il expliqué.

Dans son discours inaugural devant le Parlement, la présidente de la commission Ursula van der Leyen « a promis de répondre par un acte législatif lorsqu’une majorité de membres du PE approuve une résolution », a-t-il ajouté.

La lutte du salaire minimum

Le soi-disant deuxième document important sur les droits des travailleurs à Bruxelles Ordonnance sur le salaire minimum Proposé en 2020.

Les salaires minimums mensuels varient considérablement à travers l’UE, de 312 € en Bulgarie à 2 142 au Luxembourg ; Selon une conférence du Parlement européen, Quelque chose que les législateurs ont essayé d’aborder dans une déclaration qui a été votée en plénière.

« L’augmentation du salaire minimum dans toute l’Europe fait partie de notre manifeste électoral », a déclaré Agnes Jongerius, députée européenne du groupe Socialistes et Démocrates (S&D), co-auteur du rapport.

Le mandat du Parlement européen a été établi le 25 novembre lors de négociations avec le Conseil, à la suite d’un large soutien à la déclaration sur le salaire minimum.

La position de négociation du Parlement sera centrée sur la conviction que « le salaire minimum doit garantir un niveau de vie décent » et le renforcement de la négociation collective dans les pays comptant moins de 80 % de travailleurs, les privilèges nationaux et l’autonomie des partenaires sociaux. Déterminer les salaires.

READ  Liste des résultats Très Chic Provençal pour 2022

Mais la campagne pour un ordre de salaire minimum a été critiquée par les syndicats nordiques et les législateurs européens parce qu’ils craignent l’érosion de leur modèle de marché du travail.

Afin d’entamer les négociations avec enthousiasme, les ministres des pays de l’UE doivent parvenir à une position commune au sein du Conseil. Une position commune était initialement attendue lors de la présidence du Conseil portugais au premier semestre 2021, et est désormais attendue lors de la présidence française, qui débute en décembre ou janvier 2022.

Les socialistes danois et suédois se battent contre le salaire minimum

L’ordre sur le salaire minimum est un objectif politique clé pour les sociaux-démocrates européens, mais les partis de gauche et les syndicats au Danemark et en Suède y voient une menace pour leur modèle de marché du travail. Ils ont recueilli suffisamment de signatures pour voter lors de la réunion du Parlement européen en novembre.

Coup de pied conditions de travail

Il y a un autre gros dossier de politique sociale qui retiendra l’attention de l’UE : le 8 décembre, la Commission devrait proposer une législation accordant des droits égaux aux soi-disant travailleurs des plateformes.

Les employés de plate-forme sont un phénomène récent où des plates-formes numériques, souvent basées sur des applications, telles qu’Uber, Lieferando ou le turk mécanique d’Amazon connectent les travailleurs à leurs clients et leur fournissent un service payant.

Bien que les entreprises vantent leur modèle commercial comme étant « flexible » et « inclusif », les législateurs européens sont inquiets. « La flexibilité, oui, mais pas au détriment de la sécurité sociale », a déclaré à EURACTIV la députée européenne Sylvie Brunett (Renouvellement).

READ  La présidence française de l'UE peine à réformer l'asile

Uber, contacté par EURACTIV, affirme qu’il soutient les efforts visant à renforcer le travail indépendant – avec des normes minimales à l’échelle de l’industrie protégeant tous les travailleurs de la plate-forme – plutôt que de l’éliminer.

Alors que les sites menacent de licencier des travailleurs ou de paralyser leurs opérations européennes, la Commission doit compromettre les intérêts de l’industrie et des travailleurs.

Une porte-parole de la commission a déclaré à EURACTIV que « l’objectif de la Commission avec la proposition proposée est d’assurer des conditions de travail décentes aux personnes travaillant sur les plateformes, tout en soutenant le développement durable des plateformes de travail numérique dans l’UE ».

[Edited by Frédéric Simon]