octobre 2, 2022

7seizh

Dernières nouvelles et nouvelles du monde de 7 Seizh sur les affaires, les sports et la culture. Nouvelles vidéo. Nouvelles des États-Unis, d'Europe, d'Asie-Pacifique, d'Afrique, du Moyen-Orient, d'Amérique.

La police arrête les derniers manifestants anti-vaccins sur le pont américano-canadien

Mis à jour il y a 12 heures

Aujourd’hui, la police est intervenue pour dégager et arrêter les manifestants restants près d’un pont frontalier clé entre les États-Unis et le Canada, essayant de mettre fin à l’une des manifestations les plus importantes à avoir éclaté à travers le Canada et le monde contre les mandats de vaccin Covid-19 et d’autres restrictions.

La police de Windsor a déclaré que des arrestations étaient en cours et que des véhicules étaient remorqués juste après l’aube près du pont Ambassador reliant Detroit et Windsor, en Ontario – le passage frontalier le plus achalandé vers les États-Unis. Des images télévisées montraient des officiers détenant les manifestants.

Deux camionnettes et moins d’une douzaine de manifestants ont bloqué la route menant au pont avant que la police n’intervienne. Par la suite, des barricades de police sont restées et il n’était pas immédiatement clair quand le pont pourrait être rouvert.

Hier, la police avait persuadé les manifestants de déplacer leurs camionnettes et autres voitures qu’ils avaient utilisées à l’entrée du passage qui voit 25% de tous les échanges entre les deux pays, bien qu’il soit resté fermé.

Dans la capitale, Ottawa, les rangs des manifestants ont grossi pour atteindre ce que la police a qualifié de 4 000 manifestants.

La ville a vu cela les week-ends derniers, et de la musique forte a joué alors que les gens se pressaient dans le centre-ville où des manifestants anti-vaccins campent depuis fin janvier.

Les protestations sur le pont, à Ottawa et ailleurs, se sont répercutées au-delà du pays, avec des convois inspirés de la même manière en France, en Nouvelle-Zélande et aux Pays-Bas, et le département américain de la sécurité intérieure avertissant que des convois de camions pourraient être en vue aux États-Unis. .

READ  Facebook, WhatsApp et Instagram affectés en raison d'une panne de courant pour les clients de Vodafone Ireland

Une ancienne ministre du cabinet du premier ministre canadien Justin Trudeau a pris la décision inhabituelle d’appeler ses anciens collègues fédéraux ainsi que la province et la ville pour ne pas avoir mis fin aux manifestations.

Les manifestants font face à la police alors que les agents appliquent une injonction contre leur manifestation au pont Ambassador en Ontario.

Source : Nathan Denette/La Presse canadienne via AP

« Étonnamment, il n’y a pas qu’Ottawa. C’est la capitale nationale », a tweeté Catherine McKenna.

« Mais personne – ni la ville, ni la province, ni le gouvernement fédéral ne peut sembler s’unir pour mettre fin à cette occupation illégale. C’est épouvantable. Rassemblez-vous. À présent. »

Trudeau a jusqu’à présent rejeté les appels à recourir à l’armée, mais a déclaré que « toutes les options sont sur la table » pour mettre fin aux manifestations qui ont affecté l’économie des deux côtés de la frontière. Le premier ministre a qualifié les manifestants de « frange » de la société canadienne.

La police d’Ottawa a déclaré hier dans un communiqué qu’un centre de commandement conjoint avait été mis en place avec la Police provinciale de l’Ontario et la Gendarmerie royale du Canada. Ils ont déclaré que cela renforcerait les capacités d’application de la loi qui avaient été limitées par «des problèmes de sécurité – résultant d’un comportement agressif et illégal de nombreux manifestants – des capacités d’application de la loi limitées».

La police a publié plus tôt une déclaration qualifiant la manifestation d’occupation et disant qu’elle attendait des renforts avant de mettre en œuvre un plan pour mettre fin aux manifestations.

READ  Site d'évaluation de la police après rapport de crâne

Le maire d’Ottawa, Jim Watson, a déclaré la semaine dernière l’état d’urgence pour la capitale, où des centaines de camions sont restés devant les édifices du Parlement et des manifestants de toilettes avaient installé des portables devant le bureau du premier ministre où le cortège de Trudeau se gare habituellement.

#Journalisme ouvert

Pas de nouvelles, mauvaises nouvelles
Soutenez la revue

Ton contributions nous aidera à continuer à livrer les histoires qui sont importantes pour vous

Soutenez-nous maintenant

featureimage

Les policiers tiennent une ligne alors que les manifestants contre les restrictions de Covid-19 défilent à Windsor, en Ontario.

Source : Nathan Denette/La Presse canadienne/AP

Même après le retrait des véhicules des manifestants, des centaines d’autres sont arrivés pour renforcer la foule et se sont installés dans une confrontation avec la police à environ deux pâtés de maisons, agitant des drapeaux et criant. Bien qu’il n’y ait pas eu d’affrontements physiques visibles, la foule contrôlait toujours la route menant au pont.

Vendredi, un juge a ordonné la fin du blocage de quiconque, principalement des camionnettes et des voitures, et le premier ministre ontarien Doug Ford a déclaré l’état d’urgence, autorisant des amendes de 100 000 dollars canadiens (69 000 €) et jusqu’à un an de prison pour blocage illégal. Routes, ponts, trottoirs et autres infrastructures essentielles.

Le pont étant fermé, les usines automobiles des deux côtés ont été contraintes de fermer ou de réduire leur production.

L’impasse est survenue à un moment où l’industrie a déjà du mal à maintenir la production face aux pénuries de puces informatiques induites par la pandémie et à d’autres perturbations de la chaîne d’approvisionnement.

READ  Panique alors que des centaines de clients sont évacués en raison d'une «fuite de gaz» provoquant l'étouffement des parkings alors que les acheteurs fuient

Alors que les manifestants dénoncent les mandats de vaccination pour les chauffeurs de camion et d’autres restrictions de Covid-19, de nombreuses mesures de santé publique du Canada, telles que les règles relatives aux masques et les passeports de vaccination pour entrer dans les restaurants et les théâtres, tombent déjà alors que la poussée d’Omicron se stabilise.

Les restrictions en cas de pandémie ont été plus strictes au Canada qu’aux États-Unis, mais les Canadiens les ont largement soutenues. La grande majorité des Canadiens sont vaccinés et le taux de mortalité du Covid-19 est le tiers de celui des États-Unis.