décembre 4, 2022

7seizh

Dernières nouvelles et nouvelles du monde de 7 Seizh sur les affaires, les sports et la culture. Nouvelles vidéo. Nouvelles des États-Unis, d'Europe, d'Asie-Pacifique, d'Afrique, du Moyen-Orient, d'Amérique.

La veuve d’un homme décapité inculpée après 26 ans de meurtre

Les autorités françaises ont accusé une femme d’avoir participé au meurtre de son mari près de 27 ans après qu’il a été retrouvé décapité dans un crime qui n’a pas été résolu depuis.

Christophe Doerr, 28 ans, a été retrouvé décapité le jour de Noël 1995 autour de la ville de Bossier en Auvergne, dans le centre de la France.

La veuve de 56 ans, dont le nom n’a pas été dévoilé, a été placée en garde à vue mardi puis mise en examen par un juge aujourd’hui, a indiqué le procureur régional Eric Neveu.

« Des preuves crédibles et cohérentes indiquent sa complicité dans le meurtre de Christoph Doerr », a-t-il déclaré aux journalistes, ajoutant qu’elle était accusée de meurtre et risquait 30 ans de prison si elle était reconnue coupable.

Il a souligné que « les enquêtes doivent se poursuivre pour identifier et arrêter les autres personnages », notant que les éléments indiquaient que la femme « n’était pas seule durant ce processus ».

Il a précisé qu’aucune autre information ne pouvait être publiée à ce stade, mais a déclaré qu’il n’avait pas fourni « d’explications crédibles ».

Cette décision intervient après que le corps de M. Doerr a été exhumé en avril pour de nouveaux examens. M. Nevo a expliqué que la veuve avait nié lors de son interrogatoire toute implication dans le meurtre.

M. Doire a disparu le 16 décembre 1995, après avoir passé la soirée avec son frère. Il est parti juste avant minuit en disant qu’il irait pêcher le lendemain.

Sa voiture a été retrouvée mais il n’y avait aucune trace de lui jusqu’à ce que les pêcheurs trouvent son corps dans un fossé. Il était reconnu pour ses papiers et les vêtements qu’il portait.

READ  Les écoles et les crèches recevront 72 millions d'euros pour aider à limiter la propagation du COVID-19

Des poursuites ont été ouvertes deux fois contre les suspects, en 2000 et 2002, mais ont été abandonnées à chaque fois et le crime est resté pendant des années l’un des cas froids les plus notoires de France.