novembre 30, 2022

7seizh

Dernières nouvelles et nouvelles du monde de 7 Seizh sur les affaires, les sports et la culture. Nouvelles vidéo. Nouvelles des États-Unis, d'Europe, d'Asie-Pacifique, d'Afrique, du Moyen-Orient, d'Amérique.

La victoire électorale de Le Pen serait désastreuse pour la France et l’Europe

Emmanuel Macron, photographié en 2016 lors d’une visite à Sciences Po à Paris.Crédit : Alain Jocard/AFP/Getty

Dans moins d’une semaine, le président français Emmanuel Macron affrontera la dirigeante d’extrême droite Marine Le Pen au second tour de l’élection présidentielle. La dernière fois que cela s’est produit, en 2017, Macron a confortablement gagné, avec une marge de 66 % contre 34 % pour Le Pen. Mais cette fois, les sondages s’attendent à ce que la course soit plus difficile.

Macron a eu du mal à tenir sa promesse d’un nouveau type de présidence après son parti nouvellement formé à l’époque La République En Marche ! (République en avant !) Il a écrasé les deux principaux partis de droite et de gauche en France lors d’un scrutin en 2017. Macron est désormais moins populaire auprès des électeurs, probablement des universitaires et des étudiants. Et Lupin qui conduit Assemblée nationale Le Rassemblement national vise à convaincre ceux qui hésitent encore de la nécessité de le soutenir.

Le drapeau n’est pas souvent un facteur important dans les élections françaises, et ce n’est pas différent. Mais Le Pen a fait appel aux universitaires en s’engageant à annuler les réformes controversées des institutions de recherche adoptées entre 2007 et 2009 par le président de centre-droit Nicolas Sarkozy – ce que Macron a poursuivi. Les deux présidents ont cherché à aligner plus étroitement les universités françaises, les systèmes de recherche et de financement avec leurs homologues des États-Unis et du Royaume-Uni en donnant plus d’autonomie aux universités; améliorer les liens entre les universitaires et les entreprises ; et accroître le soutien financier aux entreprises à forte intensité de recherche.

READ  Le deuxième titre français pour Sion

Sarkozy a modifié la loi afin que les bailleurs de fonds et les administrations universitaires aient une plus grande autonomie dans la prise de décisions. Son gouvernement a également offert de généreux allégements fiscaux aux entreprises qui investissent dans la recherche et le développement. Ces réformes, cependant, sont impopulaires auprès de nombreux chercheurs, et la promesse de Le Pen de les abandonner pourrait être attrayante pour les universitaires qui, autrement, n’envisageraient pas de voter pour elles, ont déclaré des chercheurs étudiant le système de recherche français. tempérer la nature.

Problèmes de précision

Le pays considère le système de recherche français comme un département gouvernemental – les universitaires sont classés comme des fonctionnaires, des postes qui reçoivent des pensions généreuses et une protection contre les employeurs qui placent trop de travail.

Les réformes signifiaient que les universités seraient en mesure de modifier les contrats des chercheurs, et de nombreux universitaires n’ont pas accueilli favorablement ces changements, en partie en raison du risque de rendre l’embauche plus risquée ou de modifier les termes et conditions d’un emploi. Des milliers de personnes sont descendues dans la rue pour protester. Certains législateurs se sont également demandé si les entreprises avaient vraiment besoin d’un soutien gouvernemental pour la recherche – l’un des plus élevés de l’Union européenne, d’une valeur d’environ 5,7 milliards d’euros (6,2 milliards de dollars) par an – pour stimuler leur propre recherche et développement.

Le Pen a déclaré qu’elle annulerait ces changements et utiliserait une partie de l’argent économisé grâce aux crédits d’impôt pour augmenter les dépenses publiques consacrées à la science. Dans un entretien écrit ce mois-ci avec Patrick Lemerre, président du Conseil des sociétés académiques savantes françaises de Rennes, elle a déclaré : « L’Etat va augmenter le budget de la recherche publique, notamment en récupérant une partie du crédit d’impôt recherche. »

READ  La France forcera les publicités automobiles à promouvoir le vélo et la marche

Bien que la politique de Le Pen sur les réformes de Sarkozy puisse être bien accueillie par certains universitaires, le programme plus large du gouvernement pour l’Assemblée nationale sera tout sauf cela. Premièrement, la politique du parti sur la restriction de l’immigration est susceptible d’affecter la coopération avec les universitaires d’autres pays. Les minorités seront confrontées à une grave discrimination sous le règne de Le Pen. Par exemple, elle a déclaré vouloir interdire le port du foulard en public en élargissant la loi interdisant le port du foulard dans les écoles.

Tensions vives dans l’Union européenne

De plus, une présidence Le Pen placerait la France sur une trajectoire de collision avec l’Union européenne. Son parti a l’intention de violer les lois et réglementations européennes en limitant l’emploi ou les avantages sociaux aux citoyens de l’UE hors de France ; Retenir des paiements dans le budget de l’UE ; Mettre fin à la libre circulation des personnes entre la France et ses voisins de l’Union européenne. Les universités et les bailleurs de fonds de la recherche doivent également faire face à la possibilité que le gouvernement Le Pen cherche à restreindre la liberté académique.

Contrairement à 2017, Le Pen n’appelle pas maintenant à quitter l’UE, mais sa politique créera sans aucun doute de graves tensions avec le bloc, comme cela se produit déjà entre l’UE et la Hongrie. Plus tôt ce mois-ci, le leader d’extrême droite hongrois Viktor Orban a été réélu. Le même jour, son gouvernement a annoncé un investissement de 500 millions d’euros dans les parcs scientifiques universitaires de 20 universités. Mais deux jours plus tard, la Commission européenne à Bruxelles a lancé un processus qui pourrait conduire à la perte potentielle de la Hongrie de milliards d’euros de financement, dans le cadre de ce qu’on appelle un mécanisme de conditionnalité.

READ  La Chambre française a nommé un nouveau directeur général

Cela peut se produire si, malgré les avertissements, un État membre promulgue des lois ou des politiques incompatibles avec l’État de droit. En septembre 2020, la Commission européenne a confirmé dans son «  rapport sur l’état de droit  » que le gouvernement d’Orban s’était ingéré dans l’indépendance du pouvoir judiciaire hongrois et dans le travail de ses universités et médias, depuis son arrivée au pouvoir en 2010.

Les chercheurs doivent garder à l’esprit que tout gain à court terme en termes de financement serait complètement compensé par le désastre de la victoire de Le Pen. Et ceux qui sont mécontents des deux candidats à la présidentielle et qui envisagent de ne pas voter du tout devraient se rendre compte que cela aussi profitera probablement à Le Pen. Tout le monde devrait se tourner vers la Hongrie pour l’étude de cas de l’UE sur ce qui se passe lorsqu’un dirigeant d’extrême droite est élu.