mai 21, 2022

7seizh

Dernières nouvelles et nouvelles du monde de 7 Seizh sur les affaires, les sports et la culture. Nouvelles vidéo. Nouvelles des États-Unis, d'Europe, d'Asie-Pacifique, d'Afrique, du Moyen-Orient, d'Amérique.

La ville va revoir sa politique sur la langue française, l’avocat dit qu’il est temps de faire une mise à jour

Bien que la ville ait fait des progrès vers les services en français au cours des dernières années, la section locale de L’Ass Association canadienne-française de l’Ontario demande que ces changements soient rendus permanents en les intégrant aux politiques de la ville.

Dernière mise à jour il y a environ 22 ans, les gestionnaires de la Ville du Grand Sudbury sont chargés de réviser la Politique des services en français.

L’initiative a reçu le soutien unanime du conseil municipal la semaine dernière et devrait conduire à des recommandations de changement de politique aux élus municipaux l’année prochaine.

L’Association canadienne-française, qui a joué un rôle central dans la demande d’examen, compte parmi ceux qui devraient être pesés par la composante de participation communautaire des changements.

« Certes, nous nous voyons travailler avec la ville pour nous assurer que les gens sont impliqués, que les voix sont entendues et que nous travaillons sur la stratégie et les communications », a déclaré la PDG Joanne Jervis.

« Cela fait 22 ans », a-t-elle ajouté. « On dirait que ce serait le bon moment pour revoir la politique. »

Bien qu’elle ait dit que la ville a fait de grands progrès ces dernières années en ce qui concerne les services en français, politique actuelle tombe à court. Cela signifie que s’il existe des services bilingues en place, c’est généralement parce que la personne responsable est bilingue plutôt que parce qu’une exigence d’emploi a été créée par la politique.

« Nous comptons sur la bonne volonté et les bonnes personnes qui sont en place », a-t-elle dit, ajoutant que cela pourrait s’appliquer aussi bien aux fonctionnaires qu’aux élus, des postes qui sont connus pour changer.

READ  Les bars fermeront à 23 heures dans le sud de la France après l'escalade des cas de delta

Si ces exigences sont enracinées dans la politique, a-t-elle déclaré, il y aura une garantie plus forte qu’elles seront conservées malgré tout changement de personnel et de conseil municipal.

Elle a déclaré que la politique forte encouragerait les francophones à rester dans la communauté, car « il est important de garder cette communauté dynamique ».

«Il s’agit simplement de solidifier cela et de créer des garanties pour assurer la croissance de notre communauté», a-t-elle ajouté, notant que cela n’a pas de sens d’offrir une éducation en français et que les services locaux en français ne sont pas garantis après l’obtention du diplôme.

« La ville n’est pas seule dans cette réalité, mais avec la révision et la modernisation de la politique, j’espère que cela conduira à des discussions plus larges sur l’amélioration des services avec la communauté française », a-t-elle déclaré.

Jervis, avec le soutien unanime du conseil municipal la semaine dernière, a déclaré qu’elle était convaincue que la politique mise à jour s’appuierait sur l’élan qui s’est construit ces dernières années, ce qui a également inclus l’installation par la ville d’un drapeau franco-ontarien à un nouvel endroit chaque année dans le passé. plusieurs années.

Le drapeau franco-ontarien a été créé par le frère de Joanne Gervais, Gaitan Gervais, et Michel Dubuis. Elle a fait ses débuts à l’Université de Sudbury en 1975.

« Je pense que la plupart des gens comprennent l’importance d’offrir des services en français dans un pays bilingue », dit-elle.

« Je pense que nous avons dépassé la partie combat, mais comment mettre les choses tangibles en place pour nous aider de manière tangible à fournir des services qui répondent à notre état bilingue. »

READ  A Solei, l'eyeliner féminin français s'offre un remix "surf punk"

Cela marquera également 50 ans depuis que la ville a accueilli pour la première fois la politique de services en français et suivra des révisions similaires à la politique en fédération Et rural niveaux de gouvernement.

Une proposition de révision de la politique des services en français de la Ville a été soumise par le Ward 12 Coun. Joscelyne Landry-Altmann et Ward 6 Coun. René Lapierre.

Après la réunion, Lapierre a déclaré que l’Association canadienne franco-canadienne a déclenché la discussion et devrait rester engagée pendant la phase de consultation publique.

« Je pense que c’est une bonne idée de revenir sur quelque chose d’ancien et de voir où nous devons peaufiner ou mettre à jour ou changer ou quoi que ce soit », a-t-il déclaré.

En ce qui concerne Statistique Canada, 38,7 % de la population est bilingue et 25,6 % de la population considère le français comme sa langue maternelle. Seulement 0,8 % de la population, soit 1 300 résidents du Grand Sudbury, ne parlent que le français.

Tyler Clark couvre le conseil municipal et la politique pour Sudbury.com.