Connect with us

Top News

L’accord de filiale française pourrait être à nouveau sur la table

Published

on

L’accord de filiale française pourrait être à nouveau sur la table

Ce matin, je suis tombé sur une vieille chanson que j’ai entendue pour la première fois depuis de nombreuses années, ne jamais dire jamais, ce qui est idéal pour la géopolitique d’aujourd’hui. Cela pourrait arriver dans le cas de l’accord franco-australien sur les sous-marins diesel-électriques. Même si cela aurait semblé impossible il y a encore quelques mois. Pour reprendre les mots de Mark Twain, « la vérité est plus étrange que la fiction, mais c’est parce que l’imagination est obligée de s’accrocher aux possibilités ; la vérité ne l’est pas ».

Selon les médias français, Emmanuel Macron tire les ficelles et tente à nouveau de vendre des sous-marins à l’Australie. Cela n’a pas été une surprise. Les patrons français font office de commerciaux pour l’industrie française de l’armement.

Je me souviens que l’ancien président François Hollande avait signé il y a quelques années à l’Elysée la vente d’avions de chasse Rafale à l’Inde. Cela s’explique par une longue histoire de liens étroits entre l’État français et les grandes entreprises privées, et compte tenu de l’expérience professionnelle antérieure d’Emmanuel Macron en tant que banquier privé auprès de clients de premier plan, cela n’est pas surprenant.

Pendant ce temps, lors du sommet du G20 à Bali, où il a rencontré le Premier ministre australien Anthony Albanese, le président français Emmanuel Macron a déclaré que l’offre française à l’Australie sur les sous-marins était toujours sur la table. Défendre la position de la France sur l’exportation des sous-marins conventionnels beaucoup plus tôt que les sous-marins nucléaires que Canberra est susceptible de recevoir un jour dans le cadre de l’accord AUKUS avec Londres et Washington.

READ  Le président kazakh affirme la coopération avec l'Organisation de coopération et de développement économiques et conclut sa visite en France par des accords bilatéraux

Les sous-marins français peuvent être en Australie quel que soit l’accord AUKUS

L’Australie fait face à une situation géopolitique de plus en plus complexe dans la région indo-pacifique. Considérez le lancement par la Corée du Nord le 18 novembre 2022 d’un missile balistique qui, selon le Japon, pourrait atteindre le continent américain, malgré les 6 442 miles (10 367 km) qui séparent les deux pays.

C’est beaucoup plus que la distance de 4 532 milles (7 293 km) entre la Corée du Nord et l’Australie. Par conséquent, le délai de livraison des sous-marins est essentiel pour la sécurité nationale de l’Australie. Par ailleurs, un autre argument français allant dans le même sens est que Canberra peut conserver sa liberté et sa souveraineté jusqu’à l’arrivée des sous-marins nucléaires anglo-américains. Prouver, sans l’ombre d’un doute, que la gouvernance implique de prendre des décisions difficiles lorsque cela est nécessaire.

Surtout le 22 novembre 2022, soit près de neuf mois après le début de l’invasion russe de l’Ukraine, qui a conduit l’humanité dans une nouvelle ère où des opérations militaires à grande échelle ne peuvent être exclues. Bien que cela ait été un sujet tabou pendant des décennies, le jeu du pouvoir mondial a été principalement basé sur la diplomatie, les déclarations publiques, les relations publiques, la psychologie, le soft power, les exercices militaires et les négociations difficiles devant et derrière le rideau. En conséquence, la préparation des forces militaires à mener une guerre totale est devenue la nouvelle réalité du 21e siècle.

Une autre opération militaire massive pourrait commencer plus tôt que prévu

Il n’y a aucun analyste géopolitique dans le monde aujourd’hui qui puisse sous-estimer la possibilité qu’une autre opération militaire massive commence à tout moment.

Les médias internationaux ne cessent de parler de l’escalade des budgets militaires, des menaces mixtes et de la nécessité de jeter un regard neuf sur les questions de défense nationale, quel que soit le pays. Quel changement profond après une longue période de guerres asymétriques, principalement entre petits États et groupes essayant non seulement de contrôler des territoires en Afrique et au Moyen-Orient, mais aussi de répandre leur idéologie et leur façon de penser à l’étranger, sapant les pouvoirs publics et les systèmes de valeurs dans le processus. Cependant, la situation actuelle semble se diriger vers l’avenir. Une lutte à l’ancienne du XIXe siècle entre une grande puissance et un voisin plus faible basée sur des arguments et des hypothèses de style historique sur les terres perdues, dans le but de redéfinir les identités nationales. Il peut sembler que l’humanité n’a rien appris des 75 000 000 de morts de la Seconde Guerre mondiale.

READ  Francis Ngannou a dormi dans un parking pendant des mois alors qu'il était sans abri en France

Les gens retenaient leur souffle la semaine dernière lorsqu’un missile a frappé le village de Przyodo en Pologne, près de la frontière ukrainienne, tuant deux personnes. Après tout, je pensais que la Seconde Guerre mondiale n’était plus seulement un scénario fantastique, mais quelque chose de presque inévitable.

Ainsi, je pense que cela met beaucoup de pression sur les décideurs australiens lorsqu’il s’agit de décider quels sous-marins prioriser. Et si une crise majeure commençait dans les océans Indien et Pacifique alors que leur pays manque de sous-marins modernes et performants ?

La politique est définitivement l’art du compromis. Cela dit, le dilemme entre une stratégie à court terme et une stratégie à long terme semble critique, avec l’épée de Damoclès suspendue au-dessus de Canberra dans un avenir prévisible.

Le Dr Georges Tasiopoulos est un politologue franco-grec, titulaire d’un doctorat en sciences politiques de l’Université de Paris Est. Né à Athènes, il vit depuis 20 ans en France où il enseigne la géopolitique à l’Ecole Supérieure de Commerce de Paris.

Continue Reading
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Top News

Comment regarder Roland-Garros de badminton depuis l’Inde ?

Published

on

Comment regarder Roland-Garros de badminton depuis l’Inde ?

L’Inde est sur le point de faire sa marque aux Championnats de France de badminton 2024 avec une formidable équipe de onze personnes, dont le double médaillé olympique PV Sindhu.

Le prestigieux événement Super 750 de la Fédération mondiale de badminton (BWF) débutera mardi à la Porte de la Chapelle Arena à Paris, le même lieu prévu pour accueillir les épreuves de badminton des prochains Jeux olympiques de Paris en 2024.

Sindhu revient sur la tournée mondiale BWF

Tous les regards seront tournés vers PV Sindhu alors qu'elle fait son retour très attendu sur la tournée mondiale BWF à Paris. Sindhu, qui s'est récemment remise d'une longue blessure, a démontré ses prouesses aux Championnats asiatiques de badminton par équipe en Malaisie en menant l'équipe féminine indienne à une médaille d'or historique. Lors d'une finale palpitante contre la Thaïlande, Sindhu a réalisé une performance magistrale en battant la numéro 17 mondiale Subanida Katithong 21-12, 21-12. Notamment, Sindhu s'est blessée au genou lors de l'Open de France de l'année dernière lors d'un affrontement avec Katithong, qui l'a tenue à l'écart pendant près de quatre mois.

Concurrents indiens dans la division masculine

Dans la catégorie masculine, les meilleurs joueurs de tennis indiens font face à un tirage au sort difficile à Roland-Garros. Priyanshu Rajawat débutera sa campagne contre le champion en titre n°1 mondial Viktor Axelsen, tandis que l'ancien champion Kidambi Srikanth affrontera le n°14 mondial Zhou Tianqin. Lakshya Sen affrontera le Japonais Kanta Tsuneyama, vainqueur de Roland-Garros 2021, tandis que HS Prannoy, le meilleur joueur indien en simple et numéro sept mondial, affrontera le Chinois Lu Guangzhou, finaliste de l'Open de Chine de l'année dernière.

READ  Andy Murray a remporté son premier titre en près de quatre ans avant Roland-Garros

Défi Double et Qualification Olympique

Les sensations indiennes du double masculin Satwiksraj Rankireddy et Chirag Shetty concourront également pour la gloire à Paris. Bien qu’ils aient remporté le titre de Roland-Garros en 2022 et terminé deuxième en 2019, le duo a subi une défaite avant les quarts de finale l’année dernière. Ils sont déterminés à faire amende honorable lorsqu’ils affronteront les Malaisiens Ong Yeo Sin et Teo Ee Yee en huitièmes de finale.

Dans la catégorie double féminin, la paire indienne Theresa Jolie et Gayatri Gopichand, ainsi qu'Ashwini Ponnappa et Tanisha Castro, devraient s'affronter lors du match d'ouverture. Les deux équipes s’affrontent pour se qualifier pour les Jeux olympiques de Paris 2024, Roland-Garros offrant de précieux points de classement de qualification.

Qualifications pour les JO de Paris 2024

L'Open de France 2024 revêt une grande importance pour les joueurs qui visent à se qualifier pour les Jeux olympiques de Paris 2024. Avec l'ouverture de la période de qualification pour les championnats de badminton le 1er mai de l'année dernière, les joueurs s'efforcent d'accumuler des points de classement cruciaux pour gagner leur place dans le prestigieux multi -événement sportif.

Roland-Garros 2024 Badminton : équipe indienne

Simple messieurs: Kidambi Srikanth, Lakshya Sen, HS Prannoy, Priyanshu Rajawat

Simple dames: BV Sindhu

Les hommes de mon mari: Satwiksairaj Rankireddy et Chirag Shetty

Double dames: Tanisha Crasto, Ashwini Ponnappa, Tressa Jolly et Gayatri Gopichand

Comment regarder Roland-Garros Badminton 2024 depuis l’Inde ?

Sports 18 Network diffusera l'Open de France 2024 en Inde. Il peut être diffusé en direct sur l'application Jio Cinema et sur la chaîne YouTube officielle de la Fédération mondiale de badminton. Télévision BWF.

READ  Valneva, une entreprise française, a reçu l'approbation de la Commission européenne pour fournir des vaccins Covid-19


Continue Reading

Top News

Le Parlement français approuve un projet de loi qui fait de l'avortement un droit constitutionnel

Published

on

Le Parlement français approuve un projet de loi qui fait de l'avortement un droit constitutionnel

PARIS (AP) — Les législateurs français ont approuvé lundi à une écrasante majorité un projet de loi abrogeant la loi antiterroriste. Établir le droit à l’avortement Dans la Constitution française, ce qui en fait le seul pays à garantir explicitement le droit de la femme d'interrompre volontairement sa grossesse.

Cette mesure historique a été proposée par le président Emmanuel Macron pour éviter que cela ne se produise. Faire reculer le droit à l’avortement Les États-Unis en ont été témoins ces dernières années, et le vote lors d’une session extraordinaire conjointe du Parlement français a reçu de longs applaudissements parmi les législateurs.

La mesure a été approuvée par 780 voix contre 72 au château de Versailles. L'avortement bénéficie d'un large soutien en France dans la plupart des bords politiques et est légal depuis 1975.

De nombreuses parlementaires féminines présentes dans la salle ont souri largement en applaudissant. Alors qu'un petit groupe de manifestants se tenait à l'extérieur de la session conjointe, des scènes de célébrations jubilatoires ont eu lieu dans toute la France alors que les militants des droits des femmes ont salué la mesure. Macron a promis Dans les heures de Décision Dobbs de la Cour suprême des États-Unis En 2022.

La décision américaine a trouvé un écho dans le monde entier La scène politique en EuropeCe qui a amené la question à revenir dans le débat public dans certains pays, à un moment où les partis nationalistes d’extrême droite gagnent en influence.

Les deux chambres du Parlement français, l'Assemblée nationale et le Sénat, ont adopté séparément un projet de loi visant à modifier l'article 34 de la Constitution française, mais l'amendement doit être définitivement confirmé par une majorité des trois cinquièmes lors de la session extraordinaire commune. La mesure précise que « la loi détermine les conditions dans lesquelles les femmes peuvent exercer la liberté de recourir à l’avortement, qui est garantie ».

READ  Prix ​​de Diane : Christopher Head est bien décidé à aller mieux dans les Chênes français avec Blue Rose Cen | Actualités des courses

La mesure française est considérée comme une avancée par rapport à celle de l'ex-Yougoslavie, dont la constitution de 1974 stipule que « toute personne est libre de décider si elle veut avoir des enfants ». La Yougoslavie s'est disloquée au début des années 1990 et tous les États qui lui ont succédé ont adopté dans leur constitution des mesures similaires qui autorisent légalement les femmes à avorter, même si elles ne le garantissent pas explicitement.

A l'approche du vote, les Français Premier ministre Gabriel Attal Elle s'est adressée à plus de 900 législateurs réunis lors de la session conjointe à Versailles, les appelant à faire de la France un leader en matière de droits des femmes et à donner l'exemple aux pays du monde entier.

« Nous avons une dette morale envers les femmes », a déclaré Attal. Il l'a félicité Simone Ville, Éminente législatrice, ancienne ministre de la Santé et grande féministe qui, en 1975, a défendu le projet de loi dépénalisant l'avortement en France.

« Nous avons une chance de changer l'histoire », a déclaré Atal dans un discours poignant et ferme. « Rendez Simone Vale fière », a-t-il déclaré sous de vifs applaudissements.

Aucun des principaux partis politiques français n'a remis en question le droit à l'avortement, y compris le Rassemblement national d'extrême droite de Marine Le Pen et les Républicains conservateurs.

Le Pen, qui Il a remporté un nombre record de sièges Il y a deux ans, elle a déclaré lundi à l’Assemblée nationale que son parti avait l’intention de voter en faveur du projet de loi, mais a ajouté qu’« il n’est pas nécessaire d’en faire un jour historique ».

READ  Dans le sud de la France, Dior réinvente le parfum J'Adore

Un récent sondage a montré que le soutien au droit à l’avortement au sein de la population française dépasse les 80 %, ce qui est cohérent avec les sondages précédents. Le même sondage a également montré qu'une large majorité de personnes soutiennent son inclusion dans la constitution.

Environ 200 manifestants anti-avortement se sont rassemblés à Versailles avant le vote, certains portant une pancarte indiquant : « Moi aussi, j'étais un fœtus ».

Une foule plus nombreuse de militants des droits des femmes s'est rassemblée sur la place du Trocadéro, surplombant la Tour Eiffel, et a poussé un cri de joie collectif à l'annonce des résultats du vote. D’autres ont célébré dans toute la France avant même le début de la session parlementaire commune.

Sarah Durocher, leader du mouvement Planned Parenthood, a déclaré que le vote de lundi était « une victoire pour les féministes et une défaite pour les militants anti-choix ».

« Nous avons augmenté le niveau de protection de ce droit fondamental », a déclaré Anne-Cécile Melvert de la Fondation des Femmes. « C'est une garantie que les femmes d'aujourd'hui et de demain auront le droit à l'avortement en France. »

Le gouvernement a déclaré dans son introduction au projet de loi que le droit à l'avortement est menacé aux États-Unis, où l'avortement est un droit. La Cour suprême l'a annulé en 2022 Une règle de 50 ans l'aurait garanti.

« Malheureusement, cet événement n'est pas isolé : dans de nombreux pays, même en Europe, il existe des courants d'opinion qui cherchent à entraver la liberté d'une femme d'interrompre sa grossesse à tout prix si elle le souhaite », peut-on lire dans l'introduction de la législation française.

READ  Hubert Germain, le dernier du groupe d'élite des combattants anti-français, est décédé | La France

« Ce n'est peut-être pas un problème en France, où la majorité des gens sont favorables à l'avortement », a déclaré Mathilde Philippe Guy, professeur de droit spécialisée en droit constitutionnel français et américain. « Mais ces mêmes personnes pourraient un jour voter pour un gouvernement d'extrême droite, et ce qui s'est passé aux Etats-Unis pourrait se produire ailleurs en Europe, y compris en France. »

Philippe Guy a ajouté qu’inscrire l’avortement dans la Constitution française « rendra plus difficile aux futurs opposants à l’avortement de contester ces droits, mais cela ne les empêchera pas de le faire sur le long terme, avec la bonne stratégie politique ».

« Il suffit d'un instant pour que tout ce que nous pensions avoir réalisé disparaisse », a déclaré Yael Braun-Bivet, la première femme présidente du Parlement français, dans son discours à la session commune.

Modifier la Constitution est un processus ardu et un événement rare en France. Depuis sa promulgation en 1958, la Constitution française a été amendée 17 fois.

Le ministre de la Justice a déclaré que le nouvel amendement serait formellement incorporé à la Constitution lors d'une cérémonie publique vendredi place Vendôme à Paris, à l'occasion de la Journée internationale de la femme.

___

Barbara Sork a rapporté de Nice. Michel Euler à Versailles et Oleg Cetinek et Angela Charlton à Paris y ont contribué.

Continue Reading

Top News

Les législateurs français se réunissent pour un vote historique pour faire de l'avortement un droit constitutionnel

Published

on

Les législateurs français se réunissent pour un vote historique pour faire de l'avortement un droit constitutionnel

PARIS — Un projet de loi visant à inscrire le droit des femmes à l'avortement dans la Constitution française est soumis à un vote historique lundi, alors que les législateurs se sont réunis lundi pour une session conjointe du Parlement au château de Versailles.

Le président Emmanuel Macron a promis cette mesure après que le droit à l’avortement ait été annulé par des décisions de justice aux États-Unis.

Le gouvernement Macron souhaite modifier l'article 34 de la Constitution française pour stipuler que « la loi détermine les conditions dans lesquelles les femmes exercent la liberté de recourir à l'avortement, qui est une liberté garantie ».

Les deux chambres du Parlement ayant adopté le projet de loi, la session conjointe de lundi devrait être largement formelle.

« Nous avons une dette morale envers les femmes », a déclaré Attal. Il a rendu hommage à Simone Veil, l'éminente députée, ancienne ministre de la Santé et grande féministe qui, en 1975, a défendu le projet de loi dépénalisant l'avortement en France.

« Nous avons une chance de changer l'histoire », a déclaré Atal dans un discours poignant et ferme. « Rendez Simone Vale fière », a-t-il déclaré sous de vifs applaudissements.

La Chambre des représentants (Assemblée nationale) a approuvé à une écrasante majorité la proposition en janvier. Le Sénat a adopté le projet de loi mercredi, levant un obstacle majeur à la législation promise par le gouvernement Macron, qui vise à rendre « irréversible le droit des femmes à l'avortement ».

READ  Hubert Germain, le dernier du groupe d'élite des combattants anti-français, est décédé | La France

Cette mesure doit être approuvée à la majorité des trois cinquièmes en séance commune.

Aucun des principaux partis politiques français représentés au Parlement n'a remis en question le droit à l'avortement, y compris le Rassemblement national d'extrême droite de Marine Le Pen et les Républicains conservateurs. Cependant, certains législateurs ont voté contre l’inclusion du droit à l’avortement dans la Constitution lors de votes précédents dans les deux chambres.

Le Pen, qui a remporté un nombre record de sièges à l’Assemblée nationale il y a deux ans, a déclaré lundi que son parti voterait en faveur du projet de loi, mais a ajouté qu’« il n’est pas nécessaire d’en faire un jour historique ».

Le droit à l’avortement bénéficie d’un large soutien au sein de l’opinion publique française. Un récent sondage d'opinion a montré que le taux de soutien était supérieur à 80 %, ce qui est cohérent avec les sondages précédents. Le même sondage a également montré qu'une large majorité de personnes soutiennent son inclusion dans la constitution.

Des scènes de célébration se sont répandues dans toute la France avant la session commune historique du Parlement.

Sarah Durocher, leader du mouvement Planned Parenthood, a déclaré que le vote de lundi était « une victoire pour les féministes et une défaite pour les militants anti-choix ».

Les militants des droits des femmes et de l'égalité ont déclaré qu'avec l'ajout du droit à l'avortement dans la constitution, il sera très difficile d'empêcher les femmes d'interrompre volontairement leur grossesse en France.

« Nous avons augmenté le niveau de protection de ce droit fondamental », a déclaré Anne-Cécile Melvert de la Fondation des Femmes. « C'est une garantie que les femmes d'aujourd'hui et de demain auront le droit à l'avortement en France. »

READ  La France s'en prend au business du livre d'Amazon - Politico

Le gouvernement a déclaré dans son introduction au projet de loi que le droit à l’avortement était menacé aux États-Unis, où la Cour suprême a annulé en 2022 un arrêt vieux de 50 ans qui le garantissait.

L’introduction de la législation française précise : « Cet événement n’est malheureusement pas isolé : dans de nombreux pays, même en Europe, il existe des courants d’opinion qui cherchent à entraver la liberté d’une femme d’interrompre sa grossesse à tout prix si elle le souhaite. »

La décision de la Cour suprême américaine de priver les femmes de leur droit à l'avortement a eu des répercussions dans le paysage politique européen, ramenant la question dans le débat public en France à une époque de troubles politiques.

Mathilde Philippe Guy, professeur de droit spécialisée en droit constitutionnel français et américain, a mis en garde contre un relâchement de la pression sur les législateurs en faveur des droits des femmes, alors que les partis d'extrême droite – déterminés à restreindre les droits des femmes – gagnent en influence politique et sont élus pour former des gouvernements à travers l'Europe. Et dans d'autres endroits.

« Ce n'est peut-être pas un problème en France, où la majorité des gens sont favorables à l'avortement », a déclaré Philip Guy. « Mais ces mêmes gens pourraient un jour voter pour un gouvernement d'extrême droite, et ce qui s'est passé aux États-Unis pourrait se produire ailleurs dans le monde. le monde. » L’Europe, y compris la France.

Philippe Guy a ajouté qu’inscrire l’avortement dans la Constitution française « rendra plus difficile aux futurs opposants à l’avortement de contester ces droits, mais cela ne les empêchera pas de le faire sur le long terme, avec la bonne stratégie politique ».

READ  Andy Murray a remporté son premier titre en près de quatre ans avant Roland-Garros

« Il suffit d'un instant pour que tout ce que nous pensions avoir réalisé disparaisse », a déclaré Yael Braun-Bivet, la première femme présidente du Parlement français, dans son discours à la session commune.

Modifier la Constitution est un processus ardu et un événement rare en France. Depuis sa promulgation en 1958, la Constitution française a été amendée 17 fois. La dernière fois, c'était en 2008, lorsque le Parlement s'est vu accorder davantage de pouvoirs et que les citoyens français ont eu le droit de déposer leurs plaintes auprès de la Cour constitutionnelle.

___

Sorc a rapporté de Nice, France.

Continue Reading

Trending

Copyright © 2023