Connect with us

Top News

L’accord des pourparlers de paix tchadiens signé sans le principal groupe rebelle

Published

on

L’accord des pourparlers de paix tchadiens signé sans le principal groupe rebelle

Le chef militaire tchadien signera lundi un accord avec plus de 40 groupes d’opposition pour entamer des pourparlers de paix nationaux, mais le principal groupe rebelle du pays d’Afrique centrale a refusé d’y participer.

Dans le cadre de l’accord qui doit être signé dans la capitale qatarie, Doha, les pourparlers visant à ouvrir la voie aux élections présidentielles débuteront le 20 août.

Depuis mars, le Qatar sert de médiateur entre les groupes d’opposition et le gouvernement militaire dirigé par Mohamed Idriss Deby Itno, le général qui a pris le pouvoir après la mort de son père dans une bataille avec les rebelles l’année dernière.

Mais le Front pour le changement et l’accord au Tchad, le principal groupe rebelle, a déclaré qu’il ne signerait pas l’accord malgré les efforts de dernière minute des médiateurs du Qatar.

Et il a déclaré dans un communiqué publié à Doha qu’il « rejette l’accord qui sera présenté aux signataires lundi ».

Elle a ajouté que les participants au dialogue national ne seraient pas traités de manière égale et a exigé la formation d’un nouveau comité pour organiser les pourparlers et la libération des prisonniers rebelles dans les prisons gouvernementales.

Le communiqué publié par le groupe, dont le nombre de combattants est estimé entre 1 500 et 2 000, ajoute : « Mais la vérité reste disponible pour le dialogue n’importe où et n’importe quand ».

Les combattants du FACT ont mené l’attaque rebelle qui a tué le père de Deby, Idriss Deby Itno, qui avait été président pendant 30 ans.

Le Tchad a connu peu de stabilité depuis son indépendance en 1960, et les pourparlers à venir sont largement suivis car le pays est considéré comme un allié clé dans les efforts internationaux pour contrer les extrémistes islamistes qui combattent dans la région.

READ  Dégustation de vins français avec Rick Steves

Le ministère qatari des Affaires étrangères a déclaré que les pourparlers, qui se tiendront dans la capitale tchadienne, N’Djamena, chercheraient « une réconciliation nationale globale ».

Les responsables ont déclaré qu’environ 42 des 47 groupes représentés aux pourparlers de Doha signeraient l’accord.

– Les conversations « se débattent » sans vérité –

L’accord de Doha engage les signataires à un cessez-le-feu pendant les pourparlers de N’Djamena.

Le gouvernement militaire a également garanti la sécurité des chefs rebelles assistant aux pourparlers.

Le Qatar voulait que le chef du FACT, Muhammad Mahdi Ali, quitte son camp du désert en Libye pour assister à la signature.

Mais FACT et d’autres groupes affirment que les garanties n’étaient pas assez solides. Ils ont également exigé que Deby s’engage à l’avance à ne se présenter à aucune élection.

Deby, 38 ans, a promis d’organiser des élections dans les 18 mois lorsqu’il a pris ses fonctions en avril de l’année dernière.

Mais son conseil militaire a conservé le pouvoir de prolonger son régime « transitoire » de 18 mois. Mais Deby fait face à des pressions de la France, de l’Union européenne et de l’Union africaine pour respecter l’échéance d’octobre.

« Amener ces nombreux groupes à signer l’accord est un bon point de départ pour le dialogue national, mais ils auront du mal sans des groupes comme FACT », a déclaré le chef de l’un des groupes politiques qui ont accepté de signer lundi.

Le gouvernement tchadien a déclaré que plus de 1 300 représentants des groupes rebelles, de la société civile, des syndicats, des partis politiques et des responsables gouvernementaux participeront aux pourparlers de N’Djamena.

READ  Chaîne de tennis, NBC, Peacock ? Le chaos de l'Open de France laisse les fans américains à la dérive | Open de France 2022

Continue Reading
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Top News

En France, les électeurs absents se bousculent pour faire entendre leur voix lors d’élections législatives à enjeux élevés

Published

on

En France, les électeurs absents se bousculent pour faire entendre leur voix lors d’élections législatives à enjeux élevés

Les électeurs qui ne s’attendent pas à pouvoir voter en personne cherchent à faire entendre leur voix lors d’élections législatives françaises à enjeux élevés

PARIS – Les électeurs qui ne s’attendent pas à pouvoir voter en personne cherchent à faire entendre leur voix lors des élections françaises. Des élections législatives à forts enjeux En s’inscrivant par centaines de milliers pour céder le droit de vote à leurs proches et amis.

Le ministère de l’Intérieur a indiqué mardi avoir dénombré 410 000 demandes de ce type au cours de la première semaine après que le président Emmanuel Macron a annoncé le 9 juin que… Dissolution de l’Assemblée nationale française, Chambre des représentants du Parlement. Cette bombe fait suite à la défaite humiliante subie par le parti d’extrême droite du Rassemblement national aux élections au Parlement européen.

Le ministère a indiqué que ce chiffre est six fois supérieur à celui enregistré pour la même semaine lors des dernières élections législatives de 2022.

La précipitation des électeurs à remplir les documents qui permettront à d’autres personnes en qui ils ont confiance de voter à leur place lors de la première phase, le 30 juin, de l’élection à deux tours est en partie due aux contraintes de temps. La décision soudaine de Macron et le délai serré entre la dissolution du Parlement et les élections ont surpris les électeurs, dont certains avaient déjà fait d’autres projets.

READ  Chaîne de tennis, NBC, Peacock ? Le chaos de l'Open de France laisse les fans américains à la dérive | Open de France 2022

L’élection – un second tour crucial le 7 juillet – coïncide également avec le début des vacances d’été annuelles en France, lorsque des millions de personnes se rendent à la plage et ailleurs.

L’augmentation des inscriptions d’électeurs potentiels absents reflète également l’importance qu’ils accordent à l’élection, qui remodèle déjà le paysage politique français avant même que leurs votes ne soient exprimés.

La possibilité que le vote conduise à la formation du premier gouvernement d’extrême droite en France depuis l’occupation nazie pendant la Seconde Guerre mondiale a eu un impact choquant sur les opposants du Rassemblement national à gauche de la politique française. Quelques jours après l’annonce de Macron, les partis de gauche auparavant divisés ont mis de côté leurs divergences pour former une coalition pour faire face à la montée de l’extrême droite.

Avec les campagnes électorales frénétiques en cours, les électeurs se préparent déjà à choisir entre les deux camps opposés – ou le bloc centriste de Macron au milieu.

Les électeurs qui font en sorte que d’autres votent à leur place ont tendance à être politiquement engagés et bien informés, a déclaré Rémi Lefebvre, professeur de sciences politiques à l’Université de Lille, à la radio France Info. Le fait que des centaines de milliers de personnes l’aient fait indique qu’ils considèrent l’élection comme « absolument décisive dans leur agenda personnel et dans leur vie politique », a-t-il déclaré.

Lefebvre a ajouté que les risques sont « extrêmement élevés », « en raison de la perspective de victoire de l’extrême droite, qui incite les électeurs à voter ».

READ  La France riche (13 avril 2023)

Jordan Bardella, le chef du Rassemblement national qui espère devenir Premier ministre français, a appelé mardi les électeurs à donner une majorité claire à son parti.

Il existe une opportunité historique d’inverser le cours de l’histoire, de changer la politique de notre pays et de changer le cours. « Mais pour y parvenir, j’ai besoin d’obtenir la majorité absolue », a-t-il déclaré dans une interview radiophonique accordée à C News.

___

Katherine Jaschka a contribué à ce rapport.

Continue Reading

Top News

L’Armée française débute les essais en vol du NH90 destiné aux forces spéciales

Published

on

L’Armée française débute les essais en vol du NH90 destiné aux forces spéciales

Marignan – Airbus Helicopters a lancé une campagne d’essais en vol pour le prototype de l’avion NH90 Norme 2. Cette norme est l’une des dernières configurations du NH90 et est développée spécifiquement pour l’aviation de l’armée française en soutien aux opérations des forces spéciales. Le ministère français des Armées a commandé un total de 18 avions NH90 en configuration Standard 2. Les essais en vol se poursuivront jusqu’à la fin de l’année selon le calendrier convenu avec la Direction Générale de l’Armement. ).

La configuration Standard 2 comprend l’intégration du système électro-optique Safran Euroflir 410, un nouveau générateur de cartes numériques, l’accueil d’un troisième membre d’équipage et de nouvelles vitres arrière coulissantes agrandies capables d’accueillir des fusils d’autoprotection.

Les tests valideront la nouvelle conception de configuration. Le prototype NH90 Standard 2 est également équipé d’équipements mécaniques et électriques personnalisés pour le système d’ouverture distribuée (DAS) et d’un affichage numérique monté sur casque (HMSD-DD) de nouvelle génération dans le but d’une intégration future à un stade ultérieur. Ces systèmes amélioreront les capacités des forces spéciales à opérer dans des conditions extrêmement difficiles.

Ces essais en vol font partie du programme lancé en 2020 par l’Agence OTAN de gestion des hélicoptères (NAHEMA), NHIIndustries (NHI) et leurs sociétés partenaires (Airbus Helicopters, Leonardo et Fokker) pour développer et mettre à niveau 10 NH90 TTH en configuration Standard 2.

Suite au lancement du programme, en décembre 2023, NAHEMA pour le compte du Ministère des Armées français a attribué un contrat à NHIndustries pour produire huit appareils NH90 TTH supplémentaires en configuration Standard 2, renouvelant ainsi leur confiance dans le programme NH90.

READ  Comment l'Allemagne, la France et l'Italie se comparent-elles en termes d'objectifs de zéro émission nette | Les émissions de gaz à effet de serre

D’ici la fin de la décennie, l’aviation de l’armée française exploitera 81 avions NH90 TTH. Le NH90 a été livré pour la première fois à l’armée française en 2011. Soixante-trois avions NH90 TTH ont été livrés à ce jour. Il a été déployé pour la première fois au Mali en 2014 et a depuis atteint 50 000 heures de vol au total.

Les avions NH90 des Forces armées françaises sont soutenus par NHI dans le cadre du contrat conjoint de soutien opérationnel NH90 (NOS) avec l’Allemagne, un accord basé sur la performance qui délègue une partie importante de l’activité de logistique et de maintenance du pays à NHI et permet aux clients de se concentrer sur leur opérations critiques. .

NHIndustries est la plus grande coentreprise d’hélicoptères et est responsable de la conception, de la fabrication et du support de l’hélicoptère NH90, l’un des leaders de la dernière génération d’hélicoptères militaires. La société s’approvisionne en premier dans l’industrie européenne des hélicoptères et de la défense et est détenue par Airbus Helicopters (62,5 %), Leonardo (32 %) et GKN Fokker (5,5 %). Chaque entreprise possède une longue expérience dans le domaine de l’aviation et apporte le meilleur de ses compétences et de son expérience au produit final.

Continue Reading

Top News

La France « s’en prend aux chiens », l’entourage de Macron se désespère – POLITICO

Published

on

La France « s’en prend aux chiens », l’entourage de Macron se désespère – POLITICO

Le centre ne tient pas ?

Il y a aussi l’ancien Premier ministre Philippe, qui a ostensiblement gardé ses distances, disparaissant même pour respirer l’air marin du Havre, port normand dont il est devenu maire en 2020.

Philippe, qui a été Premier ministre de 2017 à 2020, était considéré comme le prochain président centriste du pays, mais est longtemps resté en colère contre sa promesse de rester « libre mais loyal » envers Macron.

Ces derniers jours, Philippe s’est distancié de manière plus affirmée du cercle restreint de Macron, qualifiant la défaite aux élections européennes de « rejet du président » et se demandant si Macron… Vous devriez participer à la campagne.

Lors des prochaines élections législatives, le groupe « Afaq » de Philippe se présentera pour la première fois comme parti distinct, ce qui signifie une certaine indépendance financière. Il a également commencé à cultiver des relations Avec les hommes politiques conservateurs des Républicains.

L’analyste politique Morell a déclaré : « La coalition du président français s’effondre rapidement, les partenaires de la coalition se séparant. »

Mais même si Philippe, qui reste populaire en raison de sa gestion de la pandémie de coronavirus, a évité la politique nationale ces quatre dernières années, il risque d’être mortellement blessé si les électeurs se retournent contre le camp de Macron.

Selon Morell, les élections législatives devraient renforcer la gauche et le Rassemblement national de Le Pen, qui sera considéré comme l’alternative la plus forte en 2027.

Il a ajouté qu’après Macron, « le centre risque de redevenir un lieu où vont mourir les politiques ». « Avec moins de législateurs et de réseaux, un candidat centriste aura du mal à remporter la présidence. »

READ  Chaîne de tennis, NBC, Peacock ? Le chaos de l'Open de France laisse les fans américains à la dérive | Open de France 2022

Continue Reading

Trending

Copyright © 2023