mai 23, 2022

7seizh

Dernières nouvelles et nouvelles du monde de 7 Seizh sur les affaires, les sports et la culture. Nouvelles vidéo. Nouvelles des États-Unis, d'Europe, d'Asie-Pacifique, d'Afrique, du Moyen-Orient, d'Amérique.

L’armée russe admet avoir tué et blessé certains de ses soldats en Ukraine

L’armée russe a déclaré que certains de ses soldats avaient été tués et d’autres blessés en Ukraine, reconnaissant pour la première fois avoir perdu la vie depuis l’invasion russe.

« Il y a des morts et des blessés parmi nos camarades », a déclaré le porte-parole du ministère russe de la Défense, le général de division Igor Konashenkov, sans fournir de chiffres, mais a ajouté que les pertes de la Russie étaient « plusieurs fois » inférieures à celles des forces ukrainiennes.

C’est la première fois que des responsables militaires russes font état de victimes de leur côté.

L’Ukraine a affirmé que ses forces avaient tué 3 500 soldats russes.

Le général de division Konashenkov a également déclaré que depuis le début de l’offensive jeudi, l’armée russe a bombardé 1 067 installations militaires ukrainiennes, dont 27 postes de commandement, des centres de communication, 38 systèmes de missiles de défense aérienne et 56 stations radar.

Ses affirmations et celles de l’Ukraine selon lesquelles ses forces ont tué des milliers de soldats russes ne peuvent être vérifiées de manière indépendante.

Le directeur général de l’Union européenne a déclaré que le bloc des 27 nations fermerait son espace aérien aux compagnies aériennes russes, financerait la fourniture d’armes à l’Ukraine et interdirait certains médias pro-Kremlin en réponse à l’invasion russe.

La présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, a déclaré que « pour la toute première fois, l’Union européenne financera l’achat et la livraison d’armes et d’autres équipements à un pays attaqué ».

Mme von der Leyen a ajouté : « Nous fermons l’espace aérien de l’UE aux Russes. Nous proposons une interdiction de tous les aéronefs appartenant à des Russes, immatriculés en Russie ou sous contrôle russe. Ces aéronefs ne pourront plus atterrir, décoller ou survoler le territoire de l’UE. « .

Elle a également déclaré que l’UE interdirait « la machine médiatique du Kremlin. Les entreprises publiques RT et Sputnik, ainsi que leurs filiales, ne pourront pas répandre leurs mensonges pour justifier la guerre de Poutine et semer la division dans notre union ».

Von der Leyen a ajouté que l’Union européenne ciblerait également le président biélorusse Alexandre Loukachenko pour son soutien à la campagne militaire à grande échelle de la Russie en Ukraine. « Nous frapperons le régime de Loukachenko avec un nouveau paquet de sanctions », a-t-elle déclaré.

pourparlers

Plus tôt dimanche, le bureau du président ukrainien Volodymyr Zelensky a annoncé que des responsables ukrainiens et russes se rencontreraient pour des entretiens dans un lieu situé à la frontière biélorusse avec l’Ukraine.

Zelensky a déclaré que les pourparlers, les premiers depuis que la Russie a déclenché une invasion à grande échelle de l’Ukraine la semaine dernière, se tiendraient sans conditions préalables et seraient le résultat d’un appel téléphonique entre lui et le président biélorusse.

READ  "Maripol est détruit, il y a des dizaines de milliers de morts"

« Nous avons convenu que la délégation ukrainienne rencontrerait la délégation russe sans conditions préalables à la frontière ukraino-biélorusse près de la rivière Pripyat », a-t-il déclaré dans un communiqué.

Cela survient alors que le président russe Vladimir Poutine a ordonné la mise en alerte des forces de dissuasion nucléaire russes au milieu des tensions avec l’Occident à propos de son invasion de l’Ukraine.

S’exprimant lors d’une réunion avec ses hauts responsables, Poutine a souligné que les principales puissances de l’OTAN avaient fait des « déclarations agressives » parallèlement à l’imposition par l’Occident de sanctions financières sévères contre la Russie, y compris le président lui-même.

Poutine a ordonné au ministre russe de la Défense et chef d’état-major de l’armée de placer les forces de dissuasion nucléaire dans un « régime spécial pour le service de combat ».