août 12, 2022

7seizh

Dernières nouvelles et nouvelles du monde de 7 Seizh sur les affaires, les sports et la culture. Nouvelles vidéo. Nouvelles des États-Unis, d'Europe, d'Asie-Pacifique, d'Afrique, du Moyen-Orient, d'Amérique.

L’Assemblée nationale reflète progressivement la « diversité de la rue française »

Les électeurs français ont élu 32 députés issus des minorités à la nouvelle Assemblée nationale, selon un décompte de France 24. Bien que cela représente une légère diminution de la représentation de la diversité par rapport à un record dans les sondages de 2017, cela indique une avancée dans le record de diversité de la France.

Les élections législatives françaises de 2022 ont vu une légère diminution de la diversité au sein de la nouvelle Assemblée nationale après un pic historique lors des élections de 2017, qui ont balayé un nombre record de législateurs d’origines ethniques diverses à la Chambre des représentants.

Selon un décompte de France 24, au moins 32 députés sur 550, soit 5,8 % des membres de l’Assemblée nationale élus lors des élections de juin, sont issus d’origines ethniques diverses, contre 35 députés élus il y a cinq ans. Ces chiffres n’incluent pas les territoires français d’outre-mer.

La collecte de données démographiques sur la base de la race étant interdite en France, il n’existe pas de statistiques officielles sur les minorités. Les chiffres de FRANCE 24 sont basés sur des tableaux adoptés il y a cinq ans : nous avons identifié les élus qui ont au moins un parent et leur origine soit d’outre-mer français, soit d’un pays non européen.

Pour les députés des territoires français d’outre-mer, nous avons inclus uniquement les élus dans les circonscriptions électorales françaises. Ainsi, par exemple, Maud Petit – une députée DMD centriste du département du Val-de-Marne près de Paris et originaire de la Martinique – a été incluse dans notre décompte.

Suivant l’approche d’il y a cinq ans, les petits-enfants pieds noirs – ou les personnes d’ascendance française ou européenne nées dans l’Algérie coloniale – ne sont pas incluses.

Cinq ans après que les électeurs français ont élu un nombre record de législateurs minoritaires, la course de 2022 a peut-être donné lieu à une légère baisse. Mais c’est la « stagnation » qui « cache les progrès », selon Patrick Lozes, président et fondateur du Conseil représentatif des associations noires de France (CRAN), une fédération faîtière des groupes de lutte contre les discriminations.

« En 2017, cela a été un effet surprenant », a déclaré Lozes, notant que le parti du président nouvellement élu Emmanuel Macron ne s’attendait pas à ce qu’il y ait beaucoup d’élus et que les nominations aient été distribuées à la hâte. Il a ajouté qu’il y a eu une diminution significative du nombre de leurs représentants cette année, et que les choses semblent se stabiliser, « en référence à l’échec du parti au pouvoir à obtenir la majorité absolue à l’Assemblée nationale ».

READ  Lambert remporte le match d'ouverture du Tour de France sous la pluie de Copenhague

Louzes, qui était candidat aux élections législatives de 2002, reconnaît les progrès accomplis au cours des 20 dernières années, alors qu’il était l’un des rares candidats issus de la diversité nommés par un grand parti français. « Depuis ce temps, les choses ont complètement évolué », a-t-il noté.

En tant que fondatrice d’un groupe œuvrant pour une plus grande diversité, Louzes déplore l’interdiction des statistiques raciales en France. Loin de dénoncer le bilan de l’État en matière de représentation des minorités, comme le pensent certains, Luzis affirme que des statistiques sur la diversité « permettraient de mesurer les progrès en la matière. différents horizons doublés. » Divers à trois reprises, et a souligné que l’Assemblée nationale reflète progressivement la diversité de la rue française.

Selon une étude réalisée en 2015 par Institut national de la statistique et des études économiques (INSEE)7,3 millions de personnes, soit 11 % de la population française, ont au moins un parent immigré.

Extrémistes de gauche de haut rang

En analysant les chiffres au niveau des partis, la France d’extrême gauche de Jean-Luc Mélenchon (La France Insoumise ou le parti LFI) compte le plus grand nombre de députés minoritaires, représentant 14,6 % – soit 11 des 77 députés LFI – dans la assemblée La nouvelle nationale.

Parmi les élues bien connues de LFI, toutes élues en région parisienne, figure Danielle Obono, une parlementaire française et gabonaise qui a conservé le siège qu’elle a remporté en 2017.

Parmi les autres figurent Sofia Chikeru, la directrice de la communication de Mélenchon d’origine algérienne, Nadej Aboumangoli, originaire du Congo-Brazzaville, et Rachel Keke, qui a fait la une des journaux lors de la course aux législatives de 2022.

Née en Côte d’Ivoire, Kiki est arrivée en France à l’âge de 26 ans en 2000. Elle faisait partie d’une vingtaine de femmes de chambre qui ont remporté une lutte acharnée contre un hôtel parisien.

Raquel Garrido, influenceuse LFI arrivée en France à l’âge de 14 ans après que ses parents ont fui la dictature chilienne dans les années 1970, a également été élue à l’Assemblée nationale, aux côtés de Rodrigo Arenas, un autre législateur d’origine chilienne.

« Certains partis sont beaucoup plus attentifs à la question de la mixité, à commencer par LFI. Le mouvement s’intéresse beaucoup aux quartiers populaires et s’est fait le porteur de leurs revendications », a déclaré Sébastien Michon, sociologue à l’Agence nationale française. Centre. Pour la Recherche Scientifique (CNRS).

READ  Cinq expériences gourmandes à Cognac, France

Une diminution de la diversité des personnalités du parti au pouvoir

D’autre part, le parti au pouvoir de Macron a connu une baisse des chiffres de la diversité cette année.

Après avoir envoyé un record de 23 députés d’horizons divers à l’assemblée il y a cinq ans, LREM – désormais appelé Ennahda – ne compte que 11 représentants d’origines ethniques diverses après le vote de 2022.

Certains des têtes de liste de LREM dans la course de 2017, comme Mounir Mahjoubi, ancien ministre adjoint du numérique et icône de la diversité il y a cinq ans, ont choisi de ne pas se présenter aux législatives de 2022.

D’autres, comme Laetitia Avia, qui s’est présentée dans le 8e arrondissement de Paris, ont été battues cette année.

De zéro diversité à « nous pouvons faire mieux »

A droite de l’échiquier politique, la diversité du centre-droit Pas la République (LR) et du Rassemblement national (RN ou FN) de Marine Le Pen était médiocre.

Alors que LR – le parti de l’ancien président français Nicolas Sarkozy – a présenté des candidats d’horizons divers, aucun de ses députés (62 pour LR et 89 pour RN) ne répondait aux critères de sélection de France 24.

Cependant, dans le cas du FN, le résultat n’est pas surprenant, puisque le contrôle de l’immigration est l’un des piliers du programme du parti.

Entre ces bons et mauvais degrés de diversité, un certain nombre de partis peuvent être placés sur une liste « pourraient mieux performer ». Il s’agit notamment du puissant Parti socialiste français, du Parti vert, du MoDem centriste, du Parti communiste et de l’Union des démocrates et indépendants (UDI).

Dans le quartier multiethnique de la Seine-Saint-Denis au nord de Paris, Somaya Bourouha, la fille de parents immigrés algériens, a remporté un siège du Parti communiste, sauvant ainsi une fois de plus le parti en raison du manque de diversité de 2017.

Danger d' »ethnicité » pour les candidats

Alors que la formation d’une coalition des plus grands partis de gauche français a donné une étincelle à la campagne législative de 2022, le bloc NUPES (Nouvelle Union populiste écologique et sociale) n’a pas été sans diversité à l’approche des élections de juin.

Début juin, lorsque l’Alliance de gauche a lancé une Photo de ses candidats en Seine-Saint-Denis, l’une des provinces les plus diversifiées de France, a suscité de vives critiques de la part d’humoristes et d’hommes politiques rivaux. « Quand j’ai vu l’ardoise d’extrême gauche en Seine-Saint-Denis, j’ai cru qu’on était dans un régiment ! » a déclaré l’humoriste Yassine Platard, faisant référence à la région française des Vosges orientales dominée par les Blancs.

READ  Les danseurs sur glace français Papadakis et Cizeron remportent la cinquième médaille d'or mondiale

Michonne a expliqué : « La polémique a éclaté sur le choix de placer des politiciens professionnels plutôt que des militants locaux dans des circonscriptions très pro-NUPES. Cela est dû à la structure même des partis : les hauts responsables du parti ayant des fonctions politiques exigent des lieux où ils peuvent être élus. Maintenant, parmi eux, il y a une homogénéité Moin : Beaucoup d’hommes blancs sont issus des classes supérieures. Il y a des frictions entre factionnalisme et caractérisation politique.

Même Tus Illus, une ONG française non partisane travaillant sur les questions de démocratie, a écrit une chronique dans le grand quotidien français Le Monde pour mettre en garde l’Alliance de gauche.

Les autres partis ne sont pas au-dessus des critiques pour leur manque de représentation, a ajouté Audrey, directrice générale de Tous Élus et Fortasin.

Fortasin a expliqué: « Les citoyens d’aujourd’hui pensent qu’il est important d’avoir une diversité parmi leurs représentants pour défendre leurs votes. Cependant, la dure réalité est qu’il est difficile pour les étudiants de première année d’obtenir des nominations de parti. Il y a, bien sûr, un désir de faire de la politique marketing. En demandant à Rachel Kiki. Mais il faut dire qu’il est très difficile de les élire sans médiatisation. »

Lozès partage cette observation, mais met en garde contre un autre danger. Il a averti qu' »il y a aussi le danger de racialisation des députés minoritaires, qui ne peuvent être élus que dans des ‘poches de diversité’ comme la Seine-Saint-Denis ou les circonscriptions françaises à l’étranger ». « Les partis doivent réussir le test pour présenter des candidats diversifiés partout. Les électeurs votent d’abord et avant tout pour le parti. »

Cependant, Luzis est optimiste quant à la diversité de la représentation au sein de la nouvelle Assemblée nationale, notant qu' »outre les élus, nous devons également saluer le nombre sans précédent de candidats qui se sont présentés à cette élection ».

La prochaine étape cruciale, dit-il, est d’améliorer la situation. Il a noté: « Idéalement, des personnes d’horizons divers devraient être incluses dans les comités de nomination des partis. Là, dans ces endroits opaques où les décisions sont prises sans transparence, tout est mis en œuvre. »

Cet article a été traduit du texte original en français.