décembre 3, 2021

7seizh

Dernières nouvelles et nouvelles du monde de 7 Seizh sur les affaires, les sports et la culture. Nouvelles vidéo. Nouvelles des États-Unis, d'Europe, d'Asie-Pacifique, d'Afrique, du Moyen-Orient, d'Amérique.

L’avenir du PDG d’Orange Richard réside dans une décision de justice française

  • Orange veut continuer en tant que triple patron patron
  • Mais une phrase peut hâter la fin du mandat de Richard
  • Le conseil d’administration nomme Headhunter pour chercher un successeur – Sources

PARIS, 24 novembre (Reuters) – Le plus grand conseil d’administration des télécommunications de France tiendra mercredi une réunion de son conseil d’administration, malgré une décision de justice dans l’affaire impliquant le PDG Stephen Richard, ont indiqué trois sources proches du dossier.

Richard, qui nie tout acte répréhensible, fait face à des accusations de fraude et de détournement de fonds publics dans cette affaire, qui a précédé le versement par le gouvernement de 400 millions d’euros (449 millions de dollars) à Bernard Debbie, aujourd’hui décédé, en 2008.

À l’époque, Richard était le PDG de la ministre des Finances de l’époque, Christine Lagarde, qui dirige maintenant la Banque centrale européenne (BCE). Lagarde a été condamné en décembre 2016 pour négligence en la matière.

Inscrivez-vous maintenant pour un accès gratuit et illimité à reuters.com

En juin, un avocat a déclaré aux juges de la cour d’appel de Paris que Richard devrait être condamné à trois ans de prison pour avoir prétendument détourné 100 000 euros d’amende.

En 2010, il a d’abord été nommé PDG et a peut-être accéléré la fin de sa carrière dans l’entreprise publique.

Des sources ont déclaré que le conseil d’administration d’Orange devait tenir une réunion à la suite de la décision de justice.

Richard a été libéré à la fin du premier procès en 2019, période au cours de laquelle il a assisté à tous les procès dans une affaire qui a attiré l’attention des médias nationaux. Le PDG d’Orange a également assisté à la quasi-totalité de ses appels. Il y a quatre autres accusés dans cette affaire.

READ  Les fortes pluies provoquent des inondations et des glissements de terrain au Japon

L’ancien fonctionnaire a déjà déclaré à la presse française qu’il ne souhaitait pas être PDG à l’issue de son troisième mandat de quatre ans en mai 2022, mais qu’il souhaitait vivement continuer en tant que président.

Ce désir peut s’estomper si une punition sévère survient. Le ministre français des Finances, Bruno Le Maire, a déclaré à plusieurs reprises que la position du gouvernement est que les employeurs des entreprises contrôlées par le gouvernement devraient partir s’ils sont reconnus coupables.

(1 $ = 0,8891 euros)

Inscrivez-vous maintenant pour un accès gratuit et illimité à reuters.com

Rapport de Matthew Rosmine; Montage par Emilia Sithol-Moderis

Nos normes : Principes de confiance de Thomson Reuters.