décembre 5, 2022

7seizh

Dernières nouvelles et nouvelles du monde de 7 Seizh sur les affaires, les sports et la culture. Nouvelles vidéo. Nouvelles des États-Unis, d'Europe, d'Asie-Pacifique, d'Afrique, du Moyen-Orient, d'Amérique.

Le chanteur pop iranien a été réduit au silence, mais sa chanson ‘Barai’ reste un hymne de protestation – News 24

par Agence France Presse

NICOSIE: Bien qu’elle ait été réduite au silence, la chanson influente du chanteur pop iranien Shervin Hajpour en soutien aux protestations contre la mort en détention de Mahsa Amini reste l’hymne officieux du mouvement.

La chanson « Baraye » a été vue 40 millions de fois sur Instagram avant d’être retirée lors de l’arrestation de Hajpour, mais il a été libéré sous caution et s’est éloigné de la politique, probablement comme condition de sa libération.

Le mot persan Baraye se compose de tweets sur les manifestations et met en évidence le désir des gens pour les choses qui manquent dans l’Iran ravagé par les sanctions, où beaucoup se plaignent des difficultés causées par la mauvaise gestion économique. Cela dépend aussi des activités quotidiennes qui ont mis les gens en difficulté avec les autorités de la République islamique.

Pour danser dans les rues, pour la peur que l’on ressent en s’embrassant, pour ma sœur et ta sœur et tes sœurs, dit la chanson. « A cause de l’embarras de la poche vide, parce que nous aspirons à une vie normale… à cause de cet air pollué. »

La voix de Bray a été entendue fort la nuit depuis des complexes d’appartements en Iran pour montrer son soutien aux manifestations déclenchées par la mort d’Amini le 16 septembre, après qu’elle ait été arrêtée par la célèbre police des mœurs pour avoir prétendument enfreint les règles exigeant que les femmes portent un foulard et des vêtements modestes.

Il a également été chanté avec enthousiasme par des expatriés iraniens lors de rassemblements dans plus de 150 villes du monde au cours du week-end. Dans un clip partagé par le Centre pour les droits de l’homme en Iran, basé à New York, un groupe d’écolières non voilées a été vu en train de chanter à Pari en classe, dos à la caméra.

Lire aussi | « N’ayez plus peur »: affrontements alors que les manifestations en Iran entrent dans la quatrième semaine

La chanson a été supprimée du compte Instagram de Hajipour peu de temps après son arrestation, mais est toujours largement disponible sur d’autres plateformes de médias sociaux, notamment Twitter et YouTube.

Elle a produit des couvertures, dont une par la chroniqueuse du Jerusalem Post Emily Schrader, qui a déclaré avoir appris la chanson en farsi et s’est postée en train de la chanter sur Instagram, recueillant plus de 650 000 vues.

READ  La seule bataille de Thomas Reed

« À cause des histoires Instagram forcées »

Majid Kafeh, l’avocat de Hajipur, a déclaré qu’il avait été libéré sous caution mardi à midi. Le journal Sharq Reformist a déclaré que sa famille avait été informée de son arrestation dans la ville septentrionale de Sari samedi dans un rapport citant sa sœur Kamand Hajipur.

Dans une publication sur Instagram, elle a déclaré que ses parents avaient été informés de son arrestation lors d’un appel téléphonique des bureaux du ministère du Renseignement de la ville. Peu de temps après sa libération, Hajipour est revenu sur Instagram, mais cette fois pour s’excuser et se distancier de la politique.

« Je suis ici pour dire que je vais bien », a-t-il déclaré à ses 1,9 million de followers sur la plateforme. « Mais je suis désolé que certains mouvements en dehors de l’Iran – avec lesquels je n’ai pas eu de relations – aient fait des usages politiques inappropriés de cette chanson.

« Je n’échangerai pas cet (état) contre un autre endroit, et je resterai pour le bien de mon pays, de mes connaissances, de mon peuple, et je chanterai.

« Je ne veux pas être un jeu pour les gens qui ne pensent pas à moi, à vous ou à ce pays », a-t-il ajouté.

En réponse à son message, beaucoup sur Twitter ont suggéré d’ajouter la phrase « en raison d’histoires Instagram forcées » aux paroles de la chanson.

Des groupes de défense des droits de l’homme, dont Article 19, ont appelé à plusieurs reprises l’Iran à mettre fin à son utilisation d’aveux forcés, qui, selon eux, sont faux et extorqués sous la contrainte, voire la torture.

Dans un cas récent, une jeune Iranienne, Sepideh Rachno, a disparu après avoir été impliquée dans une dispute de bus à Téhéran avec une autre femme qui l’a accusée d’avoir enlevé son hijab.

Lire aussi | L’Iran dit que Mahsa Amini est morte de maladie, pas de « grèves »

Elle a été détenue par le puissant Corps des gardiens de la révolution islamique et est apparue à la télévision dans ce que les militants ont décrit comme des aveux forcés avant de la libérer sous caution fin août.

READ  PVR coopère avec Ōma Cinéma de France ; Mettre à disposition des "incubateurs cinématographiques" dans les salles