février 3, 2023

7seizh

Dernières nouvelles et nouvelles du monde de 7 Seizh sur les affaires, les sports et la culture. Nouvelles vidéo. Nouvelles des États-Unis, d'Europe, d'Asie-Pacifique, d'Afrique, du Moyen-Orient, d'Amérique.

Le gouvernement est « très préoccupé » par Bernard Phelan

Le taniste Michael Martin a déclaré qu’il souhaitait voir le ressortissant irlandais Bernard Phelan libéré de prison le plus tôt possible et que le gouvernement irlandais avait été « très clair » avec les autorités iraniennes à ce sujet.

Phelan, qui détient la nationalité française, est l’un des plus de deux douzaines d’étrangers détenus en Iran, selon des militants qui ont décrit les détenus comme des « otages » enlevés pour obtenir des concessions de l’Occident.

Le consultant en voyages basé à Paris a été arrêté en octobre alors qu’il voyageait et est détenu à Mashhad, dans le nord-est de l’Iran.

L’Iran l’accuse de propagande anti-gouvernementale, une accusation qu’il a niée.

Nous avons besoin de votre consentement pour télécharger ce contenu rte-playerNous utilisons rte operator pour gérer du contenu supplémentaire qui peut installer des cookies sur votre appareil et collecter des données sur votre activité. Veuillez vérifier leurs coordonnées et les accepter pour télécharger le contenu.Gestion des préférences

S’exprimant sur l’émission This Week de RTÉ, M. Martin a déclaré qu’il s’était entretenu avec l’ambassadeur d’Iran la semaine dernière et avait demandé une plus grande implication.

« Nous l’espérons en début de semaine. Nous avons fait savoir très clairement aux autorités iraniennes que Bernard Phelan devait être libéré », a-t-il déclaré.

M. Phelan, qui souffre d’une maladie cardiaque et d’un problème osseux chronique, a suspendu sa grève de la faim en début de semaine.

Une source diplomatique française a indiqué que les autorités iraniennes avaient jusqu’à présent refusé de libérer M. Phelan pour des raisons médicales, malgré les demandes répétées des autorités françaises et irlandaises.

READ  Le chef du PSNI sous la pression croissante des politiciens unionistes

M. Martin a ajouté : « Nous avons confirmé pour des raisons humanitaires que nous voulions qu’il soit libéré. ​​Nous sommes très inquiets, partageons les inquiétudes de sa famille et avons vivement protesté auprès des autorités iraniennes pour sa libération pour des raisons humanitaires. »

Il a dit que cela représente un défi en termes de relation entre l’Iran et l’Union européenne.

« Les voies diplomatiques ont toujours été maintenues, et l’engagement se poursuit », a-t-il ajouté.

Il a déclaré qu’il y avait un certain nombre de cas impliquant des citoyens européens dans les prisons iraniennes, ce qui est « inacceptable ».