septembre 16, 2021

7seizh

Dernières nouvelles et nouvelles du monde de 7 Seizh sur les affaires, les sports et la culture. Nouvelles vidéo. Nouvelles des États-Unis, d'Europe, d'Asie-Pacifique, d'Afrique, du Moyen-Orient, d'Amérique.

Le leader afghan s’envole pour une ville du nord assiégée alors que les talibans continuent de progresser

Le président afghan Ashraf Ghani s’est rendu aujourd’hui dans la ville assiégée de Mazar-i-Sharif, dans le nord du pays, pour mobiliser ses forces assiégées alors que les forces talibanes continuent de contrôler les villes du pays.

Les talibans ont désormais pris le contrôle de plus d’un quart des capitales provinciales du pays en moins d’une semaine.

Sa visite a rapidement été éclipsée par la reddition massive de centaines de soldats afghans dans la ville voisine de Kunduz, ainsi que par la prise d’une autre capitale provinciale – la neuvième ville à être envahie depuis vendredi.

Un officier de l’armée, qui a demandé à ne pas être identifié, a déclaré qu’ils avaient été exposés à des tirs de mortier à l’aéroport de Kunduz et qu’ils n’avaient pas d’autre choix que de se rendre.

“Il n’y avait aucun moyen de répondre”, a-t-il déclaré à l’AFP.

Mon unité de 20 soldats, trois Humvees et quatre camionnettes se sont rendues. Maintenant, nous attendons tous notre message de pardon. Il y a une longue liste d’attente.”

À Mazar, Ghani s’est entretenu avec l’homme fort local de longue date Atta Muhammad Noor et le célèbre chef de guerre Abdul Rashid Dostum sur la défense de la ville, alors que les combattants talibans s’approchaient de sa périphérie.

La perte de Mazar porterait un coup désastreux au gouvernement de Kaboul et représenterait l’effondrement complet de son contrôle sur le nord – un bastion de longue date des milices anti-talibans.

Ashraf Ghani, président de la République islamique d’Afghanistan lors d’une visite à la Maison Blanche en juin.

READ  Un responsable afghan a déclaré que le président afghan Ashraf Ghani quittait Kaboul pour le Tadjikistan

Source : Alamy Banque D’Images

Quelques heures avant l’arrivée de Ghani, des photos publiées sur les réseaux sociaux officiels du gouvernement montraient Dostum embarquant dans un avion à Kaboul en route pour Mazar, avec un groupe de commandos.

Après son arrivée dans la ville, Dostum a lancé un avertissement aux combattants talibans.

“Les talibans n’apprennent jamais du passé”, a-t-il déclaré aux journalistes, promettant de tuer les djihadistes.

Les talibans sont venus plusieurs fois dans le nord mais ont toujours été encerclés. Ce n’est pas facile pour eux de s’en sortir.”

Dostum est accusé d’avoir perpétré les massacres de centaines, voire de milliers de prisonniers de guerre talibans lors des opérations soutenues par les États-Unis en 2001 qui ont renversé le régime des islamistes purs et durs dans le pays.

Les combats dans le conflit de longue date en Afghanistan se sont considérablement intensifiés depuis mai, lorsque la coalition militaire dirigée par les États-Unis a entamé la phase finale d’un retrait qui devrait s’achever avant la fin du mois.

A l’est de Mazar, à Faizabad, la capitale de la province du Badakhshan, un député local a indiqué à l’AFP que les forces de sécurité s’étaient repliées après des jours de violents affrontements.

“Les talibans ont maintenant capturé la ville”, a déclaré Zabihullah Atiq, confirmant la chute de la ville la plus récente.

Kunduz reste le plus gros prix des talibans à ce jour, avec une reddition massive à l’aéroport rendant une contre-attaque potentielle pour reprendre la capitale provinciale peu probable pour le moment.

Un nombre indéterminé de forces gouvernementales est toujours déployé dans les casernes de l’armée à l’extérieur de la ville.

READ  La gagnante de la loterie Margaret Luggery est décédée

Les rebelles semblaient consolider leur emprise sur les villes capturées dans le nord, alors que des hommes armés de fusils patrouillaient dans les rues de Kunduz à pied et dans des Humvees blindés alors que la fumée s’élevait des magasins en feu détruits pendant la lutte pour la ville.

# Ouvrir la presse

Aucune nouvelle n’est une mauvaise nouvelle
soutien aux magazines

C’est le tien contributions Vous nous aiderez à continuer à livrer les histoires qui comptent pour vous

Soutenez-nous maintenant

Pas de regret

Les forces gouvernementales combattaient également des militants islamistes à Kandahar et à Helmand, les deux provinces du sud de langue pashtoune où les talibans puisent leur force.

À Kandahar, de violents affrontements ont éclaté entre les militants talibans et les forces de sécurité, avec des informations faisant état de violents combats près de la prison de la ville, que les militants tentent d’atteindre depuis des semaines.

Les talibans ciblent fréquemment les prisons pour libérer les combattants détenus et reconstituer leurs rangs.

Mais même avec la défaite des forces gouvernementales par les talibans, le président américain Joe Biden n’a pas fait allusion à un report de la date limite pour le retrait de toutes les forces américaines au 31 août, au lieu d’exhorter les dirigeants afghans hier à « se battre pour eux-mêmes ».

Alors que les combats s’intensifiaient, les diplomates américains tentaient désespérément de relancer les pourparlers morts entre le gouvernement afghan et les talibans à Doha, où l’envoyé spécial américain Zalmay Khalilzad poussait les islamistes purs et durs à accepter un cessez-le-feu.

READ  Dernières nouvelles d'Afghanistan - Des combattants talibans ont "battu des familles avec des bâtons" alors qu'ils tentaient de fuir l'Afghanistan

Les talibans semblaient largement indifférents aux initiatives de paix, apparemment déterminés à remporter une victoire militaire pour couronner un retour au pouvoir après avoir été évincés il y a 20 ans à la suite des attentats du 11 septembre.

Après avoir occupé la majeure partie du nord, les talibans jettent désormais leur dévolu sur Mazar, qui a longtemps été un pilier du contrôle gouvernemental de la région, après avoir capturé Sheberghan à l’ouest, et Kunduz et Taluqan à l’est.

Mazar a connu certaines des batailles les plus sanglantes lors de l’offensive de la terre brûlée des talibans dans les années 1990, avec des groupes de défense des droits accusant les djihadistes d’avoir tué jusqu’à 2 000 civils, principalement des chiites hazaras, après avoir capturé la ville en 1998.

© Agence de presse française 2021