décembre 4, 2022

7seizh

Dernières nouvelles et nouvelles du monde de 7 Seizh sur les affaires, les sports et la culture. Nouvelles vidéo. Nouvelles des États-Unis, d'Europe, d'Asie-Pacifique, d'Afrique, du Moyen-Orient, d'Amérique.

Le Mali demande une réunion du Conseil de sécurité de l’ONU pour partager des « preuves » que la France arme des militants

Le ministre français des Affaires étrangères, Abdoulaye Diop, a mis en garde la France contre la violation de l’espace aérien du Mali et la remise d’armes aux militants qui combattent dans ce pays d’Afrique de l’Ouest depuis 10 ans, ce que Paris qualifie de « diffamatoire ».

Le Mali se réserve le droit d’exercer son droit de légitime défense « si la France continue de porter atteinte à la souveraineté de notre pays », a déclaré le ministre des Affaires étrangères Diop. (Archives Reuters)

Le Mali a déclaré que son gouvernement militaire exercera son droit à l’autodéfense si la France continue de porter atteinte à la souveraineté et à la sécurité nationale de ce pays d’Afrique de l’Ouest.

S’exprimant mardi devant le Conseil de sécurité des Nations unies sur le Mali à New York, le ministre des Affaires étrangères Abdoulaye Diop a réitéré les allégations selon lesquelles Paris aurait violé son espace aérien et livré des armes à des militants menant une offensive dans le nord du Mali au cours de la dernière décennie.

« Il doit y avoir une réunion spécifique du Conseil de sécurité qui nous permettra de révéler les preuves du double acte, actes d’espionnage et actes de déstabilisation menés par la France », a déclaré Diop.

« Le gouvernement du Mali se réserve le droit d’exercer son droit à la légitime défense (…) si la France continue de porter atteinte à la souveraineté, à l’intégrité territoriale et à la sécurité nationale de notre pays », a-t-il ajouté.

Le représentant de la France a nié les accusations « diffamatoires », a défendu son intervention au Mali, la qualifiant de transparence totale, et a déclaré que son pays n’avait violé aucun espace aérien.

Les relations de Paris avec le Mali sont tendues depuis le coup d’État d’août 2020 alors qu’il retire les troupes envoyées en 2013 pour aider à combattre l’insurrection.

Mise en garde contre « l’exploitation » des problèmes de droits

Diop a également nié les violations des droits de l’homme par l’armée malienne signalées par les Nations Unies et d’autres groupes.

Plusieurs rapports, dont la dernière évaluation du Secrétaire général des Nations unies, accusent les soldats maliens et les mercenaires russes de collaborer avec le gouvernement militaire, d’abuser et de tuer des civils soupçonnés de collusion avec les militants.

Diop a qualifié les allégations de « sans fondement » et a mis en garde contre « l’exploitation » des questions relatives aux droits de l’homme.

Il a déclaré que le départ de centaines de forces étrangères ne créerait pas de vide sécuritaire.

D’autres pays européens ont mis fin à leur engagement militaire au Mali cette année, citant souvent la coopération de la junte avec les combattants russes.

Depuis lors, les militants ont avancé plus loin dans l’est du Mali, s’emparant du territoire et tuant des centaines de civils alors que des milliers de personnes ont fui.

Quatre soldats de la paix de l’ONU ont été tués lundi dans une autre attaque dans le nord du pays.

Le Mali est dans un état d’instabilité depuis 2012, lorsqu’une rébellion touareg dans le nord a été enlevée par des militants.

La France est intervenue pour aider à leur expulsion. Mais les militants – certains ayant des liens avec al-Qaïda et l’Etat islamique – se sont regroupés et se sont répandus à travers le Sahel et le sud vers les États côtiers.

Source : Reuters

READ  Arnold jure de soulever l'Australie après une défaite qui donne à réfléchir contre la France