février 3, 2023

7seizh

Dernières nouvelles et nouvelles du monde de 7 Seizh sur les affaires, les sports et la culture. Nouvelles vidéo. Nouvelles des États-Unis, d'Europe, d'Asie-Pacifique, d'Afrique, du Moyen-Orient, d'Amérique.

Le plan visant à mettre fin à l’approvisionnement direct d’ici 2024 n’est plus réalisable, déclare l’expert – The Irish Times

L’engagement du gouvernement à mettre fin aux crédits directs d’ici 2024 semble avoir été suspendu compte tenu des pressions d’ajustement continues exacerbées par la guerre contre l’Ukraine.

Catherine Day, présidente du groupe consultatif d’experts mis en place pour rendre compte de l’engagement du gouvernement à abolir le régime direct, a déclaré qu’elle pensait que les calendriers fixés par la coalition ne pourraient plus être respectés.

Dans une interview accordée à The Irish Times dans le cadre d’un examen approfondi des questions d’immigration, Mme Day, l’ancienne secrétaire générale de la Commission européenne, a également exhorté le pays à ajuster les objectifs du programme Housing for All pour tenir compte d’un augmentation importante de la population du pays.

En 2021, le gouvernement a annoncé qu’il éliminerait progressivement le système d’approvisionnement direct d’ici 2024.

Lorsqu’on lui a demandé si de tels délais étaient encore possibles compte tenu des conséquences de la guerre pour l’Ukraine, Mme Day a répondu: « Je pense, franchement, que non. Cela ne signifie pas que nous ne pouvons pas nous rapprocher beaucoup d’ici la fin de 2024. Je pense que nous avons bouger. » Maintenant, même si nous n’y arrivons pas exactement dans les délais, que nous sommes sur la bonne voie et que tout le monde peut voir que cela appartiendra au passé, parce que nous avons mis en place un meilleur programme et parce que nous ‘ai pris des mesures à ce sujet, nous devons prendre des mesures supplémentaires pour nous remettre sur les rails et y arriver. »

READ  Boris Johnson "à court d'amis" alors que le secrétaire du Brexit démissionne

Le livre blanc de la coalition sur la fin du régime direct proposait un système de résidence « mixte » en deux étapes. Les demandeurs d’asile nouvellement arrivés passeront un maximum de quatre mois dans des centres d’accueil appartenant à l’État avant de déménager dans des logements à but non lucratif sécurisés par des agences immobilières agréées.

Preuves du procès Embarras pour le Sinn Féin, mécontentement à l’égard du logement, les Verts évaluent

L’équipe d’experts de Mme Day a soumis ce mois-ci un rapport au secrétaire à l’enfance, Roderick O’Gorman, qui recommandait à l’État d’utiliser les pouvoirs d’urgence pour construire d’urgence deux centres d’accueil sur des terres appartenant à l’État d’ici mai 2023, et quatre autres d’ici la fin de 2023.

« L’un de nos messages est que l’État doit être à la hauteur de ses responsabilités. Utiliser l’option du secteur privé – que ce soit dans les hôtels ou essayer de trouver un logement dans le secteur privé – n’est pas idéal, c’est un euphémisme », a déclaré Mme Day. .

Le rapport du groupe a également appelé le gouvernement à créer une agence d’État pour accueillir et intégrer les demandeurs d’asile d’ici la fin de 2024. La responsabilité administrative de l’agence incombera au ministère du Logement.

« Nous ne pensons pas que ce soit l’activité de la fonction publique de trouver et de fournir des logements », a déclaré Mme Day.

« Forcément, les services de la fonction publique sont en sous-effectif et ont beaucoup d’autres tâches à accomplir. Nous pensons que compte tenu du fait que nous aurons ces flux dans le futur, il doit y avoir une agence. Le danger de proposer une agence maintenant, c’est qu’elle distraire tout le monde C’est pourquoi nous avons dit qu’il devrait y avoir une mobilisation de l’agence et ensuite elle devrait venir fin 2024, car il faudra du temps pour faire voter une loi pour la créer et lui donner un budget et du personnel. »

READ  Les voitures et le bétail pourraient être coupés dans le nouveau plan d'action climatique - The Irish Times

Le rapport a également critiqué la réponse globale du gouvernement et a constaté que la majeure partie du « gros travail » était effectuée par le ministère de l’enfance.

« Il faut se poser la question : pourquoi on a un département qui gère ça, qui n’a aucune expérience du logement, alors qu’on a un département logement qui est mieux équipé et équipé pour ça », a-t-elle dit.

Le ministre de l’Environnement, Eamonn Ryan, a confirmé hier que Roderick O’Gorman conservera la responsabilité de l’accueil des réfugiés et des personnes en quête de protection internationale, après le 17 décembre, date à laquelle Leo Varadkar a remplacé Michael Martin au poste de Taoiseach.