mai 21, 2022

7seizh

Dernières nouvelles et nouvelles du monde de 7 Seizh sur les affaires, les sports et la culture. Nouvelles vidéo. Nouvelles des États-Unis, d'Europe, d'Asie-Pacifique, d'Afrique, du Moyen-Orient, d'Amérique.

Le Portugal, la France, l’Italie et la Grèce continuent d’enregistrer des taux d’infection élevés, selon le Centre européen de contrôle et de prévention des maladies

Le Centre européen de prévention et de contrôle des maladies (ECDC) a montré dans son dernier rapport hebdomadaire que les cas de virus COVID-19 sont toujours élevés dans certaines destinations européennes populaires.

Selon des cartes récemment mises à jour publiées aujourd’hui, le 21 avril, le Portugal, la France, l’Italie et la Grèce ont continué d’enregistrer des taux d’infection élevés, rapporte SchengenVisaInfo.com.

Étant donné que le taux de notification à 14 jours pour 100 000 habitants pondéré par l’utilisation des vaccins dans ces pays reste élevé, tous les pays ci-dessus sont actuellement colorés en rouge foncé.

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) indique que le Portugal a signalé 60 083 nouveaux cas d’infection au cours des sept derniers jours. Au cours de la même période, la France a enregistré 624 536 nouveaux cas, l’Italie a enregistré 353 193 nouveaux cas et la Grèce a enregistré 56 361 nouveaux cas.

On pense qu’en raison de ces chiffres, ces pays ont décidé de maintenir leurs propres restrictions d’entrée.

Tous les voyageurs, quel que soit leur pays d’origine, doivent actuellement être munis d’une preuve valide de COVID-19 à leur arrivée au Portugal, en France, en Italie et en Grèce.

Les quatre pays énumérés ci-dessus appliquent la même durée de validité pour les certificats de vaccination, de récupération et de test. Ils acceptent les certificats de vaccination tant que le document prouve que le titulaire a terminé la vaccination initiale au cours des neuf derniers mois ou a reçu une dose de rappel.

En revanche, les attestations de retour ne sont acceptées à l’entrée dans l’un de ces pays que si le document indique que son titulaire s’est remis du virus au cours des six derniers mois.

READ  La France pèse les vaccins obligatoires contre le COVID-19 avant le discours de Macron

Pour les tests COVID-19, ils acceptent généralement les tests PCR effectués dans les 72 heures avant l’arrivée et les tests antigéniques rapides effectués dans les 48 heures avant l’arrivée.

>> Voyager en Europe en avril : explication des règles d’entrée existantes et autres restrictions

Les données fournies par l’ECDC montrent qu’un total de 891 278 234 doses de vaccin COVID-19 ont été administrées jusqu’à présent dans les pays de l’UE/EEE. La même étude révèle également que 72,6 % de la population de l’UE/EEE ont terminé leur primo-vaccination et 53,1 % ont reçu une dose de vaccin supplémentaire.

Auparavant, l’ECDC et l’EMA avaient conclu qu’il était trop tôt pour envisager l’utilisation d’une quatrième dose du vaccin COVID-19. Les agences ont convenu qu’une quatrième dose pourrait être administrée aux personnes de plus de 80 ans. Cependant, il a été souligné que la quatrième dose n’a pas besoin d’être administrée à ceux qui n’ont pas d’effets graves sur la santé.

Il est à noter que la campagne de vaccination peut commencer à l’automne. Cependant, les autorités de chaque pays pourront choisir le meilleur moment pour les doses supplémentaires.