juillet 6, 2022

7seizh

Dernières nouvelles et nouvelles du monde de 7 Seizh sur les affaires, les sports et la culture. Nouvelles vidéo. Nouvelles des États-Unis, d'Europe, d'Asie-Pacifique, d'Afrique, du Moyen-Orient, d'Amérique.

Le président français Emmanuel Macron perd la majorité absolue à l’Assemblée nationale – The Irish Times

Le président Emmanuel Macron a perdu sa majorité absolue à l’Assemblée nationale dimanche soir lorsque les partis de gauche et d’extrême droite ont réalisé des gains sans précédent, soulevant des questions sur la capacité de Macron à faire des réformes. Certains commentateurs s’attendaient à ce que le pays devienne ingouvernable.

Le groupe centriste Ensemble de Macron a remporté entre 230 et 240 sièges, selon les prévisions des instituts de sondage. Les partis centristes détenaient eux-mêmes 350 des 577 sièges de la législature sortante.

Le président, qui a été réélu pour un second mandat de cinq ans le 24 avril, aurait eu besoin d’une majorité absolue de 289 sièges pour faire adopter la législation. Son plan de réforme du système complexe de retraite français et de relèvement de l’âge de la retraite de 62 à 65 ans pourrait désormais être voué à l’échec.

La coalition des Nubiens dirigée par le leader d’extrême gauche Jean-Luc Mélenchon et son parti France Insomes (France Unarched) obtiendra entre 165 et 175 sièges dans la nouvelle assemblée, soit près de trois fois le nombre de sièges détenus par les partis composants nubiens. Lors de la dernière assemblée.

Mélenchon a réalisé l’exploit historique d’unir les partis communiste, socialiste et écologiste. Bien qu’il ne se soit pas présenté aux élections et qu’il ait perdu sa candidature au poste de Premier ministre, le dirigeant de 70 ans, orateur accompli de la gauche trotskyste, se revendique comme le principal opposant à Macron.

« La défaite du parti présidentiel est complète et il n’y a pas de majorité claire », a déclaré hier soir Mélenchon, évoquant « l’arrogance » et « l’échec moral » de Macron qui, selon lui, ont « mis en faillite » le camp présidentiel.

READ  Moment choquant, un homme est dirigé par BMW dans une bagarre chaotique dans un Londres sans foi ni loi

« La France insoumise et les révolutions ont le visage de notre groupe, une union populaire », a déclaré Mélenchon. « Les ouvriers ne baisseront pas un instant leur garde. La jeunesse ne se lassera pas un instant de la lutte. »

La dirigeante d’extrême droite Marine Le Pen, qui a remporté 42% contre 58% pour Macron lors du second tour présidentiel, sera l’autre principal challenger de Macron. Le Pen a noté que son parti du Rassemblement national a remporté entre 80 et 85 sièges, « les plus nombreux de l’histoire de notre famille politique ».

Le Pen a été réélue dans son fief d’Hénin-Beaumont, dans le nord de la France, avec 61 %. Elle a été brillante parce qu’elle a promis « d’incarner une opposition résolue et responsable, sans coopérer avec personne, et de respecter les institutions car l’intérêt des Français est notre seule boussole ».

Le Parti républicain conservateur, considéré comme le seul allié potentiel de l’équipe de Macron, a remporté entre 62 et 68 sièges, une mauvaise performance pour les gaullistes qui ont dirigé la France pendant la majeure partie des 64 dernières années. Si Macron pouvait nouer une alliance avec LR, il pourrait atteindre le nombre magique de 289 voix au conseil, mais la droite du parti est plus proche du RN de Le Pen que d’Ensemble et opposée à des accords avec Macron.

L’insulte au camp centriste de Macron a été exacerbée par le fait que plusieurs de ses personnalités éminentes, dont le président de l’Assemblée nationale Richard Ferrand et l’ancien ministre de l’Intérieur Christophe Castaner, qui dirigeait le parti République en marche de Macron au parlement sortant, ont perdu leurs sièges. . La moitié des 15 ministres du gouvernement sont candidats et tous ceux qui perdront leur siège devront démissionner.

READ  La reine arrive à Windsor quatre jours avant les célébrations du jubilé de platine | Nouvelles du Royaume-Uni

La Première ministre Elizabeth Bourne, qui était candidate pour la première fois, a remporté un siège dans le comté de Calvados. Le ministre des Affaires européennes, Clément Bonn, a également été élu pour la première fois.

Le taux d’abstention de 54 % était le deuxième plus élevé jamais enregistré. Macron n’a guère fait campagne avec l’impression qu’il s’intéressait plus à la guerre en Ukraine qu’à la politique intérieure.