janvier 29, 2022

7seizh

Dernières nouvelles et nouvelles du monde de 7 Seizh sur les affaires, les sports et la culture. Nouvelles vidéo. Nouvelles des États-Unis, d'Europe, d'Asie-Pacifique, d'Afrique, du Moyen-Orient, d'Amérique.

Le Royaume-Uni accorde 23 permis post-Brexit supplémentaires aux pêcheurs français · TheJournal.ie

Mis à jour il y a 4 heures

La Grande-Bretagne a accordé 23 licences supplémentaires à des pêcheurs français, a déclaré samedi un porte-parole du gouvernement britannique, un jour après une date limite fixée par Paris pour résoudre une bataille post-Brexit sur les droits de pêche.

L’Union européenne avait fixé au 10 décembre la date limite à Londres pour accorder des licences à des dizaines de bateaux de pêche français dans le cadre d’un accord sur le Brexit signé l’année dernière, Paris menaçant de poursuites judiciaires européennes s’il n’y avait pas de percée.

Les licences ont été accordées vendredi soir après que des responsables britanniques eurent rencontré leurs homologues européens et adopté ce que le porte-parole a décrit comme une « approche fondée sur des preuves » pour garantir que les navires étaient qualifiés pour opérer dans les eaux britanniques.

Le porte-parole a ajouté que l’approche « assure la stabilité et assure la durabilité de nos pêcheries », le Royaume-Uni ayant accordé 18 licences et l’île anglo-normande à Jersey cinq.

L’Union européenne a salué l’accord comme une « étape importante dans un long processus » vers la mise en œuvre de l’accord sur le Brexit de 2020 et a déclaré que les travaux se poursuivaient pour autoriser sept autres navires d’ici lundi.

Mais la France a déclaré qu’elle « continuerait à travailler » pour obtenir 80 autres licences qu’elle insiste sur le fait que sa flotte de pêche mérite.

La France avait déclaré plus tôt que 104 de ses bateaux n’avaient toujours pas de licences pour opérer dans les eaux britanniques et anglo-normandes qui auraient dû être accordées dans le cadre de l’accord sur le Brexit.

READ  La famille d'un Irlandais disparu dans le Wyoming publie un nouveau dépliant et demande des informations

Avec 23 autorisations délivrées samedi, la France sollicite toujours 81 autorisations reçues au total 1 027 à ce jour.

En vertu de l’accord, les pêcheurs de l’UE peuvent continuer à travailler dans les eaux britanniques s’ils peuvent prouver qu’ils y pêchaient auparavant.

« Ce travail s’est accéléré ces derniers jours », ont déclaré la ministre française de la Pêche Annick Girardin et le ministre européen Clément Bonn.

« La France et l’Union européenne continuent de travailler ensemble pour assurer la pleine mise en œuvre de l’Accord de commerce et de coopération », ont-ils déclaré dans un communiqué commun.

action de protestation

Paris avait menacé de porter plainte auprès de la Commission européenne sur ce différend.

Cela aurait pu amener l’Union européenne à imposer des sanctions financières ou même des droits de douane sur les produits britanniques si la Grande-Bretagne était jugée avoir abandonné ses engagements.

Environ 83 navires ont reçu des licences depuis que l’Union européenne a tenté d’accélérer les négociations sur les commandes en attente fin novembre, selon Bruxelles.

Le mois dernier, les pêcheurs français ont perturbé la circulation des ferries et des navires à travers les canaux pour protester contre les accords post-Brexit et la perte de commerce qui en résulte.

Six bateaux de pêche se sont vu refuser l’accès aux ferries dans le port nord de Calais et le port d’Osterham en Normandie à l’ouest.

Soutenez-nous maintenant

En mai, des chalutiers français protestent devant le port principal de Jersey et provoquent un bref affrontement avec les navires de la Royal Navy.

Le Royaume-Uni dépend fortement des ports français, en particulier pour les importations de produits alimentaires frais, et tout blocus prolongé aurait un impact significatif.

L’Union européenne et la Grande-Bretagne sont également aux prises avec un différend commercial distinct concernant les contrôles sur les produits entrant dans la province britannique d’Irlande du Nord après que le gouvernement britannique a retardé unilatéralement l’introduction des contrôles.

Le différend a exacerbé la détérioration des relations bilatérales entre la Grande-Bretagne et la France, qui se sont affrontées cette année à propos des traversées de migrants dans la Manche, des accords commerciaux post-Brexit et des ventes de sous-marins vers l’Australie.

L’annonce britannique intervient un jour avant que les ministres de la Pêche de l’UE ne se réunissent dimanche à Bruxelles pour décider des quotas de capture annuels dans les eaux européennes.

L’Union européenne est en pourparlers séparés avec le Royaume-Uni afin de fixer des quotas de pêche annuels dans leurs eaux partagées d’ici la fin décembre.

© AFP 2021