Connect with us

science

Le télescope spatial Webb de la NASA capture une tarentule cosmique

Published

on

Le télescope spatial Webb de la NASA capture une tarentule cosmique

La caméra Web proche infrarouge (NIRCam) a capturé cette image en mosaïque de 340 années-lumière de diamètre. Il montre la région de formation d’étoiles de la nébuleuse de la tarentule sous un nouveau jour, y compris des dizaines de milliers de jeunes étoiles jamais vues auparavant qui étaient auparavant entourées de poussière cosmique. La région la plus active apparaît bleu pâle et semble scintiller de jeunes étoiles massives. Et éparpillés parmi eux se trouvent encore des étoiles enfouies, apparaissant en rouge, mais n’émergeant pas encore du cocon de la nébuleuse poussiéreuse. NIRCam est capable de détecter ces étoiles couvertes de poussière grâce à une précision sans précédent dans le proche infrarouge.
Au sommet de la cavité de la nébuleuse, en haut à gauche d’un jeune amas d’étoiles, une étoile plus âgée est bien visible, les huit pointes de diffraction caractéristiques de NIRCam, un artefact de la structure du télescope. Après que le centre supérieur de cette étoile se soit levé, il marque approximativement une bulle distincte dans le nuage. De jeunes étoiles encore entourées de matière poussiéreuse gonflent cette bulle, commençant à creuser sa propre cavité. Les astronomes ont utilisé deux spectromètres Webb pour examiner de plus près cette région et déterminer la composition chimique de l’étoile et du gaz qui l’entoure. Cette information spectrale renseigne les astronomes sur l’âge de la nébuleuse et le nombre de générations de naissance d’étoiles qu’elle a vues.
Loin de la région centrale des jeunes étoiles chaudes, le gaz froid se rouille, révélant aux astronomes que la nébuleuse est riche en hydrocarbures complexes. Ce gaz dense est la matière qui formera les futures étoiles. Lorsque les vents provenant d’étoiles massives balaient du gaz et de la poussière, une partie s’accumule et, avec l’aide de la gravité, forme de nouvelles étoiles.
NIRCam a été construit par une équipe de l’Université d’Arizona et du centre de technologie avancée de Lockheed Martin.
Crédit : NASA, ESA, CSA, STScI, Webb ERO Production Team

Une nouvelle histoire de formation d’étoiles se déroule

James Webb Space Telescope presents a new perspective on the Tarantula Nebula, or 30 Doradus, a region well-known to astronomers studying star formation. Its nickname originated from its resemblance to the spider itself. However, in Webb’s view, the overall region takes on the appearance of a tarantula’s home—a burrow lined with its own spun silk. The Tarantula Nebula shelters thousands of young and still-forming stars, many revealed by Webb for the first time.

Working together, a range of Webb’s high-resolution infrared instruments reveal the stars, structure, and composition of the nebula with a level of detail not previously possible. Astronomers will use Webb throughout its mission to gain insight into star formation and the stellar lifecycle. The implications of this extend to our own star, the Sun, as well as the formation of the heavy chemical elements that are essential to life as we know it.

Tarantula Nebula (MIRI)

At the longer wavelengths of light captured by its Mid-Infrared Instrument (MIRI), Webb focuses on the area surrounding the central star cluster and unveils a very different view of the Tarantula Nebula. In this light, glowing gas and dust come forward as the young hot stars of the cluster fade in brilliance. Abundant hydrocarbons light up the surfaces of the dust clouds, shown in blue and purple. Much of the nebula takes on a more ghostly, diffuse appearance because mid-infrared light is able to show more of what is happening deeper inside the clouds. Still-embedded protostars pop into view within their dusty cocoons, including a bright group at the very top edge of the image, left of center.
Other areas appear dark, like in the lower-right corner of the image. This indicates the densest areas of dust in the nebula, that even mid-infrared wavelengths cannot penetrate. These could be the sites of future, or current, star formation.
MIRI was contributed by ESA and NASA, with the instrument designed and built by a consortium of nationally funded European Institutes (The MIRI European Consortium) in partnership with JPL and the University of Arizona.
Credit: NASA, ESA, CSA, STScI, Webb ERO Production Team

A Cosmic Tarantula, Caught by NASA’s Webb Space Telescope

Once upon a space-time, a cosmic creation story unfolded: Thousands of never-before-seen young stars were spotted in a stellar nursery called 30 Doradus, captured by NASA’s James Webb Space Telescope. Nicknamed the Tarantula Nebula for the appearance of its dusty filaments in previous telescope images, the nebula has long been a favorite for astronomers studying star formation. In addition to young stars, Webb reveals distant background galaxies, as well as the detailed structure and composition of the nebula’s gas and dust.

Located just 161,000 light-years away in the Large Magellanic Cloud galaxy, the Tarantula Nebula is the largest and brightest star-forming region in the Local Group, the galaxies nearest our Milky Way. It is home to the hottest, most massive stars known to astronomers. Three of Webb’s high-resolution infrared instruments were focused on the Tarantula. Viewed with Webb’s Near-Infrared Camera (NIRCam), the region resembles a burrowing tarantula’s home, lined with its silk. The nebula’s cavity centered in the NIRCam image has been hollowed out by blistering radiation from a cluster of massive young stars, which sparkle pale blue in the image. Only the densest surrounding areas of the nebula resist erosion by these stars’ powerful stellar winds, forming pillars that appear to point back toward the cluster. These pillars contain forming protostars, which will eventually emerge from their dusty cocoons and take their turn shaping the nebula.

Tarantula Nebula (NIRSpec IFU)

Webb’s Near-Infrared Spectrograph (NIRSpec) reveals what is really going on in a fascinating region of the Tarantula Nebula. Scientists focused the powerful instrument on what looked like a small bubble feature in the image from Webb’s Near-Infrared Camera (NIRCam). However, the spectra reveal a very different picture from a young star blowing a bubble in its surrounding gas.
The signature of atomic hydrogen, shown in blue, shows up in the star itself but not immediately surrounding it. Instead, it appears outside the “bubble,” which spectra show is actually “filled” with molecular hydrogen (green) and complex hydrocarbons (red). This is an indication that the bubble is actually the top of a dense pillar of dust and gas that is being blasted by radiation from the cluster of massive young stars to its lower right (see the full NIRCam image). It does not appear as pillar-like as some other structures in the nebula because there is not much color contrast with the area surrounding it.
The harsh stellar wind from the massive young stars in the nebula is breaking apart molecules outside the pillar, but inside they are preserved, forming a cozy cocoon for the star. This star is still too young to be clearing out its surroundings by blowing bubbles – NIRSpec has captured it just beginning to emerge from the protective cloud from which it was formed. Without Webb’s resolution at infrared wavelengths, the discovery of this star birth in action would not have been possible.
NIRSpec was built for the European Space Agency (ESA) by a consortium of European companies led by Airbus Defence and Space (ADS) with NASA’s Goddard Space Flight Center providing its detector and micro-shutter subsystems.
Credit: NASA, ESA, CSA, STScI, Webb ERO Production Team

Webb’s Near-Infrared Spectrograph (NIRSpec) caught one very young star doing just that. Astronomers previously thought this star might be a bit older and already in the process of clearing out a bubble around itself. However, NIRSpec showed that the star was only just beginning to emerge from its pillar and still maintained an insulating cloud of dust around itself. This episode of star formation-in-action could not have been revealed, without Webb’s high-resolution spectra at infrared wavelengths.

When viewed in the longer infrared wavelengths detected by Webb’s Mid-infrared Instrument (MIRI), the region takes on a different appearance. The hot stars fade, and the cooler gas and dust glow. Within the stellar nursery clouds, points of light indicate embedded protostars, still gaining mass. While shorter wavelengths of light are absorbed or scattered by dust grains in the nebula, and therefore never reach Webb to be detected, longer mid-infrared wavelengths penetrate that dust, ultimately revealing a previously unseen cosmic environment.

One of the reasons the Tarantula Nebula is interesting to astronomers is that the nebula has a similar type of chemical composition as the gigantic star-forming regions observed at the universe’s “cosmic noon.” This was when the cosmos was only a few billion years old and star formation was at its peak. Star-forming regions in our Milky Way galaxy are not producing stars at the same furious rate as the Tarantula Nebula, and have a different chemical composition. This makes the Tarantula the closest (i.e., easiest to see in detail) example of what was happening in the universe as it reached its brilliant high noon. Webb will provide astronomers the opportunity to compare and contrast observations of star formation in the Tarantula Nebula with the telescope’s deep observations of distant galaxies from the actual era of cosmic noon.

Despite humanity’s thousands of years of stargazing, the star-formation process still holds many mysteries. Many of them are due to our previous inability to get crisp images of what was happening behind the thick clouds of stellar nurseries. Webb has already begun revealing a universe never seen before, and it is only getting started on rewriting the stellar creation story.

The James Webb Space Telescope is the world’s premier space science observatory. Webb will solve mysteries in our solar system, look beyond to distant worlds around other stars, and probe the mysterious structures and origins of our universe and our place in it. Webb is an international program led by NASA with its partners, ESA (European Space Agency) and the Canadian Space Agency.

READ  Emplacement des points orbitaux lunaires de la NASA pour un mystérieux impact de fusée
Continue Reading
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

science

Les cadres de données doivent transcender les risques et les récompenses… et doivent également être éthiques

Published

on

Les cadres de données doivent transcender les risques et les récompenses… et doivent également être éthiques

La semaine dernière, un de mes lecteurs a attiré mon attention sur mes articles sur l’utilisation des données clients, l’IA et l’open banking, affirmant que j’avais manqué un point critique. Qu'est-ce que j'ai raté? Eh bien, les discussions portaient principalement sur l'utilisation des données clients à des fins de marketing, de conseil, de sûreté, de sécurité, de risque et de conformité… mais c'est bien plus que cela. C'est aussi une question d'éthique.

Ils expliquent que la plupart des banques ont une vision purement « commerciale » de la conformité, car il peut y avoir des amendes réglementaires… mais ce n'est que le coût des affaires. L’idée supplémentaire qu’ils m’ont apportée est qu’il peut y avoir un plus grand risque d’aliéner les clients en ne gérant pas les risques des parties prenantes en matière d’éthique.

Par exemple, une analyse indépendante de l'éthique de JPMorgan a révélé que celle-ci fonctionnait très bien. Ce rapport est par degré d'éthique About Ethics, produit par JP Morgan, une société ESG indépendante alimentée par l'intelligence artificielle, en donne une bonne idée.

Deux choses ont retenu mon attention dans ce rapport. Le premier est le tableau de bord utilisé, qui met en balance l'engagement des banques en matière de réglementation, leur réputation, leur robustesse et les risques auxquels elles sont confrontées.

C'est un joli tableau de bord.

La deuxième raison est que JPMorgan se classe troisième dans son groupe de pairs en termes d'éthique, classée dans le 83e centile de toutes les entreprises, classée C. En d'autres termes, elles obtiennent de très bons résultats et se classent parmi les quatre premières des cinq premières entreprises. .En termes d'éthique. Waouh ! Mais elles peuvent encore faire mieux, comme en témoigne un autre rapport récent qui révèle que les banques américaines sont largement contraires à l’éthique lorsqu’il s’agit d’investir dans des entreprises qui détruisent la planète et vendent des armes aux ennemis de l’État.

READ  Des astronomes chassent les ombres des astéroïdes troyens sur Jupiter

Les banques américaines ont été classées parmi les entreprises les moins éthiques du Royaume-Uni

Deux sociétés bancaires géantes américaines… ont été classées parmi les « pires » fournisseurs par des chercheurs pour leurs politiques sur des questions telles que la crise climatique et les armes. Goldman Sachs et JPMorgan Chase ont tous deux obtenu de mauvais résultats en matière d'environnement, de droits de l'homme et de paiement des impôts, selon une nouvelle étude de la revue Ethical Consumer.

Cela signifie qu’il y a beaucoup de place à l’amélioration. Alors que faire? Ce qu’il faut faire, c’est être éthique dès la conception. Qu'est-ce que ça veut dire? Eh bien, un autre ami m'a envoyé ce rapport Qui concernent spécifiquement cet espace :

écrit par Charles Radcliffe Et Richard (Dick) Knodell*, c'est une vision intéressante de ce sujet.

Le document a été publié en 2020 et parlait du scandale Cambridge Analytica/Facebook et de la manière de gérer l'éthique dans le contexte des technologies numériques. Ils affirment que le problème n'est pas simplement que l'éthique, en tant que domaine de gouvernance, n'est pas bien comprise par l'industrie technologique, mais qu'elle est soit limitée dans le dialogue dominant à la discussion des questions de risque et de sécurité, soit confondue avec la réglementation. . conformité.

Les termes utilisés pour désigner les structures de gouvernance de l’éthique, tels que « conseils d’éthique » et « conseils d’éthique », sont également utilisés de manière interchangeable.

L'article de Charles et Dick propose une définition de l'éthique numérique où il apparaît clairement qu'elle est considérée comme un sujet de gouvernance complètement distinct de la conformité réglementaire, des risques techniques et de la gestion de la sécurité.

READ  Emplacement des points orbitaux lunaires de la NASA pour un mystérieux impact de fusée

Cela vaut la peine d'être lu et, dans l'ensemble, je suis d'accord avec vous. L'éthique est un sujet en soi et de plus en plus important dans le monde actuel d'utilisation abusive des données clients, mais elle doit faire partie du développement d'un modèle de données complet incluant les risques, la réglementation, le marketing, les conseils et l'analyse globale des données numériques.

* Charles est un contributeur de Forbes et a fait des présentations dans le monde entier sur des sujets liés à la technologie et au changement sociétal, notamment deux conférences TEDx disponibles en ligne. Richard (Dick) a une carrière de plus de quatre décennies, spécialisé dans le travail avec les dirigeants de grandes organisations complexes, notamment Goldman Sachs, American Express, IBM et AT&T.

Continue Reading

science

Ce ver effrayant a une vision exceptionnelle, et les scientifiques ne savent pas pourquoi : ScienceAlert

Published

on

Ce ver effrayant a une vision exceptionnelle, et les scientifiques ne savent pas pourquoi : ScienceAlert

Il existe des globes oculaires étranges dans le règne animal au sens large, mais il existe un type de ver marin qui déroute les scientifiques.

On les appelle vers polychètes et leurs yeux sont tout simplement énormes. Ensemble, les yeux pèsent 20 fois plus que le reste de la tête de l'animal. Pour l'humaincela représenterait environ 50 kg (110 lb) par œil.

Nous connaissons ces mirettes géantes depuis un certain temps ; Ce que les scientifiques voulaient savoir, c'était ce que les vers voyaient avec eux.

« Nous avons décidé de percer le mystère de la raison pour laquelle un ver transparent, presque invisible, qui se nourrit en pleine nuit, a évolué pour avoir des yeux énormes. » dit le biologiste marin Michael Bock De l'Université de Lund en Suède. « En tant que tel, le premier objectif était de déterminer si les grands yeux donnaient au ver une bonne vision. »

Leur travail impliquait une enquête détaillée sur l’observation de trois espèces de vers marins nocturnes de la mer Méditerranée : Candida turea, Vanadis Voir. FormoseEt Les naïades peuvent s'entraînerchacun comportant une paire géante de mirettes gonflées.

Les chercheurs ont mené des études optiques, morphologiques et électrophysiologiques des yeux de ces animaux de manière méticuleuse. Les résultats ont montré que la famille des vers polychètes Alciopidae appartient aux trois espèces La capacité de voir des objets petits ou éloignés Et suivez leur mouvement.

Un ensemble de trois yeux de ver. Vanadis Voir. Formose Situé en bas à gauche ; Candida turea En haut à droite ; Et Les naïades peuvent s'entraîner En bas à droite. (Bock et coll., la devise. Biol.2024)

Étant donné que seuls les vertébrés, les arthropodes et les céphalopodes étaient auparavant connus pour avoir une vision des objets, c'est vraiment extraordinaire. La plupart des autres vers polychètes ont Vision de base basse résolutionou Réception de lumière directionnelle Qui détecte uniquement la présence de lumière et la direction d'où elle provient.

READ  Les abeilles aigles ont développé un goût pour la chair - et leurs microbiomes le reflètent

« C'est la première fois qu'une vision aussi avancée et détaillée est démontrée en dehors de ces groupes. » dit le neurobiologiste marin Anders Jarm De l'Université de Copenhague.

« En fait, nos recherches ont montré que le ver a une vision exceptionnelle. Sa vision est comparable à celle des souris ou des rats, bien qu'il s'agisse d'un organisme relativement simple avec un petit cerveau. »

On ne sait toujours pas pourquoi une créature active la nuit au fond de l’océan aurait besoin d’une acuité visuelle aussi fine. Il semble que ce soit effectivement le cas ; Même si le corps du ver est suffisamment transparent pour lui permettre de se cacher, ses yeux doivent rester suffisamment opaques pour absorber la lumière. Cela signifie que les yeux doivent conférer un bénéfice qui compense le risque d'être remarqué par les prédateurs de passage.

Nous ne savons pas avec certitude quel est cet avantage. Mais cherche Réalisé depuis près de 50 ans Présente une idée. En 1977, des scientifiques ont découvert que les yeux de ces vers sont les plus sensibles à la détection des longueurs d'onde ultraviolettes. Cela suggère que la vie marine nocturne a un secret que nous n’avons pas encore découvert.

« Nous avons une théorie selon laquelle les vers eux-mêmes sont bioluminescents et communiquent entre eux via la lumière. Si vous utilisez une lumière bleue ou verte ordinaire comme bioluminescence, vous risquez également d'attirer les prédateurs. Mais si le ver utilise plutôt la lumière ultraviolette, il restera invisible.  » « Pour les animaux autres que ceux de leur propre espèce, notre hypothèse est donc qu'ils ont développé une vision ultraviolette aiguë pour avoir un langage secret d'accouplement. » Garm explique.

READ  Les microbes océaniques pourraient signaler un point de basculement dans le changement climatique

« Il se peut aussi qu’ils recherchent des proies dotées de la bioluminescence UV. Mais quoi qu’il en soit, cela rend les choses vraiment excitantes car la bioluminescence UV n’a jamais été observée chez aucun autre animal. Nous espérons donc pouvoir présenter cela comme la première. Découvrez un exemple.

La recherche a été publiée dans Biologie actuelle.

Continue Reading

science

Les terres englouties au large de l'Australie étaient un point chaud pour les aborigènes lors de la dernière période glaciaire, révèlent 4 000 objets en pierre.

Published

on

Les terres englouties au large de l'Australie étaient un point chaud pour les aborigènes lors de la dernière période glaciaire, révèlent 4 000 objets en pierre.

Une analyse de plus de 4 000 objets en pierre découverts sur une île au nord-ouest de l’Australie donne un aperçu de la vie aborigène il y a des dizaines de milliers d’années.

Il a déclaré que la découverte souligne les « liens de longue date » entre les peuples aborigènes et l'Australie contemporaine. David Zénaanthropologue à la California State University, Sacramento et auteur principal d'une nouvelle étude décrivant l'analyse.

Continue Reading

Trending

Copyright © 2023