août 16, 2022

7seizh

Dernières nouvelles et nouvelles du monde de 7 Seizh sur les affaires, les sports et la culture. Nouvelles vidéo. Nouvelles des États-Unis, d'Europe, d'Asie-Pacifique, d'Afrique, du Moyen-Orient, d'Amérique.

Le visa australien de Djokovic annulé

Le gouvernement australien a annulé le visa de Novak Djokovic pour la deuxième fois, le ministre de l’Immigration Alex Hawke déclarant qu’il « a soigneusement examiné » toutes les informations avant de prendre une décision.

Le numéro un mondial attend depuis qu’un juge a annulé la décision initiale lundi pour voir si Hawke utiliserait ses pouvoirs pour réimposer la peine.

Juste avant 18 heures (7 heures du matin, heure irlandaise) vendredi, le ministre de l’Immigration a publié un communiqué disant qu’il avait ordonné le rapatriement de Djokovic « pour des raisons de santé et de bon ordre ».

Hook a déclaré: « Aujourd’hui, j’ai exercé mon pouvoir en vertu de l’article 133c (3) de la loi sur l’immigration pour annuler le visa détenu par M. Novak Djokovic pour des raisons de santé et d’ordre, au motif qu’il est dans l’intérêt public de le faire.

« Cette décision fait suite aux ordonnances du Circuit fédéral et du Tribunal de la famille du 10 janvier 2022, d’annuler une décision d’annulation antérieure pour des raisons d’équité procédurale.

« En prenant cette décision, j’ai soigneusement examiné les informations qui m’ont été fournies par le ministère de l’Intérieur, l’Australian Border Force et M. Djokovic.

« Le gouvernement Morrison est profondément engagé à protéger les frontières de l’Australie, en particulier en ce qui concerne la pandémie de Covid-19. »

Djokovic est arrivé à Melbourne le 5 janvier après avoir été exempté par Tennis Australia des règles d’entrée strictes du pays pour la vaccination Covid-19 au motif qu’il avait récemment contracté le virus.

Mais la patrouille frontalière australienne l’a arrêté et l’a interrogé toute la nuit Avant de l’informer de l’annulation de son visa. Puis il a été emmené dans un hôtel de détention.

READ  Le projet de loi sur le protocole d'Irlande du Nord n'entraverait pas le dialogue commercial américano-britannique

Djokovic a fait appel de la décision et Cinq jours plus tard, le juge a tranché en sa faveur, et semble le libérer pour jouer à l’Open d’Australie, qui commence lundi.

Il y aura peut-être une autre contestation judiciaire de la part du numéro un mondial, mais sinon, ses espoirs de remporter un 10e titre à Melbourne Park et un 21e titre du Grand Chelem sont pratiquement morts.

Djokovic s’est envolé directement pour Melbourne Park après avoir quitté l’hôtel lundi et s’est entraîné tous les jours depuis lors, y compris tôt vendredi matin, mais ses espoirs de rester dans le pays se sont estompés au fil de la semaine après la révélation de son comportement.

Des documents indiquent que Djokovic a été testé positif en Serbie le 16 décembre, mais a été filmé lors des événements pendant les deux jours suivants et a publié une déclaration plus tôt cette semaine admettant qu’il avait participé à une interview avec le journal français L’Equipe dans son centre de tennis à Belgrade malgré son croire qu’il avait le virus.

il est aussi Il a admis que son formulaire de déclaration affirmait à tort qu’il n’avait pas voyagé dans les 14 jours précédant son voyage en Australie.Ce qu’il a attribué à la faute de son agent.

Après l’arrestation de Djokovic, deux autres personnes – la joueuse tchèque Renata Vorakova et un officiel – qui sont entrées dans le pays avec la même exemption, ont été informées que c’était incorrect et toutes deux ont quitté l’Australie sans faire appel de la décision.

Le nom de Djokovic reste dans le tirage au sort du tournoi et le restera probablement jusqu’à ce qu’il devienne clair s’il quittera le pays ou fera appel de la décision, cette dernière pouvant éventuellement émerger.

READ  La police a publié une déclaration après la découverte du corps de Jamie Lee Wilson, 25 ans, à Co Antrim

L’homme de 34 ans a évité de retourner dans son hôtel de détention et doit être interrogé samedi par des agents de l’immigration.