novembre 30, 2022

7seizh

Dernières nouvelles et nouvelles du monde de 7 Seizh sur les affaires, les sports et la culture. Nouvelles vidéo. Nouvelles des États-Unis, d'Europe, d'Asie-Pacifique, d'Afrique, du Moyen-Orient, d'Amérique.

L’économie française stagne alors que la croissance se heurte à la crise énergétique et à la guerre en Ukraine | un travail

Autorité française de la statistique INSEE Il dit que la faiblesse de la demande intérieure a affecté l’économie :

Le PIB a stagné au premier trimestre 2022 (0,0 % t/t après +0,8 %) en lien avec la faiblesse de la demande intérieure : la consommation des ménages a fortement baissé (-1,3 % après +0,6 %) tandis que la formation brute de capital fixe (FBCF) a légèrement ralenti (+ 0,2 % après +0,3 %). Enfin, la demande intérieure hors variations de stocks a contribué à la croissance du PIB pour -0,6 point, après +0,5 point au trimestre précédent.

Le commerce extérieur, bien qu’en ralentissement, a continué de progresser. La hausse a été plus sensible du côté des exportations (+1,5 % après +3,5 %) que du côté des importations (+1,1 % après +3,2 %). Ainsi, la contribution du commerce extérieur à la croissance du PIB a été légèrement positive ce trimestre : +0,1 point après +0,0 au trimestre précédent.

Enfin, la contribution des variations de stocks à la croissance du PIB est de nouveau positive ce trimestre (+0,4 point après +0,3 point au quatrième trimestre 2021).

🇫🇷 Le PIB a stagné au premier trimestre 2022 (0,0 % t/t après +0,8 %) en raison d’une forte baisse des dépenses de consommation et d’un ralentissement de l’investissement.
Contributions à la croissance du PIB :
Demande intérieure sans variation des stocks : -0,5
Commerce extérieur : +0,1
Variations de stock : +0,4https://t.co/udvZwxgz9u pic.twitter.com/fIBGOOcTob

– Nadia Gharbi (nghrbi) 29 avril 2022

Introduction : L’économie française au point mort au premier trimestre

Bonjour et bienvenue dans notre couverture renouvelée des affaires, de l’économie mondiale et des marchés financiers.

L’économie française s’est brutalement arrêtée alors que la crise énergétique, l’inflation et les problèmes de chaîne d’approvisionnement exacerbés par la guerre en Ukraine ont affecté la croissance.

Les données officielles publiées ce matin ont montré que le PIB français était inchangé au premier trimestre de cette année, plus faible que les économistes de 0,3 % l’avaient prévu.

Après avoir augmenté de 0,8% en octobre et décembre, la croissance en France s’est essoufflée sur la période janvier-mars, selon un rapport de l’agence nationale des statistiques.

C’est un signe des dommages économiques causés par la hausse des prix de l’énergie et des matières premières, et des perturbations de la chaîne d’approvisionnement causées par la guerre en Ukraine.

Les dépenses des ménages se sont contractées de 1,3%, signe que la hausse de l’inflation frappe les budgets et la confiance des collectivités, malgré le plan français de soutien aux factures énergétiques de 25 milliards d’euros.

* L’économie française est bloquée au premier trimestre. EST. 0,3% de croissance

* Le PIB de la France était de 5,3 % au premier trimestre en rythme annuel ; EST. + 5,5 %

– Noureddine Hammoury (@NourHammoury) 29 avril 2022

Nous découvrirons à 10 heures les performances de la zone euro au sens large au premier trimestre, avec des chiffres de croissance attendus en Allemagne, en Espagne et en Italie ce matin également.

Les PIB belge et français sont ressortis en dessous du consensus, notamment dans le cas de la France où la consommation s’est contractée. Ensuite, l’Espagne dans une heure et un peu. pic.twitter.com/3Z5mOzIZcV

-Olivier Rakau 29 avril 2022

Le ralentissement de la France va accroître les inquiétudes quant à la santé de l’économie mondiale.

Hier, nous avons appris Etats-Unis L’économie s’est contractée de manière inattendue au premier trimestre de l’année, se contractant de -0,4 % au premier trimestre, ou de -1,4 % d’une année sur l’autre.

Il s’agit du trimestre le plus faible aux États-Unis depuis les premiers jours de la pandémie, le creusement des déficits commerciaux américains ayant entraîné une baisse du PIB.

Les problèmes de la chaîne d’approvisionnement et les perturbations pandémiques en cours continuent de nuire aux entreprises. La nuit dernière, Pomme Il a averti que les pénuries de puces et les fermetures d’usines en Chine pourraient lui coûter jusqu’à 8 milliards de dollars de revenus ce trimestre.

C’est un autre signe d’un ralentissement de l’économie mondiale. L’économie américaine s’est contractée de manière inattendue au premier trimestre de l’année, se contractant de -0,4 % au premier trimestre, ou de -1,4 % d’une année sur l’autre.

Il s’agit du trimestre le plus faible aux États-Unis depuis les premiers jours de la pandémie, le creusement des déficits commerciaux américains ayant entraîné une baisse du PIB.

Les problèmes de la chaîne d’approvisionnement et les perturbations pandémiques en cours continuent de nuire aux entreprises. Apple a averti hier soir que les pénuries de puces et les fermetures d’usines en Chine pourraient lui coûter jusqu’à 8 milliards de dollars de revenus ce trimestre.

Nous recevons le rapport complet sur la croissance de la zone euro à 10h, ainsi que les nouveaux chiffres de l’inflation.

Ailleurs, la Banque centrale russe pourrait réduire les taux d’intérêt aujourd’hui, peut-être de 17 % à 15 %, alors qu’elle continue de réduire le doublement des coûts d’emprunt d’urgence en février. (jusqu’à 20 %) pour soutenir le rouble après l’invasion de l’Ukraine.

Programme

  • 10h GMT : Rapport sur la croissance de la zone euro pour le premier trimestre 2022
  • 10h00 GMT: Rapport sur l’inflation de la zone euro pour avril
  • 11h30 GMT : la Banque de Russie fixe ses taux d’intérêt
  • 13h00 GMT : Conférence de presse de la Banque de Russie
  • 13h30 GMT: mesure de l’inflation des dépenses de consommation personnelle aux États-Unis

READ  Warren Gatland lié à un poste d'entraîneur en France