septembre 26, 2022

7seizh

Dernières nouvelles et nouvelles du monde de 7 Seizh sur les affaires, les sports et la culture. Nouvelles vidéo. Nouvelles des États-Unis, d'Europe, d'Asie-Pacifique, d'Afrique, du Moyen-Orient, d'Amérique.

Les Américains et les Russes s’envolent vers la Station spatiale internationale alors que la guerre fait rage en Ukraine

Un astronaute américain et deux cosmonautes russes doivent s’envoler mercredi vers la Station spatiale internationale pour un vol opéré par la Russie malgré l’escalade des tensions entre Moscou et Washington à propos de l’invasion russe de l’Ukraine.

Frank Rubio de la NASA, Sergei Prokopyev et Dmitry Petlin de la NASA devraient décoller du cosmodrome russe de Baïkonour au Kazakhstan à 13h54 GMT, selon l’agence spatiale russe Roscosmos.

Rubio deviendra le premier astronaute américain à se rendre à la Station spatiale internationale à bord d’une fusée russe Soyouz depuis que le président Vladimir Poutine a envoyé des troupes en Ukraine pro-occidentale le 24 février.

En réponse, les capitales occidentales, dont Washington, ont imposé des sanctions sans précédent à Moscou, et les relations bilatérales ont plongé à de nouveaux plus bas.

Cependant, l’espace a réussi à rester en dehors du champ de la coopération entre les deux pays.

Après le vol de Rubio, la seule astronaute russe active, Anna Kekina, devrait se rendre à la station orbitale début octobre à bord du SpaceX Crew Dragon.

Elle deviendra la cinquième astronaute professionnelle de Russie ou d’Union soviétique à voler dans l’espace, et la première Russe à voler à bord d’un vaisseau spatial SpaceX, la compagnie du milliardaire américain Elon Musk.

Avec le début des deux vols, les cosmonautes russes et les cosmonautes occidentaux ont cherché à se distancer du conflit qui fait rage sur Terre, surtout lorsqu’ils sont en orbite ensemble.

Fruit d’une coopération entre les États-Unis, le Canada, le Japon, l’Agence spatiale européenne et la Russie, la Station spatiale internationale est divisée en deux parties : le segment orbital américain et le segment orbital russe.

READ  La NASA développe de petits robots "nageurs" pour rechercher des formes de vie sur d'autres planètes

La sortie de la Russie de la Station spatiale internationale

À l’heure actuelle, la Station spatiale internationale s’appuie sur le système de propulsion russe pour maintenir son orbite, à environ 400 kilomètres au-dessus du niveau de la mer, la partie américaine étant responsable de l’électricité et des systèmes de survie.

Cependant, les tensions dans le domaine spatial sont montées en flèche après que Washington a annoncé des sanctions contre l’industrie spatiale de Moscou – provoquant des avertissements de l’ancien chef de l’espace russe Dmitri Rogozine, un ardent partisan de la guerre en Ukraine.

Le successeur nouvellement nommé de Rogozine, Yuri Borisov, a confirmé plus tard la décision tant attendue de la Russie de quitter la Station spatiale internationale après 2024 en faveur de la création de sa propre station orbitale.

L’agence spatiale américaine (NASA) a qualifié cette décision de « développement malheureux » qui entraverait les travaux scientifiques menés sur la Station spatiale internationale.

Les analystes spatiaux affirment que la construction d’une nouvelle station orbitale pourrait prendre plus d’une décennie et que l’industrie spatiale russe – un point de fierté nationale – ne pourra pas prospérer sous de lourdes sanctions.

La Station spatiale internationale a été lancée en 1998 à une époque d’espoir de coopération entre les États-Unis et la Russie après la compétition de la course à l’espace pendant la guerre froide.

À cette époque, le programme spatial soviétique a prospéré. Il a réalisé un certain nombre de réalisations, notamment l’envoi du premier humain dans l’espace en 1961 et le lancement du premier satellite quatre ans plus tôt.

READ  Einstein se tourne enfin vers la mécanique quantique ? Une équipe de recherche redéfinit l'énergie pour expliquer les trous noirs

Mais les experts disent que Roscosmos n’est plus que l’ombre de ce qu’il était autrefois et qu’il a subi ces dernières années une série de revers, notamment des scandales de corruption et la perte d’un certain nombre de satellites et d’autres engins spatiaux.

Le monopole de longue date de la Russie sur les vols habités vers la Station spatiale internationale a également pris fin, pour SpaceX, avec des millions de dollars de revenus.