décembre 4, 2022

7seizh

Dernières nouvelles et nouvelles du monde de 7 Seizh sur les affaires, les sports et la culture. Nouvelles vidéo. Nouvelles des États-Unis, d'Europe, d'Asie-Pacifique, d'Afrique, du Moyen-Orient, d'Amérique.

Les Arts Décoratifs célèbrent la France des années 80 à l’exposition WWD

Paris Si les épaules larges, les couleurs flashy et les coiffures hirsutes étaient des repères visuels des années 80, pour les Français, cette décennie a été marquée par l’arrivée d’une administration de gauche, la publicité non conventionnelle et le raz-de-marée de la mode pionnière et du design superstar.

C’est l’impression laissée par l’exposition « Années 80, Mode, Design et Graphisme en France » aux Arts Décoratifs qui plonge dans une période « indiquant l’arrivée de l’éclectisme, où les diktats du ‘style’ s’estompent au profit du peuple » Christine Masel, la nouvelle directrice du musée, explique ce qui les a attirés, quelque chose qui prévaut encore aujourd’hui.

Organisée par Amélie Gasteau, Karen Lachman, Mathilde Le Curie et Sébastien Coquet, l’exposition – et la décennie – s’est ouverte sur une affiche de campagne pour l’élection présidentielle française de 1981 qui a vu le politicien de gauche François Mitterrand commencer sa carrière de 14 ans en tant que président du pays. président le plus ancien.

Dans la première des trois sections, cette exposition explore le marketing comme pierre angulaire de tout, de la politique à la lutte contre le sida, la libéralisation de la communication audiovisuelle, ainsi que l’influence de l’administration à venir.

« Les années 80 étaient synonymes d’humour, d’une légèreté qui n’est pas superficielle mais, au contraire, d’un style de vie – une forme de pensée du ciel bleu », poursuit-elle.

Le ministre français de la Culture, Jacques Lang, dans son bureau conçu par André Putman en 1985.

Sur un piédestal circulaire et surplombant la nef centrale se trouve un costume sans col de Thierry Mugler conçu pour le ministre de la Culture de l’époque, Jacques Lang, célèbre pour son stand-up portant ce changement radical par rapport aux costumes traditionnels de l’Assemblée nationale française.

Le politicien à la retraite, qui examinait jeudi les expositions avec un amusement palpable et a ensuite félicité les quatre organisateurs pour le « merveilleux résultat », est une figure charnière de la décennie.

La cocuratrice Amélie Gastaut explique les politiques culturelles menées par le prochain gouvernement socialiste français et le ministre de la Culture a contribué à briser les frontières entre les domaines, notamment les beaux-arts et les arts appliqués – et à créer des musées de la publicité et de la mode qui sont désormais regroupés sous un parapluie. Musée des Arts Décoratifs.

Elle donne l’exemple de la publicité, où « l’investissement a augmenté de 380% » et a créé un âge d’or malgré les inquiétudes initiales.

L’industrie de l’image est divisée en une seconde section, occupant la nef centrale et dédiée au design.

« Pour comprendre le design de ces années-là, il faut comprendre que c’était un grand désert », explique le designer axé sur le design Laquimant, expliquant que les industriels ont viré à l’extrême prudence alors qu’IKEA s’est également imposé comme une force douce.

Parmi ceux qui l’ont fait avancer, il y a le couple présidentiel français, François et Danielle Mitterrand, qui ont mandaté des étoiles montantes de l’architecture et de la décoration d’intérieur pour rénover des appartements privés à l’Elysée et leurs bureaux.

D’autres initiatives publiques et privées ont suivi, donnant naissance à des signatures comme Philippe Starck ou Martin Zickley en les aidant à s’industrialiser et à promouvoir leur travail à l’international.

Les silhouettes de mode ont introduit l’idée maîtresse de l’exposition de « carambolage », ou d’accrétion, qui poreuse les frontières entre les disciplines avec des cinéastes se livrant à des publicités, des designers devenant scénographes et des architectes devenant concepteurs de sacs.

« Il n’y a vraiment pas d’école [of thought] Et c’est peut-être ce qui fait la singularité à cette époque », poursuit-elle, notant que les apparitions parallèles ailleurs du groupe Memphis ont incité la classe créative en France à être plus libre dans ses créations.

Robes Jean Charles de Castelbajac.

L’effervescence tangible de la scène est « jamais perdue [since]Aujourd’hui un vétéran de l’industrie mais alors l’une de ces nouvelles signatures énigmatiques, commente Jean-Charles de Castelbajac.Deux de ses looks spongieux portent ses coudes dans un costume noir Comme des Garçons de 1981 lors du défilé.

Ailleurs, le gracieux ensemble en cuir d’Azzedine Alaïa, qui a collectionné le travail de Szekely et lui a demandé de créer une scénographie pour la rétrospective 2013 ; Issey Miyake sépare plissés; les costumes racés de Jean Paul Gaultier pour les interprètes ; Exemples de créations de costumes de Christian Lacroix, looks de pirate Vivienne Westwood.

En parcourant une section sur la vie nocturne, et l’émergence de clubs comme le Palace, on aboutit à une galerie de mode qui s’est intégrée à la fois aux institutions culturelles et à la culture populaire durant cette décennie du « cash and flash ».

La galerie présente une exposition diversifiée du mignon à la mode de l’époque, à commencer par les créations néoclassiques de Karl Lagerfeld chez Chloé; les looks années 40 de Thierry Mugler et Claude Montana ; Le look marin de Gautier. Les bases d’Agnès b. et même des bâtiments de mode accessibles avec des créateurs – Miyake, Sonia Rykiel, Gaultier parmi eux – collaborant avec le détaillant de vente par correspondance Les 3 Suisses.

La haute couture suit, avec des silhouettes des débuts de Lagerfeld chez Chanel aux côtés des créations d’Hubert de Givenchy et de la femme forte d’Yves Saint Laurent.

Parmi les défilés de mode figurent des créations de Kenzo Takada, Marithi Batcheleri, François Girbeau, Claude Montana, Thierry Mugler et Jean Paul Gaultier.

Parmi les défilés de mode figurent des créations de Kenzo Takada, Marithi Batcheleri, François Girbeau, Claude Montana, Thierry Mugler et Jean Paul Gaultier.

Christophe Dellier

L’exposition se termine par deux moments clés de 1989, la chute du mur de Berlin et le défilé du 14 juillet en France, célébrant le bicentenaire de la Révolution française et conçu par l’artiste français Jean-Paul Gode. Diffusée en direct, elle a été regardée par près de 800 millions de téléspectateurs dans le monde, auxquels s’ajoutent près d’un million de personnes alignées le long de la route et des rues adjacentes.

Les médias de l’époque ont décrit la marche de trois heures sur les Champs-Élysées, qui a culminé avec la performance du chanteur d’opéra américain Jesse Norman de « Marseille » drapée du drapeau français, comme « brillante, baroque et somptueuse » en raison de ses peintures distinctives. . qui allait de la musique et de l’habillement régionaux à une peinture soviétique présentée sous la neige artificielle et même une évocation du mouvement étudiant contesté cette année-là le 4 juin en Chine.

« Ce qui est intéressant, c’est la résilience de ces années », note Masel, notant que le monde sortait à peine de la crise énergétique des années 1970 lorsque la catastrophe nucléaire de Tchernobyl, le chômage de masse et l’inflation galopante ont frappé.

« Ce serait bien que les gens viennent ici et comprennent non seulement les outils de résistance [such a climate] Mais il s’agit aussi d’un état d’esprit et d’une façon d’affronter le monde, avec humour, légèreté et fougue.

« Années 80 : Mode, design et Graphisme en France » se déroulera jusqu’au 16 avril 2023.

READ  De la France à Bristol à Münster - L'ascension d'Antoine Frisch