novembre 30, 2022

7seizh

Dernières nouvelles et nouvelles du monde de 7 Seizh sur les affaires, les sports et la culture. Nouvelles vidéo. Nouvelles des États-Unis, d'Europe, d'Asie-Pacifique, d'Afrique, du Moyen-Orient, d'Amérique.

Les Néerlandais font peu pour lutter contre les comportements nuisibles en ligne

Les Néerlandais font peu pour lutter contre les comportements nuisibles en ligne

En plus d’une enquête en ligne auprès des utilisateurs de médias sociaux, une étude d’observation du comportement social en ligne des écoliers a été menée à l’aide de la performance théâtrale interactive Block or Bless, développée par Theaterhart et co-facilitée par le Dutch Research Agenda et le Dutch Media Literacy Network. Crédit : Organisation néerlandaise de recherche scientifique (NWO)

Les utilisateurs de médias numériques âgés de 16 à 80 ans ne font pas grand-chose pour se défendre sur les réseaux sociaux lorsqu’ils voient quelqu’un être publiquement insulté, exclu ou ignoré. Cependant, 70 % pensent que nous devons nous traiter les uns les autres différemment et que nous pouvons faire quelque chose pour lutter contre les comportements nuisibles en ligne. C’est ce que révèlent les recherches menées par le Réseau néerlandais pour l’éducation aux médias et le Programme de recherche néerlandais (NWA) et l’Université Erasmus de Rotterdam (EUR).

« Les comportements massifs en ligne, tels que la diffamation publique ou l’exclusion de personnes, sont un problème social majeur. Les journalistes, les politiciens, les scientifiques et le grand public en sont tous affectés », déclare Marie Berkhot Neu, directrice de programme du Dutch Media Literacy Network.

« Dans notre société numérique, il est important que nous sachions comment réagir lorsque des personnes présentent un comportement indésirable sur les réseaux sociaux. Nous avons besoin de spectateurs : des spectateurs qui défendent activement les autres pour lutter contre les comportements en ligne préjudiciables. Si je suis agressé dans la rue, j’espère que quelqu’un interviendra. Pour vous aider. Se défendre les uns les autres devrait également être la norme en ligne. De nouvelles recherches montrent que cela ne s’est pas encore produit. Bien que les gens pensent qu’il est important de défendre les autres, ils se sentent souvent incapables de le faire.

Manque de connaissances médiatiques pour lutter contre les comportements préjudiciables en ligne

La recherche révèle plusieurs raisons pour lesquelles les passants n’agissent pas. Par exemple, les gens disent qu’ils n’ont pas les bonnes compétences. « Les résultats de la recherche soulignent l’importance de l’éducation et de la formation aux médias, pour les jeunes comme pour les moins jeunes », déclare Berkhut-New. « C’est pourquoi la Semaine de l’éducation aux médias de cette année est consacrée au message #keepitsocial. Sur la base des résultats de la recherche, des conseils et des recommandations concrets ont été élaborés pour transformer les spectateurs en citoyens. »

Le ministre d’État à la Culture et à l’Information, Güni Oslo, encourage tout le monde à devenir sympathisant. « Les passants peuvent contribuer grandement à encourager les comportements sociaux en ligne. Par conséquent, la Semaine de la culture médiatique fait comprendre aux gens qu’il est toujours possible de faire quelque chose contre les comportements en ligne nuisibles. Si nous abordons ce problème ensemble, nous pouvons faire du monde en ligne un endroit plus sûr pour tous. . » « 

Fourni par l’Organisation néerlandaise pour la recherche scientifique (NWO)

la citation: Les Néerlandais font peu pour lutter contre les comportements abusifs en ligne (7 novembre 2022) Extrait le 7 novembre 2022 de https://sciencex.com/wire-news/429275573/the-dutch-do-little-to-address- blessant -comportement -online.html

Ce document est soumis au droit d’auteur. Nonobstant toute utilisation équitable à des fins d’étude ou de recherche privée, aucune partie ne peut être reproduite sans autorisation écrite. Le contenu est fourni à titre informatif uniquement.

READ  Les premières galaxies de l'univers pourraient mourir à travers leurs trous noirs supermassifs