Connect with us

science

Les vibrations à 40 Hz atténuent les symptômes d’Alzheimer

Published

on

Les vibrations à 40 Hz atténuent les symptômes d’Alzheimer

Une étude menée par le Massachusetts Institute of Technology a montré que la stimulation tactile du rythme cérébral avec une fréquence gamma de 40 Hz peut réduire la pathologie et les symptômes de la maladie d’Alzheimer. Cela prolonge les découvertes antérieures d’études sur la stimulation lumineuse et sonore. La recherche a révélé qu’une telle stimulation tactile améliore non seulement la santé du cerveau et la fonction motrice, mais réduit également les niveaux d’une protéine caractéristique de la maladie d’Alzheimer et des dommages à l’ADN neuronal. Les résultats renforcent le potentiel de la stimulation sensorielle non invasive en tant que nouvelle stratégie thérapeutique pour les maladies neurodégénératives.

La stimulation tactile améliore les performances motrices, diminue la phosphorylation de tau, préserve les neurones et les synapses et réduit le stress[{ » attribute= » »>DNA damage, a new study shows.

MIT researchers have found that sensory stimulation of 40 Hz gamma frequency brain rhythms using tactile stimulation can mitigate Alzheimer’s disease pathology and symptoms. The study, which builds on earlier work involving light and sound, showed that daily exposure to 40 Hz vibrations improved brain health and motor function in mice and reduced key markers of Alzheimer’s disease. This research underlines the potential for gamma frequency stimulation as a novel therapeutic approach to Alzheimer’s disease.

Evidence that non-invasive sensory stimulation of 40 Hz gamma frequency brain rhythms can reduce Alzheimer’s disease pathology and symptoms, already shown with light and sound by multiple research groups in mice and humans, now extends to tactile stimulation. A new study by MIT scientists shows that Alzheimer’s model mice exposed to 40 Hz vibration an hour a day for several weeks showed improved brain health and motor function compared to untreated controls.

The MIT group is not the first to show that gamma frequency tactile stimulation can affect brain activity and improve motor function, but they are the first to show that the stimulation can also reduce levels of the hallmark Alzheimer’s protein phosphorylated tau, keep neurons from dying or losing their synapse circuit connections, and reduce neural DNA damage.

“This work demonstrates a third sensory modality that we can use to increase gamma power in the brain,” said Li-Huei Tsai, corresponding author of the study, director of The Picower Institute for Learning and Memory and the Aging Brain Initiative at MIT, and Picower Professor in the Department of Brain and Cognitive Sciences (BCS). “We are very excited to see that 40 Hz tactile stimulation benefits motor abilities, which has not been shown with the other modalities. It would be interesting to see if tactile stimulation can benefit human subjects with impairment in motor function.”

Brain Tau Reduction

An enlarged detail from a figure in the paper highlights reductions in phosphorylated tau (magenta) in primary somatosensory cortical neurons in Tau P301S model mice treated with 40 Hz tactile stimulation (right). An image from an untreated control is on the left. Credit: Tsai Lab/MIT Picower Institute

Ho-Jun Suk, Nicole Buie, Guojie Xu and Arit Banerjee are lead authors of the study in Frontiers in Aging Neuroscience and Ed Boyden, Y. Eva Tan Professor of Neurotechnology at MIT, is a co-senior author of the paper. Boyden, an affiliate member of The Picwoer Institute, is also appointed in BCS as well as the Departments of Bioengineering and Media Arts and Sciences, the McGovern Institute for Brain Research, and the K. Lisa Yang Cener for Bionics.

Feeling the vibe

In a series of papers starting in 2016, a collaboration led by Tsai’s lab has demonstrated that light flickering and/or sound clicking at 40 Hz (a technology called GENUS for Gamma Entrainment Using Sensory stimuli), reduces levels of amyloid-beta and tau proteins, prevents neuron death and preserves synapses and even sustains learning and memory in a variety of Alzheimer’s disease mouse models. Most recently in pilot clinical studies the team showed that 40 Hz light and sound stimulation was safe, successfully increased brain activity and connectivity, and appeared to produce significant clinical benefits in a small cohort of human volunteers with early-stage Alzheimer’s disease. Other groups have replicated and corroborated health benefits of 40 Hz sensory stimulation and an MIT spin-off company, Cognito Therapeutics, has launched stage III clinical trials of light and sound stimulation as an Alzheimer’s treatment.

The new study tested whether whole-body 40 Hz tactile stimulation produced meaningful benefits in two commonly used mouse models of Alzheimer’s neurodegeneration, the Tau P301S mouse, which recapitulates the disease’s tau pathology, and the CK-p25 mouse, which recapitulates the synapse loss and DNA damage seen in human disease. The team focused its analyses in two areas of the brain: the primary somatosensory cortex (SSp), where tactile sensations are processed, and the primary motor cortex (MOp), where the brain produces movement commands for the body.

To produce the vibration stimulation, the researchers placed mouse cages over speakers playing 40 Hz sound, which vibrated the cages. Non-stimulated control mice were in cages interspersed in the same room so that all the mice heard the same 40 Hz sound. The differences measured between the stimulated and control mice were therefore made by the addition of tactile stimulation.

First, the researchers confirmed that 40 Hz vibration made a difference in neural activity in the brains of healthy (i.e. non-Alzheimer’s) mice. As measured by expression of c-fos protein, activity increased two-fold in the SSp and more than 3-fold in the MOp, a statistically significant increase in the latter case.

Once the researchers knew that 40 Hz tactile stimulation could increase neural activity, they assessed the impact on disease in the two mouse models. To ensure both sexes were represented, the team used male P301S mice and female CK-p25 mice.

P301S mice stimulated for three weeks showed significant preservation of neurons compared to unstimulated controls in both brain regions. Stimulated mice also showed significant reductions in tau in the SSp by two measures, and exhibited similar trends in the MOp.

CK-p25 mice received six weeks of vibration stimulation. These mice showed higher levels of synaptic protein markers in both brain regions compared to unvibrated control mice. They also showed reduced levels of DNA damage.

Finally, the team assessed the motor abilities of mice exposed to the vibration vs. not exposed. They found that both mouse models were able to stay on a rotating rod significantly longer. P301S mice also hung on to a wire mesh for significantly longer than control mice while CK-p25 mice showed a positive, though non-significant trend.

“The current study, along with our previous studies using visual or auditory GENUS demonstrates the possibility of using non-invasive sensory stimulation as a novel therapeutic strategy for ameliorating pathology and improving behavioral performance in neurodegenerative diseases,” the authors concluded.

Reference: “Vibrotactile stimulation at gamma frequency mitigates pathology related to neurodegeneration and improves motor function” by Ho-Jun Suk, Nicole Buie, Guojie Xu, Arit Banerjee, Edward S. Boyden and Li-Huei Tsai, 18 May 2023, Frontiers in Aging Neuroscience.
DOI: 10.3389/fnagi.2023.1129510

Support for the study came from The JPB Foundation, The Picower Institute for Learning and Memory, Eduardo Eurnekian, The DeGroof-VM Foundation, Halis Family Foundation, Melissa and Doug Ko Hahn, Lester Gimpelson, Eleanor Schwartz Charitable Foundation, The Dolby Family, Kathleen and Miguel Octavio, Jay and Carroll Miller, Anne Gao and Alex Hu and Charles Hieken.

READ  Des aurores boréales colorées illuminent l'atmosphère terrestre
Continue Reading
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

science

Les échantillons atmosphériques martiens peuvent-ils nous en apprendre davantage sur la planète rouge que les échantillons de surface ?

Published

on

Les échantillons atmosphériques martiens peuvent-ils nous en apprendre davantage sur la planète rouge que les échantillons de surface ?

La NASA travaille activement au retour d’échantillons de surface de Mars dans les prochaines années, ce qui, espère-t-elle, nous aidera à mieux comprendre si une vie ancienne existait à la surface de la planète rouge il y a des milliards d’années. Mais qu’en est-il des échantillons atmosphériques ? Pourraient-ils fournir aux scientifiques de meilleures informations sur l’histoire de Mars ? C’est ce qu’un Étude récente Introduction dans 55oui Conférence sur les sciences lunaires et planétaires Envisagez de vous lancer dans cette aventure alors qu’une équipe de chercheurs internationaux a étudié l’importance de rapporter des échantillons atmosphériques de Mars et comment ces échantillons pourraient nous renseigner sur la formation et l’évolution de la planète rouge.

ici, L’univers aujourd’hui Cette recherche est discutée avec l’auteur principal de l’étude, Dr Edward Youngprofesseur au Département des sciences de la Terre, des planètes et de l’espace à l’UCLA et co-auteur de l’étude, Dr Timothy Swindell, professeur émérite au Laboratoire Lunaire et Planétaire de l’Université d’Arizona, concernant la motivation derrière l’étude, la manière dont les échantillons atmosphériques seront obtenus, les missions en cours ou proposées, les études de suivi et s’ils croient que la vie a déjà existé sur le Rouge. Planète. Alors, quelle est la motivation pour étudier ?

dit le Dr Young L’univers aujourd’hui« Nous en apprenons beaucoup sur l’origine d’une planète grâce à son atmosphère ainsi qu’à ses roches. En particulier, les rapports isotopiques de certains éléments peuvent contraindre les processus qui conduisent à la formation des planètes.

Crédit : Agence spatiale européenne

« Il existe essentiellement deux types de motivation », poursuit le Dr Swindle. « La première est que nous prévoyons d’apporter tous ces échantillons de roches, et nous souhaiterions savoir comment ils interagissent avec l’atmosphère, mais nous ne pouvons pas. Nous savons cela sans connaître la composition de l’atmosphère en détail. Nous avons donc besoin d’un échantillon de l’atmosphère pour savoir avec quoi les roches échangeaient des éléments et des isotopes, mais nous voulons également obtenir un échantillon de l’atmosphère martienne pour répondre. Quelques questions fondamentales sur les processus qui se sont produits ou se produisent sur Mars. Par exemple, les météorites martiennes contiennent des gaz rares piégés dans l’atmosphère. Les composants atmosphériques, tels que le krypton et le xénon, semblent être au moins deux composants « atmosphériques » différents dans ces météorites.

READ  Un poisson vieux de 365 millions d'années présentant une sous-occlusion sévère montre une diversité de vertébrés

Pour l’étude, les chercheurs ont proposé plusieurs avantages pour le retour d’un échantillon de l’atmosphère martienne sur Terre, notamment la présence d’échantillons atmosphériques dans les tubes à échantillons du vaisseau spatial Perseverance de la NASA (PERSIE), l’obtention d’un aperçu d’un voisin solaire potentiel à l’intérieur de Mars et l’évolution tendances des compositions. Atmosphère, cycle de l’azote et sources de méthane sur Mars. Pour l’échantillon d’air de Percy, également connu sous le nom Echantillon n°1 « Rubion »L’étude indique comment cet échantillon a été obtenu après que Percy ait tenté de collecter un échantillon de substrat rocheux, mais a fini par collecter des gaz atmosphériques. De plus, l’étude suggère qu’il n’y aura aucune fuite que le tube d’échantillon rencontrera en attendant son retour sur Terre, et que les gaz à l’intérieur de l’échantillon sont également idéaux pour l’analyse une fois qu’il reviendra sur Terre. Mais en dehors de l’échantillon de Percy, comment obtenir un échantillon de l’atmosphère martienne ?

« Au moins deux autres idées ont été proposées pour collecter un échantillon de l’atmosphère martienne », explique le Dr Swindle. L’univers aujourd’hui. « L’une consiste à lancer un vaisseau spatial à travers l’atmosphère martienne, à collecter un échantillon lors de son passage, puis à le renvoyer sur Terre. L’autre consiste à disposer d’un « bidon » de retour d’échantillon (il n’est pas nécessaire qu’il soit plus gros que le Perseverance). tube) qui contient des valves et un compresseur d’air (martien).  » Vous pouvez l’atterrir sur la surface de Mars, ouvrir la valve de l’atmosphère, allumer le compresseur et obtenir un échantillon contenant l’atmosphère martienne des centaines ou des milliers de fois plus grande que l’atmosphère martienne. le volume a été scellé sans compression, comme Perseverance l’a fait, et nous espérons le refaire « 

Le Dr Swindell et le Dr Young mentionnent tous deux Collecte d’échantillons pour l’étude de Mars (SCIM) La mission, proposée en 2002 par une équipe de chercheurs de la NASA et d’universitaires, visait à collecter des échantillons atmosphériques à 40 kilomètres (25 miles) au-dessus de la surface de Mars et à les renvoyer sur Terre pour une analyse plus approfondie. Alors que SCIM Il a été sélectionné comme demi-finaliste Quant au programme Mars Scout 2007, il n’a malheureusement pas été sélectionné pour un développement ultérieur, disent le Dr Young et le Dr Swindle. L’univers aujourd’hui Aucune mission d’échantillonnage atmosphérique n’est actuellement prévue, à l’exception du rover d’échantillonnage Percy. Par conséquent, quelles études de suivi de cette recherche sont actuellement en cours ou prévues ?

READ  Des aurores boréales colorées illuminent l'atmosphère terrestre

Les Drs Swindle et Young mentionnent tous deux comment des efforts sont déployés pour collecter de petites quantités de gaz atmosphériques en raison de la petite taille des tubes d’échantillonnage, explique le Dr Swindle. L’univers aujourd’hui« Une grande série de questions à l’heure actuelle est de savoir dans quelle mesure le tube hermétique de Perseverance retiendra un échantillon atmosphérique. Quelle est la qualité de l’étanchéité ? Le tube pourrait-il fuir lors d’un atterrissage dur ? Certaines molécules de l’atmosphère martienne adhéreront-elles aux couches du Il y a eu des activités autour de toutes ces questions, et jusqu’à présent, les réponses ont toutes été bonnes – il semble que ces tubes Perseverance pourraient bien fonctionner, même s’ils n’ont pas vraiment été conçus pour l’échantillonnage atmosphérique.

Comme mentionné précédemment, l’obtention et le retour d’un échantillon atmosphérique de Mars peuvent aider les scientifiques à mieux comprendre la formation et l’évolution de la planète rouge. Alors que Mars d’aujourd’hui est un monde extrêmement froid et sec, avec une atmosphère qui ne représente qu’une fraction de celle de la Terre, aucune possibilité d’eau liquide à la surface et aucun volcan actif non plus. Cependant, des preuves significatives obtenues auprès des atterrisseurs, des rovers et des orbiteurs au cours des dernières décennies suggèrent que Mars était très différente des milliards d’années après sa formation. Ceux-ci comprenaient un intérieur actif qui produisait un champ magnétique protégeant la surface des rayonnements solaires et cosmiques nocifs, une atmosphère plus épaisse reconstituée par des volcans actifs et de l’eau liquide qui coulait, qui seraient tous susceptibles de soutenir une certaine forme de vie sur Terre. Surface.

READ  Comment éviter les douleurs mammaires en courant

Cependant, étant donné la petite taille de Mars (la moitié de la taille de la Terre), cela signifiait que sa température interne se refroidissait beaucoup plus rapidement (peut-être sur des millions d’années), rendant les volcans inactifs et dissipant le champ magnétique entraîné par l’activité interne. , ce dernier entraînant un rayonnement solaire et cosmique nocif qui détruit l’atmosphère et l’eau liquide de surface s’évapore avec elle dans l’espace. Alors, le Dr Young et le Dr Swindle croient-ils que la vie a déjà existé sur Mars, et la trouverons-nous un jour ?

dit le Dr Young L’univers aujourd’hui« Je ne sais vraiment pas. Je pense que la vie microbienne à un moment donné dans le passé, ou même maintenant, est une hypothèse plausible, mais nous n’avons pas suffisamment d’informations. »

Le Dr Swindell fait également écho à son incertitude quant à savoir si la vie a jamais existé sur Mars, mais le précise à travers la narration. L’univers aujourd’hui« Sinon, pourquoi la vie a-t-elle commencé si tôt sur Terre, et pas sur Mars, qui avait un climat similaire à l’époque. Et si elle existait, dans quelle mesure était-elle similaire à la vie sur Terre puisque la Terre et Mars échangent toujours des roches ? En raison des collisions, la vie sur Terre est-elle liée à la vie sur Mars ? Si elle existe, elle serait difficile à trouver, mais un échantillon atmosphérique pourrait aider. Par exemple, il semble y avoir du méthane dans la plupart, mais pas dans la totalité. Le méthane présent dans l’atmosphère terrestre est biologique, et l’analyse des rapports relatifs des isotopes du carbone ou de l’hydrogène est l’un des meilleurs moyens de le savoir.

Quand aurons-nous un échantillon atmosphérique de Mars et que nous apprendra-t-il sur la formation et l’évolution de la planète rouge dans les années et décennies à venir ? Seul le temps nous le dira, c’est pourquoi nous étudions !

Comme toujours, continuez à faire de la science et continuez à rechercher !

Continue Reading

science

La première preuve de l’existence de « régions englouties » autour des trous noirs dans l’espace

Published

on

La première preuve de l’existence de « régions englouties » autour des trous noirs dans l’espace

Cet article a été révisé selon Science Processus d’édition
Et Stratégies.
Éditeurs Les fonctionnalités suivantes ont été mises en avant tout en garantissant la crédibilité du contenu :

Vérification des faits

Publication évaluée par des pairs

Relecture


Le trou noir attire la matière de l’étoile compagnon vers lui, formant un disque qui tourne autour du trou noir avant de tomber dedans. Crédit image : NASA/CXC/EM. Weiss.

× Fermer


Le trou noir attire la matière de l’étoile compagnon vers lui, formant un disque qui tourne autour du trou noir avant de tomber dedans. Crédit image : NASA/CXC/EM. Weiss.

Une équipe internationale dirigée par des chercheurs en physique de l’Université d’Oxford a prouvé qu’Einstein avait raison sur une prédiction clé concernant les trous noirs. En utilisant des données de rayons X pour tester la théorie de la gravité d’Einstein, leur étude a fourni la première preuve observationnelle de l’existence d’une « zone de plongée » autour des trous noirs : une région où la matière cesse de tourner autour du trou et tombe directement dedans. En outre, l’équipe a découvert que cette région exerce certaines des forces gravitationnelles les plus puissantes jamais identifiées dans la galaxie. Les résultats ont été publiés dans Avis mensuels de la Royal Astronomical Society.

Les nouvelles découvertes font partie d’une vaste enquête sur les mystères exceptionnels autour des trous noirs menée par des astrophysiciens de la physique de l’Université d’Oxford. Cette étude s’est concentrée sur des trous noirs plus petits relativement proches de la Terre, en utilisant des données de rayons X collectées à partir des télescopes Nuclear Spectroscopique Space Telescope Array (NuSTAR) et Neutron Star Interior Composition Explorer (NICER). Plus tard cette année, la deuxième équipe d’Oxford espère se rapprocher de l’enregistrement des premières vidéos de trous noirs plus grands et plus éloignés dans le cadre d’une initiative européenne.

Contrairement à la théorie de la gravité de Newton, la théorie d’Einstein affirme qu’il est impossible pour les particules de suivre des orbites circulaires en toute sécurité à proximité d’un trou noir. Au lieu de cela, ils se « précipitent » rapidement vers le trou noir à une vitesse proche de celle de la lumière. L’étude d’Oxford a évalué cette région en profondeur pour la première fois, en utilisant des données de rayons X pour mieux comprendre la force générée par les trous noirs.

Le Dr Andrew Mummery a déclaré : « Il s’agit du premier aperçu de la façon dont le plasma, décollé du bord extérieur de l’étoile, subit sa chute finale au centre du trou noir, un processus qui se produit dans un système d’environ dix mille années-lumière. loin. » , professeur de physique à l’Université d’Oxford, qui a dirigé l’étude. « Ce qui est vraiment excitant, c’est qu’il existe de nombreux trous noirs dans la galaxie et que nous disposons désormais d’une nouvelle technique puissante à utiliser pour étudier les champs gravitationnels les plus puissants connus. »

« La théorie d’Einstein avait prédit cette baisse récente, mais c’est la première fois que nous sommes en mesure de prouver que cela s’est produit », a poursuivi le Dr Mummery. « Pensez-y comme à une rivière qui se transforme en cascade. Jusqu’à présent, nous regardions la rivière. C’est notre première vue d’une cascade. »

« Nous pensons que cela représente un nouveau développement passionnant dans l’étude des trous noirs, nous permettant d’étudier cette dernière région qui les entoure. Ce n’est qu’alors que nous pourrons pleinement comprendre la force de gravité », a ajouté Mummery. « Cette dernière goutte de plasma se produit au bord du trou noir et montre la réponse de la matière à la gravité la plus forte possible. »

Les astrophysiciens tentent depuis un certain temps de comprendre ce qui se passe près de la surface d’un trou noir, et ils le font en étudiant les disques de matière en orbite autour d’eux. Il existe une dernière région de l’espace-temps, connue sous le nom de région de naufrage, où la descente finale dans le trou noir est impossible à arrêter et où le fluide environnant est effectivement condamné.

Le débat parmi les astrophysiciens dure depuis de nombreuses décennies sur la possibilité de découvrir ce qu’on appelle la zone engloutie. L’équipe d’Oxford a passé les deux dernières années à en développer des modèles et, dans l’étude qui vient de paraître, elle démontre la première détection confirmée réalisée à l’aide de télescopes à rayons X et de données de la Station spatiale internationale.

Alors que cette étude se concentre sur les petits trous noirs plus proches de la Terre, une deuxième équipe d’étude de l’Université de physique d’Oxford fait partie d’une initiative européenne visant à construire un nouveau télescope, le Télescope millimétrique africain, qui améliorerait considérablement notre capacité à prendre des images directes de trous noirs. des trous. . Plus de 10 millions d’euros de financement ont déjà été obtenus, dont une partie servira à soutenir plusieurs premières thèses de doctorat en astrophysique à l’Université de Namibie, en étroite collaboration avec l’équipe de physique d’Oxford.

On s’attend à ce que le nouveau télescope permette pour la première fois d’observer et de photographier de grands trous noirs au centre de notre galaxie, ainsi qu’au-delà. Comme pour les petits trous noirs, les grands trous noirs devraient avoir ce qu’on appelle un « horizon des événements », attirant la matière de l’espace vers leur centre en spirale pendant que le trou noir tourne. Celles-ci représentent des sources d’énergie presque inimaginables, et l’équipe espère les observer et les photographier en orbite pour la première fois.

L’étude « Persistent Emission from Within the Sinking Region of Black Hole Disks » a été publiée dans les Avis mensuels de la Société Astronomique.

Plus d’information:
Andrew Mummery et al., Émission continue depuis la région descendante des disques de trous noirs, Avis mensuels de la Royal Astronomical Society (2024). est ce que je: 10.1093/mnras/stae1160

Informations sur les magazines :
Avis mensuels de la Royal Astronomical Society


READ  Des physiciens découvrent pour la première fois des « particules fantômes » déroutantes au LHC
Continue Reading

science

Un milliardaire espère améliorer le télescope Hubble lors d’une mission spéciale SpaceX, mais cela pourrait-il vraiment arriver ?

Published

on

Un milliardaire espère améliorer le télescope Hubble lors d’une mission spéciale SpaceX, mais cela pourrait-il vraiment arriver ?

Le célèbre observatoire Hubble de la NASA a encore des années de vie, et des idées sont en cours pour peut-être le maintenir plus longtemps – mais ces propositions pourraient se heurter à des batailles difficiles.

Le télescope spatial Hubble, lancé en 1990, a été entretenu cinq fois par des astronautes et reste en bonne santé. Mais le télescope vieillit et tombe lentement vers la Terre en raison de la traînée naturelle de l’atmosphère, c’est pourquoi l’homme d’affaires milliardaire et astronaute privé Jared Isaacman a contribué à l’élaboration d’une proposition visant à envoyer une mission de maintenance au télescope pour la première fois depuis 2009.

Continue Reading

Trending

Copyright © 2023